Océan Indien

Epidémie de peste à Madagascar: La Réunion hors d’atteinte pour le moment

Mardi 10 Octobre 2017 - 17:35

Face aux inquiétudes grandissantes des habitants de la zone, quelques précisions sur l’épidémie de peste qui sévit à Madagascar, avec François Chieze, le Directeur de la Veille et Sécurité Sanitaire de l’ARS Océan Indien.


Epidémie de peste à Madagascar: La Réunion hors d’atteinte pour le moment

À l’instar des Seychelles, qui ont coupé toutes les liaisons aériennes avec Madagascar, les inquiétudes vont grandissant pour les habitants de la zone. Certains Réunionnais sont amenés à voyager sur la Grande Île pour des raisons économiques et s’inquiètent de la contamination inter-îles.

C’est le cas de Johannie, qui effectue régulièrement des allers-retours pour son entreprise basée à Tamatave. "Sur place, les gens ne reçoivent aucune information sur la prévention ou encore les traitements possibles. Moi, j’ai fait le nécessaire mais j’ai vraiment l’impression que le nombre de victimes de l’épidémie est sous-évalué" explique la Réunionnaise.

Une impression répandue car dans les premiers temps de l’épidémie, le nombre de victimes a fait un bond impressionnant. Aujourd’hui, le bilan de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fait état de 45 décès et 387 cas recensés.

Des épidémies de peste tous les ans à Madagascar

"Le phénomène de décalage entre le premier et le dernier bilan est dû au fait que les institutions locales n’étaient pas équipées au début de l’épidémie pour recenser tous les cas. Une fois l’OMS sur place, l’institut Pasteur a vu ses moyens en personnel et en matériel fortement renforcés, d’où le rattrapage rapide de ce décalage. On se rapproche en effet plus de la réalité aujourd’hui" précise François Chieze, le Directeur de la Veille et Sécurité Sanitaire de l’ARS Océan Indien, qui ajoute également qu’il faut "mettre ces chiffres en proportion avec la population malgache, soit 26 millions d’habitants".

La maladie de la peste est endémique à Madagascar. Elle revient chaque année et existe depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il existe deux formes principales. La peste bubonique, la forme la plus courante qui est due à la piqure d’une puce transmettant le bacille Y.pestis, directement à la population en contact.

"Une fois le malade contaminé, ses chances de se déplacer pour aller prendre un avion sont quasi nulles"

La peste pulmonaire, qui inquiète aujourd’hui les voyageurs peut se transmettre par voies respiratoires, par phénomène de contamination directe avec des gouttelettes en suspension dans l‘air, provoquées par exemple par un malade de la peste qui tousse. Une fois contaminée par la peste pulmonaire, la personne va développer des symptômes très rapidement. Parmi eux, une détresse respiratoire, une grande fatigue et une faiblesse généralisée.

"Il faut déjà envisager que le voyageur ait les moyens financiers, mais également physiques de prendre un avion. Une fois le malade contaminé, ses chances de se déplacer pour aller à l’aéroport sont quasi nulles.  Les symptômes se développent en quelques heures à peine. Le risque de voir un cas de peste pulmonaire dans un avion reste donc très faible" explique François Chieze.

"On n’est pas mieux soignés à La Réunion qu’à Madagascar"

Les phénomènes de migrations sanitaires sont également à écarter selon le Directeur de la Veille et Sécurité Sanitaire de l’ARS Océan Indien. "Dans l’hypothèse qu’un voyageur qui aurait tout de même contracté la peste arrive dans l’avion, espérant être pris en charge à La Réunion, il faut bien comprendre qu’avec les moyens déployés par l’OMS, on n’est pas mieux soignés à la Réunion qu’à Madagascar."

Une marche à suivre pour les compagnies aériennes

Aujourd’hui, il n’y a pas de limitation de circulation des personnes et les compagnies sont habilitées à aller à Madagascar et revenir. Contrairement aux Seychelles, qui ont pris une décision unilatérale suite au décès d’un ressortissant entraîneur de basket, "ni l’OMS, ni le RIAT, ni le Ministère des Affaires Étrangères ou le Ministère du Transport n’ont jugé cette mesure relevante" explique François Chieze.

Les compagnies aériennes ne sont pas laissées dans l’ignorance pour autant. "Malgré tout, nous devons rappeler que le virus circule à Madagascar. Les médecins, les agences de voyage, les autorités dans les aéroports et les compagnies ont tous reçu des données de rappel et les recommandations en cas d’éventuel contact".

Et si un malade passait toutes les barrières …?

Dans l’éventualité qu’un malade de la peste pulmonaire déclare les premiers symptômes en cours de vol, là aussi un protocole est mis en place, en collaboration avec le Samu. "Dans le cas où nous serions prévenus, l’avion serait isolé dès son arrivée. Le malade serait transporté en condition d’isolement au CHU et traité. Un traitement préventif serait administré à l’ensemble des voyageurs et de l’équipage et l’avion serait désinfecté. Nous avons tout prévu, avec une check-list en collaboration avec les services de secours".

Mais l’hypothèse reste "extrêmement peu probable" souligne le Directeur de la Veille et Sécurité Sanitaire. "Je suis prévenu à l’arrivée de chaque avion, avec un retour complet de l’équipe de contrôle sanitaire aux frontières" précise François Chieze.

Quant à l’inquiétude de voir la maladie se déplacer vers les grandes villes et les ports, "cette circulation est certes non-négligeable mais elle reste normale. Il y a deux ans, la même épidémie s’est déroulée à Tamatave. L’élément changeant est qu’une personne atteinte soit descendue des hauts plateaux cette année, contaminant son entourage. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire, mais les chiffres restent raisonnables pour le moment" estime François Chieze.

Pour conclure, François Chieze rappelle que "chaque année, l’OMS rapporte entre 400 et 600 cas de peste à Madagascar et depuis plus de dix ans, aucune arrivée pathogène n’a été relevée ni à La Réunion, ni à Mayotte".


Les consignes de l'ARS à l'attention des voyageurs, communiquées à toutes les compagnies aériennes.
Les consignes de l'ARS à l'attention des voyageurs, communiquées à toutes les compagnies aériennes.

Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 18817 fois



1.Posté par Mwa la pa di le 10/10/2017 18:01

Un peu facile comme réponse, il est évident que le risque est fort.

2.Posté par Dazibao le 10/10/2017 18:13

"Il faut déjà envisager que le voyageur ait les moyens financiers, mais également physiques de prendre un avion. Une fois le malade contaminé, ses chances de se déplacer pour aller à l’aéroport sont quasi nulles. Les symptômes se développent en quelques heures à peine. Le risque de voir un cas de peste pulmonaire dans un avion reste donc très faible" explique François Chieze.
...........................

"Le nuage de Tchernobyl s'était également arrêté à la frontière française".

Ce n'est pas la première fois que l'Etat mentirait.

3.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 10/10/2017 18:29

*C'est quoi, ce galimatias ???

4.Posté par matthieu le 10/10/2017 19:03

Tout va bien.
Allez à Madagascar.

5.Posté par Perplexe le 10/10/2017 20:44

Certains Réunionnais grands con-sommateurs de prostituées Malgaches...

On n"est pas à l'abri...

6.Posté par PATRICK CEVENNES le 10/10/2017 21:03

fukcd473
Je pense qu'on se fout de la gueule du monde ici. Le fait du Roy, Préfet de la santé ? Mdr !
A lire, Pdr !

Sinon, cette confiance aveugle de notre système sanitaire me fait penser à l'épidémie du Chick. Quand les premiers cas d'infection ont été signalés, les autorités nous avaient balancé "no risiko". Nous avons vu et vécu la suite de l'histoire. Mdr ! Vive les fonctionnaires ! Pdr !

7.Posté par coco le 10/10/2017 21:06

En cas de contamination à la Réunion, avec toutes les données conues par L'ARS, pourrait-on parler de non assistance à personne en danger ?...

8.Posté par Babeuf le 10/10/2017 21:28

Il ne nous manque pas un bouton de Guêtre!!!!

Mr François Chieze me rappelle par son exposé plus qu'optimiste l'expression que je cite ci-dessus et ce qu'il en advint


L’origine de l’expression n’est pas réjouissante. En 1870, lors de la déclaration de guerre de la France à la Prusse, chacun a eu le temps de se préparer : la tension entre les deux pays est constante depuis au moins quatre ans. Le 15 juillet, lorsque les chambres votent la mobilisation, les pacifistes se montrent réticents. « Vous n’êtes pas prêts », avertit Adolphe Thiers. « Nous sommes prêts et archiprêts, rétorque le maréchal Le Bœuf, ministre de la guerre. La guerre dût-elle durer deux ans, il ne manquerait pas un bouton de guêtre à nos soldats. » On connaît la suite : un mois et demi plus tard, l’empire français capitule. Tous les boutons de guêtres étaient en place, mais il manquait les munitions.

Plaise au ciel que MR Chieze ne se trompe pas!

9.Posté par Dazibao le 10/10/2017 22:30

Ce CHIEZE il est comme la ministre GIRANDIN qui en peu de temps nous dit des choses puis leur contraire.

Les politiciens et les administratifs qui les secondent sont tous des menteurs. Un seul mot d'ordre "dès une problème, il faut gagnez du temps, berner le peuple" et les énarques ont été formés au mensonge.

10.Posté par GIRONDIN le 10/10/2017 22:47

....le chiffre reste raisonnable.....

Bon ben si c'est raisonnable !!!!!

11.Posté par Marie BARET le 10/10/2017 22:56

A post 5 Perplexe..
Que dire des francais qui vont en Europe de l'est ou en Espagne ou meme dans les salons de masssage en france.Tous ces libertins qui sont venu chez nous avec leur coté pervers et leur maladie

12.Posté par TICOQ le 10/10/2017 23:18

Nos zotorités commenceront à prendre un début de mesure quand un cas de peste aura été recensé chez nous. Toujours avec un TGV de retard.

13.Posté par vanille le 11/10/2017 06:06

Ce Chieze ne m'a pas convaincue hier soir au journal de 19h, un sourire idiot pour parler d'une épidémie de peste à notre porte.

14.Posté par Mami le 11/10/2017 07:30

400 cas chaque année.
Combien de réunionnais chaque année vont 2 fois voire plus à Mada ?

15.Posté par ZembroKaf le 11/10/2017 09:09

Une épidémie à une heure de vol de La Réunion...rien de grave...comme le "CHIK"...un peu de "paracétamol"...ça guérit !!!....la moitié d l'ile...contaminé....et combien de morts ???

16.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 11/10/2017 09:51

*Je suis tombée - dans un journal du soir d'Antenne - sur l'interview de Monsieur François Chieze, Directeur de la Veille et Sécurité Sanitaire de l'ARS Océan Indien.

*Je n'ai rien retenu de ce qu'il nous a raconté tant j'ai été "captivée" par sa prestation: un jeu folâtre, pas du tout en rapport avec la gravité du sujet traité...

*Que s'est-il passé: Monsieur Chieze jubilait d'être en vedette "à la télé", quitte à s'oublier à ce point ?

*En tout cas rien pour inspirer confiance en nos "veilleurs"...

17.Posté par JORI le 11/10/2017 10:09

Pas d'inquiétude car c'est comme pour le nuage de Tchernobyl, arrivée à la frontière française, la peste va changer de direction.

18.Posté par Pamphlétaire le 11/10/2017 11:34

Je peste contre cette peste, je peste contre Monsanto, je peste contre le nucléaire, je peste contre notre constitution, je peste....
Mais je ne possède ni le talent, ni la prose de Zola pour réussir à rassembler les citoyens autour de ces pestes et maux pour rétablir la vérité au nom de la justice divine.

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre
,
La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom),
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
La Fontaine, Fables, VII, 1.

19.Posté par 97b le 11/10/2017 16:28 (depuis mobile)

Selon un maçon qui a voulu garder l'anonymat, les maladies comme celles de la peste sont transmises par ondes électromagnétiques par satellite on comprend pourquoi ça franchi pas de frontières facilement

20.Posté par AZALA le 11/10/2017 16:51

En tout cas la connerie se propage bien plus vite la Réunion a besoin de trembler et les médias de faire du sensationnel combien de morts sur les routes d'assassinats vivez bordel
Je suis a Nossi-Bé et bien heureux d'être loin de tout ca pas inconscient pour autant ni parano.

21.Posté par MOFO LANY le 12/10/2017 20:21

La peste, c'est le quotidien mais il ne faut pas occulter tous les autres maladies...Madagascar est un catalogue de maux planétaire. Si vous réchappez à la peste , il reste l'insécurité totale, les routes , les filles, l'intoxication alimentaire omniprésente mais aussi l'euro-palu qui vous tue en 8 jours, les infections diverses, la gangrène, les mouches, l'eau, la noyade, l'air plein de peste..Etc, bref celui qui arrive là-bas pour passer des vacances cool , il sera déçu. Ce n'est plus un vaccin , c'est un scaphandre et un abri anti atomique qu'il faut pour se protéger

22.Posté par DIMI le 17/10/2017 07:27

post 21 faut pas tout dire , beaucoup de gars ont annulé leurs voyages a cause de la peste , mais on du laisser manix a la poubelle histoire de faire bonne figure devant madame ....

23.Posté par mofo lany le 17/10/2017 11:42

ELOGE DE LA VIE DANGEREUSE Annuler ?? Au contraire, moi si j'avais les sous , c'est maintenant que je voyagerais ..La peste des touristes est la pire des pestes ..Mada sans touriste , quel paradis : Hôtels déserts et pas cher, avions libre, serveuses à vos petits soins, même les voleurs se tiendront tranquille etc, - Quand au virus de la peste, quelques précautions suffisent..MOFO LANY

24.Posté par David Goulois le 20/10/2017 19:00 (depuis mobile)

Le coach seychellois, décédé chez lui, en provenance de Madagascar... Il est venu à la nage ?

25.Posté par Gamover le 17/11/2017 21:58

MENTEURS des cas de peste ont été identifiés à la Réunion vous les savez trés bien , les gens sont traités et isolés mais ne voulant pas semer la panique sur l'Ile rien n'est dit sur le sujet les autorités sanitaires restent
muettes sur le sujet. Le secret ne sera pas tenu bien longtemps.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter