MENU ZINFOS
Faits-divers

En plein couvre-feu, il enlève et agresse sexuellement une jeune fille


Deux hommes de 51 et 60 ans comparaissaient ce lundi dans le cadre d'une comparution à délai différé pour des faits d'enlèvement et séquestration commis le 12 février dernier dans la commune de Saint-Denis. Le premier avait également à répondre des faits d'agression sexuelle et conduite sous l'empire d'un état alcoolique.

Par - Publié le Lundi 28 Mars 2022 à 17:54

En plein couvre-feu, il enlève et agresse sexuellement une jeune fille
Frédéric B., 51 ans, et Jean R., 60 ans, sont en voiture lorsqu'ils croisent, le 12 février dernier, une jeune femme de 18 ans qui rentre chez elle sur la route de Montgaillard. Il est presque minuit et La Réunion est sous couvre-feu. Frédéric B. qui conduit, s'arrête et lui propose de la ramener. Elle refuse, expliquant qu'elle est proche de chez elle. Il ne l'entend pas de cette oreille et, selon le témoignage de la victime, il sort du véhicule et la force a monter à l'arrière. Jean R. est passager et se trouve à l'avant. S'en suit un arrêt dans les hauts de Montgaillard pour boire un verre et fumer un joint. La victime, effrayée, cherche à joindre son petit ami. Le conducteur s'en rend compte et la menace de l'abandonner à Saint-Joseph si elle recommence. 

"Je cherche une femme et avec toi, cela va bien se passer"

Les deux compères décident alors d'aller à la Montagne admirer le paysage, et cette fois, le passager incite fortement la victime à monter devant. Apeurée, elle s'exécute. Le conducteur, sous prétexte de la rassurer, passe sa main sur la cuisse la victime et pose sa main sur sa poitrine. "Je cherche une femme et avec toi, ça va bien se passer", lui dit-il. Arrivée au point de vue des quatre Canons, elle parvient à joindre son petit ami qui prévient la police. Les forces de l'ordre arrivent et interpellent les deux hommes. En audition, la victime explique que le passager est "plutôt passif". Alors qu'elle a eu l'intelligence de laisser son tel en ligne, le petit ami explique lui qu'il a entendu l'un des gars dire : "Je ne te ramène pas tant qu'on n'a pas eu ce que l'on veut". 

"Elle n'avait pas à être dans la rue car il y a avait le couvre-feu"

Frédéric B. ne reconnait que très partiellement les faits : "Elle n'avait pas à être dans la rue car il y a avait le couvre-feu", dit-il en garde à vue. À la barre, ce n'est pas mieux : "Je reconnais que j'ai oublié de la déposer. Il n'y avait pas d'arrières-pensées. J'ai pu mettre ma main sur sa cuisse mais c'était amicalement, pour la rassurer. Ce n'était pas pour la tripoter, c'était gentil". Il est formel, il n'est jamais descendu de la voiture. Son compère ne sait plus, sauf que le conducteur est bien descendu de la voiture. "Je ne sais pas, elle était normale, elle n'avait pas peur. Il voulait parler avec, sortir avec", tente-t-il d'expliquer de manière peu compréhensible au tribunal. Il ne reconnait pas l'avoir forcée à monter à l'avant de la voiture. 

"Elle est en panique totale, tétanisée !"

"Il y a une totale minimisation des faits, un manque de prise de conscience total de la gravité des faits", tance la procureure. "C'est extrêmement inquiétant aujourd'hui au regard des déclarations de la victime et du témoin. Elle est en panique totale, tétanisée ! C'est grâce à l'intervention de son copain au téléphone que la police intervient et que tout s'arrête. Elle a été contrainte et les deux ont participé activement", poursuit le parquet qui requiert 3 ans de prison à l'encontre de Frédéric B. avec maintien en détention et 1 an de prison avec suris simple à l'encontre de Jean R. 

 "C'est la parole de l'un contre l'autre"

"Il y a une différence de perception des choses en raison de l'alcool et des stupéfiants. Comme le psychologue l'indique, il est à la limite de l'intelligence normale ! Il ne comprend pas les subtilités. Il reconnait la conduite sous l'empire d'un état alcoolique mais pas l'agression sexuelle. C'est la parole de l'un contre l'autre", plaide la défense de Frédéric B.

Pour le deuxième conseil, "il parle très peu car il a des difficultés de compréhension. Il n'avait aucunement l'intention de la séquestrer, il n'est pas à l'initiative de ces faits. La victime le dit : 'le passager ne réagissait pas, j'avais surtout peur du conducteur'. Je vous demande la relaxe", plaide la robe noire. 

Après 3 heures d'audience et une longue délibération - petite dédicace à ceux qui reprennent allègrement les comptes-rendus d'audience sans citer les confrères qui font l'effort d'être présents - Frédéric B., 5 mentions au casier dont des faits d'agression sexuelle, est condamné à 3 ans avec maintien en détention. Jean R., pas de casier, est condamné à un an de prison avec sursis simple. Il ressort libre du tribunal. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Mazout le 28/03/2022 22:09

On vous coupe le bras:
-" Rooo c'est rien c'est amical "


2.Posté par Shonzesheep le 29/03/2022 10:06

Prédateur en chasse, méfiez vous les filles ...et les garçons! Soyez prudents vigilants et plus malins qu eux. Que dieu vous protège. Beaucoup trop de violence et chose malsaine en ce moment à la Reunion.

3.Posté par FOUS EN LIBERTE le 29/03/2022 11:55

Ca aurait changé quoi si il n'y avait pas eu de couvre feu au niveau de l'agression ?

4.Posté par Bizarre le 29/03/2022 14:07

Un récidiviste pas étonnant donc qu'il c'est comportée comme un vrai porc.

5.Posté par Rirital le 29/03/2022 14:14

c'est choquant, que les femmes soient des proies, déjà que certaines prennent des cours de KRAV MAGA pour s'auto-défendre face aux méchants violeurs et attaquants qui sèment la panique dans les ruelles sombres, on se demande vraiment où va le monde, il y avait ces histoires aussi de université non sécurisées, où les femmes qui vont finir les cours très tard doivent rentrer chez elles à pied.

6.Posté par MICHOU le 29/03/2022 14:39

On croit rêver, l'avocat connaît la non assistance à personne en danger?
Défendre les droits ne veut pas dire acquitter, laisser passer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes