Société

Endométriose : "On m’a rendu ma vie lorsqu’on m’a retiré l’utérus"

Vendredi 29 Mars 2019 - 17:21

Diagnostiquée en 2017, Erika souffre en réalité de la maladie depuis sa plus jeune adolescence. Les douleurs insupportables l’empêchent de mener une vie normale, et ce jusqu’à ce qu’elle prenne la décision difficile de se faire retirer l’utérus l’année dernière. Pour en arriver là, Erika a dû faire face à des années de doute et de souffrance, pendant lesquelles le corps médical ne l’a pas toujours prise au sérieux. La journée mondiale de lutte contre l'endométriose se tient ce samedi 30 mars avec comme temps fort la 4ème édition de l'Endomarch à La Réunion, organisée par l'association Mon Endométriose Ma Souffrance - Île de la Réunion.


"C'est normal d’avoir mal pendant ses règles" , voilà ce que de nombreux médecins, gynécologues ou généralistes, ont expliqué à Erika alors qu’elle n’était qu’adolescente. Une explication, ou plutôt absence d’explication face à sa souffrance, qui l’aura fait douter d’elle-même durant des dizaines d’années.
 
"Je me suis demandée si je n’étais pas une chochotte, si le problème ne venait pas de moi, puisque les autres femmes ne semblaient pas souffrir autant pendant leurs règles. "
 
Ses premières menstruations ont duré six mois. Six mois pendant lesquels la jeune femme alors âgée de 11 ans, se tordait de douleur tout en perdant d’importante quantité de sang. Pour autant, aucun examen approfondi ne sera réalisé suite aux consultations médicales.
 
Un simple traitement hormonal mettra fin à ce calvaire, mais son cycle ne se régulera jamais vraiment. "J’ai pu ensuite vivre mon adolescence puis ma vie de femme de manière plus ou moins normale : j’ai pu avoir une vie sexuelle et avoir des enfants sans difficultés, même si mes règles étaient toujours douloureuses", raconte-t-elle.

"J’avais l’impression que mes entrailles se détachaient de mon corps"

La maladie reviendra torturer la Saint-Pierroise en 2015, lorsqu’elle décide d’arrêter de prendre sa pilule contraceptive.
 
"Mes règles sont alors devenues extrêmement douloureuses. J’avais l’impression que mes entrailles se détachaient de mon corps. J’avais des nausées et des vertiges".
 
Pliée par la douleur, Erika est rapidement obligée de se faire arrêter par son médecin, et ce à chaque fois que surviennent ses menstruations. À son travail, certains collègues lui font remarquer ses absences et doutent de sa souffrance. Ces arrêts maladie ont également un impact sur son salaire, source de stress supplémentaire pour cette maman de deux enfants.
 
"Je me suis sentie inutile, je culpabilisais beaucoup, par rapport à mes collègues mais aussi par rapport à mon médecin: je pensais qu’il devait en avoir marre de me voir tous les mois. Un jour il m’a dit qu’il ne savait plus quoi faire pour moi".
 
Après plusieurs échographies, le médecin détecte la présence d’un fibrome dans l’utérus d’Erika : une tumeur bénigne, de 28 millimètres, trop petite pour être à l’origine de ses douleurs. Mais un an de souffrance plus tard, la situation d’Erika continue d’empirer et elle est admise aux urgences pour une hémorragie. Là les médecins constatent que le fibrome fait désormais 14 centimètres !
 
"Mon ventre était tellement gonflé qu’on me demandait souvent si j’étais enceinte".
 

"Je ne suis pas une malade imaginaire !"

Pour traiter la tumeur, Erika est mise en relation avec un chirurgien gynécologue : "J’étais terrorisée. Pour moi « chirurgien » voulait forcément dire « opération »". Mais une fois dans son cabinet, le médecin lui pose une première question :
"Est-ce que vous pensez être atteinte d’endométriose ?"
Erika ne sait pas quoi répondre, si elle s’était renseignée sur la maladie, aucun docteur auparavant ne l’avait évoquée.
 
Rapidement, la mère de famille passe des examens approfondis, et en septembre 2017, une IRM met en lumière son endomètre endommagé, et permet enfin de poser le diagnostic. "Là je me suis dit : Enfin ! On ne me prend plus pour une folle ! Je ne suis pas une malade imaginaire !" explique Erika.
 
Mais au bout de quelques mois, les traitements ne suffisent plus à contenir la maladie. Les règles reviennent, toujours plus douloureuses. Le verdict du chirurgien est sans appel : "il va falloir opérer".
 
S’il peut tenter de retirer le fibrome ainsi que l’endomètre endommagé sans toucher au reste, le chirurgien conseille à sa patiente de retirer intégralement son utérus, endommagé par la maladie après toutes ses années, pour éviter une énième rechute.
 
"Je suis rentrée chez moi, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps et j’ai prié. J’ai demandé à dieu de me guider dans cette décision que je devais prendre". raconte Erika. "J’ai eu deux enfants sans problèmes. Je me dit qu’il faut peut-être que j’accepte cette décision pour vivre enfin ma vie de femmes et passer à autre chose."

"Cette opération m’a rendu ma vie"

Après deux semaines de réflexion, durant lesquelles elle échange avec ses proches, Erika choisit de se faire retirer son utérus. Une décision loin d’être simple. "C’est difficile d’accepter de voir une partie de sa féminité disparaitre".

La date est fixée au 7 août 2018. Une opération longue et difficile, car l’endométriose s’est également développée sur son colon.
 
Après une guérison très rapide, Erika est méconnaissable : "les gens avaient du mal à croire que je venais de me faire opérer. Cette opération m’a rendu ma vie, alors j’avais hâte de recommencer à vivre, de retourner au travail, de faire des choses !" explique-t-elle.
 
Aujourd’hui Erika témoigne car elle veut encourager les femmes qui souffrent à s’exprimer. "Faite vous entendre, il faut parler, il faut insister, malheureusement. Parce qu’on ne nous prend pas au sérieux lorsqu’on parle de douleurs pendant les règles".
 
Elle souhaite également rassurer celles atteintes d’endométriose et qui doivent aujourd’hui envisager une opération : "N’ayez pas peur. Oui on m’a enlevé une partie de moi, mais en réalité ça ne change rien. Cette opération peut transformer votre vie !"
 
Sa propre opération a également eu l’effet d’un électrochoc sur son entourage : plusieurs femmes de sa famille lui ont alors révélé êtres atteintes de la maladie, voire s’étaient elles-même déjà fait retirer l’utérus. "Je regrette qu’elles ne m’en aient pas parlé avant, mais comme cette maladie concerne l’appareil génital féminin il y a comme une sorte de tabou."
 
Pour autant, si Erika a trouvé le courage de passer sur le billard, c’est aussi grâce à la libération de la parole des malades depuis quelques années : "Enora Malagré m’a aidée à prendre la décision la plus importante de ma vie. Cette chroniqueuse de l’émission Touche Pas à Mon Poste s’est récemment confiée sur sa maladie en direct à la télé, j’ai alors compris que je n’étais pas la seule".
Charlotte Molina
Lu 22663 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

51.Posté par Nana974 le 14/06/2019 08:34

Bravo pour vous votre témoignage, parler est parfois difficile mais nécessaire.
J'ai récemment dialogué avec une personne qui a consommé des produits naturels, ça l'a beaucoup aidé surtout au niveau des douleurs. Il y a des solutions alternatives, il faut juste parfois essayer. Courage à toutes.

50.Posté par Oui (mais...) le 01/04/2019 13:31

Bravo à cette personne pour son témoignage à visage découvert. Mais, en espérant que cette exposition médiatique ne constitue pas un levier quelconque pour un intérêt personnel (professionnel, artistique ou politique). Après, si c'est pour faire un clin d'œil revanchard à un ex qui a été pénible, pourquoi pas dans ce cas...

49.Posté par Ben voyons le 31/03/2019 22:18

La personne a compris depuis longtemps, mais sa mauvaise foi l'incite à publier des commentaires sous d'autres pseudos... N'est-ce pas, Kiré totocheur ?

48.Posté par Taboume le 31/03/2019 12:01 (depuis mobile)

La personne a du comprendre maintenant...je pense...

47.Posté par Poisson d'avril le 31/03/2019 09:21 (depuis mobile)

Tinkiet si t'as plus d'utérus je prendrai du thé au jasmin

46.Posté par Je... le 31/03/2019 07:20

Je vais faire caca.
Si ça intéresse du monde, dites le moi, je vous raconterai la chose.

45.Posté par Targie le 30/03/2019 21:09 (depuis mobile)

vs aidez à mieux comprendre les femmes, car les hommes aussi ont besoin de comprendre cette maladie afin d''accompagner au mieux leur compagne dans leur vie déjà très difficile pour elle !! à celui qui n''a tjrs pas compris, il ne comprendra jamais !!

44.Posté par Targie le 30/03/2019 21:01 (depuis mobile)

Merci madame pour votre témoignage, vous AIDER bcp de femmes, de jeunes filles qui rencontrent se problème et subissent des jugements NÉGATIFS de leurs entourages....je pense aussi au profs de sport qui ne comprennent pas toujours cette maladie

43.Posté par Ah le 30/03/2019 20:24 (depuis mobile)

Juste une chose qui me dérange dans le commentaire 'on m'a rendu ma féminité quand on m'a enlevé utérus'....ah je comprends pas non plus !

42.Posté par Je ne comprends pas le 30/03/2019 16:44

37.Posté par zean le 30/03/2019 13:21

je ne veux pas mettre de l'huile sur le feu
mais quand un homme bat sa femme
quand un pére tue ses 3 enfants
quand il y a magouille à la dyalise
quand il y a magouille politique
etc etc cela ne nous regarde pas ,mais on est content d'etre informé


Il y a une différence entre parler d'un fait de société et exhiber son tampon.

41.Posté par Je ne comprends pas le 30/03/2019 16:43

35.Posté par Réunionnaise le 30/03/2019 12:42 (depuis mobile)

A poste 33
Vous me faire c... avec" commencer sans faire de faute" . Donc si on écrit avec des fautes de grammaire ou d''orthographe on n''à pas le droit de s''exprimer.
Déjà descend sur terre et tu verras que le monde à changé.


1.On a le droit de s'exprimer même si on fait des fautes de grammaire. Par contre, on évite de traiter les autres d'ignorant. J'ai bien mis un "z" à "commencez". Merci de faire des citations correctes.

2.Le message était adressé à "Le Jacobin". Quand i cause ek saucisses, boucané i reste pendillé. Pour rester dans le thème de l'endométriose, je pourrais ajouter : cab... lé pas raidi pou ou, assise pas dessus.


40.Posté par Lebon le 30/03/2019 15:51 (depuis mobile)

Et je pense que vous vous exhibez très bien votre excès d’incapacité a ne rien comprendre !!et vous j’es Bien que vous ne serez jamais je dit bien jamais pas l’u De ses problèmes de santé !!continuez à vous préoccupez de votre petite personne !!

39.Posté par Jacques André le 30/03/2019 15:05

Sur MSN France il y a aussi le témoignage d' une jeune femme parle de cette maladie qui touche entre 4 et 5 millions de femmes en France cette jeune femme disait qu'elle a été licenciée par son entreprise à cause des d'arrêts maladie répétitifs BON COURAGE MADAME Poste 1 tu n'est qu'un imbécile

38.Posté par Kayam le 30/03/2019 14:37

@ 33- Si on tient compte des fautes d'orthographe, grammaire sur les sites, les commentaires seront quasi inexistants... et ici je ne pense pas qu'on s'est inscrit pour être nominés au "zinfos posts awards".... et pourquoi pas au fait ??😋😊

Vous avez honte de quoi ? De tout ce qui tourne autour de la machine humaine et naturelle et de ce qui différencie les hommes des femmes ? Des mots, des termes féminins et masculins ? Si vous êtes prude, il faut éviter certains coms car les mots et expressions sont vifs ici des fois.

Il y a l'envie de témoigner ici, qui différencie de l'insolence liée à tout ce qui touche à l'intimité. Et des femmes, des hommes y étaient sensibles.

Vous êtes dans quel état quand vos (si vous en avez) enfants vous disent avoir eu des préservatifs au collège ? Vous courez au clg et vous faites un scandale pour dire à l'infirmière que vous allez l'étrangler...car vous ne supportez pas qu'on parle de "ça" ? vous brûlez les livres de biologie, vous éteignez la télé lors des reportages sur le SIDA, les IST, les maux qui nous incommodent...

Vous avez honte d'aller prendre un paquet de serviettes hygiénique dans un rayon ? Il faut p'tète ranger le stock derrière un rideau et regarder si personne ne nous voie si et quand on en a besoin. Nous sommes toutes logées pareil sur ce point-là. Une fois, j'ai vu un homme venir acheter un paquet et rien que ça en passant à la caisse... N'est-ce pas mignon ? Il y en a de très bons...

S'il y a des problèmes que vous avez cité parmi des membres de votre famille, vous n'en parlez pas ? Vous laissez les garçons, les frères, les hommes sans soutiens alors que une parole de l'un, une autre de l'autre peut encourager ? Ben dis donc !

Vous ne devez pas bien être rigolote. Il faut savoir donner un peu de mou à la ficelle. Comment vous faites quand vous êtes parmi vos sœurs, belles-sœurs , nièces...même des collègues, amies... vous faites seulement des prières ? vous ne parlez jamais de sexe ? Détendez-vous et faites le, vous allez voir comment on s'éclate et ça fait un bien fou à s'esclaffer de rire quand ce n'est pas grave. Et ce n'est pas ne pas avoir de respect. HS les tracas qui minent l'esprit !

Mieux vaut prévenir que guérir qu'on dit !

37.Posté par zean le 30/03/2019 13:21

je ne veux pas mettre de l'huile sur le feu
mais quand un homme bat sa femme
quand un pére tue ses 3 enfants
quand il y a magouille à la dyalise
quand il y a magouille politique
etc etc cela ne nous regarde pas ,mais on est content d'etre informé

36.Posté par Je ne comprends pas le 30/03/2019 12:47

Alors soit vous avez enfin compris après avoir lu tous ces posts à votre destination, soit vous ne comprendrez jamais et dans ce cas, mieux vaut vous taire alors car vous n'apportez rien au débat.


Si ! J'apporte ma pierre au débat sur la société connectée, la vie privée, l'exhibitionnisme, la victimisation. C'est très philosophique. Beaucoup plus que de parler de caca mou.

35.Posté par Réunionnaise le 30/03/2019 12:42 (depuis mobile)

A poste 33
Vous me faire c... avec" commencer sans faire de faute" . Donc si on écrit avec des fautes de grammaire ou d''orthographe on n''à pas le droit de s''exprimer.
Déjà descend sur terre et tu verras que le monde à changé.

34.Posté par otélépapossibleté le 30/03/2019 12:36

Post 1, voyons : en quoi cette dame a exhibé son endomètre ?
Elle s'est juste permise de témoigner du martyr qu'elle a vécu tant qu'on n'avait pas procédé à son hystérectomie.
L'endométriose est une maladie qui peut carrément gâcher la vie d'une femme et celle de ses proches et n'a rien de comparable à toutes les maladies ou problèmes gynécologiques que vous énumérez pêle-mêle.

33.Posté par Je ne comprends pas le 30/03/2019 11:09

Poste -1 Vous n'avez toujours pas prit le départ, pour le bien de l’humanité restez assis ne bougez surtout pas.


Commencez par écrire sans faire de faute de grammaire avant de parler de l'ignorance des autres. Vous êtes ridicule.
Je maintiens qu'exhiber son endomètre en public ne fera pas avancer la cause. Il y a des problèmes qui doivent rester intimes : règles, pertes blanches, corps jaunes, hémorroïdes, diarrhées, éjaculation précoce, escarres, incontinence urinaire, incontinence fécale, prostate, gaz intestinaux...etc...

32.Posté par citoyenne-lambda le 30/03/2019 11:08

Post 1, c'est pas parce que le sujet ne concerne pas ta petite personne qu'il faut ne pas en parler et à la lecture de ton 2è post, on peut se poser des questions sur ta capacité à avoir de l'empathie ou de la compassion pour autrui.

C'est un sujet qui concerne toutes les femmes, même si elles ne sont pas atteintes de cette maladie et même les hommes devraient s'y intéresser pour pouvoir mieux comprendre les femmes justement.

Alors soit vous avez enfin compris après avoir lu tous ces posts à votre destination, soit vous ne comprendrez jamais et dans ce cas, mieux vaut vous taire alors car vous n'apportez rien au débat.

31.Posté par Zarin le 30/03/2019 10:58

Le transhumanisme est-il l'avenir de l'humanité ? Le Club de Mediapart
18 oct. 2018
Par Semcheddine

«La science et la technique ont pris le pas sur la nature, sur le pouvoir, sur la poésie, sur la philosophie et sur la religion. Voilà le coeur de l'affaire. Elles ont bouleversé notre vie» Jean d'Ormesson (de l'Académie française)...

https://blogs.mediapart.fr/semcheddine/blog/181018/le-transhumanisme-est-il-lavenir-de-lhumanite

30.Posté par Lebon le 30/03/2019 09:41 (depuis mobile)

Eh bein !!post 1et 24
Et bien mi pense à la place out cœur néna un bêbête galet!!!
Pour arriver à là !!ou là dû avoir la souffrance dan out vie !!

29.Posté par Le Jacobin le 30/03/2019 08:53

Présent

je ne comprends pas
tu ne comprends pas
il ne comprend pas
nous ne comprenons pas
vous ne comprenez pas
ils ne comprennent pas

LA VRAIE CONNAISSANCE C'EST CONNAÎTRE L’ÉTENDUE DE SON IGNORANCE.
(Confucius)

C'était il y a 4 000 ans avant Jésus Christ.

Poste -1 Vous n'avez toujours pas prit le départ, pour le bien de l’humanité restez assis ne bougez surtout pas.

28.Posté par Bravo ! le 30/03/2019 08:25

18.Posté par Guylène le 29/03/2019 21:18 (depuis mobile)

Quand on ne comprend pas on s'instruit basta ! Bravo Erika.



Bravo.
Mot dont on se sert pour applaudir, exprimer sa satisfaction, ou ironiquement pour souligner une sottise.
Définition du Larousse.


Exemple : Bravo Erika !


Bravo !

27.Posté par pas de photo ? le 30/03/2019 08:15

Pas de photo à nous montrer ?
pfff...c'est nul !

26.Posté par Réunionnaise le 30/03/2019 08:12 (depuis mobile)

Bravo madame erika et courage aux autres femmes qui souffrent de cette maladie .

25.Posté par Courage le 30/03/2019 08:08 (depuis mobile)

Une femme courageuse qui sait parler et aider les
autres d'' affronter le cap tabou tout en gardant le morale.Bravo madame !

24.Posté par Je ne comprends pas le 30/03/2019 07:38

Je ne comprends toujours pas.

1. ça ne me concerne pas
2. ce n'est pas de ma faute
3. ça regarde le patient
4. ça regarde le médecin

Si le médecin et la science n'y peuvent rien, la compassion des lecteurs de zinfos ne sera d'aucune aide. C'est émouvant, c'est triste mais c'est une information sans intérêt. Qui veut que je leur parle d'eczéma sur les testicules ou des hémorroïdes sanglants ?

23.Posté par Zaka le 30/03/2019 06:37 (depuis mobile)

Si vous souffrez endometriose commencer à ne plus manger de porc cabris et boeuf ensuite éviter de manger n''importe quoi dans les mains de gens mal attentionné

22.Posté par Joseph le 30/03/2019 04:42

Tout d'abord Bravo à cette dame pour son courage, déjà pour le calvaire subi, mais aussi pour ce témoignage qui sera sans doute une aide à plein d'autres personnes touchées par cette maladie nouvellement reconnue. Secondement, c'est quoi cette vindicte populaire pour le premier commentaire, nous ne sommes pas en dictature, chacun à le droit de s'exprimer non ?
Encore des gilets jaunes...

21.Posté par Grangaga le 30/03/2019 04:38

Bravo ....Madanm', èk' in gran ...M.......
Mi koné deu mounn' dann' outt' ka....
Zot' y koné pa, ke mi koné.......
Kan nou wa a nou, ou koné pa koman ni lé......
Toutt' satt' lé otourr' y èk'ziss' pi, tèl'man nou lé byin.....
Y fé, ke pou nou ....la vi la pa sanzé, savwarr' ou pa, avèk' ou san......
Nou lé touzourr' lo mèm'.....

Ziss' po Post' 1 é Post 3........
Si zot' ....."douss' " lé ...." klèrr' ".....................
Lé sirr' ke ...."kon" konm' zot' y lé..........
Zott' n'oré pa an parlé........
Et a l'èrr' ki lé, zot' té pi la ossi........

20.Posté par Nazarin le 30/03/2019 02:13 (depuis mobile)

Et bien merci merci pour ce témoignage je pense effectivement qu il est tempt de parler de dire haut et fort qu on est malade est que cette maladie s appel l endometriose qu elle existe belle et bien et qu on as tout un combat à mener

19.Posté par yab le 29/03/2019 22:00

Post , Continuez à feuilleter les bandes dessinées pour enfants de moins de ans et ne lisez pas des articles qui ne sont pas de votre niveau

18.Posté par Guylène le 29/03/2019 21:18 (depuis mobile)

Quand on ne comprend pas on s'instruit basta ! Bravo Erika.

17.Posté par darkangells le 29/03/2019 21:10

Pour partager son experience de vie, son epreuve à d'autre femme. Pour aider de nombreuse femme incomprise par la médecine à comprendre leurs corps.
Si tu ne comprends pas, que de mieux qu'un média vu et revu pour en parler

16.Posté par Santa le 29/03/2019 21:03 (depuis mobile)

Santa poste 1 pour aider ceux qui sont dans son état idiot

15.Posté par T''es trop intelligent pour sa le 29/03/2019 20:39 (depuis mobile)

Si tu ne comprends pas pourquoi elle raconte tout sa, c''est que t''as rien à faire ici Intelligent

14.Posté par Ben voyons le 29/03/2019 20:38

Pourquoi elle le raconte ?
C'est pourtant parfaitement explicité. Pour que les soignants concernés ouvrent les yeux et permettent d'éviter que nombre de femmes souffrent le martyre inutilement, puisqu'une intervention peut arrêter le mal.
Pour ceux qui ont du mal à imaginer la douleur provoquée par cette maladie, d'après certains témoignages, ce serait l'équivalent, pour un homme, d'un coup de pied dans les parties... chaque matin par exemple !
Et l'intervention consisterait à éviter le coup de pied. C'est plus clair comme ça ?

Bravo à cette femme pour son courage !

13.Posté par Vingadassalom le 29/03/2019 20:26 (depuis mobile)

Elle raconte.... Et nous devrions toutes et tous raconter pour que ça change, pour que d''''autre se pose la question... Se faire suivre le plus tôt possible c important. Ne vous taisez pas. Merci madame

12.Posté par lo rhumlépabonméliboikammême@ le 29/03/2019 20:14

@ poste 1 elle est très intelligente elle parle de sa souffrance et je peux la comprendre renseignez vous sur cette maladie et vous comprendrez , bravos madame portez vous bien!!!

11.Posté par Indignation le 29/03/2019 20:11

Pourquoi elle nous raconte ça??????
Tout simplement pour encourager les femmes victimes de cette saloperie à oser en parler, il y a encore, même dans le corps médical, des machos qui les prennent pour des comédiennes, alors qu'elles souffrent le martyr depuis leur plus jeune âge au moment des règles, certaines deviennent stériles, d'autres frôlent même la mort!
Et, à notre époque, il y a encore des gens qui demandent pourquoi on en parle?
Mais dites-moi que je rêve!!!!!!!

10.Posté par Lebon le 29/03/2019 20:11 (depuis mobile)

Qu’est Ce que vous ne comprenez pas???qu’une femme souffre et qu’elle raconte son histoire ??vous comprenez pas parce que c’est pas un bon comérage?? Franchement 😡😡😡

9.Posté par Suzanne le 29/03/2019 20:04 (depuis mobile)

Elle nous raconte cela pour partager son histoire et la douleur qu''elle a encouru.
L''endométriose est une maladie qui malheureusement n''est pas toujours prise au sérieux par le réseau médical .

Ne commenter pas si c''est pour être aussi inutile !!!!

8.Posté par pacha le 29/03/2019 20:01

poste 1 : je comprend pas pourquoi ....TU .....ne comprend pas

7.Posté par Ti Tangue zilé zone le 29/03/2019 19:56 (depuis mobile)

Post 1 : Tout est dans l’intitulé de votre post « Je ne comprend pas » alors reste dans ton ignorance jusqu’au jour .....vous direz MERCI non pas à JACKIE ET MICHEL mais ÉRIKA

6.Posté par zean le 29/03/2019 19:54

c'est pour faire comprendre aux femmes qui ont les memes sympiomes de pouvoir peut etre mettre un nom sur la maladie

5.Posté par Je vais vous dire pourquoi moi le 29/03/2019 19:25

Chère madame, ou cher monsieur,
Cette dame vous raconte cela justement pour sortir les gens de leur ignorance. Cette femme apporte un message fort aux autres femmes et essaient justement d'éduquer les autres personnes sur cette maladie méconnue.
Alors si vous ne comprenez pas voila les raisons :
- éduquer les gens sur cette maladie qui, justement, traitent les jeunes filles de "chochottes" lors des règles
- encourager les jeunes filles à se faire diagnostiquer
- faire connaître cette maladie.

Je peux encore m'étendre sur le sujet mais je pense que si vous ne comprenez pas, je ne peux plus rien faire pour vous.

4.Posté par Kayam le 29/03/2019 19:16

D'abord je trouve que vous avez eu beaucoup de courage de prendre une telle décision. De vivre sans utérus, d'avoir perdu une partie de soi doit jouer sérieusement sur le mental.
Beaucoup de cran aussi d'avoir souffert autant et ce, depuis le début de l'apparition des règles. À 11 ans et commencer à se tordre de douleurs pendant 6 mois !! Je n'ose imaginer les fatigues morales et physiques.

Parler de l'intimité à cet âge n'est pas chose facile d'autant + que le sujet est tabou et le reste encore assez -même aujourd'hui- dans certaines familles.

Heureusement et pour le "bien" des jeunes filles et femmes qui subissent cette maladie, les conversations s'ouvrent et les soutiens féminins directs s'organisent. Vous pouvez être heureuse aussi d'avoir pu être maman alors que les difficultés de tomber enceinte ne sont pas minimes. C'est faire preuve de force et de toujours croire en l'espoir. De se forger un caractère positif à toute épreuve amène bien souvent à la réussite et aux sourires. Donnés et rendus. Vous les méritez.
----
J'aimerais aussi que des solutions moins contraignantes soient un jour trouvées...éviter les opérations, de souffrir le martyr, d'être en ménopause artificielle...ne plus voir des larmes de tristesse dans les yeux des personnes qu'on aime. Mes pensées les plus tendres à mes 2 nièces de frères et parents différents, qui me feront également plaisir quand j'entendrais "tatie je suis enceinte...j'attends un bébé"... en partageant des larmes de joie.
----
Du bonheur à toutes celles touchées. Bien sincèrement.

3.Posté par Fundisantim le 29/03/2019 19:13 (depuis mobile)

Post 1
Si tu es un homme tu as l ''excuse de ne pas etre en capacité de t''imaginer son calvaire et tous les obstacles que la société a pu lui opposer. Le silence notamment... Si tu es une femme, tu comprendras si ça t arrive et que tu peux en parler .

2.Posté par LOTUS974 le 29/03/2019 19:11

Moi je ne comprends pas que vous disiez ce genre de commentaire.
Tellement de femme souffre en silence par cette maladie que personne ne comprenne; j'approuve qu'elle en parle, certaines doivent se reconnaître dans son histoire et si cela peu aider tant mieux; On vie tellement dans un monde d’égoïsme.....

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie