Zot Zinfos

Errare humanum est, perseverare diabolicum

Vendredi 27 Septembre 2013 - 11:07

Errare humanum est, perseverare diabolicum
uelques  considérables  considérations  sur les  grands  enjeux   de la capitale  et  sur les réponses  attendues  comme toujours de Paris  qui  est  aussi   une autre capitale  :
 
- L'aménagement de l'entrée  Ouest de Saint Denis  ( qui  répond  au  nom flatteur  de NEO comme  pour en souligner le  caractère révolutionnairement   nouveau  ) dont  il aura  fallu  30 ans  pour  se rendre  compte de l'urgence , justifierait  un  bricolage  technico  financier  qui  ne ferait  que s'ajouter  au  grand   bricolage  de la route  du  littoral . On n'est  plus  à  un  bricolage   près!
Hier  on a jeté   par dessus   bord  la  solution du tram train aujourd'hui  il faut  trouver  300 000 000 € ! Grace   à  nos  amis de Berlin  , d'Amsterdam , de Madrid  , de Rome , de Lisbonne  et peut  être  même de  Bucarest  on devrait  y arriver...

- La façade maritime  est  très  dégradée , constate t on  . La faute   à qui ? On  pourrait  commencer par exemple par imposer   le  démontage  d'une  station de lavage  de   voitures   implantée  illégalement  sur  la   bande  littorale   et d'autres  constructions  anarchiques  du  même genre . Vous  n'y  pensez  pas ! on va  solliciter l'ANRU !

- Et  puis  il  y a le  problème  lancinant  du chômage ! La  solution  : 60 000 emplois  aidés  qui ,  nous  dit on , seraient  de nature    à rétablir au  moins   l'équilibre avec les autres départements  métropolitains confrontés  pourtant  à  des   difficultés moins  aigues  que les   nôtres en  matière  d'emplois . Quelle  injustice ! Pourquoi  pas  150 000 comme ça   on mettrait  au chômage ... les agents de Pôle emploi
Ce genre de  comptabilité témoigne d'une  conception étriquée de l'appartenance   à la république  .
60  000 emplois aidés   c'était  justement  ce que l'on faisait .... il  y a  10 ans  et  on sait   où  ça   nous a  conduits .
 
Ne  serait  il  pas  possible   un  jour  de  s'interroger  sur l'efficacité  réelle des emplois  aidés et d'ajuster   nos  politiques   d'emploi et de  formation aux solutions que la raison  nous désignent comme étant un peu efficaces .
Nous  ne manquons pas sur le  sujet  d'études qui   pourraient  nous éclairer.
D'autres  se sont posés  justement la question avant  nous et  leurs  conclusions,  convergentes , sont  sans appel  : la création d'emplois  publics  temporaires a   un effet  nul  voire  négatif sur l'amélioration  des  capacités  d'insertion  professionnelle de  leurs   bénéficiaires .Il faut leur  préférer la formation et  l'accompagnement vers le  secteur  marchand .
 
Ainsi en  2000 a été  effectuée   par  3 économistes  (Fougère , Kramarz et Magnac)  une  synthèse des études  sur cette question qui met en évidence  cette  inefficacité .
Les  conclusions d'une étude  plus récente et  plus   brève   de 3 autres  économistes ( Algan , Cahuc et Zylbergberg ) vont strictement dans le  même sens .
Alors  pourquoi  persévérer dans l'erreur ?
En fait  il  ne s'agit  plus  d'un enjeu  économique  mais d'un enjeu  d'ordre   public .
On s'en doutait   un peu .
Mais  qui donc   nous a conduits  dans cette  impasse ?
Lu 211 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >