MENU ZINFOS
Faits-divers

Étang-Salé : Abîmé par la vie, il craque une fois et se retrouve condamné


Un homme porteur de handicaps s’est retrouvé à la barre du tribunal après une course poursuite dans les rues de L’Étang-Salé avec les gendarmes. L’homme avait cessé son traitement et a totalement perdu le contrôle de ses nerfs un jour de février 2021. Sans casier judiciaire faisait état, avant aujourd’hui, de 8 délits en plus de ses deux contraventions.

Par - Publié le Mardi 1 Février 2022 à 15:58

Étang-Salé : Abîmé par la vie, il craque une fois et se retrouve condamné
Louis* a dû surmonter des épreuves auxquelles bien peu auraient résisté. À l’âge de 4 ans, un accident sur la voie publique provoque une paralysie du côté droit. Un an après, il commence à avoir des problèmes d’épilepsie. Des handicaps qui lui ont valu des quolibets toute sa vie, "surtout des femmes", précise-t-il.

En vieillissant, il développe d’autres pathologies en plus d’une addiction à l’alcool. Il développe de nombreux troubles obsessionnels et compulsifs (TOC) et une bipolarité. Des troubles totalement sous contrôle lorsqu’il prend son traitement. Malheureusement, Louis a cessé de le suivre après le départ de sa femme et de ses deux enfants.

Fin du traitement = début des problèmes

Un premier fait se produit le 19 janvier 2021, alors qu’il est dans un bar PMU. Il vient de remporter 1500 euros et souhaite récupérer ses gains. Le gérant lui indique qu’il n’a pas la somme en liquide et lui propose une partie de l’argent avec des bons à jouer. Louis va alors s’emporter et donner un coup de coude dans la vitrine, ce qui provoque une fissure.

Le 10 février, tout va basculer. Le quarantenaire se rend au supermarché avec un accompagnateur. Étant porteur de handicaps, le gérant l’autorise à passer par un accès loin de la file d’attente causée par les mesures sanitaires. Le vigile va refuser de laisser passer son accompagnateur, ce qui va plonger Louis dans une colère noire.

Il va menacer l’agent de sécurité avant de lui cracher dessus. Il quitte le supermarché en voiture. Lorsqu’il voit les gendarmes arriver, il comprend que c’est pour ce qui vient de se passer mais ne réalise pas que les gendarmes ne savent pas encore qu’il en est l’auteur. Il va alors partir en trombe avec sa voiture, ce qui va attirer l’attention des militaires qui le prennent en chasse.

Ceux-ci ont bien du mal à le suivre à la vitesse à laquelle il roule dans les rues de la ville. Il va d’ailleurs perdre le contrôle et percute une voiture devant lui, qui s’encastre à son tour dans la suivante. Il opposera une forte résistance à son interpellation et ira jusqu’à cracher sur un gendarme.

"Il n’a pas été aidé par la vie"

À la barre du tribunal de Saint-Pierre, il reconnaît tous les faits. "Je n’ai pas maîtrisé mes émotions", explique-t-il face au juge. Il ajoute qu’il a cessé son traitement et qu’il n’a pas su se contrôler. L’expertise psychiatrique a conclu que le prévenu a un niveau de dangerosité modeste, totalement curable et réadaptable. 

Un avis que ne partage pas le ministère public qui estime que sa dangerosité est bien présente lorsqu’il y a une rupture de soins. "Ce n’est pas simplement un délit de fuite, il y a un refus d’obtempérer et une mise en danger de la vie d’autrui", ajoute la procureure.

Le bâtonnier Norman Omarjee va au contraire s’attacher à démontrer la résilience de son client. "C’est un exploit qu’il ne se soit pas retrouvé avant devant le tribunal. Il a été victime d’escroqueries à plusieurs reprises dans sa vie. Il a toujours surmonté ces épreuves et a toujours travaillé malgré son handicap. Lorsque sa femme le quitte, tout bascule. Il s’agit d’un évènement unique dans une vie bien remplie. Il n’a pas été aidé par la vie".

Il est reconnu coupable de tous les faits et est condamné à 4 mois de prison avec sursis. Il a une obligation de soins, voit son permis suspendu 2 mois, doit payer les contraventions et indemniser une victime à hauteur de 500 euros pour le préjudice.


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Choupette le 02/02/2022 02:58

Y'aurait pas quelque chose qui clocherait dans le titre, là ... ?

2.Posté par willou le 03/02/2022 11:58

et pendant ce temps les agresseurs et autres se retrouvent avec un rappel à la loi. le vigile aurait du s excuser publiquement c'est aussi de sa faute

3.Posté par Lilia le 04/02/2022 07:59

."Le gérant lui indique qu’il n’a pas la somme en liquide et lui propose une partie de l’argent avec des bons à jouer."
Hein ? C'est légal ça ?
Il aurait dû lui proposer de repasser le lendemain avec son ticket pour récupérer la somme non ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes