MENU ZINFOS
Patrimoine

Entrée en lice des "Pitons, cirques et remparts" de la Réunion


Destination Brasilia à partir du 25 juillet pour l'examen des "Pitons, cirques et remparts de la Réunion" afin d'obtenir le classement au patrimoine mondial de l'Unesco de la Réunion. Depuis 2008, le dossier réunionnais a été confronté à de nombreuses difficultés et à dû être retravaillé et mieux expliqué. Retour sur les étapes majeures du dossier depuis octobre 2008.

Par Ludovic Robert - Publié le Vendredi 23 Juillet 2010 à 18:00 | Lu 8889 fois

Entrée en lice des "Pitons, cirques et remparts" de la Réunion
Le dossier de 1.500 pages des "Pitons, cirques et remparts" de la Réunion entre dans sa dernière ligne droite ce dimanche au Brésil. Après les retournements de situation, les obstacles mais aussi l'espoir, le dossier de candidature va être confronté aux jugements des experts du comité du patrimoine mondial de l'Unesco, dont la 24ème session se déroulera du 25 juillet au 3 août prochain.

Si le Pitons des Neiges, la Plaine des Sables ou le cirque de Mafate sont classés, ils viendront compléter les 890 sites déjà inscrits dont 689 sites culturels, 176 sites naturels et 25 sites mixtes. Le tout au sein des 148 états composant la liste initiée par la Convention de l'Unesco en 1972. Pour ce faire, deux organes consultatifs seront chargés d'examiner nos pitons, cirques et rempart aux côtés des 30 dossiers en lice. Ils communiqueront alors leurs recommandations au comité où siègent les 21 pays élus pour six années.

Point positif, le dossier est en bonne position pour être classé. En effet, la proportion des sites naturels classés est minime en comparaison avec les sites culturels. Par ailleurs, la France ne détient que trois sites naturels classés parmi lesquels le Golf de Porto et sa calanche de Piana ou encore les lagons de Nouvelle-Calédonie. Toujours est-il qu'il faudra également compter avec les pays non distingués tels que les Îles Marshall ou le Tadjikistan.

Entrée en lice des "Pitons, cirques et remparts" de la Réunion
Le dossier, un travail de longue haleine

Depuis près de deux ans, le dossier réunionnais a du faire face à de nombreux "imprévus". Premier exemple en date, la visite sur l'île de deux experts internationaux de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), la biologiste Wendy Strahm et le géologue Tim Badman. Une visite qui était intervenue en pleine enquête publique relative au projet de forage géothermique dans la Plaine des Sables. Pendant ce temps, les critiques s'étaient multipliées avec l'exemple des pétitions de l'Association citoyenne de Saint-Pierre (ACSP).

Dans la foulée, le dossier recevait un avis réservé du Comité des biens français au patrimoine mondial et un rapport critique de l'UICN pointant le projet géothermique comme un obstacle. Sous la "pression", la Région avait alors remis décision dans le dossier des forages géothermiques au mois de juillet 2009. Une décision qui n'est désormais plus d'actualité et qui a satisfait le tissu associatif réunionnais (CDDV, ACSP, SREPEN, SEOR, ...). Le reclassement de la Plaine des Sables dans le périmètre proposé au classement à l'Unesco pouvait alors se faire.

Plusieurs semaines plus tard, au début du mois de février 2009, on apprenait la mise à l'écart du dossier par la France pour une année supplémentaire. Les 22 œuvres de Le Corbusier et l'agro-pastoralisme des parcs des Causses et Cévennes ayant été présentées. Pourtant, seule une extension de la Grande Saline de Salins-les-Bains avait été inscrite en 2009. Le président du Parc national, Daniel Gonthier, avait alors indiqué que "tout avait été optimisé pour que ce dossier passe en 2009 et ce, sans porter concurrence aux autres dossiers".

Entrée en lice des "Pitons, cirques et remparts" de la Réunion
Une candidature validée en janvier dernier

Sept mois plus tard, le dossier était peaufiné et retravaillé. L'occasion pour l'équipe en charge de sa conception d'entrevoir une belle année 2010 : "Lorsque l'on a su au mois de janvier que notre dossier n'était pas passé à l'étape franco-française, beaucoup de gens ont cru que c'est entièrement à cause du dossier. En terme de stratégie, dès le début, le ministère nous avait prévenu que d'autres dossiers étaient déjà fort bien positionnés dans la course", poursuivait Daniel Gonthier en septembre dernier.

Il aura fallu attendre janvier 2010 pour s'assurer d'une candidature officielle validée par la France et d'un grand oral final dans la capitale brésilienne. L'objectif était alors de préparer cette participation à la 34ème session du patrimoine mondial de l'Unesco et de communiquer sur le dossier à travers différentes manifestations. Ce fut, en partie, chose faite en mai dernier lorsque le Parc national de la Réunion a tenu un stand à la Foire de Paris et une conférence. Le chargé de mission "Tourisme et loisirs" du Parc, Pascal Teyssedre, avait alors tenté de dissiper les doutes sur le dossier réunionnais et ses impacts en cas de classement : "le classement n’entrainera pas de règlementation supplémentaire par rapport à celle du Parc".

Depuis, l'équipe en charge du dossier a peaufiné les détails et préparé ses valises pour le Brésil en espérant que les quatre arguments mis en avant pour soutenir la candidature serviront au dossier réunionnais. Des arguments qui présentent l'île de la Réunion comme l’un des sept sites mondiaux nés d’un point chaud où règne un climat tropical atypique et des paysages très variés. Une île considérée comme une "fabrique" de biodiversité, sans oublier logiquement ses, pitons, cirques et remparts.




1.Posté par Cambronne le 23/07/2010 18:16

dites question quelqu'un peu répondre en toute objectivité à quoi peu bien servir ce titre de l'UNESCO faire jolie dans les livres de géo , lorsque économiquement la Réunion est mauvaise avec un pôle emploi grossissant de jour en jour dites donc messieurs les politiques vous êtes plus emballé pour prendre les billets d'avions à travers le monde pour obtenir un pastiche que l'on regardera au dessus de l'entrée des instituons plutôt que de vous préoccuper de la problématique humaine question chômage, car le parc spoliant plus des 2/3 de la Réunion et vu que le 1/3 restant les PLU et les autorisations de constructions deviennent un véritable capharnaüm dans les contradictions arbitraires qu'il faudra que vous n'oubliez pas de réserver un endroit ou mettre l'humain dans toutes vos facéties

2.Posté par Tcherno-Bill le 23/07/2010 20:50

Cambronne je n'ai pas étudié le dossier du tout , mais sur le principe , sanctuariser certaines
zones de l'île me parait un investissement à long terme..... Suis-je trop naïf ?

3.Posté par Cambronne le 24/07/2010 09:18

2.Posté par Tcherno-Bill le 23/07/2010 20:50

Sauf que je reste un pragmatique libéral dans l'âme j'écrivais dans le topic sur saint pierre avec une chargée de mission qui estime faire un bon job , et voilà bien les conséquences dramatiques, d'un système complètement sclérosé voir dogmatisé sur leurs croyances destructrices avec le gaspillage financier et génocide humain . Pour ma part à présent dernier des Mohicans du système , j'utilise le terme de Génocide que j'emploie volontiers avec une majuscule pour évoquer cette extermination dans cette réserve indienne qu'ils ont dénié établir avec le temps sinon comment expliquer que la Réunion se retrouve avec un taux d'une montée exponentielle du chômage de presque 50% de la population active soit presque 150 000 chômeurs battant des records mondiaux , comme s'il en pleuvait sur Takamaka ,sans qu'aucun politique ne s'en préoccupe n'y a t'il pas présentement un “défaut” structurel aux problèmes des Réunionnais qui manifestement deviennent des victimes d’une politique d’ethnocide et de ghettoïsation par l'irresponsabilité constante de tous ces hommes politiques manquant totalement de vision d'avenir et d'envergure...
car le caillou en haut du piton des neiges ou au volcan sera encore là dans des millions d'années mais l'homme réunionnais aura déjà disparu par l'extermination d'un génocide humain imposé dans une décontraction feutrée , sans que ça n'émeut personne , il serait plus urgent de se préoccuper de l'avenir des hommes en préservant bien évidement la nature , pas faire comme eux veulent l'imposer sans concertation car qui a été consulté pour qu'ils décident ce qui est bien pour nous ?

4.Posté par Azalee le 24/07/2010 09:53

Et puis y'a pas que le fric dans la vie !

5.Posté par Cambronne le 24/07/2010 11:53

4.Posté par Azalee le 24/07/2010 09:53
Et puis y'a pas que le fric dans la vie !

Vous pouvez développer car votre réponse manque de sens

6.Posté par Jeanot le 24/07/2010 12:07

Ce dossier est d'une importance capitale pour l'avenir de la Réunion, il est regrettable que le professeur ROBERT ne fasse pas partie de l'équipe qui va défendre le dossier dans la capitale Brésilienne, qui mieux que lui qui est à l'origine du projet peut répondre au questions techniques des spécialistes ? les élus du conseil régional ?....

7.Posté par Cambronne le 24/07/2010 12:29

6.Posté par Jeanot le 24/07/2010 12:07
& je suposse que l'individu qui se cache derrière ce pseudo n'est autre au jeanicot Alias Boyer pour les intimes

nous serions curieux de savoir en quoi et pourquoi "Ce dossier est d'une importance capitale pour l'avenir de la Réunion, "? Nous allons voir resurgir derrière les vignes maronnes une résurrection du Monde perdu des DODOS ? Ou le pôle emploi va devenir un sanctuaire pour prendre une autre forme mutante à faire que le génocide humain soit moins pénible ?

8.Posté par va s'y l'unseco le 24/07/2010 15:56

La Réunion surtout en lice pour de sérieuses désillusions.

9.Posté par Cambronne le 24/07/2010 17:33

8.Posté par va s'y l'unseco le 24/07/2010 15:56
La Réunion surtout en lice pour de sérieuses désillusions.

Il reste plus qu'un espoir qu'ils obtiennent pas satisfaction l'on pourra alors ensuite demander des comptes pour savoir si tout ce pognon gaspillé inutilement dans une propagande pour satisfaire quelques égo de certains politiciens et autre récipiendaires en manque de notoriété avec l'obtention de ce pastiche n'est que l'artifice idéal pour réaliser de bonnes affaires ... Et lorsque l'on remarque que des gens vont encore venir leur trouver des excuses sauf que l'irresponsabilité, le manque de vision, d'ambition, pour entretenir la médiocrité de certains de nos élus , il y a de quoi craindre le pire , je serais curieux de connaitre toutes les dépenses avec nos impôts pour obtenir cette mygale? .

10.Posté par boyer le 26/07/2010 14:52

9.Posté par Cambronne
je serais curieux de connaitre toutes les dépenses avec nos impôts pour obtenir cette mygale?


le JIR d'hier parle de 150.000 euros. A verifier car l'info est donnée par Gonthier (grand falsificateur).

11.Posté par boyer le 26/07/2010 15:01

2.Posté par Tcherno-Bill le 23/07/2010 20:50
Cambronne je n'ai pas étudié le dossier du tout , mais sur le principe , sanctuariser certaines
zones de l'île me parait un investissement à long terme..... Suis-je trop naïf ?


non.

On peut preciser qu'il n'est pas question de sanctuarisation ou de mise sous cloche comme aiment le repeter cambronne et pierre verges. Il y a 2 zonages qui ont ete definis:
- le coeur du parc qui correspond aux espaces naturels rescapés et non habités
- l'aire d'adhesion qui entoure le coeur du parc.

le principe est que dans un parc national FRANCAIS le coeur du parc doit rester protegé et ouverts au public (contrairement aux parc à l'anglosaxonne).Les activités existantes avant la creation comme celle de l'elevage pastoral du fond de la riviere de l'Est, sont pérennisées.

L'aire d'adhesion (plaine des cafres, cilaos, salazie, la mi pente des autres communes, doivent permettre les activités humaines.

12.Posté par Cambronne le 26/07/2010 16:06

11.Posté par boyer le 26/07/2010 15:01

et pour l'extermination humaine à faire propre vous avez choisi quelle solution finale ?

13.Posté par Cambronne le 26/07/2010 16:09

10.Posté par boyer le 26/07/2010 14:52

merci de l'aveu kafkaïen vous dites 150000 euros donc l'on peut multiplier par 4 X la note en réalité c'est comme pour le rapport sur le fiasco sur la grippe cochonne un petit mensonge peu bien valoir un gros

14.Posté par boyer le 26/07/2010 17:07

12.Posté par Cambronne

n'importe quel architecte qui n'a pas acheté son diplome dans un truc au rabais, sait que l'aménagement du territoire necessite de dedier des espaces aux activité humaine pour preserver des zones de respiration.

Evidement les betonneurs-st-gilles ne pensent que par les defisc à boucler avant le 31 décembre.

15.Posté par Cambronne le 26/07/2010 18:09

14.Posté par boyer le 26/07/2010 17:07

Mais mon cher ami Boyer ne tournez pas autour du pot de confiture , car personne ici n'a mentionné les faits et gestes des architectes véreux les mêmes que l'on retrouve comme des lucioles sur les appels d'offres bidonnés d'avance , car ce sont eux qui ont détruit la Réunion avec une architecture insipide stalinienne pas votre serviteur ...pour venir sur le bétonnage de Saint Gilles si la justice avait fait son travail pour éradiquer la corruption qui a favorisé depuis la première défiscalisation Pons ces bunkers qui ont dénaturé l'environnement d'ailleurs les blaireaux novices s'imaginent que la boutique Loulou est la première case saint gilloise ce qui archi faux , voilà comment l'on déforme l'histoire d'un pays avec des mensonges ....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes