MENU ZINFOS
Faits-divers

Etang-Salé : "Je vole pour rembourser mes dettes, je suis honnête normalement"


Un homme a été jugé coupable pour 5 vols commis cette année, dont l’un aurait pu dévier en agression sexuelle. La procureure a vu en lui un homme en chasse. Possédant un emploi et sa compagne étant enceinte, il écope de 6 mois de prison ferme, aménageables avec un bracelet électronique.

Par - Publié le Lundi 6 Décembre 2021 à 18:41

Lorsque Fabrice se présente à la barre du tribunal en comparution immédiate pour une affaire de vol ce lundi, il a précipité les cinq autres affaires le concernant et qui devaient être jugées en janvier. Le tribunal a décidé de la jonction de tous les procès car sur les sept chefs d’inculpation, 5 concernent des vols avec effraction. 

Dans la plupart des cas, les vols sont commis par opportunisme, mais surtout pour de maigres butins. Le prévenu possède deux modes opératoires : l'effraction de domicile la nuit et casser les vitres des voitures.

L’effraction dans les domiciles

En mars dernier, il avait observé les habitudes d’un couple dont il voulait voler le vélo, d’une valeur de 2000€, afin de le revendre. Il s’est introduit de nuit dans la chambre du couple pour tenter de dérober l’objet tant convoité. C’est le réveil et les cris de la mère de famille qui le feront détaler en vitesse. Telle Cendrillon, il perdra une chaussure dans sa fuite. La police, contrairement au prince, dispose de l’analyse ADN pour retrouver le suspect.

Un suspect dont le profil correspond justement à un vol par effraction commis le 27 novembre à L’Étang-Salé. Ce soir-là, une femme s’endort devant sa télévision. Un contact sur l’épaule la réveille et elle voit face à elle un homme tenant son sexe. Son hurlement fera heureusement fuir l’individu. 

Rapidement, les gendarmes soupçonnent Fabrice, dont le casier à 7 mentions comporte plusieurs condamnations pour vols par effraction et exhibition sexuelle. Il avouera les faits lors de la garde à vue mais assure qu’il n’avait baissé son caleçon que pour y cacher les tickets restaurants et le chèque cadeau de 130€ qu’il a subtilisés. Une version à laquelle il s’accrochera devant le tribunal.

La procureure Sylvaine Schumacher a de son côté beaucoup questionné le prévenu sur ce point. "Il tente d’effacer la partie sexuelle de ces faits mais se pose bien la question de la tentative. Quand on regarde son casier judiciaire, cette affaire est un mix de ses trois dernières condamnations où l’on retrouve du vol et de l’exhibition sexuelle", souligne-t-elle.

Une "escalade de faits" en août

Entre ces deux vols par effraction, il y a eu en août trois vols par dégradation de véhicules. Dans un secteur précis de L’Etang-Salé, il va briser les vitres arrière de voitures pour y dérober ce qui traîne. L’un des véhicules a été vandalisé sans que rien ne soit volé. Le seul pour lequel il ne reconnaît pas les faits.

Dans l’un des cas, il utilisera par deux fois la carte bleue subtilisée pour acheter 30€ de cigarettes grâce au sans-contact. Il ira ensuite déposer la carte à la gendarmerie au bout d’une semaine, "en bon citoyen" ironise le juge Guillaume Lefeuvre. Ce sont les caméras de surveillance de la station-service associée à l’empreinte digitale relevée sur la voiture qui permettront de le confondre.

Au tribunal, il explique qu’il a commis ces dégradations à cet endroit parce que sa voiture y avait subi le même sort. Une réponse qui a eu le don d’étonner tout le monde, jusqu’à son avocat. "Je vole pour payer mes dettes, je suis honnête normalement", explique-t-il au juge. Il tient pour preuve qu’il a toujours payé ses amendes et réparations auprès de la justice en temps et en heure.

"Un profil inquiétant"

Des déclarations qui ne convainquent pas la procureure. "Il a beaucoup de mal à mesurer les conséquences de ses actions. On se demande quand il sort la nuit s’il n’est pas en chasse d’une porte ouverte. Il y a une excitation chez lui lors de la commission des faits. Il a un profil inquiétant", indique-t-elle avant de requérir 18 mois de prison, dont 6 avec sursis probatoire de deux ans.

Prenant en compte qu’il venait de trouver un travail, que sa compagne était enceinte et qu’il avait la charge de sa mère, le tribunal a été plus clément en le condamnant à 12 mois, dont 6 avec un sursis probatoire de deux ans. Les 6 mois ferme seront aménagés avec le port d’un bracelet électronique afin qu’il conserve son emploi. Cela pour dédommager les 6 parties civiles, pour une valeur d’environ 3000€.


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Doz le 06/12/2021 19:27

Justice misérable. 7 mentions au casier, agresseur sexuel, récidiviste : 6 mois car sa femme est enceinte ? Depuis quand la justice fait dans le social.
PEINE PLANCHER POUR LES RECIDIVISTES. Y A QUE COMME CA QUE LES SAUVAGEONS COMPRENNENT.

2.Posté par The thai le 06/12/2021 20:19

Reimbourser ses dettes a la sueur de son front i existe pas dans son dictionnaire par contre voters i existe......

3.Posté par Bleublanrouge le 06/12/2021 20:45

Vraiment et c'est bon à savoir les gars, les juges, souvent des femmes, gobelet tout !
Vous pouvez leur raconter ce qui vous passe par la tête et vous vous en sortirez au pire, avec un bracelet électronique, ce qui ne vous empêchera guère de recommencer !
Vive la zistice française !!!!!!

4.Posté par Ouais... le 07/12/2021 08:18

Rembourser ces dettes c est être honnête... Le créanciers se fiche pas mal de l origine du pognon, les services de l état encore plus. Quand on voit des transporteur sanitaire, condamné pour fraude, qui pour payer les amendes fraude t encore plus... 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
La justice doit être la même pour tous. Mais c est pas gagné ça hein ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes