MENU ZINFOS
National

Enquête: Les instituteurs restent motivés, mais frustrés par leur salaire


Selon une récente enquête, les instituteurs sont plus motivés et fiers d'exercer leur métier que l'an passé. Cependant, les motifs de frustration demeurent.

- Publié le Mardi 19 Janvier 2016 à 18:19 | Lu 1982 fois

58% des enseignants de l’école primaire se déclarent insatisfaits de leur situation professionnelle et 88% estiment que le métier s'est dégradé au cours des dernières années. C’est ce qu’il ressort d’un sondage Harris Interactive réalisé en décembre dernier sur 5.555 instituteurs du secteur public.

Pour autant, leur état d’esprit s’améliore par rapport à l’année précédente. Ils sont ainsi 80% à se dire fiers d’exercer cette profession, soit 7 points de plus que l’an passé, et 75% à se juger "motivés" (+ 6 points).

Parmi les motifs de motivation cités arrive en premier la transmission du savoir (59%), suivie de la réussite des élèves (54%) et  du sentiment d'être utile à la société (35%). Les sources de satisfaction sont l’ambiance de travail pour 77% des sondés, mais aussi la diversité des contenus enseignés (73%), la répartition du temps de travail pendant l’année (56%) et la place du travail en équipe (51%).

88% regrettent la lourdeur des tâches administratives

Parallèlement à ces constats positifs, les motifs de frustration demeurent. Les sentiments de stress, d'impuissance, de déception et de colère restent d'ailleurs à des niveaux élevés (de 76 à 62%), bien qu'en recul. L'insatisfaction quant à la formation continue ou l’accompagnement dont ils peuvent normalement bénéficier est particulièrement citée (91%). Les professeurs des écoles regrettent aussi la lourdeur des tâches administratives  (88%) et sont mécontents de leur salaire (83%).

S'ils estiment entretenir de bonnes relations avec leurs collègues, leurs élèves ou les parents d’élèves (de 75 à 91%), ce chiffre tombe à 54% pour ce qui est des rapports avec l'inspection, et à 21% pour les relations avec le ministère de l'Education.

L'enquête fait aussi ressortir que les instituteurs les plus heureux sont ceux qui enseignent dans de petites écoles ou en zone rurale, les femmes et les jeunes en début de carrière.





1.Posté par Simandèf le 19/01/2016 19:55

Toujours à ce plaindre sauf que le résultats c'est qu'il y a des milliers d’illettrés, on devrait les payés au résultat comme dans le privé.

2.Posté par petitpapanoël le 19/01/2016 19:57 (depuis mobile)

"...frustrés par leur salaire", pas à La Réunion avec 55% de vie chère! Certains sont des instits cocotiers, d''autres élus syndicaux n''ont jamais vu un seul élève! Heureusement, certains exercent leur métier avec conviction!

3.Posté par Instits?? C est sûr! Rémunérés.. le 19/01/2016 20:04 (depuis mobile)

Vive la sur rem?

4.Posté par Eno2016 le 19/01/2016 21:43

Maintenant il y a des PE !
Les instits d'antan sont du passé ...

5.Posté par massacre le 20/01/2016 07:00

L'histoire de l’Éducation nationale depuis quarante ans n'est qu'un chapelet d'occasions ratées.

Pourtant les constats justes et vérifiables sont légion. Nous ne devons jamais oublier que le premier objectif de l'école est la réussite des élèves. Or l'école est en faillite durable, et exclut avec constance depuis trop longtemps des milliers d'enfants et d'adolescents qui restent sur le carreau et auront d'énormes difficultés à trouver une place dans notre cruelle société. Je ne veux pas être méchant avec une "refondation" qui semblait vouloir prendre la question globalement et à bras-le-corps. Mais nous devons bien constater qu'elle a été maladroite, que son calendrier a été illogique, qu'elle n'a pas été expliquée, que les moyens n'ont pas suivi. Encore une fois on est parti du sommet pour redescendre à la base, au lieu de partir de la base et du consensus réel chez les enseignants de l'inopérance du système; encore une fois on est allé chercher des "solutions" chez de soi-disant spécialistes généralement issus de l'enseignement supérieur ou de la société civile fort éloignés des réalités de l'enseignement sur le terrain; encore une fois on ne s'est pas adressé aux praticiens, ou fort peu, alors qu'existent de nombreuses associations et organisations qui travaillent depuis longtemps sur le sujet de l'efficacité de l'école et y cherchent des remèdes.
C'est un ribambelle de maladresses que nous avons pu assister. Comment pouvait-on imaginer en haut lieu qu'un changement quelconque pouvait être compris et appliqué s'il n'était expliqué, commenté, et surtout assisté financièrement? Ne pas prévoir qu'il est nécessaire de renouveler la formation des agents de terrain, et surtout la formation continue aujourd'hui quasi inexistante, est une profonde bêtise qui ne peut entraîner que le refus voire dresser contre soi des enseignants humiliés, infantilisés, négligés.
On propose n'importe quoi !
On nivelle par le haut !
Pauvre Education Nationale !

6.Posté par @ Simandef le 20/01/2016 07:55

Oui, c'est une solution mais aucune chance de faire progresser des enfants dont les parents sont de vraies bourriques à la maison. L'école, c'est environ 40 heures par semaine (sur un total de 168 heures).
Si on appliquait cette méthode, les cancres seraient les premiers à ne plus être scolarisés, faute d'enseignants (car il n'y aurait plus beaucoup de volontaires).

7.Posté par ouiiinouin le 20/01/2016 08:09 (depuis mobile)

Pas mare de vous plaindre...au moins vous avez un boulot vous......pffffff

8.Posté par Tanguy le 20/01/2016 10:05

afficher votre grille de salaire que l'on puisse comparer avec le secteur privé,....marre de vos gérémiades...!!!!!!!!!.

9.Posté par Silence dans les rangs !!! le 20/01/2016 10:07

ENQUÊTE REALISEE EN METROPOLE AUPRES DE FONCTIONNAIRES NE PERCEVANT PAS LA SUR-REMUNERATION ET AUTRES AVANTAGES DES DOM/TOM !!!

10.Posté par Tonino le 20/01/2016 10:57

@Tanguy : Tu tapes grille de salaire professeur des écoles sur internet et tu trouves. Pas plus compliqué que cela (en tout cas plus facile que d'écrire convenablement "affichez" (impératif) ou "jérémiades" apparemment !!!)

@Simandef : Oui, à vous lire (19/01 19:55), les instits qui vous ont enseigné l'orthographe ont loupé quelque chose ! Ah ah ah !

@ ouiiinouin : Ben, il faut tenter le concours ... Et puis, tous ne se plaignent pas (relisez le sondage)

11.Posté par Gratel le 20/01/2016 14:14 (depuis mobile)

10.
Si les instits de la REunion étaient bons..cela se saurait et nous ne serions pas avant dernier du classement aux eval d entrée en 6eme.

12.Posté par Hugh le 20/01/2016 16:31

Au premier poste " Simandef " T'es fort toi.
Aujourd'hui tu n'as rien gagné alors.

Déjà: C'est " SE " et non pas " CE "

Illettrés ?

Comment tu l'écris on devrait les payés c'est ça ? Et l'infinitif, tu connais ?

MDR.

13.Posté par EKOLO le 20/01/2016 16:44

Une chose est sûre : les instits ont la partie la plus cruciale de l'enseignement.
Avec leurs élèves, tout est à faire, à "défricher".
Ils interviennent sur de la matière pratiquement brute, et leur mission est capitale : donner les bases sans lesquelles tout enseignement ultérieur est compromis.
Pour ces raisons, ils méritent une certaine considération.

Qu'ils soient motivés est une excellente chose, car leur responsabilité est grande.
Qu'ils se lamentent un peu sur leur rémunération, si c'est par rapport à leurs collègues du secondaire ou plus encore par rapport à ceux qui enseignent dans l'enseignement supérieur, je les comprends.

En France on rémunère en fonction du niveau d'études ; mais qu'est-ce qu'il se passerait si tous les futurs enseignants choisissaient de faire des doctorats et tout le folklore ?
Comment on ferait pour désigner ceux destinés à enseigner dans le primaire, donc censés avoir un plus petit salaire que les autres ?

En France on hiérarchise, on accorde plus d'importance aux uns par rapport aux autres, etc ...
Et si on arrêtait de penser comme ça ?
Si on se disait, au moins dans l'EN, que tous sont importants et participent à une même mission, chacun à un stade différent ?
Qu'on réduise un peu les différences de salaire entre enseignants des différents degrés de l'EN.
(eh oui, pour moi les instits sont des enseignants comme les autres, et non des "sous-enseignants")
Bien entendu il ne s'agira pas de baisser les salaires des enseignants déjà en poste (pour éviter les grèves), mais de revoir les grilles pour les futurs enseignants.

Plus de 220 ans après la révolution française, on voit que l'Etat a toujours un peu de mal à s'affranchir de la mentalité de "castes" de l'ancien régime.

14.Posté par A mon avis le 20/01/2016 17:15

(Humour)
Un enseignant s'adresse à des parents d'élève :
- Comment voulez vous que, tout seul, je fasse un ingénieur de votre fils, alors que, à deux, vous n'avez réussi à faire qu'un imbécile !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes