Courrier des lecteurs

Etat d’urgence et loi travail : danger et précarité !

Mercredi 5 Juillet 2017 - 11:02

FSU-Réunion et ATTAC-Réunion ont souhaité s'exprimer ensemble sur l'état d'urgence et les ordonnances, tous deux projets du nouveau président de la République.


Etat d’urgence et loi travail : danger et précarité !
Le président Macron, fort de sa majorité absolue à l'Assemblée Nationale, s'apprête à procéder, par ordonnances présidentielles, à la destruction du Code du Travail. Dans les faits, cela consiste une fois la loi d'habilitation votée, à se passer de la représentation parlementaire pour inscrire dans la loi des décisions pourtant lourdes de conséquences pour les citoyens.
 
Le calendrier choisi ne trompe personne : il vise à légiférer pendant les vacances scolaires à un moment où la mobilisation des salariés est la plus difficile. Cette réforme n'étant pas majoritairement soutenue dans l'opinion, il s'agit de s'exonérer de tout débat public pour passer en force.

La méthode des ordonnances illustre une gouvernance autoritaire dans la lignée du 49.3 sous le gouvernement de Manuel Valls. Le choix de cette première loi de la nouvelle législature donne le ton de la politique gouvernementale en faveur d'une société ultralibérale au service des profits des grosses entreprises et de la finance contre les droits des salariés.

Le Code du Travail a été le fruit de décennies de luttes courageuses contre l'arbitraire patronal et les flagrantes inégalités entre les détenteurs de richesses et les salariés. Les écarts sont aujourd’hui toujours plus importants  et les salariés de plus en plus précarisés. Ces luttes sont donc plus que jamais d’actualité.

Sur les questions sociétales, en particulier sur la situation des migrants, on observe un décalage spectaculaire entre le discours présidentiel bienveillant prononcé à Bruxelles et les mesures du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb face au drame qui se joue à Calais : intransigeance, présence policière et répression.

Dans le droit fil, l'inscription de l'état d'urgence dans le droit commun donnera à l'exécutif des leviers permanents pour ordonner des perquisitions - y compris électroniques - des assignations à résidence ou des interdictions de manifester sans aucun recours judiciaire en cas d'abus.

Il y a fort à craindre, dans ce contexte, que les organisations contestataires se voient opposer l'état d'urgence pour ne pas pouvoir librement manifester leur refus de cette nouvelle loi El Khomri puissance 10 qui se prépare ou de toute autre mesure anti-sociale au cours du quinquennat.

Les contre-pouvoirs qui cimentent pourtant la démocratie sont des cibles évidentes ; il suffit pour s'en convaincre d'observer les tentatives répétées de verrouiller la presse. Ainsi sous prétexte d'une « pensée complexe » (!) le président Macron ne se prêtera pas au jeu des questions-réponses des journalistes pour l'interview traditionnelle du 14 juillet.

Au delà de l'anecdote, nos organisations alertent sur les dérives autocratiques du nouvel exécutif et les stratégies d'évitement du débat contradictoire, pourtant fondamental dans une démocratie, et ce pour imposer les pires régressions.
L'abstention record qui a émaillé aussi bien le deuxième tour de l’élection présidentielle que les élections législatives interroge nécessairement sur le niveau d'assentiment aux projets du nouveau président.  Cela aurait dû inciter à l'humilité et à la modération des projets antisociaux  pour reconstruire le lien entre le pouvoir politique et les citoyens. Ce n'est malheureusement pas le chemin qui semble se dessiner, un chemin qui conduira inévitablement à des réactions collectives par la rue ou par d’autres formes afin que les populations directement touchées par les mesures gouvernementales puissent se faire entendre.
 
FSU-RÉUNION
ATTAC-RÉUNION
Zinfos974
Lu 687 fois



1.Posté par JANUS le 05/07/2017 13:44

u["Dans les faits, cela consiste une fois la loi d'habilitation votée, à se passer de la représentation parlementaire ..."

]u

Totalement faux, puisque ce sont ces mêmes parlementaires qui auront voté la Loi d'habilitation ...

u["La méthode des ordonnances illustre une gouvernance autoritaire dans la lignée du 49.3 ..."

]u

Totalement faux, c'est une disposition réglementaire, et encadrée, que le Gouvernement a tout à fait le droit d'utiliser ... Depuis quand la simple application de la Loi est-elle "autoritaire" ...

u["L'abstention record qui a émaillé aussi bien le deuxième tour de l’élection présidentielle que les élections législatives interroge nécessairement sur le niveau d'assentiment aux projets du nouveau président. "
]u

Cette remarque est mal venue de la part de syndicats qui n'arrivent pas à mobiliser plus de 10 % de leurs électeurs à chacune de leurs élections :-) :-) :-) Quid de l'assentiment des travailleurs sur l'utilité des syndicats :-) :-) :-)

2.Posté par margouillat974 le 05/07/2017 21:11

Excusez moi d'être con, mais si le président a la majorité des parlementaires, qu'ils votent comme un seul homme pour des lois liberticides et rétrogrades à l'encontre du citoyens lambda ; ça s'appelle comment , chez vous?
J'ai voté au premier tour des présidentielles, comme au second. Lorsque les législatives sont arrivées, je me suis abstenu : pour qui aller voter, comme au casino, lorsque les jeux sont déjà faits et que rien ne va plus? A qui donner ma voix, alors que je sais que mon député, qu'il propose une loi ou un amendement NE SERA PAS ENTENDU. Ce qui est bon (ou mauvais) pour les français, ne se décide pas en France, mais à Bruxelles, par des commissaires que je n'ai pas choisi et qui n'ont que faire des 'riens", "sans-dents" et "pov" cons" tel que nous ont qualifiés nos nos 3 derniers gagnants, élus à chaque fois par des campagnes de pub , digne d'un lancement de lessive.

3.Posté par un citoyen écoeuré le 06/07/2017 16:44

Macron ,pendant sa période comme secrétaire général de l'Elysée,recevait les députés sur les projets de loi
et refusait ceux qui pouvaient déplaire au Medef.
Aujourd'hui président de la République,il embauche qui comme secrétaire général de l'élysée?
Le vice-président du medef ! Ne risque-t-on des conflits d'intérêt permanents puisque l'Etat ne pourra plus
jouer son rôle d'arbitre.Mes sources proviennent du canard enchaîné.
Sans oublier qu'il a été gérant associé à la banque des milliardaires;quels sont les intérêts qui va
défendre d'après vous?
A sa décharge,il a évinçé tous ces vieux professionnels de la politique,mais on a placé le medef au pouvoir.
On va goûter !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Mai 2019 - 17:30 Mieux comprendre pour mieux voter

Vendredi 24 Mai 2019 - 16:16 La haine ou la peur