Faits-divers

Exclusif - Groupe Exsel: Une filiale liquidée pour cause de banqueroute?

Les salariés de l'entreprise CPM Ducrot ont porté plainte près le Procureur de la République contre Yann Le Febvre, dirigeant d'Exsel, dont CPM Ducrot est une filiale. Il existe en effet suspicion d'abus de bien social, de faute de gestion, en un mot: de banqueroute. Leur société sera sans doute liquidée ce 6 février, tout ayant été organisé selon eux pour que les salariés n'aient plus les moyens de travailler, ni trésorerie, ni outils, ni même local, lequel a été vendu dans des circonstances jugées douteuses.

Lundi 4 Février 2019 - 17:35

Les matériaux non vendus ont été jetés dans des bennes, pour la grande joie de nombreux badauds.
Les matériaux non vendus ont été jetés dans des bennes, pour la grande joie de nombreux badauds.
La plainte contre Yann Le Febvre et Exsel ne manquera pas d'intriguer le Procureur de la République Eric Tuffery, tant les faits sont troublants, et les pièces accablantes. La plainte est déposée par l'ensemble des six salariés, la seule signature absente étant celle du président de CPM Ducrot, Georges Ah-Yionne, qui a perdu la confiance des salariés, pour qui il n'est qu'un "homme de paille"

CPM Ducrot, entreprise d'agencement de bureaux, est située à Cambaie, non loin de la future éco-cité. Elle a été rachetée en 2008 par Yann Le Febvre, qui est à la tête de la holding Exsel, pieuvre aux multiples tentacules, dont (bientôt feu) CPM Ducrot. Yann Le Febvre est surtout connu sur l'île pour être, via Exsel authentic hotels, propriétaire des principaux hôtels 3 étoiles de l'ouest. Exsel avait un temps prévu de construire un grand hôtel au Maïdo, projet abandonné pour d'obscures raisons. Il est aussi propriétaire du célèbre Coco Beach, dont le matériel, après démontage de la paillote, a été entreposé chez CPM Ducrot quelques mois.

En mars 2011, la société CPM Ducrot est placée en redressement judiciaire, un plan de redressement sur 10 ans est adopté en février 2012, sous la houlette de Maître Badat, qui, suite à sa condamnation en justice, est succédé par Maître Franklin Bach, désormais commissaire de l'exécution du plan. CPM Ducrot est en cessation de paiement depuis août 2017, nous affirme Me Bach: aucun créancier n'a été payé depuis lors. L'activité n'a pas pour autant cessé, les salariés travaillant à temps plein, et le carnet de commandes pour 2019 étant fort rempli: quelque 217 000€ hors-taxes de contrats signés.

D'étranges virements entre sociétés du groupe

"Depuis que nous sommes en redressement judiciaire, le compte de CPM Ducrot était géré à flux tendu, tout bénéfice disparaissait on ne sait où. Il restait sur le compte tout juste de quoi payer nos salaires et faire fonctionner la boîte à minima", nous affirme l'un des travailleurs. Nous avons en effet pu constater que des virements au bénéfice de la holding ont été effectués depuis la cessation de paiement, pour une coquette somme à cinq zéros.

Interrogé sur ces étranges virements, Me Bach nous donne l'explication qu'il a reçue de Yann Le Febvre: il s'agirait des loyers de la CPM Ducrot versés à Exsel Aménagement. Soit des loyers qu'une de ses sociétés aurait versés à une autre de ses sociétés, qui elle-même appartient à la holding Exsel. Le bâtiment qu'occupe CPM Ducrot a été vendu en septembre 2018, avec à la clef une très belle plus-value pour le groupe Exsel (selon nos informations, le bâtiment, vendu 1,5M€ est de nouveau en vente, au prix de 2,3M€).

Yann Le Febvre n'est plus à la tête de CPM Ducrot depuis qu'il en a cédé la présidence à Georges Ah-Yionne en septembre 2016. Mais le 9 novembre 2018, c'est bien M. Le Febvre en personne qui s'est présenté devant l'ensemble des salariés de CPM Ducrot, leur annonçant la prochaine liquidation de l'entreprise. Par la même occasion, il leur a dit que le bâtiment avait été vendu en septembre 2018, et que CPM Ducrot occuperait donc sans titre ses locaux, qu'il fallait donc vider.

Plus qu'étonnés, les salariés ont commencé à s'intéresser de près aux finances de leur entreprise, accumulant des preuves, qu'ils ont fait parvenir au Procureur Eric Tuffery. Fait surprenant, l'ensemble des documents comptables a été enlevé des locaux le 15 novembre, par la comptable d'Exsel Aménagement. En parallèle de la plainte au pénal, la procédure de liquidation semble inéluctable: tout le matériel a été vendu, dans des circonstances étonnantes, pour ne pas dire suspectes. "Au 16 décembre 2018, nous avions 157 000 euros de stock. Le 18 décembre, on nous a interdit de payer les fournisseurs, un de nos clients a même dû payer de sa poche des panneaux de bois, pour les travaux que nous effectuions chez lui, que nous ne pourrons d'ailleurs terminer", affirme un employé.

"L’ensemble de ces faits et recherches nous conduisent à penser que Monsieur Yann LE FEBVRE, aujourd’hui dirigeant de fait de la société CPM DUCROT, a organisé et privilégié le règlement de ses propres sociétés et conduit ainsi à l’insolvabilité de notre structure employeur CPM DUCROT. Nous avons en effet un fort doute sur la légitimité des transactions financières, leur fondement juridique ainsi que sur les objectifs de ces montages complexes marqués de changements réguliers de dénomination sociale, dirigeants, capital, sans changement fondamental de l’actionnaire principal", écrivent les plaignants au Procureur.

Un entretien préalable au licenciement économique ce lundi

Les salariés ont reçu une convocation à un entretien préalable de licenciement économique pour ce lundi 4 février, signée de la main de la Directrice des Affaires Financières d'Exsel, Madame Laurence Parrès. Ce jeudi 6 février, une audience se tiendra au tribunal de commerce, durant laquelle se décidera le sort de la société. Les employés seront épaulés par la CFDT BTP, en la personne de Johny Laguarrigue. "La CFDT BTP soutient les salariés, qui sont sans travail depuis le 18 décembre, soit avant les congés du BTP. Yann Le Febvre leur a enlevé sans concertation leur outil de travail, en toute illégalité", s'insurge le syndicaliste.

Précisons que les salariés ont été prévenus de ce congé un jour avant, contrairement à la loi. Durant les vacances, il leur a été indiqué par courrier qu'il était inutile de se représenter à leur poste de travail le 16 janvier, date de reprise du BTP, or, aucune décision de justice n'a été rendue...
 

Les stocks ont été bradés durant les vacances du BTP, constat d'huissier a été fait.
Les stocks ont été bradés durant les vacances du BTP, constat d'huissier a été fait.
Bérénice Alaterre
Lu 11672 fois




1.Posté par cmoin le 04/02/2019 18:04

Vous n'avez qu'à devenir patron si a ne vous plait pas!

2.Posté par Zarlor le 04/02/2019 19:48 (depuis mobile)

À Cmoin : ou koz pou ki ou la ???
À ou si i plé pa ou dann'' 974 , ben ou traverse!!!
Fatigué lire oute bann''post riyink la meskineri. i wa toute fasson kel kalité domoun'' ou lé...
La Rényon i pé viv'' san oute lintelizans'' siperyèr...😵

3.Posté par Choupette le 04/02/2019 21:41

Cette vente s'est faite à la sauvette ? Aucune publicité n'en a été faite. Donc, seuls les initiés ont pu en profiter ... .
Vente entre copains ?

4.Posté par PATRICK CEVENNES le 04/02/2019 21:55

fukcd473
Yann Le Febvre, son pédigrée ici.

1.Posté par cmoin le 04/02/2019 18:04
Si vous êtes un patron, vous devez faire partie de ceux que l'on classe chez les "très con".

5.Posté par michmich le 05/02/2019 03:03

quelle rédaction ! c'est bien structuré ! sans de grosse faute de grammaire. de bonne qualité zournalistiq locale

6.Posté par Réveillez vous le 05/02/2019 08:27

Normalement et légalement, l'entreprise est tenu de reclasser ses salariés dans LE GROUPE/une de ses filials toujours en place..

mais d'après l'article c'est assez troublant comme gestion....vu la gestion avec une volonté néfaste sur l'entreprise le patron est responsable personnellement ... a suivre

7.Posté par ja le 05/02/2019 20:30

Ses gens qui arrivent à LA REUNION en terrain conquis pour defiscalisations et autres,c'est pourquoi les réunionnais sont contre eux après ils disent c'est du raciste ,déjà le monopole .En arrivant à la réunion ils sont accuellis à bras ouverts par les élus.Nous les réunionnais qu'on a un projet on nous met des batons dans les roues.

8.Posté par Réveillez vous le 07/02/2019 08:39

@ja

Rappel moi les 5 grande famille qui détienne les 3/4 des magasins à la réunion.....?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie