Courrier des lecteurs

En réponse à Jules Bénard….

Mardi 29 Août 2017 - 14:25

En réponse à Jules Bénard….

http://www.zinfos974.com/L-ecole-primaire-dans-l-temps-lontan-on-se-foutait-bien-de-la-semaine-de-4-jours-_a118113.html

NON ! ce n’était pas mieux avant !

Les coups et autres sévices appliqués par beaucoup trop d’ instits – au masculin comme au féminin, même si les masculins ont été plus pervers que leurs collègues féminines – relevaient déjà de plaintes pour violences et autres voies de fait ! …. J’en parle en connaissance de cause et je ne suis pas le seul à pouvoir en parler.

Beaucoup trop de ces enseignant(e)s se sont cachés derrière les faits admis à l’époque parce que simplement, ils manquaient cruellement de formation et leur jouissance pédagogique à sauver quelques-uns s’alimentait de leur jouissance tout court à dominer et à appliquer la doctrine du pouvoir de l’époque qui se résumait à fournir une main-d’œuvre servile au pouvoir économique.

Le pire qui peut leur être reproché, c’est que natifs eux-mêmes de cette île et de sa diversité pour la plupart, ils nous ont interdits de parler notre langue maternelle….. c’est dire combien ils étaient ignares et eux-mêmes soumis ! Exception sera faite quand même pour les TRES rares ENSEIGNANTS de l’époque qui acceptaient nos réponses, presque en confession…. Parce que nous n’avions que cette langue pour nous exprimer et que, EUX, l’avaient compris avant l’heure.

J’ai survécu à leurs sévices et autres dominations, comme certains de ceux que vous citez…. Dont vous…. Mais combien ont été noyés, détruits par leur comportement complice d’exclusion ? Combien ?

Boa Bill …. Et foutez-moi la Paix avec mon anonymat
Boa Bill
Lu 1284 fois



1.Posté par Nivet Alain le 29/08/2017 16:52

Boa Bill, ainsi vous avez été maltraité ? J'ai enseigné du CP à l'IUFM. Pour avoir longtemps exercé en ZEP, je puis vous assurer que nombreux sont les parents venus me voir parce qu'ils ne "tenaient" plus leurs enfants. Leur regret : la disparition de l'APECA ! Leur souhait : que l'on ré-installe cette formule. Pourquoi croyez vous que le RSMA ait tant de succès auprès des jeunes en rupture scolaire ? Ils sont en recherche de cadre et de discipline. Personnellement, j'ai pratiqué l'internat et ses dures lois. En CP nous étions ....50. Pour mener tout ce petit monde, il fallait de la poigne aux enseignants. Ce n'était pas comme aujourd'hui où le marmaille est roi et peut porter plainte contre ses propres parents.......
Votre billet témoigne d'une certaine rancoeur.. Elle a certainement des justifications. Mais cherchez plutôt du côté de votre vécu extra scolaire.

Cordialement,
A.N.

2.Posté par Une instit le 29/08/2017 17:46

Mes élèves ne parlent pratiquement plus français et c'est à peine s'ils comprennent ce que je leur dis... J'ai toujours parlé français à mes enfants, tout en leur inculquant deux trois mots spécifiques créoles et maintenant, ils s'expriment tout aussi bien en créole qu'en français...

Il n'empêche que, malgré ce que vos maîtres et professeurs vous ont fait subir, votre français est correct et l'orthographe maîtrisé. Avouez que, malgré les sévices, vous avez un bagage intellectuel suffisant (d'ailleurs assez dense pour pouvoir faire une introspection sur vous-même). Ce qui n'est pas le cas avec nos cancres d'aujourd'hui qui se complaisent dans leurs consoles de jeux vidéos et autres appareils électroniques.

3.Posté par Boa Bill le 29/08/2017 18:36

"Votre billet témoigne d'une certaine rancoeur."' !

Aucune... Nivet.... juste un vécu !

"2.Posté par Une instit le 29/08/2017 17:46"

"et l'orthographe maîtrisé".... NON maîtrisée ... mais vous n'avez rien compris au sujet, tout comme comme Alain Nivet !



4.Posté par Boa Bill le 29/08/2017 18:43

2.Posté par Une instit le 29/08/2017 17:46

Chaque époque a eu ses élèves et SES ENSEIGNANTS.... AUCUN enseignant ne changera rien au monde de SES ELEVES.... s'il ne se change pas lui-même.... il lui appartient, à l'enseignant, s'il a compris sa mission, de savoir où se situe le point de contact pour pouvoir exercer sa mission.... et ce point de contact est très éloigné des coups de pieds au cul et de sa propre vision de l'éducation qu'il donne à ses propres enfants !

5.Posté par Nivet Alain le 29/08/2017 19:58

En accord avec l'Instit. Boa Bil.,Vous et moi devons avoir le même vécu scolaire. En sus, j'ai enseigné dans des conditions difficiles. Votre expérience ,je la connais. Il n'empêche, pour rejoindre l'Instit, que la dureté de vos maitres vous a mené à bon port. Comme le concluait un juge au sujet d'une plainte posée par un élèves contre son prof :"Un coup de pied au cul n'a jamais fait de mal à personne" ! La pédagogie du martinet, j'ai connu. Et je remercie encore aujourd'hui mon père - premier éducateur- de ne pas avoir cédé à mes caprices, voulant m'armer ainsi contre les écueils de la Vie.

A.N.

6.Posté par Jules Bénard le 30/08/2017 10:04

à Aain NIVET :
tu as tout résumé, mon ami. Bien à toi.

7.Posté par Richard Zoreil de sin dni le 30/08/2017 12:20

Boa bill
Je suis 100 % d'accord avec vous, moi aussi quand j'ai été jeune j'ai eu des instituteurs violents qui nous matraquaient les doigts avec leurs règles en alu... il nous punissait en nous humiliant pendant les cours, j'ai écrit des cahiers entiers de ligne pour rien... Je tiens à préciser que j'ai survécu à une très grave maladie quand j’étais en primaire et que j'ai passé plus 1 an à l’hôpital, quand je suis revenu à l'école l’instituer savait pertinemment qu'il n'avait pas le droit de me frapper car j'étais très fragile ( choc post opératoire suite à une intervention de plus de 10 heures aux poumons), et il ne se gênait pas pour me mettre des coups de pied dans les fesses et me faire plusieurs fois le tour de la classe, il me jetait aussi régulièrement les gommes à travers la figure... J'arrête là cela me rappelle de mauvais souvenirs.

Bref, heureusement que ce temps est révolu !!

8.Posté par Candide le 30/08/2017 14:21

Les méthodes d'avant n'étaient sans doute pas les meilleures mais on obtenait bien plus de résultats qu'aujourd'hui. L'orthographe et la grammaire ne sont plus évalués au collège, il faut désormais chercher un début de bonne intention dans les pseudos réponses que les élèves formulent et malgré cela, ils sont de plus en plus nombreux à être diplômés. N'importe quelle personne intelligente et honnête y trouverait à redire. D'ailleurs, demandez un peu aux patrons qui prennent en stage des étudiants de BTS ce qu'ils en pensent et vous verrez à quel point on ment aux élèves sur leur réel niveau. Alors, si ce n'était pas mieux avant, ce n'est sûrement pas mieux maintenant.

9.Posté par Nivet Alain le 30/08/2017 16:07

En accord avec Candide. Maintenant, chers commentateurs, vous trouverez sur GOOGLE les épreuves lontan du certificat d'études. Je vous mets au défi de les réussir aujourd'hui ! Ce qui nous manque ? La logique et la réflexion avec une lichette de discipline.

A.N.

10.Posté par Richard Zoreil de sin dni le 30/08/2017 17:27

Post 9 et 10
Le courrier de BOA BILL ne traite pas du sujet du niveau des élèves que je sache, mais du traitement infligé par le corps enseignant de l'époque.
SIC

11.Posté par Boa Bill le 30/08/2017 18:09

" 10.Posté par Richard Zoreil de sin dni le 30/08/2017 17:27"

Tout à fait ! Mais il est facile de dériver quand le sujet fâche ! Tous ceux qui ne partagent pas mon avis et qui disent être ou avoir été enseignant(e)s sont sûrement de braves personnes tout à fait respectées et respectables. Et il ne me viendrait pas à l'esprit de penser qu'ils et elles ont reconduit.... reproduit... au pire.... reconduisent.... reproduisent... la "pédagogie du coup de pied au cul !"

Mais enfin, QUI oserait encore aujourd'hui vanter "les mérites" - sic - de l'esclavage qui a fait ravages dans notre société réunionnaise et ailleurs.... avec des arguments très "intellects" - resic - du genre : "Au moins ils avaient à manger et un toit !"..... QUI ?

"Il n'empêche, pour rejoindre l'Instit, que la dureté de vos maitres vous a mené à bon port.".... nous dit Monsieur Nivet ! NON ! Mon constat est que j'ai appris en dépit de ce que vous appelez "dureté" mais qui était de la maltraitance ! Je n'ai jamais reçu le moindre coup de mon Père... je n'ai JAMAIS levé la main sur mes enfants et ils ont tous réussi.

Et pour répondre à d'autres arguments... QUI est le meilleur ferronnier ? Celui qui réalise l'ouvrage à partir du matériau brut qui lui arrive ou celui qui exige que le fer soit déjà formé ? .... c'est une métaphore bien entendu parce que là...on travaille sur de l' HUMAIN et c'est beaucoup plus complexe.

Le problème, si je peux me permettre, est que beaucoup trop d' enseignants exigent que le "fer soit déjà formé.... et que tous les fers soient formés de la même manière !".... autant dire que n'importe qui peut faire cet honorable Métier... à condition de disposer d'un "42 fillette" ! - sic -

Et encore.... selon "2.Posté par Une instit le 29/08/2017 17:46.... "nos cancres d'aujourd'hui qui se complaisent dans leurs consoles de jeux vidéos et autres appareils électroniques. ".... Et ALORS ?.... Quelle magnifique opportunité pour l'enseignant de prendre ce vécu pour "créer le LIEN" avec ses élèves... avec vos élèves ! Vous ne changerez pas le vécu de vos élèves.... après ... c'est vous qui voyez !

12.Posté par MICHOU le 30/08/2017 18:43

mon message n'a pas été posté dommage enfin tant pis.
(réponse de Zinfos974: bonsoir, aucun message n'a été censuré sous cet article, merci de bien vouloir reposter ton message, s'il respecte les règles du site, il sera diffusé)

13.Posté par Nivet Alain le 30/08/2017 20:04

Richard, l'un ne va pas sans l'autre. Aucune réussite professionnelle ou scolaire sans discipline et respect.
Il est sûr, et je vous l'accorde, que la notion de discipline a évolué. Maintenant, si vous comparez la discipline d'alors en vigueur à la maison et celle à l'école, il n'y a pas photo. C'était les moeurs de l'époque. Ne regardons pas le passé avec les lunettes du Présent.

A.N.

14.Posté par tifille la cour le 30/08/2017 21:15

Boa bill, je n'ai pas connu le temps où on interdisait aux élèves de parler créole à l'école et je le regrette. Je le regrette parce que cela m'a desservie lors des oraux d'examens ou de concours et que, aujourd'hui encore, la cinquantaine largement dépassée, je cherche mes mots pour parler en français. De père coupeur de canne et de mère au foyer, les deux quasi illettrés, je remercie mes instits du primaire de leur dureté et de leurs exigences, qui ont fait de moi une instit qui assiste, désabusée, au règne de l'enfant roi, pourri gâté. Comme le dit Candide, les méthodes d'avant n'étaient peut-être pas les meilleures mais au moins le calme régnait dans la classe, les enfants respectaient les maîtres et les résultats étaient là.

De nos jours, des petits de 3 ans vous crachent à la figure et après cela, c'est l'instit qui ne sait pas tenir sa classe ?

Avant on n'avait pas toute cette délinquance juvénile, le maître était écouté et les parents leur faisaient confiance. Qu'en est-il aujourd'hui ? N'importe qui peut débouler dans ma classe et prétendre m'apprendre mon métier !!! L'école est devenue le défouloir de parents qui ont un compte à régler avec la société.
Et pour cela l'instit est accablé de tous les maux : « mon enfant ne sait pas lire : maîtresse y aime pas lu »; « mon enfant est puni parce qu'il s'est bagarré : maîtresse y comprend pas lu » ; « Mon enfant n'apprend jamais ses leçons : lu lé trop fatigué le soir » (mais pas assez pou saute su sa console); « mon enfant a de mauvaises notes : maîtresse y fait préférence » ; « mon enfant ne veux pas aller à l'école : maîtresse y stresse à lu » ; « mon enfant a eu un mot dans son cahier pour mauvais comportement : maîtresse y harcèle à lu » ; « mon enfant préfère s'amuser en classe et ne réussit pas ses évaluations : maîtresse c'est un mauvais maîtresse y explique mal et mi sava porte plainte contre elle ».

Voilà la situation de l'école aujourd'hui et oui, moi aussi je trouve que c'était mieux avant.

15.Posté par Instit le 30/08/2017 21:21

Posté par Boa Bill le 30/08/2017 18:09

Certes, on ne change pas le vécu de nos élèves, mais leur vécu imprime leurs pensées à tout jamais.

Vous semblez obnubilé par ce que vos professeurs vous ont fait. Je vous suggère une thérapie. Quant à nous, enseignants, nous souhaitons simplement que notre métier soit respecté.

Monsieur Bénard, votre article était exquis à mes yeux de lectrice, il me tarde que vous nous fassiez part de vos souvenirs d'antan qui font le régal de mes pupilles !

16.Posté par Boa Bill le 31/08/2017 07:27

14.Posté par tifille la cour le 30/08/2017 21:15
.... une instit qui assiste, désabusée, au règne de l'enfant roi, pourri gâté..... dites-vous

Je vous souhaite beaucoup de courage si vous exercez encore. La vraie place des parents dans l'école d'aujourd'hui ne devrait pas être celle que vous décrivez mais c'est le législateur qui a désacralisé l' Ecole, le mal est fait et il me semble difficile de revenir en arrière !

15.Posté par Instit le 30/08/2017 21:21

Je vous remercie de vous soucier de ma santé mais je me porte à merveille. Les outrages du temps n'ont pas encore sévi sur ma personne. Cela viendra mais pour le moment, nul besoin de thérapie !!! Mon regard sur l'école de cette époque n'était en aucun cas prétexte pour parler de moi. Je vous rassure, les coups, brimades et autres humiliations que j'ai subis n'étaient rien par rapport à ce qu'ont enduré certains de mes copains de classe. Il faut croire que, même silencieux, je ne devais pas être trop turbulent et que je comprenais moyennement.

"Quant à nous, enseignants, nous souhaitons simplement que notre métier soit respecté." .... dites-vous et vous avez raison mais cela ne reviendra pas tel que vous le concevez.

Il m'est arrivé de discuter de la difficulté de ce métier avec des amis enseignants qui auraient souhaité que leurs élèves arrivent à l'école, vierges de tout vécu ou alors "nettoyés".... "stérilisés".... - c'est un peu dur je l'admets - avant d'entrer dans la classe. J'ai essayé de leur faire comprendre que leur vécu, celui des élèves, était un atout dont il fallait tirer profit, surtout lorsque ce vécu est partagé par la presque totalité des élèves d'une même classe d'âge. Et ces foutus outils numériques qui semblent vous donner la nausée sont un atout !!!

Le législateur a produit des textes mais votre scénario pédagogique, c'est vous qui l'inventez ! Un de mes amis enseignants se lamentait que les élèves d'aujourd'hui ne lisaient plus, n'écrivaient plus ! Lorsque je lui ai fait remarquer qu'ils passaient leur temps à lire et à écrire.... bien plus qu'autrefois..... il m'a gentiment expliqué que je n'y comprenais rien !
Poursuivant dans mon argumentation, je lui ai parlé de ces "foutus" outils numériques servant à écrire des textos, à communiquer par écrit ! Je crois que ce jour-là, j'ai perdu un ami ! Je n'ai pas eu le temps de lui expliquer que ces écrits imparfaits pouvaient servir d'entrée dans un scénario pédagogique d'apprentissage de la langue écrite, celle demandée par les textes.

17.Posté par Marie A. le 31/08/2017 11:01

Posté par Boa Bill le 31/08/2017 07:27 en réponse à tifille la cour et Instit

Mais monsieur, de qui vous moquez- vous ?

1°/ Comme l'a dit Instit', vous étalez vos états d'âme sans prendre en compte le résultat final qui s'est produit sur vous : vous êtes en bonne santé (vous affirmez même que vous n'avez pas besoin de thérapie), vous mangez à votre faim, vous parlez correctement. Tel l'a dit Monsieur Nivet, il ne sert à rien de regarder en arrière, " le passé c'est du passé ". Il s'agit d'une autre époque que le " législateur ", comme vous le citez souvent, a tenté de remédier en mettant en place diverses mesures. Prenez note, aussi, que c'est moins le législateur que l'Exécutif (l'Education Nationale) qui a construit la voie vers le terrain actuel

2°/ Les textos ? Communication par écrit ? Servir d'entrée dans un " scénario pédagogique d'apprentissage de la langue écrite " ?
ça se voit que vous ne connaissez pas les jeunes. Je vous invite à vous rendre sur les pages Facebook et Twitter de cette génération Z (les " Millenials ") où vous trouverez fautes d'orthographe en tous genres, insultes, brimades, émoticônes (vous savez, ces petits dessins qui affichent les émotions telles que les pleurs, le rire, la tristesse...). Vous aurez même la joie de dénicher des " captures d'écran " de conversation SMS entre personnes soit disant éduquées (dans les 2 sens). N.B : pour ceux qui ne le savent pas, les captures d'écran sont des images figées prises à partir du téléphone portable ou de la tablette

Venons en aux chiffres
- Les Français ne lisent plus : 28% parmi les 15-34 ans (et lire la presse ou les magazines people ne comptent pas pour de la " lecture ")
- 80 % de réussite au bac pour 70% d'échec en licence (signifiant que seul 1/3 obtient la licence en 3 ans), 60% d'échec en première année
- des fautes, des fautes, rien que des fautes d'orthographe. En 2015, 19,8% (soit près du 1/4) des élèves de CM2 ont fait plus de 25 fautes sur une dictée de 1987.

On continue ?

Oui oui, vous allez me dire, pourquoi tous ces chiffres, ça ne sert à rien, ça ne montre pas la réalité, je n'y étais pas, c'est de la démagogie.

Mais c'est avec des propos comme les vôtres qui tendent à discréditer les enseignants (je parle du moment où vous avez perdu votre " ami "), nourris de votre amertume et de votre rancune à l'égard des fantômes de votre jeunesse que les jeunes de MA génération sont persuadés d'être les rois et se mettent à vous lyncher sitôt que vous pointez du doigt leurs erreurs grammaticales.

Ressaisissez-vous et laissez les enseignants tranquilles.

C'est comme ceux qui s'apitoient encore sur la colonisation. Il y a eu des côtés effroyables, il y a eu des effets positifs (n'en déplaise à certains), mais ce qui est fait est fait.

18.Posté par Boa Bill le 31/08/2017 12:14

17.Posté par Marie A. le 31/08/2017 11:01

Mais monsieur, de qui vous moquez- vous ? .... de personne et surtout pas des enseignant(e)s ! Je ne fais que donner mon point de vue sur ce qui était la réalité du système éducatif de l'époque.... en réponse à Jules Bénard qui a une excellente plume mais une mémoire sélective. Cela plaît ou ne plaît pas mais cette réalité a existé et a détruit beaucoup de jeunes qui ne rentraient pas "dans le moule" ! La faute aux enseignant(e)s de l'époque ? NON ! Ils étaient tous formatés eux-mêmes pour cela et croyaient bien faire, avec la bénédiction des parents !

Je dénonce la "pédagogie - sic - du coup de pied au cul" ! Relisez bien !

2°/ Les textos ? Communication par écrit ? Servir d'entrée dans un " scénario pédagogique d'apprentissage de la langue écrite " ?

OUI, je l'affirme encore.... cela fait partie de leur vécu. Ni vous ni moi n'avons inventé ce vécu : IL EXISTE ! Exclure ce vécu.... c'est rompre le lien.... avec ceux qui vivent accompagnés de ces outils et qui sont des ELEVES !.... tout comme les enseignant(e)s d'antan ont rompu le lien en excluant notre langue maternelle, notre vécu, nos ressentis, notre culture, notre sensibilité d' îlien....

"Oui oui, vous allez me dire, pourquoi tous ces chiffres, ça ne sert à rien, ça ne montre pas la réalité, je n'y étais pas, c'est de la démagogie." .... si vous faites les questions et les réponses... alors que voulez-vous que je vous dise ?

"Mais c'est avec des propos comme les vôtres qui tendent à discréditer les enseignants (je parle du moment où vous avez perdu votre " ami "), nourris de votre amertume et de votre rancune à l'égard des fantômes de votre jeunesse que les jeunes de MA génération sont persuadés d'être les rois et se mettent à vous lyncher sitôt que vous pointez du doigt leurs erreurs grammaticales." .... Là je cale ! C'est trop confus pour moi !

Ressaisissez-vous et laissez les enseignants tranquilles .... J' ADMIRE ceux qui ont choisi ce NOBLE métier. Je les admire tellement que je ne souhaite à aucun(e) enseignant(e) d'être désabusé(e), déstabilisé(e).... surtout ceux qui sont jeunes et qui font leurs premières armes dans LA CLASSE car en face il y a 30 gamins, 30 familles aussi, et UNE MISSION choisie qui est à honorer.

Et ce n'est pas en excluant le vécu de ces élèves - même si ce vécu ne leur convient pas - qu'ils vont y arriver !

Je vous souhaite une excellente journée !

19.Posté par Nivet Alain le 31/08/2017 18:43

Boa Bill, comme vous y allez ! Il n'est aucunement question d'exclure le vécu des élèves, mais de les aider à prendre leur envol. Mes filles, certainement comme vos enfants, m'ont envoyé des textos en "langage raccourci". Normal, les jeunes fonctionnent ainsi. C'est de leur temps. ce à quoi j'ai répondu que je respectais leur communication, mais que, à leur père, elles feraient dorénavant des phrases construites. ce qu'elles ont fait sans problème. Je me suis adapté....elles aussi ! La vie est une perpétuelle adaptation, mais notre rôle, à nous parents est de leur apprendre à s'envoler avec le meilleur bagage. Le blème c'est que si nous n'avons pas les mêmes repères, nous avons l'expérience et savons faire le distinguo entre ce qui est bien et mal. Alors, en conclusion, sachons faire le tri dans ce monde que nous avons du mal à percevoir , nous, parents, et la réalité que nos enfants ont du mal à réaliser, enfermés qu'ils sont dans un monde numérique et sans repères..

Cordialement,
A.N.

20.Posté par Boa Bill le 01/09/2017 12:18

19.Posté par Nivet Alain le 31/08/2017 18:43

Monsieur Nivet, je ne vais certainement pas faire de commentaire sur l'éducation que vous avez donnée à vos propres enfants. Le débat est bien plus complexe !

"Le blème c'est que si nous n'avons pas les mêmes repères, nous avons l'expérience et savons faire le distinguo entre ce qui est bien et mal." ... dites-vous avec conviction !

Ces textos que vous dénoncez comme abominables sont l'équivalent de la littérature de jeunesse interdite par les biens-pensants ... du temps des enseignants adeptes de la pédagogie "du coup de pied au cul"... si chère à Jules Bénard !

Zermbla, Blek le Rok ... et Akim ont alimentés mes lectures interdites et ont contribué à ma compréhension de la langue française.

21.Posté par Nivet Alain le 01/09/2017 15:16

Boa Bill, intéressez-vous à "l'écriture inclusive" à laquelle je suis farouchement opposé et vous comprendrez mieux mon état d'esprit.

A.N.

22.Posté par Boa Bill le 01/09/2017 18:07

21.Posté par Nivet Alain le 01/09/2017 15:16

Mi té koné pa ! Mais, diable que vient faire votre "écriture inclusive".... que vous dénoncez... dans le débat ?

Je vous parle du vécu des élèves .... et des conséquences de l'abstraction de ce vécu dans l'équation pédagogique... ce qui crée le mal-être de ces mêmes élèves... et qui entraîne un mal-être des Enseignant(e)s !!!

23.Posté par Nivet Alain le 01/09/2017 20:06

Boa Bill, faites ce que je vous dis, après je vous expliquerai.

A.N.

24.Posté par Boa Bill le 02/09/2017 12:09

23.Posté par Nivet Alain le 01/09/2017 20:06
Boa Bill, faites ce que je vous dis,


J'ai obéi ! Lol

Morceau choisi : "L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions
graphiques et syntaxiques qui permettent d’assurer une égalité de représentations des deux
sexes. Concrètement, cela signifie notamment : renoncer au masculin générique (« des acteurs
du développement durable »), à la primauté du masculin sur le féminin dans les accords en genre (« des hommes et des femmes sont allés »), ainsi qu’à un ensemble d’autres conventions largement intériorisées par chacun et chacune d’entre nous." (c)


OUI ! Et alors ? Si j'étais FEMME, je ne pourrais qu'être satisfaite de cela !

En quoi l'écriture serait-elle immuable, figée à jamais ? Notre français, langue d'excellence, est un exemple de changements permanents, d'une évolution constante d'une langue parlée... qui VIT... et qui s'adapte !

Un seul exemple.... fenestre est devenu fenêtre

J'attends maintenant que vous m'expliquiez ce que vient faire votre incursion dans le débat avec ce sujet !

Cordialement !

25.Posté par Nivet Alain le 02/09/2017 13:59

BILL,Je vous félicite d'avoir été faire des recherches. Mais vous êtes sélectif. Le meilleur passage évoque l'origine latine de notre langue qui explique l'emploi du masculin. Cherchez aussi du côté de la novlangue. Vous commencerez alors à comprendre l'état d'esprit avec le quel je traite le sujet.

Bien à vous,
A.N.

26.Posté par klod le 02/09/2017 22:52

mieux avant ?????????? avant c'était le bon vieux tant des colonies , un peu moins avant, le bon vieux temps de l'ortf avec une voix et une seule ................ certains aimaient , moins à réfléchir et ca aller dans un seul sens .le sens des contents d'eux ............... oui c'était mieux avant , que pour certains .

27.Posté par Nivet Alain le 03/09/2017 11:34

L'Ecole,vaste sujet,qui suscite la passion.
J'ai eu l'occasion de visiter le Musée de l'Ecole dans la cité médiévale de Carcassonne. Si vous passez par là bas, faites la visite. Edifiant. L'Ecole obligatoire et gratuite de la fin XIX ème aux année 50. C'était un autre état d'esprit, d'autres valeurs, d'autres besoins. Vous me direz alors : "qu'est-ce que cela à voir avec le sujet "?
Juste pour rappeler qu'il ne faut pas voir le passé avec les lunettes d'aujourd'hui. Vous réaliserez tout en allant sur :

GOOGLE : Musée de l'Ecole Carcassonne

Bon dimanche.

A.N.

28.Posté par Boa Bill le 05/09/2017 11:53

27.Posté par Nivet Alain le 03/09/2017 11:34
Juste pour rappeler qu'il ne faut pas voir le passé avec les lunettes d'aujourd'hui.


SI ! Il faut rétablir la réalite de notre monde éducatif.... pour rester dans le sujet ! El les lunettes d'aujourd'hui devraient permettre à certains.... de changer de lunettes !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?