Faits-divers

Escroqueuse compulsive : j’arnaque… et vas te faire mettre !

Samedi 20 Mai 2017 - 16:28

Correctionnelle Sud – Jeudi 11/05/2017


Julie Somnica, la trentaine bientôt, est une arnaqueuse compulsive.  Elle a besoin d’arnaquer ; elle ne peut s’en empêcher et personne n’y peut mais.

Elle a un TOC, maladie obsessionnelle compulsive, ça s’appelle, et personne n’a jamais songé à la faire analyser par un psy.

Elle a une vie sociale, n’a pas besoin d’argent mais ne peut s’empêcher de voler, d’arnaquer. Elle est manifestement malade, cela se comprend immédiatement à son CV judiciaire. Cela s’appelle de la cleptomanie, c’est dans le Larousse.

On se demande bien alors, et son avocate avec nous, ce qu’elle faisait devant ce tribunal… où elle n’a d’ailleurs pas daigné se montrer.

Elle a blousé tout le monde !

Julie a déjà été plusieurs fois condamnée pour vols divers, escroqueries à ne plus savoir qu’en faire. Ce coup-ci, il lui était reproché 21 faits de vols ou d’escroqueries. Alors qu’elle purgeait déjà une peine avec sursis. Elle continuait cependant à taz la guèle domoune…

Cette fois, entre septembre 2013  et juillet 2016, malgré les avertissements avec sursis du tribunal, elle a arnaqué, le mot n’est pas trop faible, 17 personnes dont sa soeur et sa belle-mère.

Oui ! Elle a baisé sa propre famille. Une famille qu’elle aime, tous les témoignages le disent mais c’est plus fort qu’elle.

Julie n’est pas astucieuse : son territoire « de chasse » est limité, SaintPierre, Petite-Île, Saint-Jopseph. Sans penser une seule seconde que ses victimes pourraient éventuellement la reconnaître.

Pire… elle n’a pas vraiment besoin d’argent. Lorsqu’elle fait par exemple un faux chèque pour payer sa facture à la    crèche de ses enfants, elle refuse l’aide gentiment proposée par la directrice de lui monter un dossier à la CAGF :

« Non ! Je n’’ai aucune gêne financière, merci.

La gueule de la  victime !

De ses chéquiers volés, il en va de toutes les tailles, de quelques euros à plusieurs centaines du même nom.

Cette femme est diplômée, comptable, titres qu’elle a utilisés pour se faire embaucher ici ou là. Une de ses astuces est à souligner ; elle volait un chéquier puis se présentait au guichet bancaire, prétendant qu’elle avait changé d’adresse. Avec le passeport ou la CNI, passez Muscade ! 

La gueule de la victime quand elle apprenait qu’elle était interdite bancaire et qu’en outre, elle n’habitait plus chez elle…

Et cela a duré ainsi longtemps. Grâce à « sa facilité de contacts, au talent de comédienne », soulignés par le procureur Saunier.

« Moi, interdit bancaire ? Moi ? »

Lorsqu’elle fut interrogée par les policiers, cette surprenante dame a juste dit, concernant une de ses victimes :

« C’était pour le faire chier ! » (sic !)

Il s’avérera ensuite que ses argument étaient faux comme un âne qui recule : cet employeur n’avait aucun tort envers elle.

Julie arnaqué tout ce qu’elle pouvait blouser. Des sociétés bien sûr, mais plus grave, des gens qu’elle aime.

Sa famille. Sa sœur. Sa belle-mère « parce que je croyais qu’elle faisait du tort à mon père ».

Elle a causé un souk pas possible dans des sociétés qui se sont retrouvées en interdit bancaire en raison des ses chèques. C’est pas rien.

 « Un souk pas possible ! »

La partie civile eut beau jeu de mettre en avant la cagade auprès des banques et des employés des sociétés où fut employée cette dame.

Le procureur Saunier a tiré à la MG-42 contre ce fuyant « qui a été très fuyant dans ses interrogatoires, repoussant plusieurs fois ses convocations… qui continuait ses arnaques pendant le temps des indulgences du tribunal, dépouillant son entourage, de mauvaise foi ! Il s’est même acheté une voiture avec un chéque volé » !!! »

Qui va payer ? Toi, moi, je, tu, il, nous…

Me Panurge, défenderesse de l’accusé, l’a reconnu d’emblée : « Cette tâche est difficile » ».

C’est le moins que l’on puisse  dire.

Julie a été condamnée à : 18 mois fermes dont 6 avec sursis ; obligation de réparer les dégâts ; interdiction d’émettre un chèque durant 5 ans ; révocation d’un ancien sursis de 3 mois ; et dédommagements suivants : 4.346,40 +2.000 + 500 + 500 +4.671+ 2.000… C’est beaucoup ?

Je suis de votre avis : avec quel revenu va-t-il casquer l’addition ?
Jules Bénard
Lu 21228 fois



1.Posté par jean claude payet le 20/05/2017 17:00

quelle ne s'inquiete pas elle n;est pas la seule et un bel avenir ici

2.Posté par Véridik le 20/05/2017 17:33

Dommage pour elle , si elle était députée , on aurait pu saisir ses indemnités et elle n'aurait de ce fait rien eu à débourser de sa poche. Çà sera toujours le citoyen lambda qui paiera pour la connerie d'autrui

3.Posté par Taine le 20/05/2017 17:53

18 mois dont six avec sursis (et non 18 mois fermes dont 6 avec sursis)
Seuls ceux qui ne font rien ne se trompent jamais.
Merci Mr Bénard pour vos savoureux compte-rendus.

4.Posté par L'Ardéchoise le 20/05/2017 19:42

Merci Jules, c'est du petit lait, c'est ....
On s'en fout presque de ce qu'il peut arriver à celle-là ou à d'autres, c'est juste des débuts d'histoires dont on a envie d'avoir une suite.

5.Posté par Anges le 21/05/2017 00:06

Qu'est-ce que c'est que ce genre d'article ? Les termes familiers, le mot " arnaque " répété sans cesse et sans détails, un élève de CM1 a écrit ceci et s'adresse à des demeurés ou bien ?...

6.Posté par TICOQ le 21/05/2017 07:04

S'il n'y avait pas eu autant de victimes on sourirait presque en lisant ce portrait. Un an d'enfermement réel ce n'est pas assez long pour créer un électrochoc dans une tête malade. Notons que l'escroc n'a aucune obligation de soins.......... logique.

7.Posté par Joseph le 21/05/2017 07:14

Le système est fait pour inciter la racaille, les parasites et les vermines. Les travailleurs, ceux qui triment et se lèvent tôt pour aller bosser, eux sont facilement punissables, rien qu'un jour de retard pour payer son dû, et c'est 10% de pénalités.

8.Posté par Jules Bénard le 21/05/2017 09:29

à posté 5 "anges" :

Mon Dieu ! mon Dieu ! que je me sens fautif d'avoir voulu, un tant soit peu, tenté de dérider l'atmosphère très pesante de notre banal quotidien.

Heureusement qu'il y a des gens hyper-intelligents, comme cet "anges", pour me répéter que je suis un con définitif, perdu pour la science et le sérieux qui sied à tous les emmerdeurs !

Grâces soient rendues au Seigneur d'avoir créé "anges" et ses condisciples pisse-froid qui, eux, sont de super puissances intellectuelles.

Que ferions-nous sans ces phares de la profondeur intellectuelle !

9.Posté par calaya le 21/05/2017 10:25

Mr Jules ressaisissez vous ! une grosse faute de grammaire (conjugaison) :

""Julie arnaquE tout ce qu'elle pouvait blouser""" Moi j'aurais écrit arnaquait

HUBERT

10.Posté par Jules Bénard le 21/05/2017 12:02

à posté 9 "calaya" :

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa !

Toutefois, si c'est tout ce que vous avez à me reprocher, c'est plutôt flatteur. Merci donc et bien cordialement à vous, JULOT.

11.Posté par Anges le 21/05/2017 12:03

Par ailleurs, cher humoristique, je ne voulais pas vous accabler de la sorte, d'ailleurs mon post n'est pas méchant.C'est juste bizarre de lire ça comparé au reste mais ça n'empechera pas le soleil de briller sur ma petite personne, sans prétention.Bon dimanche !

12.Posté par regor le 21/05/2017 12:22

Que des gens mécontents des autres ils ont loupés leur vocation, les immortels de la langue française se trouvent à l’académie française , qu'attendez-vous pour y aller : mais là-bas on n'accepte pas les CONS .

13.Posté par cafrinoise le 21/05/2017 14:10

au journaliste : "va te faire mettre" et pas "vas te faire mettre " > revoir la leçon sur l'impératif (cours de CM2) Merci.

14.Posté par nativel le 21/05/2017 14:44

J'appel cela un pauvre fille mais une personne qui arnaque sa propre famille... C'est ignoble

15.Posté par klod le 21/05/2017 15:10

post 12 , détrompe toi , finky y est !

16.Posté par Jules Bénard le 21/05/2017 18:15

à posté 13 "cafrinoise" :

Vous avez mille fois raison et moi-même, en relisant ma prose imprimée, j'ai cru avoir mal lu.

Le "s" de la 2è personne ne s'utilise pas à l'impératif, sauf pour les problèmes de liaison phonétique. Exemple : vas-y ! penses-y ! etc.

J'ai dû mal me relire et pourtant, je vous garantis que j'y fais attention. Mais nul n'est parfait, n'est-ce pas ?

Merci d'avoir bien voulu me corriger. Je vais redoubler d'attention, promis. Cordialement, JULOT.

17.Posté par L'Ardéchoise le 21/05/2017 20:21

"Anges", où ai-je lu que c'était gens en verlan ? Et peut-être "cafrinoise" aussi ?
Le fond, vous dis-je, le fond, la forme n'est pas pire, malgré des fautes qui sautent aux yeux des mal au ki qui n'ont que pour seul exutoire la critique systématique...

18.Posté par L''art des chosrs le 21/05/2017 21:06 (depuis mobile)

Alors l''Ardechoise, Julot a fini par céder ? Ou bien continues-tu à te pâmer en vain. Quel ingrat devant tant de lèche.

19.Posté par Anges le 21/05/2017 22:14

De quoi se mele encore l'Ardéchoise sur tous les coups ? Oui anges en verlan c'est gens et oui mon post , quasi le meme que Cafrinoise ( ce n'est pas moi ! ) n'a pas été publié .Donc ne suis pas seule à " tiquer " sans pour autant accabler : merci donc de nous lacher la grappe et d'aller vous détendre .Vas-y Francky , vas-y !

20.Posté par Anges le 21/05/2017 22:16

L'Arde la léche Pour preuve, mon post qui commence par.." Par ailleurs " faisant suite à celui que Cafrinoise a publié.Paru après .

21.Posté par L'Ardéchoise le 22/05/2017 00:08

18, L'art des m.rdes, constipation ou diarrhée ?
Diagnostic difficile. D'autant que les pseudos sont divers et variés, voire avariés.
Votre talent cacatesque vous nuit, et vos réflexions sans nulles autres pareilles vous mènent en des lieux que l'on ne fréquente que par obligation.

22.Posté par polo974 le 22/05/2017 18:13

18 mois fermes dont 6 avec sursis...

23.Posté par LETVINO le 03/07/2017 14:48

y a quand même la progression sociale a voir , s'enfermer dans le tout autrui ca veut rien dire , mais y en a toujours un pour denoncer un plus fort que lui , heu ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Décembre 2017 - 07:11 Le permis à peine obtenu, on le lui retire