MENU ZINFOS
Education

Enseignants : "Paris, Créteil, Versailles, on envoie les Réunionnais là où les autres ne veulent pas aller"


La présidente de Région tenait ce mardi une conférence de presse sur la situation des lauréats réunionnais des concours d'enseignement secondaire. Autour de la table du Conseil Régional une quinzaine de lauréats, tous affectés dans l’hexagone pour la rentrée, tous face à un dilemme. Ils devront, s’ils souhaitent poursuivre dans cette voie, quitter leur île.

Par Sophie Fontaine - Publié le Mercredi 3 Août 2022 à 14:41

Dès le début de la conférence de presse, Huguette Bello, consciente qu’"aucun candidat de La Réunion et des Antilles n'ignore qu'il s'agit là d'un concours national”, évoque la difficulté d’un départ à des milliers de kilomètres pour chacun d’entre eux. “On connaît les règles mais il pourrait y avoir d'autres règles", lance-t-elle avant de poursuivre : “Ils sont affectés dans le désormais célèbre PCV [Paris, Créteil, Versailles]”(...) On envoie les personnes qui ont été reçues au concours ici, là où les autres ne veulent pas aller”.


 


Paris, Créteil, Versailles

Les lauréats, soutenus par la présidente de Région, déplorent un manque de transparence vis-à-vis des affectations.

En fait, nombreux sont ceux qui doivent quitter l’île pour Créteil, Paris ou Versailles malgré leur bonne position au classement académique ou national au concours et le vœu formulé de rester à La Réunion et des postes vacants ici.

Chloé, affectée à Versailles pour son année de stage, est arrivée 7e au classement académique. “Je suis née à La Réunion, j’ai fait toute ma scolarité ici, pourtant, la 10e personne au classement se retrouve affectée ici. (...) Mon tuteur de Master s’est montré volontaire pour me prendre lors de mon année de stage, malheureusement ce ne sera pas possible, je dois aller répondre à un manque de personnel sur le territoire métropolitain”.

Mme De Boisvilliers, titulaire à la rentrée, est aussi appelée à Versailles. Elle n’aura même pas de poste, mais sera remplaçante dans cette région : “Je vais être la petite main-d'œuvre de l'Éducation nationale", regrette celle qui devra abandonner conjoint et beau-fils polyhandicapé.

Même destination pour Murielle, seule lauréate académique du CPLP Espagnol, qui ne peut retenir ses larmes : “On m’a expliqué qu’il n’y a pas de poste ici (...) mais j’ai pu apprendre qu’il y a des lycées dans l’Est qui seront à la recherche de profs. Je suis toute jeune, j’ai préparé mon concours grâce à l’aide financière de mes parents. Aujourd’hui, mon père commence à tomber malade. Aujourd’hui, si je pars, je sais qu’ils vont être inquiets”, confie-t-elle, émue. “Si j’ai pas d’enfants, si je ne suis pas marié, si je ne suis pas handicapée, je n’ai pas le droit de rester ici, alors que je suis la seule lauréate”.

Corentin voit, lui, son rêve d'enseigner ici brisé. Il est affecté à Créteil.

Les témoignages des lauréats , au pied du mur, se succèdent. Tous ont une histoire personnelle différente mais le même désarroi devant l’urgence de leur cas alors qu'ils souhaitent faire valoir le fait de “mettre leurs compétences au profit de La Réunion”.

Le mariage et les enfants ne suffisent plus

Parmi eux, des mères et des pères de famille, des personnes déjà pacsées, d’autres qui s’unissent pour augmenter leur chance, et qui devront donc vivre séparées de leurs proches pour une durée indéterminée.

Stéphanie, mère avec deux enfants à charge, séparée, assure que cette profession a affecté négativement sa vie de famille. "Est-ce que la vie de famille est conciliable à la vie professionnelle ? (...) En tout cas, ça a porté préjudice à ma vie de couple”, lance-t-elle. Depuis, elle a décidé d'exercer à Mayotte, pour se rapprocher de ses enfants, qui restent à La Réunion.  

Anne-Gaëlle, dont le mari est enseignant ici, maman de deux enfants en bas âge, se dit émue suite aux divers témoignages. “Je ne peux pas partir sans eux, ce serait vraiment les abandonner. (...) On a déjà pensé avec mon mari que j'y aille avec mes enfants mais ne me vois pas non plus être en métropole, avec deux enfants, seule. Comment faire les heures d’enseignement ? Je n'aurais même pas de quoi payer une nounou !

Des contractuels sur les postes vacants à La Réunion pour "casser le statut de la fonction publique"

Autre fait qui revient de façon récurrente : la présence de contractuels sur les postes locaux. Wilfrid Bertil, vice-président de Région, voit ici une problématique avant tout politique. "C’est la politique du gouvernement de casser le statut de la fonction publique". Il souligne : “Il y a un manque de volonté politique, un manque de courage politique”.

Jean Thierry laisse derrière lui femme, enfants et parents malades pour un poste en métropole. “Ils ont préféré placer des contractuels sur les postes”, assure-t-il, un constat auxquels adhèrent plusieurs membres de l’assistance. "Ça sert à quoi d’avoir le statut de fonctionnaire si aujourd’hui des personnes qui ne sont pas formées pour être enseignant sont ici ?”, peut-on entendre durant cette conférence.

Une autre lauréate, mère d’un petit de 16 mois, intervient à son tour, pointant du doigt le manque d’interlocuteurs quant à l’individualité des cas. Elle est rejointe par Stéphanie, professeur de Lettres Anglais titularisée en 2018, affectée alors à l’académie de Paris et Vanessa, prof d’anglais qui était aussi contractuelle avant de décrocher le sésame. “On me regardait de haut, je ne comprenais pas le système, j’ai compris leur regard maintenant sur moi”, explique-t-elle.

Maman de deux enfants, après une année de stage en 2020-2021 (arrivant 13e au classement national) effectuée en SEGPA dans un lycée professionnel du chef-lieu, elle demande à être affectée à ce poste vacant depuis 10 ans mais est affectée à Paris au 1er septembre.

J’ai adoré ces enfants, on a construit une relation de confiance. (...) On m’a répondu qu’on allait donner la place à un TZR (titulaire sur zone de remplacement) ou un contractuel. (...) L’Education nationale y mank d’éducation”, conclut-elle.

“L’Education nationale y mank d’éducation”

Outre l’incohérence des affectations qu’ils dénoncent, les lauréats pointent un système administratif qui manque d’humanité.

“J’ai fait un recours, j’ai eu une réponse au bout de 10 minutes. Ç​a a été refusé, en 10 minutes”, lance l’une d’entre eux au bord des larmes .

Caroline a, quant à elle, obtenu son CPLP Lettres-Histoire en 2019. Seule lauréate réunionnaise, elle a pu faire son stage sur l’île mais a été titularisée à Versailles “alors que mon vœu était La Réunion et qu’il y avait des postes vacants ici”. Ses demandes de révisions d'affectation ayant été refusées, Caroline est donc partie, se faisant hébergée par des amis.

"Je vous conseille de démissionner"

 “Mes parents n’avaient pas les moyens de me soutenir financièrement. Arrivée là-bas en période de crise sanitaire, j’ai eu le covid et à cause de cela, j’ai été agressée dans mon établissement”, confie-t-elle. 

Malgré les alertes auprès de l’établissement, le ministère de l’Education nationale, le rectorat et diverses administrations, elle n’a observé aucun changement et a décidé de revenir, se retrouvant en arrêt maladie. “Ce que le rectorat de Versailles m’a dit, c’est : 'madame, est-ce que vous avez été hospitalisée suite à votre agression ?' J’ai répondu 'non'. 'Suite à votre agression, avez-vous fait une tentative de suicide ?' J’ai dit 'non'. Ils m’ont répondu : 'Madame je suis désolée de vous l’annoncer, mais des cas comme vous, on en recense des centaines et des milliers et je crains fort que le rectorat, ni même le ministère s’engage à vous aider plus qu’ils ne le font déjà. Si vous voyez que vous n’avez plus les épaules pour exercer cette profession, je vous conseille de démissionner", relate-t-elle. En arrêt maladie, elle percevait la moitié de son salaire. 

Tout ça pour 1400 euros/mois ?

Marion a aussi fait l’expérience, exerçant 9h00 par semaine à Rambouillet l’an dernier. L’enseignante fait les comptes et se retrouve dans une situation financière compliquée. " Je gagne 1400 euros, j’ai un loyer de 550 euros à payer, j’ai dû emprunter pour avoir une voiture. Rambouillet, c’est la forêt”.

Une autre partie de son salaire, comme pour les autres, passe dans les allers-retours Hexagone-Réunion. L’espoir de rentrer est bien mince. “Je suis attendue à la rentrée dans le 91”, explique-t-elle. Son intervention se fait porte-voix des lauréats autour de la table, qui se posent également la question du logement, du transport et de la cherté de la vie.

"Mobilité involontaire"

Huguette Bello regrette cette mobilité “qui n’est pas basée sur le volontariat”. Parmi les lauréats présents, certains se disent tout de même prêts à partir, mais dans de bonnes conditions et soulignent les difficultés de logement.

Cédric tente l’expérience pour la seconde fois. Après avoir effectué un stage en métropole et démissionné pour revenir auprès de ses proches, il a repris la direction de l’enseignement après un licenciement économique dans le secteur privé durant la crise sanitaire.

“J’ai pu repasser le concours cette année. J’ai fait l’acquisition d’un logement social ici et je ne peux pas le louer. Je suis face à un dilemme, avoir un crédit à rembourser et un logement là-bas à payer, c'est quasiment tout mon salaire qui passerait dans les charges"

Marie, elle, s’était préparée à partir pour l’année de titularisation, soit l’an prochain, mais devra faire ses valises dès la fin du mois. “On nous avait dit que ce n’était pas possible de partir en métropole pour notre année de fonctionnaire stagiaire. On n’a tout juste pas un mois pour tout déménager, quitter La Réunion, trouver un logement en ne sachant pas quand on pourra revenir". Un autre lauréat, arrivé 8ème au classement académique du concours professionnel, ne cache pas sa déception: " J'ai pas envie de quitter La Réunion. (...) Nou sort’ La Réunion, nou sé pa in problem.n'a fé kom tou l’mond’ et sak nou ve sé la Réunion”. Il a été affecté à Montpellier. Il devra travailler en Lozère, et n’aura pas de “transports en commun, sauf un train, 5h00 de route, qui part à 9h00”, alors même que les cours démarrent à 9h00. 

“Les règles d'affectation doivent être modifiées”

Chaque témoignage relève de l’impasse. “Envoyer des gens remplir des postes où en métropole on ne trouve pas preneur, cela a de fâcheux relents historiques”, lance Wilfrid Bertil avant de poursuivre : “je pensais que ces pratiques des années 1960 et des années Debré étaient derrière nous, mais je me rends compte qu’elles sont encore extrêmement vivaces”. 

Le concours est national et “il faut que le concours demeure national”, insiste la Région, mais “les règles d'affectation doivent être modifiées", prône Jean-Pierre Chabriat. Le Conseil régional pose deux problématiques : la question des perspectives d’emploi à long terme à La Réunion et la révision des règles d'affectations.

Cette problématique des affectations et mutations ne datent pas d’hier et concerne bien d’autres domaines. Les déclarations d’intention ne règlent rien. “L’histoire se répète”, avance la présidente de Région.

Pour Huguette Bello, qui dénonce ici “une violence institutionnelle", la proposition est claire : privilégier les lauréats qui veulent rester et qui ont des difficultés à partir, sur les postes vacants à La Réunion, tout en laissant les places restantes aux lauréats des autres académies souhaitant exercer ici. 

Après un premier courrier sans réponse adressé au ministère de l’Education nationale, la présidente de Région déclare qu’un second courrier sera envoyé au même ministère ainsi qu’au ministre délégué chargé des Outre-mer et indique qu’elle ne manquera pas d’alerter Jean-François Carenco à ce sujet ce mercredi lors d’un entretien téléphonique prévu sur tout autre chose.




Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

93.Posté par polo974 le 15/08/2022 19:14

oups, prime spécifique d'installation et pas d'affectation...

92.Posté par polo974 le 14/08/2022 11:13

n'oubliez pas de faire votre demande de prime spécifique d'affectation...

91.Posté par Papanguechnord le 08/08/2022 15:25

La majorité des lauréats des concours du second degré savent bien qu'ils ont une infime chance de pouvoir enseigner de suite à la Réunion, dans l'année suivante celle du stage. Pourquoi ? Car ils n'ont souvent pas d'ancienneté, n'ont pas de "points" non plus pour le conjoint/partenaire de pacs, ni de points pour parent isolé (celui qui s'occupe des enfants suite à une séparation donc), pas de points pour travailleur avec RQTH, etc.
La nouveauté qui pose problème c'est que les stagiaires qui jusqu'à présent avaient la plupart du temps un poste dans leur académie de passage du concours ne l'ont plus "automatiquement", et c'est là que ça coince. Car ça, on ne le dit pas, on le découvre amèrement comme un retour de boopmerang en pleine tronche après la joie (mesurée) d'avoir obtenu le concours.

Les règles pour cette année ont été données aux admis, donc une fois le concours en poche, lorsqu'il devaient faire leurs voeux ! C'est là que nombre d'entre eux ont compris que s'ils n'avaient pas fait l'équivalent d'1 an et demi sur les 3 dernières années, comme contractuel dans un collège/lycée/lycée pro ou technique, pas possible d'être automatiquement dans son académie d'origine ! Coucou la désillusion... Les lauréats ne remplissant pas cette condition ont donc été affectés selon leur barême (les points accordés pour chaque situation perso, comme dans les mutations) et selon les capacités d'accueils des académies.
Voilà comment on peut expliquer qu'un lauréat classé 07eme puisse ne pas obtenir pour l'année de stage, la Réunion, alors que d'autres clasés juste après l'ont : il n'y a pas que le rang de concours qui joue.
Pendant l'année de stagiaire, qu'elle soit reéalisée en métropole ou à la Réunion, les stagiaires devront faire leur 1ere demande de mutation et là encore tout va se jouer "aux points" en fonction des situations personnelles des uns et des autres et de leur "ancienneté" suite au reclassement (s'ils ont eu ou pas de récupération d'ancienneté comme ex contractuel enseignant, ex contractuel tout court dans une administration, fonctionnaire déjà titulaire dans une autre administration etc).

Il est donc très compliqué d'obtenir un poste en tant que titulaire enseignant, c'est pourquoi certains font le "choix" de se contenter de rester non-titulaire (contractuel) pour être plus ou moins sûrs d'avoir un bout de poste au gré des vacances de postes et des urgences.

90.Posté par Diablo 974 le 06/08/2022 23:51


Pour le poste 85 vous n' avez qu'à adopter des" moutons" . Les règles doivent changer ???? Pour vos enfants ??? Les régles sont pour tout le monde. Ouverture d' esprit et courage. Courage pour vos enfants.

89.Posté par Diablo 974 le 06/08/2022 20:06

Pour le poste 85 vous n' avez cas adopter des" moutons" . Les règles doivent changer ???? Pour vos enfants ??? Les régles sont pour tout le monde. Ouverture d' esprit et courage. Courage pour vos enfants.

88.Posté par flowice le 05/08/2022 18:01

à post "jlr" ,

J'ai du brader deux voitures, mettre mes modestes meubles en garde-meubles, prendre l'avion avec plein de bagages avec un enfant de 18 mois, et j'ai du aller à Nantes pour suivre mon stage …
Mon épouse était déjà infirmière au GHSR de Saint-Pierre : elle a du postulée pour une disponibilité.
C'est tout : quand tu passes le concours tu t'engages pour 10 ans sur le territoire national ( donc tu sais déjà que tu n'est pas sur de rester dans ton cocon !

Faut-pas exagérer : on m'a dit soit je pars sois je suis en abandon de poste donc le concours pfffff...

Aujourd'hui, je suis à la retraite (j'étais professeur certifié) et je ne regrette pas d'avoir tenu bon.

Que ceux qui ne veulent pas faire le grand saut démissionnent : c'est tout !!!!!!!!!!

87.Posté par jlr le 05/08/2022 16:07

@86 : lisez bien l'article ;l e problème n'est pas de partir ou pas ; le problème est qu'il s'agit parfois de personnes mariées avec des enfants en bas âge et dont le conjoint habite et travaille à La Réunion !

86.Posté par Anne le 05/08/2022 14:17

Papaya post 85

Vous devez être bien couillon !!!
Mon fils est parti et est revenu à la Réunion 15 ans plus tard avec dans sa poche un diplôme en médecine. Je vais taire sa spécialisation.
Pendant 8 ans je ne l’ai pas vu. Pas de continuité à l’époque et nous n’avions pas les moyens. On s’écrivait surtout; pour lui parler il fallait utiliser le téléphone public qui était chez la voisine.
À tous les jeunes partez et revenez après c’est possible mais partez !
N’écoutez ni la présidente de région ni le retraité géographe qui occupe de belles fonctions au conseil et à la COI .
Oui demandez lui où il a obtenu ses diplômes !!!
Dites lui que quand il était au petit séminaire de Cilaos à l’époque comment il a été privé de papa maman !!!
Rappelez lui qu’il ne les voyait que pendant les vacances.
Il est devenu ce qu’il est et ne ressemble en rien à certains de nos députés qui n’arrivent même pas à s’exprimer en français !!!
Partez et revenez !

85.Posté par Papaya le 05/08/2022 12:10

Perso jamais je ne laisserais mes enfants pour partir vivre à 10000km. Démissionnez et vous trouverez un emploi de contractuel. Peut importe la fierté d’avoir eu le concours ça ne vaut pas le coup dans trois mois vous serez déprimée dans le 93. Courage à vous tous, les règles doivent changer.

84.Posté par Diablo 974 le 05/08/2022 11:39

Malheureusement pour l' éducation nationale ce sont de simples fonctionnaires qui seront en arrêt maladie pour un oui ou pour un non . Les fonctionnaires de mon entourage n' ont jamais baissé les bras comme cette minorité de capon en manque de courage pour cette vocation. Vous ne respectez pas les enseignants qui travaillent dur. Bravo à la politique de faire passer les Réunionnais encore pour des faibles.

83.Posté par adelinethibaudeau le 05/08/2022 10:49

concours national c'est pour tout le monde pareil, à moins que les réunionnais ne se considèrent pas "français" et aient le droit à des passes droit, car aussi bien un marseillais qui passe le concours peut se retrouver à Lille ce qui est tout aussi pénalisant, Mme Bello vous dérailliez complètement !

82.Posté par Un minable bac + 5 le 05/08/2022 09:33

Nous étions en 1986, J’habitais Saint-Denis et j’avais une maîtrise d’anglais (master aujourd’hui). J’ai eu une vacation pour le collège de la Plaine des Cafres c’était beaucoup trop loin, j’ai démissionné. L’année suivante
Je me suis présenté au concours de PLP je l’ai eu, affecté à Avignon, j’ai pris peur et je n’y suis pas allé. Depuis je travaille chez un vendeur de pneu tout près de chez moi jusqu’à côté de papa maman. J’ai travaillé de 1988 jusqu’à l’année dernière avec des gens « formidables » . Ma femme et mes filles me regardaient de haut. J’étais un minable et elles avaient raison .
À tous les jeunes qui me qui me lisent, n’écoutez ni Belo ni Bertille et foncez. J’aimerais juste que Bertille nous disent où il a préparé son doctorat de géographie !! A Saint Philippe ?

81.Posté par Erwan le 04/08/2022 23:54

Bac 5 pour gagner 1400 euros c'est indécent. Un employé de commerce peut gagner presque 2000 euro avec un CAP ou un BAC PRO après avoir été formé par ces mêmes enseignants. A Paris avec les pourboires on peut gagner parfois plus dans les métiers de la restauration. Ici à la Réunion un vendeur de poulet grillé sans diplôme peut faire 4 weekend de travail avec 2500 euros en moyenne . C'est le salaire indexé des dom qui incitent les avertis à muter et rester dans les dom. Enlevez les avantages et vous verrez qu'on sera en manque de professeurs à la Réunion. Voyez par vous même dans l'académie de Mayotte qui peine à recruter depuis qu'on a supprimé les primes !

80.Posté par Erwan le 04/08/2022 23:44

Supprimer l'indexation aux non natifs de la Réunion seraient la solution pour permettre aux Réunionnais de rester dans leur île. Ceux qui viennent d'autres académiques devraient avoir une indemnité pour une durée de 4 ans maxi pour qu'ils puissent ensuite rentrer chez eux. A savoir le fonctionnaire domien est souvent recruté pour boucher les trous à Paris Versailles où Créteil.

79.Posté par Citoyen le 05/08/2022 00:57

Si des postes sont vacants sur notre île ,ces postes reviennent en priorités a ceux de nos collègues qui ont bien respectés les règles,et qui sollicitent un retour dans leurs îles ,et non aux nouveaux recrutés qui ne veulent pas quitter le département en invoquant des situations familiales quelconque.

78.Posté par ASSEZ le 05/08/2022 00:48

Quand j'entends ca je suis effaré comment les stagiaires de l'éducation nationale ont fait leurs stage à la REUNION alors que les autres administrations de l'état envoient les stagiaires en métropole ( entre autres douane, impôts etc). Quand on passe un concours national on doit respecter les régles mesdames BELLO et la dame qui parle dans la vidéo) sinon on n'est pas francais. quelqu'un de Lille doit partir aussi à Marseille et c'est aussi dur et c'est la régle. SINON Mme BELLO demandez un concours régional avec tous les conséquences qui en découlent (au final moins de fonctionnaires d'origine reunion, le pistonnage ...). Ca devient mauvais pour la reunion et les DROM en général. il faudrait demander l'avis des Reunionnais et surtout expliquer les conséquences d'une telle décision.

77.Posté par Diablo 974 le 04/08/2022 22:01

Il y a une très bonne solution . Tous les futurs nouveaux profs qui veulent rester à la Réunion pour leurs premièrs postes OK mais ils devraient accepter la suppression de l' indexation . DEAL?

76.Posté par Monique le 04/08/2022 21:45

Quelle tristesse. Je suis triste pour cette Vanessa.
# Vanessa, prof d’anglais qui était aussi contractuelle avant de décrocher le sésame. “On me regardait de haut, je ne comprenais pas le système, j’ai compris leur regard maintenant sur moi”, explique-t-elle.
Maman de deux enfants, après une année de stage en 2020-2021 (arrivant 13e au classement national) effectuée en SEGPA dans un lycée professionnel du chef-lieu, elle demande à être affectée à ce poste vacant depuis 10 ans mais est affectée à Paris au 1er septembre."
La personne qui a pris votre poste a dû avoir un bon piston dans son entourage! Ne vous en étonnez pas. Malheureusement c est souvent ça. Certains passent le concours sans conviction, désinvolture, mais des contacts bien place.
C est triste car un marcottage ne changera pas que la vie de cette personne mais la votre aussi. Vous qui avez vraiment des valeur.
Bon courage.
Creole arrête fait couillonner à nous!

75.Posté par jlr le 04/08/2022 21:21

@72 : les enseignants titulaires ( c'est le cas ici ) ne signent pas de contrat ; les vacataires et les contractuels signent un contrat ( à durée déterminé) .

74.Posté par flowice le 04/08/2022 19:18

Quand vous signez un contrat avec l'Education nationale, il n'est pas stipulé que vous resterez dans l'ile pour exercer. Au contraire, ce contrat vous engage pour 10 ans et vous devez acceptez le lieu d'affectation où qu'il soit : c'est n'est pas exceptionnel : lire le contrat avec l'Etat.

En 1984, j'ai du tout vendre pour aller à l'Ecole normale de Nantes que j'avais choisi car bien placé.
Après mon année de stage, il n'était pas automatique que je sois affecté sur poste à le Réunion.
J'ai eu un poste à Saint-Benoit en 1985 mais je suis Tamponnais mais bon mieux vaut Saint-Benoit que Créteil !

J'ai même eu des sueurs froides pour revenir dans l'ile car les admis sans concours (Merci Président Mitterrand) étaient déjà affectés dans le Sud; moi, j'avais fait l'effort de passer le concours !

La situation de ces futurs stagiaires n'est pas anormale : qu'il démissionnent s'il ne sont pas content.
Il faut lire le contrat tout simplement et se préparer à migrer.

Cela leur fera le plus grand bien d'aller dans l'hexagone ou tout est beaucoup plus compliqué qu'à la Réunion.

73.Posté par klod le 04/08/2022 18:37

"vivre et travailler au pays..". slogan des années 70 toujours d'actualité!!!

et comme tous les ans , les comiques disent : "c'est un concours national......et bla bla et bla bla "

juste cause , la lutte continue !


72.Posté par jojo le 04/08/2022 17:32

d'accord abec JLR, y'en a qui connaissent pas du tout les loyers en ile de france, et qui ont encore bien augmenté à cause du grand paris express

71.Posté par jlr le 04/08/2022 14:49

@68 : le loyer moyen d'un appartement à Paris pour 30 m2 est d'environ 1 000 € / mois ..

Le salaire d'un professeur débutant est d'environ 1 600 € / mois net .

Et donc , d'après vous , il a LARGEMENT de quoi payer le loyer d'un appartement à Paris !!!

70.Posté par Lucide le 04/08/2022 13:18

55.Posté par Ohlaouf le 04/08/2022 07:02

Renseignez vous sur le salaire d'un professeur débutant... Il y a largement de quoi payer un appartement sur Paris.

69.Posté par ticoutil le 04/08/2022 09:41

En vous inscrivant au concours vous saviez que c’était un concours national de un et je pense que vous vous étiez renseigné sur la forte probabilité d’un mouvement vers ces académies. je sais bien que de quitter son île et ses proches pas facile je le vie actuellement mais c’est un choix que vous avez fait en vous inscrivants. même si je pense qu’il y a de choses à revoir au niveau des affectations si s’avère vrai que la personne classée 10 eme se retrouve elle a la réunion et la 7eme qui plus est de la réunion se retrouve elle en métropole 🤔

68.Posté par rabe le 04/08/2022 11:21

IL serait temps que Nous Kréoles prenions notre destin en main:ça suffit cette dépendance à la mère colonie ou au régime servile du patriarcat,faisons comme les Mauriciens ,Maldiviens et autres habitants des Iles qui se sont affranchis Nou lé capab .Préférons la pauvreté dans la liberté que la richesse dans l'esclavage ou le colonialisme....

67.Posté par sarti le 04/08/2022 07:36

Il est bien évident qu’il s’agit d’une réelle vocation… et aucunement le souhait de bénéficier de la sur-rémunération et autres avantages ! Rentrez un peu en métropole, vous savez que vous reviendrez de toute façon. Et puis ce sera formateur et utile pour vos futurs élèves !

66.Posté par Tardepeu le 04/08/2022 09:02

C'est horrible, tous les Réunionnais devraient descendre dans les rues, nous devons être tous solidaires, d'autant que ces concours demandent beaucoup de travail, un grand investissement personnel, et difficile à gagner, et encore les niveaux exigés ici sont plus élevés qu'ailleurs. Allons crier et battre tambours dans les rues... Protégeons nos enfants. Je ne suis pas directement concernée car je suis retraitée, mais je considère ces jeunes Réunionnais comme mes enfants.

65.Posté par momon le 04/08/2022 05:58

Avant de passer le concours ces gens savaient qu’ils devaient partir en Métropole, donc il ne fallait pas le passer et laisser la place aux autres. J’ai fait 30 ans à Paris en tant que postière, j’ai été mutée à la Réunion quelques années avant ma retraite, je savais que ça allait se passer comme ça, j’ai assumé et je ne regrette pas. Il faut sortir un peu de son cocon et voir autre chose. Soyez courageux, vous avez un travail, regardez un peu autour de vous et dites vous bien qu’il y a des situations qui sont pires.

64.Posté par TICOQ le 04/08/2022 07:49

Les jeunes ne connaissent pas le sens de l'expression créole "écraser sa banane".

63.Posté par TICOQ le 04/08/2022 07:48

Mme BELLO souffle le chaud et le froid, elle oublie que cette mobilité est acceptée de fait puisqu'il s'agit d'un concours NATIONAL, donc susceptible de vous faire "sauter la mer". Faut arrêter de prendre les gens pour des cons, surtout quand ils sont diplômés d'un Master.
Les candidats "malheureux" qui ont été admis et qui se plaignent d'être mutés vers la métropole devraient aller dans le privé s'ils veulent rester à La Réunion.

62.Posté par Lulu le 04/08/2022 07:35

spécialité du créole...."PLEURNICHEURS" à force d'être assistés comme des enfants gâtés voilà le résultat:!

61.Posté par allez tire un feuille!!! le 04/08/2022 07:33

Même si c'est un concours national, tout est question de volonté politique. Les métropolitains affectés sur le territoire national n'ont pas les mêmes contraintes qu'un ultra-marin. Ils peuvent retrouver le cocon familiale tous les week-end en moins 2h s'ils le veulent, ce n'est pas le cas pour les réunionnais. L'éloignement, le coût du billet d'avion ne sont pas pris en compte, c'est ça le problème.

60.Posté par Taloche le 04/08/2022 07:28

Limoges cherchent enseignants ultras-marins !

59.Posté par Pierrot le 04/08/2022 07:17

Personnellement j'ai passé un concours en 2003 que j'ai réussi et j'ai du quitter l'ile dans la foulée. Je suis resté en métropole 10 ans et encore car j'ai changé d’administration. J'ai toujours demandé ma mutation sur l'ile mais je n'avais pas assez d'ancienneté. Ces jeunes savaient avant le concours qu'il y avait un risque d'être muté en métropole alors pourquoi tout ce ramdam aujourd'hui ? Et ceux qui sont partis l'année dernière, il y a deux ans...on en fait quoi ? Je n'aime pas trop cette façon de voir les choses de manière égoïste.

58.Posté par zobok le 04/08/2022 07:12

Très clairement et très objectivement, le concours est national dont à affectation nationale. Si nous devions accepter l'affectation sur place, cela se ferait au détriment de réunionnais qui sont en métropole , qui ont plus d'ancienneté et on donc une priorité absolue.
Affecter sur place les nouveaux promus, serait une injustice profonde et scandaleuse, eu égard aux réunionnais affectés en métropole et qui attendent de rentrer.
En revanche, en l'absence de réunionnais demandant à rentrer au pays, il n'y a aucune raison de ne pas affecter prioritairement sur place les nouveaux promus.

57.Posté par Ohlaouf le 04/08/2022 07:02

Post7 on connaît le vrai problème c'est le prix des logements et le salaire honteux qui fait qu'ils seront a la rue .

Ils ont beau le savoir,mais ils pensaient que jamais ça leur arriverait .D'où le fait qu'ils ne l'acceptent pas et n'assument pas aujourd'hui.

Sachez que le coup de massue peut tomber sur quiconque dans la vie ,sans crier gare.L'important est de savoir se relever le mieux possible ,avec le moins de séquelles.

56.Posté par tang impetueux le 04/08/2022 06:59

Zorey ki koz kreol Renyoné

Vos remarques redondantes sur tous les articles commencent à être un tantinet pénibles .....
Variez les plaisirs, changez de disque ....

55.Posté par Olivier le 04/08/2022 04:43

“Envoyer des gens remplir des postes où en métropole on ne trouve pas preneur, cela a de fâcheux relents historiques”, lance Wilfrid Bertil avant de poursuivre : “je pensais que ces pratiques des années 1960 et des années Debré étaient derrière nous, mais je me rends compte qu’elles sont encore extrêmement vivaces”.

Effectivement, les créoles sont toujours infantilisés comme les enfants de la Creuse.

54.Posté par Doumé le 04/08/2022 02:33

Je ne comprends pas ce débat. Vous connaissez, nous connaissons la règle du jeu depuis le départ. Vous avez 80% voir 90% de chance de partir en métropole. Alors si vous ne voulez pas y aller, ne passer pas le concours. Et pour information, il n’y a pas que les réunionnais qui ne veulent pas aller enseigner à pétaouchnok. En metropole aussi c’est dur de quitter sa famille pour aller à l’autre bout de la France ou pire encore en banlieue parisienne.

53.Posté par assez le 04/08/2022 02:03

D'autre part pourquoi critiquer les zoreils pour la surremuneration puisque Reunionnais comme les zoreils gagnent cette surremuneration. Allez sur ce terrain c'est faire perdre ce revenu aux habitants fonctionnaires à la Reunion alors que tous crient sur le pouvoir d'achat empieté. Autre chose le réunionnais ou autre DROM qui rentre dans la fonction publique d'étatmuté en métropole perçoit une prime d'un ans de salaires bruts en 3 fois sur 4 ans. la première presque dés son arrivée la 2eme au début de la 3eme année puis la 4 eme la 4eme année. c'est quand même prés de 20000 euros et en plus majorée pour chaque enfant. LES LAUREATS METROPOLITAINS NE TOUCHENT PAS CETTE PRIME. Petite précision si vous avez gagné une parti de la prime et que vous êtes muté à la REUNION vous ne remboursez plus cette prime

52.Posté par assez le 04/08/2022 01:42

Assez des enfant gatés de la REUNION et de la REPUBLIQUE et SOUTENUs par un DEPUTE de la Reunion. HONTE a CE DEPUTE Quel exemple qu'on montre . On ne respecte plus les régles alors que d'autres Reunionnais mutés en metrople parce qu'il ont passé un concours NATIONAL attendent depuis des années de retourner à la Reunion. J'espère que d'autres députés seront plus lucides ,et ne baffouent pas les régles. Qu'il changent vite de metier pour rester à la REUNION.Quand je vois Mme BELLO je suis outré,heureusement j'ai pas mis le son de la vidéo. Pour votre information je suis parti en 1982 suite concours national fonction publique. Bon je peux dire maintenant que vivre differement ailleurs nous est bénéfique même si c'est difficile.
Je vois ce qu'il va arrivé dans peu de temps ouverture de concours régionale : donc moins de fonctionnaire reunionnais prix car il n'y aura plus l'hexagone et APRES on va crier a l,INEGALITE de la mère patrie. Vous les députés reunionnais ne jouez pas avec le feu. C'est vrai vous êtes casés.l'argent a gogo une avec mandat parlementaire, retraite de l'éducation nationale INDEXé de 35%et peut être d'autres avantages. Mais ne detruisez pas ces jeunes qui ont eu un concours nationale difficie expliquez ces personnes que stagiaires ils peuvent être partout. et surtout aidez les financièrement car la REGION,, le Département n'aident financièrement aucunement ces laureats. Je peux témoigner

51.Posté par #Maisnon le 04/08/2022 01:26

C'est le prix à payer dans les colonies.

Il est loin le temps où on accueillait bras ouvert les zoreils, trop de racistes ont débarqués ...
Bougez pas ça va bien se passer !

50.Posté par Diablo 974 le 04/08/2022 00:11

Un o pointé pour Bello. C' est un concours national ???? On commence par les premiers échelons. Que dire de nos policiers et autres fonctionnaires qui travaillent depuis des années dans l'hexagone ???? Ça me fait pitié des pleureuses pareils .

49.Posté par Psg le 03/08/2022 23:01

Jacobin et caroline en metropole vous faites pitie et ici vous la jouez pauvres pequenots mdr

48.Posté par Psg le 03/08/2022 22:54

post3 ont est fier d huguette belo notre marie antoinette a nous et tous fier d etre francais et je me demande si t es pas un gros raciste et tu viens de quel dpt juste comme ca.

47.Posté par Lucide le 03/08/2022 22:45

C'est comme à l'armée. On envoie les jeunes au casse pipe, on leur mène la vie dure jusqu'à en garder les meilleurs.

Faites votre choix, pointer au chômage ici ou partir faire vos preuves.

46.Posté par Pas de sur rémunération ni discrimination le 03/08/2022 22:12

Bon voyage, un peu d'ouverture d'esprit vous fera revenir à
la Réunion en arrêtant de critiquer les "zoreils" qui vous accueilleront sans discrimination en Métropole contrairement à vous avec votre vivre ensemble légendaire ! C'est sûr que sans les 56% de prime de vie chère, vous ne roulerez pas en SUV flambant neuf ahahah !

45.Posté par Vanes le 03/08/2022 21:09

Vous êtes là a critiquer ces personnes qui demandent a travailler dans leur pays dont ils avaient le droit de choisir..
Alors que des metropolitains pourront avoir leur affectation à la Reunion
Pourquoi les reunionnais n'y auraient pas droit également?
Il y a des postes vacants à la Reunion..
S'il ne crient pas maintenant quand vont t ils pouvoir sexprimer pour que les choses changent enfin sur ces migrations, qui ressemblent fortement aux pratiques de dechirement de familles déjà connues a la Reunion depuis les années 60.
Soyons solidaire, au lieu de critiquer gratuitement.

44.Posté par CT97430 le 03/08/2022 21:05

Alors moi je dis...qu’il faudrait envoyer les contractuels et vieux maîtres auxiliaires qui n’ont jamais eu le concours permettant d’enseigner dans les banlieues métropolitaines plutôt que de les affecter sur des postes vacants années après années. Certains font de réels dégâts au sein des établissements...même pour de courts remplacements 🤬
Quant aux jeunes lauréats, bien que je comprenne la difficulté de l’exil, vous n’êtes pas les premiers et ne serez pas les derniers..ce sont les règles du concours national certes, mais à moins de vous couper une jambe ou un bras ou les 2 ! vous aurez semble-t-il du mal à rester à La Réunion à moins comme d’autres de vous enchaîner aux grilles du paquebot du Moufia 😎
Plus de syndicats pour aller au combat...comment ont fait les moins bien classés pour rester sur l’île ? Mystère qui mérite d’être éclairci..n’est ce pas ?

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes