Courrier des lecteurs

Encore un enfumage des Marcheurs

Mercredi 6 Décembre 2017 - 11:09

Le  double  aveu  qui se cache derrière la hausse de la CSG

Une des mesures les plus emblématiques, et la plus contestée parce que la plus injuste,  de l’ère ,  prétendument  nouvelle,  ouverte par les Marcheurs, est la hausse de la CSG.

Macron avait contesté le fait  que la  France était  au  bord  de la faillite.  Pourtant cette augmentation des prélèvements sociaux témoigne de la pertinence du constat  qui  avait  été  fait par  d’autres candidats aux présidentielles selon lequel les marges  financières  de l’Etat  étaient  nulles et qu’il fallait  donc  trouver  de nouvelles recettes ou baisser  drastiquement les dépenses si l’on voulait promouvoir  de nouvelles politiques  économiques et sociales  .

Cette accentuation des prélèvements obligatoires ne participe  pas  à un effort national  également  partagé mais  à un règlement de  compte   à l’égard des aînés . Les conditions de sa mise en œuvre sont en effet  discriminatoires : ses effets seront  compensés pour tous   ( baisse corollaire  des  charges pour les salariés  ou  « flat tax » pour les détenteurs  de valeurs mobilières  ) sauf  pour les retraités qui perdront  2% de leur pension nette  .

En fait   l’enjeu  est  de rééquilibrer  , de manière  biaisée  comme c’est la marque  de  fabrique  de la macronie , les revenus  entre  actifs  et  retraités , au motif  que les premiers auraient vu leur position relative  dans l’échelle des revenus se dégrader  au profit des seconds .

Un moyen détourné d’imposer un ré-équilibrage entre actifs et retraités

Si ce  constat  était avéré , il eût été logique d’inciter à la hausse  des salaires  , notamment ,  le cas  échéant  , en contrepartie  d’une  augmentation du temps de travail  . Mais cette solution ne plaisait ni au MEDEF ni aux fonctionnaires surbookés . On a donc préféré faire jouer l’effet « balancier » ,  consistant à ponctionner  les ressources des retraités  pour ré injecter le produits de  la  confiscation     dans les salaires  des actifs .

Ne comptez pas sur les Marcheurs pour  vous expliquer  la logique  qu’il y a derrière  tout  ça.   On leur a donné  consigne  de se taire  ou de dire que  ça  allait  profiter  aux  jeunes  , ce qui  est évidemment faux  puisque  les allègements  de  charges  profiteront à tous les salariés   à proportion de leur  salaire. Mais invoquer les difficultés d’insertion des  jeunes est  toujours payant et  personne  ne regardera  de si près  pour  vérifier  s’il s’agit  réellement  de la manifestation d’une  solidarité intergénérationnelle.

D‘ailleurs au fond  chez « ces marcheurs-là ,  on ne pense pas , Monsieur   , on  prie  Jupiter »

Ne  cherchez  pas  Les Marcheurs dans l’annuaire  que  vous venez  de recevoir   pour leur  demander  compte  : ils sont  inexistants et  c’est même  leur raison d’être .

Donc  voyons par nous-mêmes .

Un argumentaire infondé :

-          Du  côté  des retraités :

En octobre, les retraités ont certes vu leur pension revalorisée de 0,8 % : un soulagement, après des années de gel ou de sous-indexation des régimes de base et complémentaires. Néanmoins, cela ne compensera pas tout à fait l’inflation prévue cette année (0,9 %), d’autant que la revalorisation intervient sur le dernier trimestre. Et en plus on leur annonce un nouveau  gel  en  2018 alors  que  l’inflation dépassera  sans  doute  1% sur la période.

 Surtout, sur la durée, leur pouvoir d’achat a chuté, du fait de la faible revalorisation des pensions, en particulier depuis 2010, et de l’augmentation des prélèvements sociaux.

 C’est ce que montre une étude   du Conseil d’orientation des retraites (COR) qui vient  d’être  mise  en circulation  , confidentiellement  bien  sûr ,  car  il ne  faut pas  que le peuple  sache.

Elle retrace l’évolution de la pension nette pendant dix à vingt-cinq ans pour quatre générations-types âgées entre 70 ans (nés en 1947) et 85 ans (1932).

Ainsi depuis 1992, date à laquelle la génération 1932 a commencé à prendre sa retraite, les pensions des cadres ont particulièrement souffert des mesures d’économies à l’Agirc (  la retraite complémentaire des cadres représente à peu près la moitié de leur pension ) . L’évolution de la valeur du point Agirc a été ainsi inférieure à l’inflation de 1994 à 2000, en 2010-2011 et depuis 2014, c’est-à-dire pendant 13 années sur 26. Résultat : un cadre de 85 ans a vu le pouvoir d’achat de sa pension brute diminuer de 5 % en vingt-cinq ans. Pour un cadre de 70 ans, la glissade est de 2 % en dix ans. Le pouvoir d’achat chute encore plus si l’on prend en compte la pension nette, diminuée des prélèvements sociaux. Pour un cadre né en 1932, il a baissé de 10 %, dont 6 % entre 1993 et 1997, (période de hausse des contributions CSG, CRDS, Casa et des cotisations maladie pesant sur les pensions ).

Pour les non cadres , qui comptent moins sur la pension complémentaire Arrco pour leurs vieux jours (environ 30 % de la pension totale) , la perte de pouvoir d’achat brut jusqu’en 2017 a été au minimum de 1,5 % (génération 1937), au maximum de 2,5 % (1947). En net, la perte oscille entre 2 % (génération 1937) et 7 % (1932).

Enfin, les fonctionnaires de catégorie B partis à la retraite en 1992 ont d’abord connu une hausse de pouvoir d’achat brut pendant dix ans, avant de voir ce pouvoir d’achat reculer à partir de 2002. Pour les quatre générations, il s’est érodé d’un quart de point par année depuis lors, et d’un point en 2017. En fin de compte, les fonctionnaires de catégorie B ont vu leur pension brute diminuer de 3 % (génération 1947) à 4,5 % (1937). En net, la chute est comprise entre 3 % (1947) et 8 % (1932) ;

-          Et du  côté  des salariés

Depuis 1995, ce sont cette fois-ci les chefs d'entreprise qui affichent la plus forte hausse, avec un salaire net annuel moyen qui bondit de 86%, tandis que celui des employés augmente lui de 42,1%.

Ils sont suivis des apprentis et stagiaires (+56,8%) et des ouvriers (+49,9%).

Ces trois catégories enregistrent une progression du salaire net annuel moyen supérieure à celle de l'ensemble des salariés (+46,8% depuis 1995).

 La croissance la plus modérée est à mettre à l'actif des cadres et professions intellectuelles supérieures ainsi que des professions intermédiaires, avec +33,3% sur la période.

Ces travaux démentent donc  l’enrichissement relatif des retraités par rapport aux actifs.

Conclusion :

Encore une fois  on nous a  enfumés.

Les premières victimes de la  crise ,   qui dure  en fait  depuis   la décennie   70  , ce  sont d’abord les retraités .

Et c’est à eux  qu’on va  demander  de payer l’addition de  l’incurie  de nos dirigeants .

Allez  comprendre !

Mais  tout ceci  c’est entre nous ! N’allez pas le répéter  , ce  n’est   bon ni pour la santé  des  marcheurs ni pour celle de ceux  qui ne peuvent plus marcher .
Pierre Balcon
Lu 795 fois



1.Posté par JORI le 06/12/2017 14:01

C'est bien de constater que vos chiffres couvrent également la période où votre candidat perdant fillon gouvernait la France. On peut donc s'apercevoir qu'il n'a pas fait mieux à terme échu de son ministère que les autres. Nous verrons donc bien si à la fin de celui de macron ce sera pire ou non!!. Donc en attendant si quelqu'un nous a, avec certitude, bien enfumé puisque les chiffres que vous donnez le montrent, c'est votre fillon!!. Et dire que vous prétendiez que c'était le meilleur candidat avec le meilleur programme mais que personne à droite n'a voulu reprendre. MDR

2.Posté par Marc le 06/12/2017 15:29

1. Pourquoi attaquer spécifiquement Fillon? Personne n'a réglé ce problème. Par ailleurs, aujourd'hui, ce n'est pas Fillon dont les arguments sont bancals : c'est Macron. Répondez sur le fond, plutôt.

Tenez, un exemple d'argument utilisable: votre argumentaire n'utilise pas des chiffres comparables entre eux. Pour les retraités, vous parlez de pouvoir d'achat en comparant la revalorisation du point d'indice avec l'inflation. Pour les salariés, vous ne regardez que les salaires nets moyens, sans rapprocher de l'inflation. Par ailleurs, votre argumentaire oublie que la part de retraités ayant des sources de revenus complémentaires est différente de celle des salariés (les retraités ayant eu le temps d'accumuler du capital) et que l'inflation affecte différemment salariés et retraités (qui n'ont pas les mêmes profils de consommation). Du coup, votre construction statistique est un poil bancale.

3.Posté par JORI le 06/12/2017 16:04

2.Posté par Marc le 06/12/2017 15:29
Tout simplement parce que l'auteur, supporteur inconditionnel de fillon, prétendait que son programme était le meilleur alors que nous avons vu ,comme vous le dîtes vous même également, qu'il n'avait pas su régler le problème quand il dirigeait le gouvernement. Question: dés lors pourquoi s'attaquer ainsi à macron alors qu'on n'est pas sure qu'il ferait pire que fillon?.
Concernant le fond, tout est question de volonté et de choix politiques, car comment prétendre que telle ou telle proposition serait pire ou meilleure qu'une autre sur la durée ou à la fin d'un mandat quand on sait que mêmes les économistes ne s'accordent jamais sur une seule politique. Économistes qui soi dit ne passant n'ont jamais su prévoir la crise de 2008!!.
Et enfin, comme vous le démontrez vous même, aux chiffres, on peut leur faire dire ce que l'on veut!!. Et balcon est un maître en la matière quand il s'agit avec de mêmes chiffres, ou de soutenir la politique de droite ou de torpiller celle de macron!!. MDR

4.Posté par zanluc le 06/12/2017 16:37

@jori
bien sur sarkosy n'etait pas le meilleur président surtout avec la crise financiere pendant sa mandature, en 2012 vous soutenez que le metlleur etait hollande on a vu le résultat ,avec macron c'est pareil le robin des bois à l'envers ,pour moi saroksy nous a enlever la chemise,hollande le pantalon et macron s'occupe du reste

5.Posté par JANUS le 06/12/2017 16:50

Les pauvres retraités français !!!

Selon l'OCDE, les Français partent plus tôt à la retraite et restent plus longtemps à la retraite que tous les autres citoyens de l’organisation ...

Ils détiennent même un record du monde, c'est le seul pays de l'OCDE ou le salaire moyen des retraités est supérieur au salaire moyen des salariés ...

Alors arrêtez de nous gaver avec les pauvres retraités français ....

6.Posté par Marc le 06/12/2017 17:48

3. Sauf que ce faisant, vous versez dans l'ad hominem. En d'autres termes, vous considérez qu'un argument qui pourrait être valide en soi ("Macron prend des décisions infondées qui vont faire du mal aux retraités") ne peut pas être valide en fonction d'une qualité de la personne le formulant ("c'est Pierre Balcon qui le dit donc ça ne peut qu'être faux") . Ce n'est pas une manière viable de se défendre en démocratie, ne serait ce que parce qu'à suivre ce type de logique au final plus personne n'est fondé à parler de quelque sujet que ce soit.

Quant à votre argumentation sur le fond, vous vous trompez de débat. Pierre Balcon ne critique pas la politique déployée sur ses objectifs (lutter contre le déficit de la sécurité sociale) mais sur les justifications de ses paramètres (pourquoi cibler telle catégorie plutôt que telle autre). Il ne parle pas de pire ou de meilleure, qui impliquerait une prévision, mais de présentation malhonnête des faits.

Quant à la crise de 2008, si, les économistes savaient qu'une crise allait venir. Les premières alertes sur les risques systémiques que posaient les subprimes ont commencé à émerger dans la littérature économique vers 2005 (je me souviens d'ailleurs d'excellents articles dans Alternatives économiques à cette période. Mais par exemple: https://www.challenges.fr/entreprise/subprime-fitch-avait-alerte-des-2005_382619 ). Ce que personne n'a pu prévoir (mais c'est une limite fréquente à l'analyse économique) c'était l'ampleur de la crise. Et considérer que les insuffisances de la prévision économique mènent à une contestation globale du concept même d'analyse économique et qu'on devrait plutôt renoncer à analyser dans une sorte de relativisme économique global, c'est absurde. Imaginez que je vous dise "je vais mettre l'impôt sur les sociétés à 0 pour la culture de tomates biologiques en montagne, ça va résoudre le problème du chômage". A bon droit, vous me diriez que ça n'a aucun sens. Mais avec votre logique ("après tout, même les économistes se trompent donc qui peut me dire que j'ai tort?" ) ça pourrait être considéré comme une politique économique viable.

7.Posté par JORI le 06/12/2017 18:37

4.Posté par zanluc le 06/12/2017 16:37
Où avez vous vu que je prétendais que hollande était meilleur que sarkozix??. Quant à macron, j'attends de voir pour juger. Il a fait en 7 mois ce que d'autres n'ont pas fait sans mettre les français dans la rue. C'est un fait. Wait and seedit on!!.

8.Posté par Lesseps le 06/12/2017 18:41

Au fait , votre poulain FILLON le félon avait augmenté les retraites de combien quand il était aux manettes ? Vous parlez d’enfumage, vous y êtes en plein en occultant tout ce qui vous dérange... un vrai politicard, menteur et manipulateur le BALCON :)

9.Posté par zanluc le 06/12/2017 18:54

@ jori souvenez vous ,vous avez la meme réponse concernant macron que vous aviez il y a un peu plus de 4 ans corcernant hollande ( qu'il fallait attendre pour voir )

10.Posté par Pierre Balcon le 06/12/2017 21:38

Au moment où j’écrivais mon article , l’OCDE publiait son traditionnel panorama des retraites .
Les chiffres publiés ont prêté à confusion et la présentation qui en a été faite dans les outils de propagande macronienne est purement scandaleuse .

L’OCDE n’a pas du tout comparé les pensions aux salaires mais les revenus par classe d’âge , ce qui n’est pas du tout la même chose.

Et là évidemment sans surprise , en prenant en compte tous leurs revenus, dont ceux du travail et du capital, les Français de plus de 65 ans touchaient, en 2014, 103,4 % du revenu moyen de l'ensemble de la population du pays.
Si l’OCDE avait pris la classe d’âge comprise entre 55 et 65 ans elle aurait aussi constaté que ses revenus sont supérieurs à ceux de la classe inférieure .

Trois précautions de lecture des chiffres de l'OCDE:

1-la première c’est de bien interpréter ce quotient . Rapporter la moyenne des revenus d’une classe d’âge disposant de ressources garanties et souvent d’un patrimoine à la moyenne des revenus de toute la population n’a pas beaucoup de sens parce qu’au dénominateur on a comptabilisé les ressources partagées entre les inactifs , les actifs au chômage total ou partiel ( plus de 5 millions d’individus ) les nouveaux entrants au bas des échelles hiérarchiques et sans patrimoine. Tout cela fait mécaniquement monter la part relative des premiers ;

2- le niveau des revenu monte avec l’âge parce généralement dans sa vie professionnelle on progresse et on capitalise l’épargne constituée en amont ;

3 – la moyenne cache des disparités très fortes , surtout dans les classes d’âge supérieures qui intègrent les produits de la capitalisation les plus inégalement répartis .

Mon propos n’était pas de présenter des chiffres précis , qui n’existent au demeurant pas , mais de comparer , en tendances fortes , le niveau des pensions versées aux retraités par rapport aux salaires perçus par les seuls actifs en emploi .

Pour le reste , les deux seuls indicateurs valables sont :

- 1- au moment de la liquidation des droits le taux de remplacement :
En 2016 il était en France de 67,7 % , contre 68,4 % pour la moyenne des 34 pays de l’OCDE (ce taux est donné pour une carrière complète). Consulter pour les sceptiques le document ci après .
http://www.oecd-ilibrary.org/finance-and-investment/les-pensions-dans-les-pays-de-l-ocde_19991371

-2 – une fois la pension liquidée le taux de revalorisation du régime de base et des régimes complémentaires ( AGIRC ou ARCCO )

Un document de travail du Conseil d'orientation des retraites, révélé par « Les Echos » lundi , montre que le pouvoir d'achat des retraités français a fortement baissé, notamment depuis 2010, du fait de la faible revalorisation des pensions et de l'augmentation des prélèvements sociaux.

Une dernière question : ma comparaison ne porte que sur les revenus et non sur le patrimoine. Celui ci n'a pas à être intégré au flux des revenus parce qu'il représente l’épargne constituée en amont par ponction sur les revenus . Au surplus le patrimoine a toujours vocation à être transmis et les bénéficiaires finaux sont toujours de la génération d'après.

11.Posté par klod le 06/12/2017 22:20

nonobstant le "prosélyte" balcon de la "mouvance de droite" content d'eux depuis si longtemps , depuis 70 ans localement ............. avec aucun résultat si ce n'est la gestion des "subsides de la FRANCE" , avec la période vergeusienne au CR , bien entendu , qui n'a pas changé grand chose, avec tout le respect que je dois à M. VERGES pour les périodes de lutte antérieure , nécessaire !!!!!!!!!!!!! .................

toujours 30% de chomage sur cette ile ex "dina morgabin" , ex "isle de France " , ex " isle bourbon ", nouveau DROM .............

on est content , de droite ou de gauche, le centre à la dinedar ou à la virapoullé et meme le "ps local" , étant une variable d'ajustement selon QUE .................


pov run , pov balcon , robert et autres ?

un espoir politique pour la run , un programme pour diminuer notre "éternel 30% de chomage" ?

pour les "fameuses" zélections au conseil de la départemental , un programme différent entre le melchior ou le "la mon couture" pour diminuer ces "30%" ?



on ne saura jamais
...........


toujours l'ambiance "mi aime zot toute" ............... sans différence à part les affinités électives " ............. la run ne changera pas ............. certains s'amusent , pas plus , pas MWIN ek nos impots !



b[vous avez vu un programme différent entre le "melchior " ou le "la couture" ...................


un débat ? appart "mi aime le didier la robert" ou "mi aime le "la fontaine" ???????????????]b???


pas grave , pa la ek sa , "nous suivent" ................................... pov run !!!!!

on est pas sortie !

de l'art de s'en foutre de nos "zébus endémiques " !!!!! la RUn mérite mieux que ça ................ ne serait ce qu'un débat d'idée entre le melchior et la couture , et pas seulement des "affinités électives" à : j'ai plus de pouvoir que ......." ?

on aura pas ça , c'est trop demandé à ces "élus" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

pov run , certains s'en contentent !

ce , loin des commentaires à la "balcon" ...............

mais bon , après tout , le soir du 18 , b[la run n'aura guère changé .................. avec ou sans le balcon , le melchior ou le la couture .............

]bsof koman !
mon tit péi y mérite mieux !

12.Posté par JORI le 07/12/2017 00:10

9.Posté par zanluc le 06/12/2017 18:54
Et ai je dis que son bilan était fantastique??. ai je écrit quelque part que ce bilan était meilleur que celui de Sarkozix??. Alors ne prenez pas vos désirs pour des réalités!!.

13.Posté par Marc le 07/12/2017 01:39

10. Je suis assez d'accord, sauf sur la fin: prétendre que c'est la vocation du patrimoine que d'être transmis à la génération suivante, c'est contestable.

14.Posté par JORI le 07/12/2017 12:59

13.Posté par Marc le 07/12/2017 01:39
"la vocation du patrimoine que d'être transmis à la génération suivante, c'est contestable", tiens n'avez vous pas pourtant écrit: "vous considérez qu'un argument qui pourrait être valide en soi ne peut pas être valide en fonction d'une qualité de la personne le formulant "??. Du fond disiez vous, je n'attends que ça de votre part !!.

15.Posté par JORI le 07/12/2017 13:00

13.Posté par Marc le 07/12/2017 01:39
"la vocation du patrimoine que d'être transmis à la génération suivante, c'est contestable", tiens n'avez vous pas pourtant écrit: "vous considérez qu'un argument qui pourrait être valide en soi ne peut pas être valide en fonction d'une qualité de la personne le formulant "??. Du fond disiez vous, je n'attends que ça de votre part !!.

16.Posté par Pierre Balcon le 07/12/2017 13:30

à post 13

Je parle du patrimoine en tant que "stock de valeurs" .
Mais c'est vrai que l'argent , ou les valeurs mobilières et immobilières en général ," travaillent" aussi et produisent des flux de revenus .

La comparaison que j'ai faite se limitait à comparer l'évolution des revenus salariaux et celle des pensions de retraite .

S'agissant du patrimoine c'est une autre affaire.
Naturellement plus on est vieux et plus on a des chances d 'en posséder .
Plus on descend de "bonnes familles" et plus on a des chances de "succéder"
Voir à ce sujet l'importante étude de Th Piketty ( Le capital au 21 ème siècle ) .

Mais si Macron avait voulu traiter cette question ponctionner les retraites n'était surement pas la bonne manière.
il fallait agir :

1- sur les frais et droits de successions ( mais ça c'est chasse gardée de ses copains )
2- ne pas toucher à l'ISF , car on ne voit pas bien l’intérêt de la France d'avoir sorti de la base taxable les valeurs mobilières étrangères qui ne profitent pas directement à notre économie , alors qu'ont été conservées dans la base de l'IFI les valeurs immobilières qui contribuent à soutenir l'activité du BTP

Triple erreur donc !

17.Posté par JORI le 07/12/2017 15:52

16.Posté par Pierre Balcon le 07/12/2017 13:30
"1- sur les frais et droits de successions ( mais ça c'est chasse gardée de ses copains )
2- ne pas toucher à l'ISF"
Tout le contraire du programme de votre candidat perdant!!. Seriez vous passé à gauche??. MDR

18.Posté par Marc le 08/12/2017 05:41

14. Vous ne comprenez visiblement pas ce qu'est un argument ad hominem. Dans la phrase que vous citez, aucun élément n'est impacté par la personne de monsieur Balcon: tenue par n'importe quelle autre personne, son propos aurait rencontré les mêmes critiques. Je souligne simplement un biais idéologique à cet endroit précis, que m'importe la personne qui l'énonce: monsieur Balcon parle, à tort, du patrimoine des retraités. En réalité, le terme approprié serait "leur capital". En choisissant le mot patrimoine, monsieur Balcon l'insère profondément dans la notion d'héritage, de legs (c'est la racine étymologique du mot et, plus spécifiquement, le sens de cette phrase). Alors que le choix du terme "capital" aurait été moins chargé idéologiquement et permet également d'aborder certains modèles où le capital ne se lègue pas: on n'investit que pour avoir des revenus futurs pour soi-même.

Et vous voyez, dire cela, ce n'est pas dévaloriser l'argument de monsieur Balcon à cause de la personne qui l'énonce mais montrer que cet argument est un peu bancal.

19.Posté par JORI le 08/12/2017 13:41

18.Posté par Marc le 08/12/2017 05:41
Je confirme ne pas avoir compris ce qu'est un argument ad hominem car la première fois que vous l'évoquez: 6.Posté par Marc le 06/12/2017 17:48 et me reprochant d'y avoir recours, je ne vois pas l’élément dans ""Macron prend des décisions infondées qui vont faire du mal aux retraités" qui serait impacté par balcon et qui aurait pu être "tenue par n'importe quelle autre personne, son propos aurait rencontré les mêmes critiques". Mais ce n'est pas grave, car je pense que vous avez compris ce que je voulais dire même si vous le contestez et c'est l'essentiel!!.

20.Posté par Marc le 08/12/2017 19:01

19. "Tout simplement parce que l'auteur, supporteur inconditionnel de fillon, prétendait que son programme était le meilleur alors que nous avons vu ,comme vous le dîtes vous même également, qu'il n'avait pas su régler le problème quand il dirigeait le gouvernement."

Première phrase de votre post numéro 3. Monsieur Balcon ne pourrait critiquer Macron car il a soutenu Fillon. C'est un argument ad hominem: vous rejetez ses arguments non pour leur contenu mais parce que c'est Pierre Balcon qui les énonce.

Et oui, j'ai bien compris ce que vous essayez de dire, et c'est bien cela que je trouve navrant.

21.Posté par JORI le 08/12/2017 21:21

20.Posté par Marc le 08/12/2017 19:01
Libre à quiconque de critiquer qui il veut, je ne remets absolument pas cela en cause. D'ailleurs, n'est pas cela qui fait le débat!!. Si tout le monde pensait pareil, ce serait plutôt triste. Et dans notre "démocratie", c'est encore autorisé, donc même si mes propos vous navrent, je persiste et signe quand même!!.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >