MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Et si l'on remplaçait requins bouledogues par huitres ?


Par Yann de Prince - Publié le Jeudi 23 Février 2017 à 06:25 | Lu 1056 fois

Et si l'on remplaçait requins bouledogues par huitres ?
Ma vision de la Crise Requin de La Réunion illustrée par l'exemple :

C'est l'histoire d'un type qui mange des huîtres sur une plage de Madagascar et qui décède quelques heures après son repas.
Aucune autopsie n'est pratiquée pour s'assurer de la cause réelle du décès (souffrait-il d’intolérance ou avait-il une autre maladie, les huîtres étaient-elles fraîches, avait-il mangé autre chose ? etc. ... ) mais cela n’empêche pas un Préfet brestois qui a eu vent de l’accident survenu à Madagascar où il n’a jamais mis les pieds, vivement encouragé en cela par des écologistes très actifs, de décider que, au motif du sacro-saint principe de précaution, il faudra désormais interdire toute commercialisation des huîtres en France.
Il promulgue donc aussitôt un arrêté en ce sens.

Dès lors, la filière économique ostréicole se meurt et, faute d'être ramassées, les huîtres se mettent à proliférer à tel point qu'elles envahissent lentement mais sûrement et progressivement le littoral Atlantique puis dégagent des toxines rendant la baignade et les activités nautiques très dangereuses pour l’homme dans les zones où elles sont les plus concentrées. Les baigneurs et les pratiquants d’activité nautiques sont invités à la prudence...

Suite à des décès inexpliqués survenus lors de baignades en mer, le successeur de notre brave Préfet est sommé par la population de régler le problème. Certains le menacent d’engager sa responsabilité. Tout un ensemble de personnes soutiennent que les baigneurs décédés ont commis des imprudences et qu’il n’existe aucun lien démontré avec la prolifération des huîtres. Selon eux, les victimes se seraient baignées trop tard le soir ou bien encore après une grande marée…, tandis que les ostréiculteurs et les habitués des activités nautiques soutiennent que ce sont des toxines dégagées par les huîtres qui prolifèrent hors de tout contrôle qui sont responsables des décès.

De vifs débats, stériles et sans fins, ont lieu. Des gens meurent à nouveau…

Sous la pression des écologistes appuyés par des scientifiques qui affirment tous en chœur que les huîtres sont dans leur milieu naturel et qu'il faut les préserver plutôt que les « détruire aveuglement » pour permettre aux têtes blondes bretonnes de se baigner, le Préfet décide d'interdire totalement la baignade en mer sur l'ensemble du littoral Atlantique sous peine de recevoir une contravention. Ce faisant, il répond à la menace qui lui était faite et pense dégager l’Etat de sa responsabilité. Des panneaux d’interdiction sont disposés partout et chaque touriste étranger qui se rend en France est averti du danger et de l’interdiction de baignade dans l’avion au moment d’atterrir.

Des scientifiques sont mandatés à grands frais par l'Etat pour conduire des études sur les raisons pour lesquelles ces satanées huîtres se seraient mises à produire des toxines de manière inexpliquée. Des sondes sont positionnées, des caméras sous-marines disposées ici et là et des résultats promis au plus tôt dans 3 ans. Des huîtres dégageant d’importantes quantités de toxines mortelles sont prélevées mais tout de même remises dans leur milieu naturel pour permettre le bon déroulement de l’étude. Il est vrai qu’une étude sérieuse, c'est long et ça se doit d’être rigoureux ; tant pis si des vies humaines sont en jeu, la rigueur scientifique et le droit à la vie des huîtres sauvages priment et justifient bien de tels sacrifices humains, d’autant qu’il ne s’agit que d’inconscients plaisanciers.

L’opinion publique est prise à partie : "Aimez-vous la nature ?" - "Etes-vous pour la destruction massive des huîtres pour le simple plaisir égoïste des baigneurs ?" leur demande-t-on. "Bien sûr que oui j’aime la nature et bien entendu je suis opposé à toute destruction massive et aveugle" répondent-ils spontanément de toute bonne foi à la question pernicieuse qui leur est posée. Il n’a bien entendu jamais été question de destruction massive mais simplement de gestion, de régulation et de protection des vies humaines.

Malheureusement, quelques passionnés enfreignent tout de même la consigne et décèdent. Ils sont montrés du doigt, traités d'irresponsables et leurs familles sont vilipendées. Un touriste tombe accidentellement de son embarcation dans la mer et décède sous l'effet des toxines. Les écologistes et les scientifiques préconisent d'étendre l'interdiction de baignade pour proscrire toute navigation plaisancière en Bretagne, ce qui est aussitôt décidé.

A aucun moment, jamais (!), aucun représentant de l'Etat n'envisage d’évaluer ou de remettre en cause la décision de départ (vous connaissez l'effet papillon ?) qui a conduit un jour un Préfet à décréter arbitrairement l'interdiction de toute commercialisation d'huître en France suite au décès d'un consommateur à Madagascar ! Jamais l’Etat n’envisage que la situation ne posait pas de problème particulier avant et qu’il serait bon d’y revenir. Les élus locaux font profil bas, la cause écologiste étant populaire, ils ne veulent surtout pas se mettre à dos cette part de leur électorat.

Pendant ce temps, d’autres pays continuent de cultiver les huîtres sans encombre et sans connaître de problème similaire à celui de la France. Les gens se baignent normalement dans la mer en Espagne, au Portugal et ailleurs.

Et la situation dure ainsi des années, s'accentuant et s'aggravant au point de devenir quasi-irrémédiable et sans qu'aucune mesure corrective ne soit prise si ce n'est la mise en place de bassins artificiels sur les côtés Atlantiques françaises pour que les gens puissent se tremper occasionnellement.

Surprise ! Un beau matin, une coquille d’huître canadienne est retrouvée sur une plage bretonne et les scientifiques en déduisent que certaines huîtres pourraient migrer sur de longues distances, si bien que le problème serait bien plus vaste et complexe qu’attendu.
Saperlipopette ! Qui l'eut cru ?

Selon eux, il va falloir leur allouer davantage de moyens et proroger les délais d’études initialement envisagés tout en maintenant les interdictions en cours.

Toute la filière économique ostréicole française est décimée, toute baignade dans l'océan Atlantique est formellement interdite en France et des gens continuent de mourir après s'être baignés.

Bien sûr, il s'agit là d'une pure fiction et connaissant nos amis bretons, nous pouvons être certains que si de telles décisions avaient été prises par un Préfet, les choses ne se seraient pas du tout passées comme cela en métropole.

Comment expliquer alors un pareil "traitement de faveur" pour La Réunion ? Je ne saurais pas vraiment le dire mais force est de constater encore une fois que La Réunion n’est pas logée à la même enseigne que la métropole.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il suffit de remplacer huîtres par requins (bouledogue ou tigre), Bretagne par La Réunion, Atlantique par Océan Indien et filière ostréicole par petits pêcheurs réunionnais dans cette folle fiction pour comprendre la gravité et mesurer l'absurdité de la succession de décisions inconséquentes prises par l'Etat français depuis des années à La Réunion avec toutes les drames que cela continue d’engendrer.

Jean-Paul Virapoullé s’est exprimé publiquement hier et c’est encourageant. Je lui en suis personnellement très reconnaissant. Mais où sont les autres responsables politiques réunionnais ? Que comptent-ils faire ? Jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer ?
Malheureusement, un requin est autrement plus mobile et plus dangereux qu’une huître et la résolution du problème de la prolifération des requins à La Réunion sera désormais bien plus difficile à régler que ne le serait celui des huîtres dans mon exemple. La faute à l’immobilisme, au manque de courage et au déni de réalité de l’Etat (toutes majorités confondues) dont la population réunionnaise est victime depuis des années maintenant. Parce qu’ils y ont été invités, des requins féroces ont élu domicile sur nos côtés. Ils marquent leur territoire en tuant les humains qui s’y aventurent. Le mal est devenu très profond.

C’est un euphémisme de dire qu’il est plus qu’urgent de traiter ce problème sérieusement en le prenant à bras le corps et à la racine. Des mesures ont été faites et jamais la toxicité de la chair des requins bouledogue et tigre n’a pu être démontrée mais le principe de précaution demeure et les pêcheurs réunionnais ont toujours l’interdiction de vendre du requin tandis qu’on en mange régulièrement aux Seychelles et ailleurs.

Et s’il c’était s’agit d’un thon ? Quelqu’un peut-il sérieusement croire ou soutenir que la commercialisation de thon aurait été interdite arbitrairement de manière généralisée et définitive en France sur la base d’un seul accident survenu à Madagascar, au demeurant sans que les causes réelles n’aient été analysées ?

Bien sûr que non !!

Quelle douloureuse question que celle qui doit nous hanter tous. Combien de morts auraient pu être évitées ?

Je suis meurtri par ce nouveau drame qui frappe La Réunion et j'adresse mes pensées les plus chaleureuses et compatissantes à la famille d’Alexandre, aux autres victimes ainsi qu'à toutes les familles et aux amis des personnes victimes d'attaques de requins et j'implore les Autorités françaises pour qu'elles daignent enfin affronter les véritables problèmes avec honnêteté et en apportant enfin la preuve qu’elles sont désormais prêtes à assumer loyalement leurs responsabilités.

Yann de Prince




1.Posté par GIRONDIN le 23/02/2017 07:22

Bonne fiction réelle !

Qu'ils autorisent la vente on est pas obligé d'acheter et ou de consommer !

A l'échelle """"" géologique "" "" 3 ou 4 ans d'étude ce n'est rien à condition de respecter les règles pendant cette période et à condition que celles-ci soient provisoires.

2.Posté par Requin ? le 23/02/2017 07:31 (depuis mobile)

Pas de problème requin, que des solutions ! En 2010 des milliers des personnes se baignaient à l''étang salé. Où sont les 10 millions gaspillés en études inutiles ? Où sont les touristes ? Que font les élus ?

3.Posté par couillonisse le 23/02/2017 09:03

Un commercial qui cause :) et qui se dit meurtri... on ne retiendra que l'esprit mercantile de ce commercial qui se fout des pertes humaines en réalité et ne voit que le profit que pourrait apporter la commercialisation de la viande de requin ... Qui est le requin dans l'histoire ??? Les chiens tuent plus que les requins : demandez sa commercialisation !!! On mange bien du chien en Chine !!

4.Posté par Ccsty le 23/02/2017 13:59

Ca ne tiens pas, la démonstration étant basée sur un postulat erroné: Les huitres ne prolifèrent pas sans intervention de l'homme.
En revanche, en intégrant ce paramètre manifestement laissé de côté volontairement, on peut reprendre vos arguments en gardant en tête que la prolifération des huitres ne saurait se faire sans intervention de l'homme comme la prolifération des requins...
Recréez la chaine alimentaire, développez la réserve, introduisez du requin et allez lire les postes des Polynésiens qui disent clairement surfer tous les jours au milieu des requins de récif qui empêchent les bouledogues et les tigres d'approcher.
Monsieur de Prince, en temps qu’entrepreneur je pensais que vous saviez faire d’une menace une opportunité, au lieu de cela, vous encouragez l’interventionnisme pour détruire au lieu de construire. C’est surprenant, pour ne pas dire décevant.

5.Posté par li le 23/02/2017 14:10

Le hic c'est qu on n est pas tres fan des huîtres
Vous auriez été mieux inspiré de parler coquilles bichiques ti moul cabri tang poule canard lapin
A ben tien les poules et les canards sont ils tous éradiqués?

Aussi incroyable c est que vous vous référez à la côte atlantique la Bretagne la métropole . Les huitres? Non mais sérieux ? Pou in moun ki vi ici, vi na de drôle référence .

Au fait ce ne sont pas les avis des scientifiques qui motivent les réunionnais mais sak défunt gran papa i disé : mèt pa lé pié tiala.

Sak i tu la reynion sé de ne pli avoir le droit de pêcher et de vivre son tradition. pas de ne pas manger de rekin . pas de ne pas surfer . pas de ne pas aller bronzer. On a tout gommer pour permettre à d autres d importer .

A cou sur ou la besoin d un bon bouillon larson.

Rend à nou not piknik rend à nou nos poissons rend à nou ravine rend à nou la vi ké té émerveille nout canèt

6.Posté par li le 23/02/2017 14:21

Et vira la fé in lereur en kosan comme in mufle
Li la insulte a nou en oubliant nout vi, en oublian kozman do vié, en oublian son role de maire, lutter contre les irresponsables pas les encourager.
Comme dirait l autre, " jean paul virapoullé, vous avez trahi La Réunion "

7.Posté par "OBSERVATEUR VIGILANT" ! le 23/02/2017 16:29

En lisant la prose de Monsieur Yann de Prince , mais aussi ,les commentaires de la presse locale ,ceux des internautes de "zinfos" et de "Clicanoo" , je me rends compte que l'auteur de l'article ci -dessus , semble avoir été séduit par les arguments du Maire -Conseiller Général de Saint-André , et certainement par "son histoire abracadabrandesque" puérile des Requins qui qui vont à la rencontre de leurs copains de l'île Maurice pour les rassurer qu'ils ne risquent pas grand' chose mais qu'au contraire ils sont certains de trouver à l'île Bourbon ,un garde -manger bien garni ( ? ) qui s'appelle "Réserve Marine" !!
Ils sont trés malins ces requins (peut être autant que Jean -Paul !) ! Mais surtout ,ils ont l’ouïe trés fine :ils l 'ont entendu , au large du Barachois, son appel déterminé à les massacrer tous .... Et s'ils avaient décidé de se venger par des attaques plus fréquentes sur les côtes réunionnaises ??? Les Surfeurs et les Baigneurs n'ont qu'à se cantonner dans leurs zones protégées et , respecter les "panneaux " et "drapeaux " d 'interdiction de leurs Maires ! Et pourquoi donc ,ces "Zélus " ne se préoccupent-ils pas plutôt à éradiquer les "dégâts et ravages" terribles que causent tous "les Requins Terrestres" qui sévissent (sans aucune crainte) dans ce Département -Région , avec la bénédiction des Dirigeants des deux grandes collectivités ???

8.Posté par klod le 23/02/2017 17:39

le problème : les attaques infondées de comiques contre la réserve " c'est la faute à la réserve" ........................................... le reste , je persiste et signe : une palangre prés de plage fréquentée , personne au monde ne peut assurer que ces drums éloignent ou attirent des requins charognards

9.Posté par polo974 le 23/02/2017 17:50

En fait, en Bretagne, il y a pire: les algues tueuses de la baie des cochons...

Et le préfet là bas continue a autoriser l'ouverture de porcheries géantes...

10.Posté par klod le 23/02/2017 22:05

"la baie des cochons" c'est pas à Cuba , ca ?

11.Posté par Possessionais le 24/02/2017 06:49

On pourra toujours manger du Caviar et du Saumon de Norvège !

12.Posté par A.P. du Tampon le 26/02/2017 07:57

Certes, comparaison n'est pas raison. Les paraboles cependant, quand elles sont habilement développées, y compris comme ici avec une certaine dose d'humour, ont de grandes vertus heuristiques : remettant en question les préjugés et les aprioris, elles ébranlent les certitudes les mieux ancrées et stimulent la réflexion des esprits non totalement sclérosés. Bravo à l'auteur !

13.Posté par Océane le 01/03/2017 08:32

@4 : les huîtres se multiplient très bien toutes seules, sans aucune intervention humaine.
N'affirmez pas sans savoir, svp.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes