Courrier des lecteurs

État d'âme d'un terrien

Jeudi 26 Avril 2018 - 10:14

État d'âme d'un terrien
Cette année je vais avoir 29 ans et je pense qu'il est temps, bien que c'est très difficile pour moi, d'essayer du mieux possible de faire part de mes pensées. En espérant y trouver un écho parmi les lecteurs.
 
Aussi loin que je puisse m'en rappeler, je me suis toujours senti différent des autres. En même temps tout le monde est différent mais j'ai toujours senti que c'était autre chose. Une différence plus profonde qu'une simple différence de physique ou de caractère. Depuis tout petit je suis continuellement assailli par des milliers de choses dans ma tête. Je me questionne sur absolument tout, même les choses les plus insignifiantes pour la plupart des gens. J'ai très vite compris , à tord, que je devais garder tout ça pour moi, j'avais peur qu'on me prenne pour un fou ou qu'on ne me comprenne pas.
 
A l'école déjà, depuis le CP, je m'en rappelle très bien, je me cachais derrière des faux semblant pour me faire des amis, me faire accepter des autres. J'avais déjà cette capacité d'analyser les gens, de savoir exactement quoi faire pour me faire accepter par eux. Et cette " tactique " est resté très longtemps.
 
Je n'ai jamais, je dis bien jamais osé en parler à qui que ce soit mais le fait d'être anonyme derrière mon écran me conforte en quelque sorte.
 
Dans ma tête c'est un bouillonnement permanent, je ressens tout ce qui est autour de moi, je devine les émotions des gens, j'en souffre. Rien n'est simple pour moi, tout devient compliquer car dans ma tête tout va trop vite, je vois ce que les autres ne voient pas, je comprends ce que les autres ne comprennent pas.
 
J'ai toujours souffert d'une certaine ambivalence car j'ai toujours été persuadé d'être très intelligent mais en même je me sens très bête. C'est très difficile à expliquer.
 
Le soucis c'est que je n'ai jamais extérioriser tout ça. Je me cache derrière une apparence mais je n'y arrive plus.
 
J'ai développé des tocs compulsifs, j'ai des crises de colère, de violence même, je suis incapable de gérer mes émotions. Je suis à la fois très dure et froid mais au fond je suis très émotifs, j'ai tout le temps envie de fondre en larmes, je porte énormément d'attention et de force pour que tout le monde m'aime, c'est rassurant pour moi.
 
Je souffre de cette éruption continue dans ma tête, j'aimerai tellement pouvoir mettre mon cerveau sur pause par moment.
 
Pour vous donner un exemple :
 
Imaginez une scène, une simple pièce avec 2 personnes qui discutent sur une table en bois,  chacunes assient sur une chaise, avec une lampe allumée dans un coin.
 
Une scène très banal... voilà en gros ce que moi je vois :
 
En voyant la table je visionne sa constitution, je vois les cellules qui la composent. J'imagine l'arbre que c'était au milieu de la forêt. Je vois les racines de cet arbre puiser ses nutriments dans le sol. Je sens le vent qui a parcouru ses branches, la photosynthèse de son feuillage durant sa vie. J'imagine son abattage...À la scie ou à la tronçonneuse ? Si c'est à la scie j'imagine le métal en fusion qui est devenu sa lame, j'essaye d'imaginer l'endroit géographique d'où provient ce fer et ainsi de suite... Si c'est une tronçonneuse j'imagine les pièces du moteur s'imbriquer entre elles, je vois la combustion que provoque l'essence et la réaction physique qui fait que la chaîne de la tronçonneuse tourne pour couper l'arbre.  J'imagine le bruit de cette tronçonneuse, le son qui se propage dans l'air et en fonction de ses décibels , la longueur de propagation de l'onde...
 
Vous suivez toujours ?
 
La ce n'est que pour la table, il reste encore les 2 personnes, les 2 chaises et la lampe allumée...
 
Pour les personnes je vois les organes qui les constituent, le sang qui circule dans leurs veines, le coeur qui bat pour les maintenir en vie, j'imagine les courants électriques qui parcourt leurs cerveaux pour les permettre de parler, de bouger. J'imagine leurs émotions, leurs parcours dans la vie, j'imagine le moment où ils sont venu au monde, le premier souffle, leurs premières visions. J'essaie de savoir si ils sont heureux ou non, les émotions qui les assaillent... Quand ils parlent, j'imagine comment l'ordre part du cerveau pour finir par faire vibrer les cordes vocales. Tremblement qui va se conclure par un son audible et compréhensible pour l'autre en face. Et ainsi de suite...
 
Pour la chaise , si c'est du plastique j'imagine sa fabrication. Je visualise le pétrole qu'on a utilisé pour en faire du plastique. J'imagine cette substance noir et visqueuse emprisonné dans les couches de la terre sur laquelle on vit. J'imagine les efforts déployés pour l'extraire, la complexité de sa transformation pour en faire du plastique. J'imagine ses hommes et femmes seuls pour des longues périodes sur les plate-forme pétrolières.. la force des vagues, du vent, je sens même l'air marin qu'ils respirent...
 
La lampe, j'imagine l'électricité qui lui donne vie. Je vois la prise branché qui est parcouru d'électricité. J'imagine comment est fabriqué cette électricité. Je vois les centrales,  nucléaires ou pas. Si c'est une centrale nucléaire j'imagine comment cela se passe, je vois la fission nucléaire qui dégage des noyaux d'uranium et de plutonium en dégageant une énergie phénoménale... tout ça pour faire briller le firmament de l'ampoule de la lampe...
 
Je vais m'arrêter là pour cette scène, je vois beaucoup d'autre choses mais je pense que vous avez saisi.
 
Essayez maintenant d'imaginer ce bordel dans ma tête au quotidien. La moindre chose me lance dans des réflexions très intenses et interminable.
Je suis prisonnier de mes pensées et je n'arrive pas en tirer du bon...
 
En ce moment j'ai une profonde attirance pour la physique quantique, l'étude de la matière dans sa quintessence. Je me suis pris de passion sur les origines de l'homme et de notre monde. Et la physique quantique m'ouvre des portes incroyables,  j'ai enfin l'impression de trouver une explication à certaines de mes questions.
 
Tout ceci fait que je m'enferme, je ne parle pas beaucoup, je donne l'impression d'être froid et distant et d'avoir " toute la misère du monde sur mes épaules " comme dirait ma mère
 
Pour essayer de conclure j'espère que vous n'allez pas me voir comme un fou... c'est un effort important que je viens de faire pour essayer d'expliquer 1% de ce qui se passe dans ma tête.
 
Je vous laisse avec un petit florilège de certaines de mes interrogations, peut être que vous pourriez me répondre...
 
Si le temps renouvelle sans cesse le présent, pourquoi admettre que le temps passe ?
 
 
Qu'est-ce qui fait qu'on ne peut pas rester présent au temps présent ?
 
 
 Pourquoi, si on est tous constitué de la même matière, et que le lien entre nos pensées et la réaction de la matière est établi, on ne peut pas changer de forme à volonté ?
 
Voilà... il y a déjà de quoi vous faire avoir une migraine. 
 
Fin 
Jérémy
Lu 443 fois



1.Posté par TienBoJérémy! le 26/04/2018 15:19

Jérémy, je comprends vos états d'âme et angoisses. Moi même "touché" par ces "phénomènes" depuis longtemps; mais plus âgé sûrement que vous, je me permets de vous répondre en toute modestie et avec la petite expérience que je peux avoir. Vous n'êtes pas le seul dans ce cas. Parfois, il s'agit d'hypersensibilité. Parfois d'autres syndromes que je vais pas développer ici n'étant pas un spécialiste. Le plus dur, c'est le regard, les jugements de l'entourage, de la société en général qui ne supporte pas, voire même craint celui ou celle qui ne rentre pas dans les moules préfabriqués. On se sent parfois rejeté. Et c'est parfois le cas. La société veut des moutons à la pensée unique et limitée. Et puis pour être honnête, un choix peut effectivement se présenter: faire comme tout le monde et quelque part vous renier et ne pas vous épanouir ou être fier de vous avec le lot de solitude que cela implique parfois. Mais je vous conseille déjà de vous affranchir du regards des autres qui prennent soit l'accent de jugements (hâtifs et subjectifs) soit de craintes voire de railleries car encore une fois, la différence effraie. D'autre part, justement, rapprochez-vous de personnes partageant vos passions, curiosités, domaines de prédilection (associations, groupe de réflexions etc). Et si ce n'est pas possible, écrivez vos pensées sans être obligé de les monter à quiconque... sauf à celui ou celle qui saura vous écouter sans jugement. ne vous forcez pas à ressembler à tout le monde. Apprenez à vous mettre à la portée des autres sans pour autant vous renier ou vous dénigrer. Et surtout, testez et trouvez des activités (sportives, culturelles, de bien être (méditation, yoga) etc...) qui vous permettent "d'évacuer ce trop pleins de pensées" . et si cela ne suffisait pas, n'hésitez pas à aller voir des spécialistes qui sauront peut-être vous aider. Il n'y a aucune honte à cela. En tout cas sachez que de très nombreux artistes, hommes de sciences, inventeurs et visionnaires qui ont marqué l'histoire ressentaient ce que vous décrivez. je ne généralise évidemment pas ni ne veut donner une aura présomptueuse aux personnes touchées par ces ressentis . Mais c'est essentiel que des personnes pensent différemment pour innover et sortir des sentiers battus. Faîtes de ces "ressentis" une force et non pas des faiblesses qui vous oppriment. Acceptez-vous comme vous êtes et trouvez un moyen de les canaliser. Je ne sais pas si cela vous aidera; j'aurai essayé. Gardez foi en vous et laissez le temps (qui vous aprendra à vous connaître) faire son oeuvre... Tien Bo!!

2.Posté par Elle le 26/04/2018 15:50

Bonjour Jérémy,
Waouh ! Quel tintamarre là haut ! Et même pas moyen de mettre des bouchons d'oreilles, trop inefficaces !
J'imagine (à peine) comme ça doit être inconfortable ! Et encore, c'est une fille qui n'est pas toujours toute seule dans sa tête qui te le dit !
Je n'avais encore pas entendu parler de ce phénomène.
Tu as fait un grand pas en verbalisant. Il s'agit maintenant de ne pas rester isolé dans ta "différence". A ta place, j'en parlerai à un médecin. C'est peut être tout "simplement" organique.
En même temps, il paraît que les scientifiques sont assez uniques !
Bon courage, à tout problème, au moins une solution !

3.Posté par Trop bien écrit pour être totalement vrai et tant mieux ;-) le 26/04/2018 16:36 (depuis mobile)

Un moment court circuiter peut-être ces pensées avec de l''activité fonctionnelle faite avec passion. Pour pouvoir revenir a tes pensées quand tu choisis.. Arts martiaux avec bon instructeur aide, ça oblige à gérer d''autres pensées de près.

4.Posté par Réunionnaise le 26/04/2018 20:27

Remerciez le divin, l'univers, la vie ou l'Esprit, de vous avoir donné cette ouverture d'esprit.

Tant de gens s'anesthésient à coups de télé, de radio, de cinéma et d'autres drogues qu'ils sont même capables de traiter de "fous" les gens qui s'interrogent sur le sens de notre présence ici.

Oui à la physique quantique et oui à la réflexion.

Nous sommes des âmes, plongées jusqu'au cou dans la matière. Votre âme vous envoie chercher le sens.

Bonne introspection.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?