MENU ZINFOS
Société

Esclavage: Quels impacts sur la société réunionnaise ?


"L'esclavage n'est plus perçu uniquement comme un phénomène économique mais aussi comme un phénomène culturel du point de vue des esclaves". À l'occasion de la sortie du livre "Quels impacts de l'esclavage sur l'agencement de la société et les comportements des individus à partir de la société réunionnaise", sous la direction de Raoul Lucas, rencontre avec la présidente du Mémorial Camille Jurien, Florence Rivière, dont l'association est à l'origine de cette parution.

Par SI - Publié le Dimanche 20 Décembre 2020 à 06:00 | Lu 1885 fois

L'objectif de son association était triple. La première, faire connaître la vie et l'oeuvre de Camille Jurien de la Gravière (1811-1878), connaître les valeurs qui ont guidé son action à un moment donner de sa vie et transformer une partie du domaine de Bel-Air en un mémorial avec un espace dédié à Camille Jurien. Cette dernière a été une figure atypique de la société coloniale de Sainte-Suzanne. Ancienne propriétaire du domaine de Bel-Air, Camille Jurien, qui était légitimiste comme son père, épousera peu avant l'abolition de l'esclavage les convictions du père Lacordaire, un des précurseurs de la doctrine sociale de l'Eglise qui émergeait alors. Elle sera dès lors connue pour son action pour humaniser la vie des travailleurs engagés du domaine et sa volonté de réparer le crime de l'esclavage.

La parution de ce livre fait suite au séminaire qui s'était tenu les 17 et 18 décembre 2018 à l'Université de La Réunion à l'occasion du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage. Un séminaire pluridisciplinaire réunissant plusieurs spécialistes aussi bien des historiens (Prosper Eve, Raoul Lucas, Isabelle Mansuy), des géographes (Mario Serviable) mais aussi des addictologues comme Christian Dafreville, des travailleurs sociaux, des psychologues ou encore des artistes. "Nous nous sommes réunis pour discuter des impacts de l'esclavage et savoir si nous en avions fini avec l'esclavage ou s'il restait encore des traces dans la société et la psyché des individus", explique Florence Rivière.

Si le séminaire n'a pas abouti à une réponse définitive sur cette question, les intervenants ont mis à jour des mécanismes peu connus de transmission des traumatismes, des mécanismes notamment biologiques, grâce à la contribution de la chercheuse suisse Isabelle Mansuy. Cette dernière, qui travaille à l'université de Zurich, travaille notamment sur la transmission neuroépigénétique, à savoir que notre mémoire pouvait modifier l'expression de nos gènes. "Le consensus était tout de même que la société réunionnaise a été grandement marquée par les traumatismes de l'esclavage et qu'il était possible que dans certains cas, ces traumatismes se soient perpétués et qu'ils soient la cause de certains troubles que nous retrouvons aujourd'hui. À l'inverse, ce traumatisme ou cette grande souffrance, a pu créer dans certains cas créé une certaine résilience, une certaine force de résistance qui a perduré aussi", explique Florence Rivière:

"Quels impacts de l'esclavage sur l'agencement de la société et les comportements des individus à partir de la société réunionnaise", paru aux Éditions Quartier-Français au prix indicatif de 20 euros. En vente dans les librairies Autrement et Gérard (tirage limité à 150 exemplaires).




1.Posté par Freedom fighter le 20/12/2020 07:17

Le système Français aujourd'hui créé encore une forme d'esclavage plus sournois et moderne...

2.Posté par enfummeurs le 20/12/2020 07:55

je suis d'origine esclave, mon peuple s'appelle les slaves......
je cherche mon mémorial et je ne le trouve pas......

je suis slave et fier de l’être, car on su se débarrasser des cons au bout d'un certains moment...

3.Posté par AZALA le 20/12/2020 09:20

Vous allez encore nous bassiner encore longtemps avec la victimisation et la repentance? Les tenants de ces conneries occultent une grande partie de l'histoire dans ce but de culpabiliser uniquement les européens alors que l'esclavage a débute est perduré bien après l'abolition par la France ras le bol de ces falsification Je m’étonne que la mère Verges ne soit pas dans le coup!!! C'est gens sont malhonnêtes intellectuellement

4.Posté par Ma sonnerie le 20/12/2020 09:43

La République permet à tous de s'en sortir en travaillant.

Travailler etait le sort de l'esclave avec la négation de son identité, sa culture, la privation de liberté, son caractère meuble pour le propriétaire...

Travailler aujourd'hui.... L'épanouissement de l'inidvidu, le fait de s'en sortir socialement, de n'être un poids pour personne.. Le mensonge capitalistique contre l'abus de pouvoir.

5.Posté par C''''est une blague ? le 20/12/2020 10:12

Quelle question? C'est pour faire du buzz? Faire réagir les bas du front slaves? Tout n'est que conséquences? Rien a été payé et les fils de des mêmes continuent à la demande de Sarda de nous enc... !
Pff ! C'est une force de se relever sans cesse, malgré les coups, les humiliations,le génocide, un peuple se lève et se tient encore debout. C'est admirable !

6.Posté par DIDIER NAZE le 20/12/2020 13:00

Bref si vous êtes adepte du sado maso. ....et pratiqué ..régulièrement la masturbation intellectuel ....courez vite acheter ...ce livre !! 😂😁😀....😉😨😲...

7.Posté par ouaisouaisouais le 20/12/2020 17:34

enfummeur; il y a pas un mémorial dans votre pays d'origine?

8.Posté par zean le 20/12/2020 18:21

descendant d'esclave , mon ancetre en a baver pendant cette période mais je le remercie pour m'avoir donner l'occasion de naitre dans un pays qui prone la liberté ,l'éducation la fraternité etc

9.Posté par Fidol Castre le 20/12/2020 19:37

L'esclavage permet la victimisation, le business et la chasse aux subventions.

10.Posté par mon péi le 20/12/2020 19:47

Maintenant c'est l'esclavage de la consommation

11.Posté par ohlalala le 20/12/2020 21:17

Quel est le problème ? c'est l'histoire de la Réunion. Que ceux qui ont l'impression d'être mises en accusation (ascendance peut-être?) migrent vers des lieux où on ne la commémore pas, comme la France métropolitaine. Comme ça, ils ne seront pas obligés de subir tous les ans, ce rappel historique.

12.Posté par Bokapola le 21/12/2020 00:49

@post3 AZALA
Qu’est-ce qui vous fait autant peur?
Que l’on vous demande des comptes?
N’ayez crainte, c’étaient à mes ancêtres esclaves de réclamer leur dû aux ‘propriétaires’ d’esclaves (les votres, par hasard?)
Où plutôt que les jeunes d’aujourd’hui se posent la question de la légitimité des acquis des descendants d’esclavagistes?
Ne vous inquiétez pas, tant que l’enseignement ne sera pas moins biaisé (trop peu de jeunes savent que les esclavagistes ont reçu une coquette somme en échange de la liberté des esclaves et ont pû garder le patrimoine immobilier et les terres, par exemple) et tant qu’on continuera à favoriser l’échec scolaire ou alors promettre aux descendants d’esclaves les plus doués académiquement, quelques miettes sous forme de ‘ti plass’ bordaz’ dans la fonction publique pour la fermer et ne pas soutenir l’émancipation intellectuelle et culturelle des jeunes Réunionnais issus de classes sociales défavorisées, vous avez encore de beaux jours devant vous!

13.Posté par Fidol Castre le 21/12/2020 08:50

11.Posté par ohlalala le 20/12/2020 21:17

Quel est le problème ? c'est l'histoire de la Réunion. Que ceux qui ont l'impression d'être mises en accusation (ascendance peut-être?) migrent vers des lieux où on ne la commémore pas, comme la France métropolitaine. Comme ça, ils ne seront pas obligés de subir tous les ans, ce rappel historique.


Tu parles de qui ? Des descendants d'Européens ou des descendants d'Africains ? Comme les deux ont pratiqué l'esclavage, il ne va pas rester grand monde à la Réunion. Les européens ont arrêté au 19ème siècle. Les Africains continuent en 2020, comme en Lybie.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes