Economie

Exonérations de charges en Outre-mer : Le MEDEF national monte au créneau

Mercredi 14 Novembre 2018 - 20:14

Le MEDEF national a publié un communiqué pour alerter le gouvernement sur les conséquences des réformes qu'il envisage en Outre-Mer. Un signe de plus de la gravité de ce dossier.


Le Medef alerte les pouvoirs publics sur les conséquences néfastes que le PLF et le PLFSS 2019 font peser sur les économies des territoires ultramarins. Le risque est grand en effet que si les mesures votées en 1ère lecture étaient confirmées lors du vote final, le coût du travail dans les Outre-mer soit fortement renchéri.

Les exonérations de charges annoncées sur les bas salaires pour compenser la suppression du CICE vont renchérir le coût du travail pour les salaires supérieurs à 1,4 Smic en dehors des secteurs renforcés. Et concernant ces secteurs, le niveau de charge sociale augmentera pour les salaires supérieurs à 2,39 Smic. En supprimant ces dispositifs,  sans prévoir de mesures transitoires, c’est donc à une augmentation brutale et immédiate du coût du travail que vont devoir faire face les entreprises d’Outre-mer.
 
La modification des aides fiscales à l’investissement fait craindre également une baisse de l’investissement dans ces territoires qui devraient pourtant être prioritaires.
 
Ainsi, le Medef constate que, malgré l’engagement pris, l’enveloppe d’aides de 2,5 milliards d’euros pour les DOM-COM (CICE majoré, allègements de charges sociales patronales, déductions fiscales sur l’IS et sur l’IR et TVA NPR) n’a pas été sanctuarisée dans le prochain budget.
 
Le Medef est bien conscient des performances améliorables des économies ultramarines et de l’efficacité relative de certaines aides. Mais leur arrêt brutal ne peut être une réponse satisfaisante et pourrait se traduire par un affaiblissement dangereux de ces territoires.
 
Un an après les Assises de l’Outre-mer, pour lesquelles le Medef s’est mobilisé, c’est la place de nos Outre-mer au sein de l’ensemble national et l’avenir d’une jeunesse dynamique et nombreuse qui sont en jeu. Les outre-mer sont un potentiel extraordinaire pour la France : mais ce potentiel ne pourra se réaliser que grâce à de l’investissement, de l’innovation, et de la formation.
 
Le Medef souhaite que la concertation se poursuive avec les acteurs concernés afin qu’une solution équilibrée puisse être trouvée. L’objectif doit être de préserver la compétitivité des entreprises du secteur privé marchand et notamment des secteurs considérés comme prioritaires lors des Assises de l’outre-mer. Afin d’éviter une mesure-couperet, les éventuels ajustements au dispositif actuel devront se faire de manière progressive et prévisible pour les entreprises.
Pierrot Dupuy
Lu 1221 fois



1.Posté par MARTIN LANE le 14/11/2018 23:10

Le medef pleure encore la bouche pleine : pas d'ouvrier qualifié, mais incapable de former les jeunes, des contrats payés par le contribuable : deux ans de formation pour un jeune qu'on jette comme un kleenex à la fin, pour en reprendre un autre et recommencer. Vous voulez investir : allez voir votre banquier,parce que le contribuable en a marre de se faire " plumer" pour que votre entreprise engrange des bénéfices que vous planquerez à Maurice.

2.Posté par La vérité vraie... le 15/11/2018 13:07

Si eux obtiennent quelque chose, ça va être la REVOLUTION !

3.Posté par kanal bisik le 15/11/2018 19:27

bravo post 1 c est exactement ça ... zanfan plèr pas gagne pas dèlè !

4.Posté par Grangaga le 15/11/2018 23:15

La Franss'........outt' z'antrepriz' y fou l'kan............
A koz' outt'........MEDEF èk' son min-d'èvv' é son salèrr'.......étranzèrr'.......

5.Posté par Henri le 24/11/2018 10:25

En fait de "charges", il s'agit du salaire différé qui appartient aux travailleurs salariés et qui leur permet de continuer à percevoir un minimum d'indemnisation en cas de maladie ou d'accident du travail et de pension en cas de mise à la retraite.
Les patrons qui revendiquent la baisse de ces cotisations patronales veulent donc fragiliser, appauvrir encore plus les salariés et les retraités
Ras-le-bol de ces parasites du travail humain ! S'ils ne veulent pas payer leur dû, qu'on les exproprie sans indemnités et que les travailleurs gèrent eux-mêmes les entreprises !

Kom y di : " Suprim o maximum lé zintèrmédièr koutra a nou moin shèr !"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie