MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Société

Enseignement du créole à l'école: Une stagiaire exclue en plein cours


- Publié le Jeudi 8 Mars 2012 à 10:25

Enseignement du créole à l'école: Une stagiaire exclue en plein cours
"Pour une relation apaisée de l'école avec la langue créole". Cette phrase n'est autre le titre d'un communiqué de presse (voir ci-dessous) envoyé hier par la candidate écologiste sur la 2ème circonscription, Nila Minatchy, et Jean Erpeldinger, élu de Saint-Paul et membre du conseil d'administration du lycée hôtelier de Plateau Caillou. La deuxième casquette de Jean Erpeldinger est importante dans le sens où la question de fond posée sur la place de la langue créole à l'école part d'un incident survenu au lycée hôtelier.

Il faut d'abord savoir que le lycée hôtelier propose l'option LCR (Langue et culture régionale), option qui permet aux élèves qui le souhaitent de suivre des cours hebdomadaires sur le créole. Le succès de cette option n'est pas discutable, le lycée hôtelier est l'établissement qui compte le plus grand nombre d'inscrits en cours de langue créole sur toute l'île.

Un accueil froid par le chef d'établissement?

Les faits remontent à la semaine dernière. Une jeune femme en Master 2 intègre l'établissement pour donner des cours de créole aux élèves dans le cadre d'un stage en responsabilité (elle gère la classe de façon autonome). Très rapidement, elle confie à sa conseillère pédagogique et enseignante, Reine-Claude Vigne, qu'à son arrivée, elle aurait été très mal accueillie par le chef d'établissement qui, en présence de son adjoint, aurait critiqué son option et l'aurait mise en garde sur son avenir professionnel.

Elle annonce vouloir arrêter son stage au sein de cet établissement. "Dans le courant de la semaine, des représentants syndicaux du lycée vont la convaincre de poursuivre son stage, le Rectorat est informé. Tout est alors censé rentrer dans l'ordre", témoigne Reine-Claude Vigne, enseignante en langue créole qui s'exprime ici au titre de déléguée syndicale au CALCR (Conseil Académique pour la Langue et la Culture Régionale à la Réunion), pour la FSU.

Vendredi dernier, jour de l'incident. La stagiaire récupère les élèves qui ont cours ce matin là, en présence de sa conseillère pédagogique et enseignante. A 11h15,  précisera Reine-Claude Vigne, le chef d'établissement fait appeler cette dernière par une surveillante avec insistance.

"Moi je vais foutre à la porte de l'établissement votre stagiaire"

"Etes-vous au courant de la plainte de la stagiaire à mon encontre?", questionne le proviseur. N'appréciant pas qu'elle se soit notamment plainte auprès du Rectorat, il aurait alors menacé l'enseignante de mettre à la porte de l'établissement la jeune femme. "Moi je vais foutre à la porte de l'établissement votre stagiaire", aurait-il déclaré selon la déléguée syndicale à la FSU, qui poursuit, "il traverse le lycée et se rend vers la classe où la stagiaire est en train de donner cours".

Dans le Quotidien du jour, l'intéressé réfute ces dires en affirmant que l'enseignante en langue créole, Reine-Claude Vigne, est "à fleur de peau", indique Michel Mongellaz au journaliste. Pour lui, sa relation avec Reine-Claude Vigne, "persuadée que je n'aime pas le créole", est à l'origine de ce contentieux.

La stagiaire a quoi qu'il en soit indiqué à son responsable de stage que le proviseur est entré, a stoppé le cours devant tous les élèves, et lui a demandé de ranger ses affaires et de le suivre dans son bureau. Ce dernier affirme que la stagiaire est alors partie sans vouloir la suivre dans son bureau, de son côté, cette dernière explique qu'elle a été mise à la porte.

L'affaire est en cours d'étude au Rectorat. Le SNES-FSU a demandé des excuses du chef d'établissement dénoncant la méthode, tandis qu'Europe Ecologie pose la question de fond de la place de l'enseignement du créole à l'école. Selon Jean Elperdinger, la tension est palpable au sein des conseils d'administration de l'établissement lorsque ce sujet est abordé, cet incident n'étant que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Voici le communiqué EELV qui, partant de cet incident, évoque la polémique existante autour de cet enseignement du créole.

"L'histoire difficile de l'Education Nationale avec la langue créole a, semble-t-il, connu un nouvel épisode. Selon le témoignage de professeurs du Lycée Hôtelier de Plateau-Caillou, une jeune enseignante stagiaire en langue et culture régionale aurait été interrompue et exclue de l'établissement alors qu'elle donnait un cours. Un incident qui interviendrait après des mois de relations difficiles et de controverses autour de cet enseignement.

Quel gâchis, au vu de tous les projets valorisant le travail des élèves lors de moments forts comme  la semaine créole, "la fèt kaf" ou encore  la journée Porte Ouverte chaque année (projets de classes à PAC, partenariat avec le musée de Villèle, artistes au lycée: Amba, Destin, Lansor, Christine Salem,Danyel Waro...); des évènement qui mettent en lumière le dynamisme de cette option.

Faut-il rappeler que le créole est la langue maternelle de 90% des élèves réunionnais ? Enseignants, nous-mêmes,  nous constatons que son usage peut agir comme une libération chez certains élèves. Son enseignement, loin de les enfermer, leur permet de s’approprier leur culture. Les mettant en confiance, il facilite leur relation à l'autre.

Plus qu'ailleurs, dans un Lycée Hôtelier, son enseignement (qui reste facultatif) nous paraît pertinent. L'offre touristique de la Réunion, la mise en valeur de ses richesses et de sa diversité ne peuvent se construire qu'avec des Réunionnais à l'aise avec leur kosé, leur culture, leur imaginaire, leur patrimoine...

Aussi, en tant que candidate aux législatives, en tant qu'élu de Saint-Paul, soucieux, comme tout écologiste, de la promotion des langues régionales, nous plaidons pour que la langue créole trouve une place juste dans les établissements scolaires de la Réunion. Au Lycée Hôtelier, nous plaidons pour un apaisement et une sortie du conflit par le dialogue et le respect dans l'intérêt des élèves.
 
Nila Minatchy, Candidate écologiste sur la 2ème circonscription
Jean Erpeldinger, Elu de Saint-Paul, Membre du CA du Lycée Hôtelier de Plateau-Caillou"



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par Professeur Maboule le 08/03/2012 14:05

Les écologistes feraient mieux de s'occuper des problèmes sociaux qui touchent les Réunionnais, plutôt que de venir nous embêter avec un problème qui fleure bon le corporatisme et le règlement de compte dans l'Education nationale.

15.Posté par kréohl le 08/03/2012 13:48

comme si kréol y apprendre l'école band zefs enflés; allez palissade voir 2 , 3 cagnards ; en deux temps trois mouvements tu connais causer; en plus bande la y cause aussi espagnol; vas apprendre pareil

14.Posté par Monsieur Tout le monde le 08/03/2012 13:42

Depuis quand le créole est il une langue ? Depuis qu'un petit comité d'intellos pays ont décrété que ça devait en être une ?
Les principaux intéressés eux même, les réunionnais, se moquent royalement de cette intellectualisation du créole... ils le parlent mais ne savent ni le lire ni l'écrire. Le créole n'a pas de règles, la preuve, il est déjà différent d'un côté de l'île à l'autre.

L'école de la république se doit d'enseigner des matières utiles à l'avenir de nos enfants, et je ne crois pas que le créole en fasse partie. Le programme est suffisamment consistant sans qu'on y rajoute des matières supplémentaires.
Le créole est la langue de la famille, du coeur, de l'intimité, en aucun cas c'est la langue des livres, du moins pour une très grosse majorité de réunionnais et ce ne sera jamais la langue qui permettra à nos jeunes de s'épanouir professionnellement ailleurs que dans une île qui va crouler sous son poids démographique..

13.Posté par Nilay SAWMY le 08/03/2012 13:10

Ne nous arrêtons pas à la seule question de l'enseignement de la langue. LCR ne signifie-t-elle pas Langues et Cultures Régionales? Allons allons braves gens!! C'est tout à fait pertinent que le volet culturel de la Réunion y soit enseigné dans le cadre d'une formation hôtelière. Inclure et non exclure.
Zot la bien compris la? ou sa i fo i a recommence? Inquietes pas sa aussi nou lé capab.

12.Posté par noe 0 à 2012 le 08/03/2012 13:00

Le Français et la langue de la République ...
Les autres patois c'est du pipi de chat !
Qu'on cesse d'abaisser le niveau de nos enfants avec l'apprentissage du créole !
Préférons les langues étrangères et surtout pas ce gâchis qu'est le créole macote ou pas !!!

Ceux qui préconisent le créole à l'école ont leurs enfants bien placés dans des établissement renommés ...
ça m'énerve qu'on sacrifie nos enfants !

« Toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui. » [Proverbe Chinois]

11.Posté par Caton2 le 08/03/2012 12:58

7.8. Qui trop embrasse mal étreint. Le mal de notre enseignement supérieur c’est la dispersion de l’enseignement dans trop de matières. Il faut concentrer l’enseignement sur ce qui est absolument nécessaire et viser à l'excellence! Si vous parlez plusieurs langues, allez faire un tour dans les réceptions des hôtels de la Réunion et de Maurice. Vous verrez la différence!
La culture créole peut s’apprendre tous les jours dans la vie courante, pour peu qu’on soit un peu curieux.
Sa propre culture, par définition, on l’a en soi. Si on se sent ignare on se renseigne, on va chercher dans les livres. Sa culture c’est vivant, ça s'entretient, ça se pratique, ça évolue. Ça ne s’enseigne pas.

10.Posté par Moi tout seul le 08/03/2012 12:51

Un proviseur couillu qui a décidé de ne pas se laisser em.....r par des syndicalistes gaucho_indépendantistes qui font leur campagne électorale dans nos écoles, manipulant grossièrement nos enfants ?


Bravo à ce brave homme, l'EN a grand besoin de ce genre de cadres....a contrario déor les cocos propagandistes pourrisseurs de la jeunesse, qu'ils aillent "enseigner" à Cuba !

9.Posté par Zozossi le 08/03/2012 12:23

Toute personne censée à la Réunion sait que le créole est un patois français, et non une "langue" comme veut le faire croire la gauche dans sa confusion mentale et sa démagogie. L'enseignement du créole est un bon fromage accordé aux autonomo-indépendantistes d'Outre-mer (surtout des Antilles) pour qu'ils fichent la paix aux politiques en place. Le problème est qu'en temps de crise, on n'a plus les moyens d'entretenir cette danseuse...

8.Posté par citoyen du monde le 08/03/2012 12:07

à Caton2: C'est réducteur de dire qu'on apprend à parler créole en LCR. La culture créole est d'une grande richesse et apprendre à la décrypter pour mieux la savourer est un des objectifs de cet enseignement. La littérature créole regorge d'écrits magnifiques, révélant un imaginaire souvent méconnu du grand public...

7.Posté par en effet le 08/03/2012 11:50

L'apprentissage du créole, c'est l'apprentissage d'une langue. Ca ouvre à l'apprentissage d'autres langues. Beaucoup d'études montrent que l'apprentissage de plusieurs langues en simultané développe une "souplesse mentale" positive pour l'enfant.
Donc oui au créole en classe, pour 2 raisons: c'est la langue du péi, et c'est ouvrir les horizons de l'enfant

6.Posté par Caton2 le 08/03/2012 11:31

Je suppose que les étudiant(e)s maitrisent déjà suffisamment le créole parlé pour pouvoir se faire comprendre du petit personnel. Alors à quoi bon un cours de « langue » créole?
Dans l’hôtellerie ce qui est important c’est une bonne connaissance des langues étrangères, parce que (faut-il le rappeler!) dans l’hôtellerie, on n’accueille pas que des francophones (enfin, ça serait souhaitable!), et encore moins des créolophones!
Ces cours de créole, c’est encore de la connerie intello-endémique. Un cours (court!) de connaissance de la culture créole, de son histoire et de son expression artistique suffirait; un cours destiné à savoir « « vendre » son île, pas à savoir parler créole à des touristes qui n’y comprennent rien! Le royaume d’Ubu a encore de beau jours devant lui!

5.Posté par William le 08/03/2012 11:19

J'espère que les élèves de cet établissement ont avant tout des cours d'anglais !
L'apprentissage efficace de l'anglais a bien mieux sa place dans un lycée hôtelier que le créole...

4.Posté par J'y étais! le 08/03/2012 10:50

Le proviseur a dit à la prof stagiaire " Trap out bann z'affair et rent'out caz!!!!"

3.Posté par marco974 le 08/03/2012 10:49

syndicat politique et campagne électorale , un beau zembrocal qui demande qu'à exploser. Si on faisait un peu confiance aux chefs d'établissement on en serait pas là. J'espère que les cours de français sont aussi défendus que les cours de créole. Car un jeune qui ne parle que créole, et il y en beaucoup, c'est se fermer un maximum les portes de l'emploi.

2.Posté par esprit ZEN le 08/03/2012 10:40

M. MONGELLAZ est par ailleurs un excellent pianiste de jazz. Qui a dit que la musique adoucissait les moeurs ?

1.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 08/03/2012 10:39

Ce qui pose réellement problème, c'est la toute puissance d'un Rectorat et de fonctionnaires d'Etat qui se croient tout permis, agissent bien au dessus des lois, sont protégés par un statut d'impunité datant de la loi 1974, et un Procureur qui perpétue l'impunité corporatiste au dépend des citoyens..

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes