MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

FSU Réunion : Défendre les services publics et l’égalité des chances


Par Zinfos974 - Publié le Mardi 13 Février 2018 à 17:55 | Lu 392 fois

FSU Réunion : Défendre les services publics et l’égalité des chances
Quand une opération promotionnelle sur une pâte à tartiner provoque des émeutes, c’est le signe d’une société malade de ses inégalités persistantes, des mirages du consumérisme, de l’étalage provoquant de la richesse de quelques-uns quand tous les autres vivent un sentiment permanent de déclassement. Ces émeutes nous disent à quel point il est urgent de changer de modèle sociétal, urgent de partager les richesses et de renforcer les structures qui œuvrent au service de tous, pour la solidarité nationale, ce qui est la mission première des services publics. Encore faudrait-il en avoir la volonté. Le gouvernement Macron-Philippe a fait le choix exactement inverse, il prépare une société ultra-libérale faite de précarité pour la majorité et d’opulence pour quelques-uns.

Des services publics en sursis
Des surveillants de prisons qui débrayent après des agressions répétées, 34 médecins du CHU qui démissionnent pour dénoncer la suppression de 155 postes, des soignants en grève contre les conditions de travail indignes en maisons de retraite, des lycéens qui réclament l’égalité devant les études : ces mouvements témoignent de l’état dégradé de la Fonction Publique victime d’une gestion centrée sur la recherche d’économies plutôt que sur la qualité du service rendu aux usagers.

Dans tous les secteurs, Justice, Éducation, Environnement, Santé,…….. les personnels sont à la peine pour assurer leurs missions efficacement, la souffrance au travail est partout. Loin de répondre à ce manque criant de moyens, E. Macron a choisi de précipiter la faillite des Services Publics pour pouvoir plus facilement les privatiser. Transferts au secteur privé voire abandon de missions : telle est en effet la feuille de route du comité Action Publique 2022.

Parcoursup, Bac, Lycée : une jeunesse sacrifiée
C’est dans ce contexte d’austérité budgétaire que s’inscrivent les 3 prochaines réformes touchant l’Éducation Nationale: réforme du lycée, du bac et sélection à l’entrée à l’université. Le ministre de l’éducation est un admirateur des systèmes anglo-saxons où l’école publique est en crise grave du fait de décennies de vaches maigres. La conséquence en est un système scolaire à deux vitesses où les familles les plus aisées fuient l’école publique pour se tourner vers les structures payantes bien mieux dotées.

Un lycée à la carte et un bac par lycée
La sélection à l’entrée dans le Supérieur qui se pratique aux États-Unis où les universités choisissent leurs étudiants attaque directement le modèle français qui jusque là permettait un égal accès à tous les lycéens à la seule condition d’avoir obtenu le bac. L’empressement du gouvernement à imposer Parcoursup alors même que la loi n’est pas votée (!) ne sert qu’à masquer l’absence d’anticipation face au boom démographique des années 2000 et à l’ augmentation du nombre d’étudiants alors que l’investissement public par étudiant est en chute libre depuis 10 ans.
 
Margaret Thatcher avait livré des pans entiers de services publics britanniques au privé ; le résultat est consternant : des logements sociaux qui s’effondrent sur leurs occupants, des trains qui déraillent, un système de santé dévasté avec des urgences bondés, un personnel débordé, 55000 opérations chirurgicales reportées au point que la 1ère ministre a dû présenter ses excuses aux patients.
 
C’est donc au nom de ces mêmes dogmes ultra-libéraux vieux d’au moins 40 ans que le gouvernement a décidé de brader nos services publics ; il a d’ores et déjà annoncé  un « plan de départs volontaires », cheval de Troie de la suppression de 120 000 postes ; oh surprise, ces emplois étant indispensables, il prévoit d’« étendre largement le recours aux contractuels ne bénéficiant pas de l’emploi à vie » et aboutir ainsi à la disparition progressive du statut de fonctionnaire. Bienvenue en Macron-land !
 
Toutes les actions revendicatives visant à défendre la qualité du service public et notamment celui de l’éducation doivent être menées.
C’est pourquoi la FSU Réunion appelle à soutenir toutes les initiatives allant dans ce sens et notamment les étudiants et lycéens qui descendront dans la rue jeudi 15 février contre la sélection à l’entrée à l’université.
 Rdv au rectorat à partir de 9h.
 
FSU Réunion




1.Posté par JANUS le 14/02/2018 10:22

Le lycéen qui veut entrer à l'Université, il bosse au lycée et il ne va pas perdre son temps à manifester dans la rue ...

Celui/Celle qui bosse n'a aucun souci à se faire pour ses études ... Avec la volonté et le travail, il réussira toujours ...

Le "Tire au cul" ou "l'espère cuit" ira demain manifester ... Espérant bénéficier de l'éternelle aide de l'Etat, jusqu'à sa retraite ...


2.Posté par onnenousditpastout le 14/02/2018 19:40

Mais ça fait longtemps que le modèle anglo-saxon nous pend au nez. Et qu'ont fait les syndicats mis à part quelques journées de "ballades" dans les rues ? Rien du tout. A genoux devant l'oligarchie comme tout le monde. Macron n'est qu'un pion au service des dirigeants du monde, des ultra-libéraux qui sont comme un bulldozer et écrasent tout sur leur passage. Enfin.. tout ce qui pourrait s'assimiler à l'ancienne civilisation qui proposait un peu de gratuité au lambda que nous sommes, la plèbe. Ca fait bien longtemps que l'Europe s'est agenouillé devant les américains, bien longtemps... la France, un énième état des States. C'est pour aujourd'hui.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes