MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Évocation


- Publié le Mercredi 21 Décembre 2016 à 10:24 | Lu 434 fois

Évocation
Le tam-tam  bourdonnait  avec  de  l'insolence.
Il  martelait  l'esprit  et  troublait  le  silence
De  la  nuit  tropicale  au  climat  angoissant.
Il  résonnait  alors, au  creux  de  la  poitrine
Comme  un  coeur  affolé, qui, soudain  tambourine
Essayant  d'effacer  le  vacarme  oppressant.

Ce  roulement  lascif  évoquait  les  savanes.
On  croyait  voir  au  loin  de  longues  caravanes
Qui  s'en  allaient, ainsi, vers  des  ports  inconnus.
Ces  êtres  écrasés  par  le  poids  des  ivoires
N'avaient  qu'un  seul  défaut: Exhiber  des  peaux  noires.
Le  soleil  taraudait  tous  ces  fantômes  nus.

Errant  sur  des  sentiers, bien  loin  de  leurs  villages,
Véritables  butins  de  raids  et  de  pillages,
Ils  allaient, Hébétés, dès  le  petit  matin
Sous  un  soleil  de  plomb, titubant  de  fatigue
Tel  un  bateau  perdu, ivre, mais  qui  navigue
 Vers  un  nord  imprécis  et   surtout  incertain.

Cette  évocation  provenait  de  l'enfance.
On  me  parlait  souvent  d'esclave  et  de  souffrance,
De  tous  ces  châtiments  infligés  aux  Marrons
Qui  préféraient  la  mort  à  la  vie  pitoyable
Imposée  par  le  sort, sombre  Avatar  du  diable.
J'imaginais  l'effroi  de  ces  pauvres  Larrons

Qui  s'enfuyaient  le  soir, à  l'abri  de  la  lune,
Croyant  aveuglement  à  leur  bonne  fortune.
Ils  emmenaient, parfois  leurs  compagnes  de  nuit.
Le  piton  isolé, la  profonde  ravine
Aux  parois  de  basalte  imprégné  d'olivine
Servaient  de  refuges  pour  supprimer  l'ennui.

Ils  savaient  que  la  fuite  entrainait  la  torture,
Ce  plaisir  éhonté  de  la  douleur  qui  dure,
Mais  choisissaient, plutôt , l'austérité  des  monts
A  la  sécurité  de  ce  monde  servile
Depuis  l'embarquement  et  l'arrivée  dans  l'île
En  bétail  prisonnier, affublé  de  surnoms.

A  tous  ces  maraudeurs, tous  ces  squatteurs  de  cirque
Dont  le  sort  quotidien  étaient  bien  pire  que
Celui  de  leurs  frères  des  grandes  plantations
Qui  par  peur, n'osaient  pas  supprimer la  frontière
Ce  grand  champs  de  cannes, bordé  par  la  rivière.
Je  voue  un  sentiment  profond  d'admiration.

Le  tam-tam  s'arrêta, puis  revint  le  silence.
Ce  fut  soudain  pour  moi,  comme  une  délivrance.
Sur  l'écran  de  la  nuit, l'image  s'effaca.
J'imaginais  alors, des  gens  heureux  et  libres
Dansant  sous  les  palmiers, comme  des  faunes  ivres
Sur  le  rythme  troublant, sensuel  d'un  Séga.

20 12  2016.
MAX  FAUVETTE.




1.Posté par L'Ardéchoise le 21/12/2016 20:52

Encore merci, pour celui-ci comme pour l'autre !
Tant de douceur dans ce monde en délire...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes