MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Emouvant hommage aux époux Aho-Nienne par un de leurs neveux


Nous n'avons pas l'habitude de publier des courriers de lecteurs au fil de l'eau. Il y a une rubrique pour ça. Mais cette lettre-ci sort vraiment de l'ordinaire. Il s'agit d'un courrier rédigé par un neveu des époux Aho-Nienne, dans laquelle il décrit par le menu la vie de labeur et de courage des gérants de la désormais célèbre boutique de Grand-Bois. Mais aussi et surtout, il nous interpelle avec un bon sens ciselé, sur notre responsabilité dans ce meurtre pour avoir désacralisé la valeur "travail".
A lire absolument.
Pierrot Dupuy

Par - Publié le Samedi 31 Janvier 2015 à 23:41 | Lu 7381 fois

Je suis un des neveux de Mr et Mme Aho-Nienne et je voudrais témoigner. Exprimer ce qui n’a pas été dit, ce qui a été passé sous silence, peut-être par crainte, par manque de courage ou plus simplement de clairvoyance.

Quand je suis arrivé à l’hôpital de Terre-Sainte, vendredi dernier, en neurochirurgie, j’ai vu un homme, dont les fonctions vitales étaient assistées. Sa tête était quasiment entièrement recouverte de bandages. Son oreiller, entaché par son sang. Les seules parties visibles, ses joues, étaient boursouflées, saturées d’ecchymoses.

Ce que j’avais du mal à imaginer était donc réel. On l’avait donc véritablement battu, torturé, martyrisé. Par humanité, le corps médical nous avait laissé entrer. Etaient aussi présents ses deux frères, dont mon père, les derniers vivants d’une fratrie de cinq enfants. J’avais une crainte. Que l’un d’entre nous s’écroule, physiquement, sous le choc de l’émotion violente qui venait de nous frapper. Rien de cela n’est arrivé.

Chez les chinois, on ne révèle pas son émotion, on ne la montre pas. La douleur fait partie de notre existence. Elle est là, lancinante, parfois au point de se faire oublier. Mais cette douleur là, sera présente devant nos yeux et dans nos corps pour longtemps encore, du moins, je l’espère.

Quelques heures auparavant, dans la nuit de jeudi à vendredi, son épouse Mme Emile s’était endormie dans la mort. Son mari ne pouvait que suivre le chemin qu’elle avait tracé, ou plutôt qu’on avait frayé pour eux. Pour une fois, elle l’avait devancé. Il se devait de l’accompagner. Comment pouvait-il faire autrement ? Des dizaines d’années de vie commune, remplies de joies, de peines et de labeurs, de durs labeurs. Ils ne pouvaient pas se quitter comme çà. Non, pas comme ça.

Josué, le successeur de Moïse, avait dit devant la nation d’Israël : "Je m’en vais par le chemin de toute la terre". Quelle belle expression pour désigner son départ prochain. De toute évidence, Il s’y était préparé et l’avait annoncé. Mr et Mme Aho-Nienne n’ont pas eu cet honneur. Cet honneur, la possibilité de dire à leurs enfants, à leurs proches qu’ils les aimaient profondément, cela aussi on le leur a volé.

Mais qu’avaient-ils donc fait pour mériter cette fin ignoble ? Qu’avaient-ils réveillé chez leur bourreau pour susciter un tel déchaînement de violence ? Qu’avaient-ils révélé pour que leurs tortionnaires s’en prennent aussi avidement à deux personnes paisibles, gagnées par les conséquences d’une vieillesse avancée ?

Pourquoi ont-ils frappé, frappé et frappé encore malgré les suppliques incessantes  d’Emile et d’Odette ? "Pitié, arrêtez ! Pitié, arrêtez ! Pitié, arrêtez ! Pitié…"

Pourquoi leurs deux enfants, Jean-Luis et Jean-Hugues sont-ils toujours vivants alors qu’ils accompagnaient tranquillement leurs parents chancelants, comme à leur habitude ?

Ce n’est pas l’argent qu’ils étaient venus chercher. Leur motivation n’était pas matérielle ou du moins l’argent n’était que secondaire, un prétexte utilitariste. Il fallait laisser un mobile pour brouiller les pistes.

Ce n’est que dimanche après-midi que j’ai compris. Un temps considérable à l’échelle de l’enquête. En regardant, par la porte vitrée, l’intérieur de la cuisine maculée de sang, je cherchais vainement à comprendre. C’est alors que je suis sorti dans la rue et là j’ai regardé pour la énième fois la devanture de la boutique historique. L’indice était là sur la devanture ou plutôt dans la vitrine. Cet indice ne serait d’aucune utilité pour la police. Mais cet indice là m’avait fait faire un grand pas dans le dénouement  de mon enquête.

Chez les commerçants chinois, l’essentiel n’est pas dans la vitrine. D’ailleurs, si vous prenez le temps de regarder une "boutik sinois", vous verrez que la vitrine est toujours fermée. Si par hasard, le rideau a été relevé, vous n’y verrez que des brics à bracs, bref un joyeux désordre soigneusement organisé. L’essentiel est ailleurs. L’heure n’est pas à l’apparence, l’heure est au travail. D’ailleurs, on se lève de bon matin, 7 jours sur 7, toute l’année (sauf le jour de l’an) pour préparer la longue journée qui s’annonce. Il faut tuer le cochon, préparer les sacs de riz. Les enfants ne sont pas en reste. Avant d’aller à l’école, Il faut mettre la main à la patte et participer à l’effort collectif.

Ce sont ces valeurs, liés à l’ardeur au travail, à l’abnégation, qui ont aussi été assassiné ce soir-là. Le message qui a été lancé ce jeudi soir funeste, c’est que se démener dans la vie ne mène qu’à une fin tragique. Ce ne sont pas ces criminels qui ont délivré ce message. Eux, n’en n’ont été que les porte-paroles, les hérauts de ce message. Ces criminels sont eux aussi des victimes. Ils n’ont pas compris qu’ils se faisaient manipuler, abuser par la société c'est-à-dire par… chacun d’entre nous.

Quand nous privilégions, le "tout, tout de suite", nous piétinons la valeur du travail. Nous oublions que pour obtenir la chose désirée, il faut travailler d’arrache pied. Quand nous ne reconnaissons pas le travail bien fait, celui qui procure des résultats tangibles et durables, nous ne faisons que mépriser et celui qui a travaillé et la valeur supérieure du travail. Oui, il faut nous interroger et regarder nos mains. Et se demander si nous n’avons pas participé nous aussi à cet autre crime.

Mr et Mme Aho-Nienne ont travaillé dans l’ombre toute leur vie. Ils n’aimaient pas la lumière. Ils aimaient leur travail. Bien que touchant une retraite de misère, une autre forme de mépris, ils étaient toujours présents. Prêts à rendre service, prêts à se sacrifier pour l’autre. Mon grand-père et ma grand-mère ont quitté la Chine au début du siècle dernier, pour fuir les troubles et les violences en espérant une vie meilleure à la Réunion.

Serons-nous à notre tour obligés de quitter notre île ? Il est grand temps de réhabiliter la valeur "travail" à la Réunion.

W HLC


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par M le 01/02/2015 00:39

très émouvant ...
en espérant que message réveillera quelques consciences !

2.Posté par alex le 01/02/2015 06:23

j'adhère totalement, pas grand chose à dire en plus après cela.

3.Posté par c le 01/02/2015 03:34

C'est par admiration pour ces premiers chinois comme vos grands parents que mon mari eu moi même avions pendant des années travaille pour faire, avec l'aide d'Henri Chane Tune, des Archives et de la fédération, une exposition sur eux.
Quel plaisir nous avons éprouvé alors de les rencontrer ,de les écouter raconter leur vie de dur labeur
Voyez vous, ceux qui s'étaient toujours tus, s'exprimaient avec nous, nous faisions un échange de photos, de papiers anciens pour vous les plus jeunes.
De notre passion pour la généalogie , restera à jamais ce bel échange avec vos tous ces papis et mamies arrives de Chine, qui sans bruit ont su évoluer et donner un exemple a leurs enfants.
Il a fallu des sauvages vautrés dans la paresse, gaves de télévisions et entretenus par l'état ( c'est-à-dire nous ) pour nous rappeler que nous vivons maintenant dans une société de violence et de consommation.
Colette et Sully Dubard

4.Posté par serge st André le 01/02/2015 04:04

Merci

5.Posté par noe le 01/02/2015 07:24

C'est bien écrit !
J'adhère !

6.Posté par nomdedieu? le 01/02/2015 07:27

Pour consoler dans la souffrance
Ceux qui ont la foi en l'avenir,

Dieu fit un frère à l'espérance

Et le nomma:

"Souvenir."

7.Posté par Adorable Curieuse le 01/02/2015 04:45

Tellement touchant et surtout véridique ...
Mes pensées pour cette famille attristée .

8.Posté par yabos le 01/02/2015 07:58

La Réunion est maintenant peuplée d'assistés permanents, attendant le manger cuit. Voila, c'est aussi simple que cela et cela ira encore plus dans ce sens au fil des années. Des jeux , du cirque (la télé toute la journée), du pain ou plutôt du riz, de l'argent facile (ras,rmi etc). Comment après cela faire des Réunionnais des citoyens responsables et travailleurs. Ne rêvons pas, la messe est dite!!!!

9.Posté par Fabien le 01/02/2015 08:48 (depuis mobile)

Bravo. Très bien écrit et émouvant. C'est courageux. Et cela interpelle nos consciences de la majorité silencieuse. Debout tout le monde. C'est le Travail qu'on assassine. La prochaine victime pourrait être notre vivre ensemble.

10.Posté par David Asmodee le 01/02/2015 08:58

C'est culturel.

Dans le pays des 35 heures, de l'assistanat, de l'argent braguette, du RSA, du RMI, de l'argent femme seule, du congé parental, des allocations logement, de la prime de Noël, de la prime rentrée scolaire, de l'ASS, de l'assistanat local des CCAS...etc...etc... oui ! On méprise la valeur travail ! Et on méprise encore plus l'entrepreneur. Cet entrepreneur cochon de payeur qui laisse parfois sa vie.

11.Posté par Thibeau le 01/02/2015 09:22

Avec ce type de personnage nous allons tout droit a la catastrophe,ils ont tellement d exemples chaque jours,Hommes et Femmes politique qui triches,cinéma,télé,faits divers,atrocitées dans le monde,alcool,drogues,valeurs de la famille perdue,des assistés,pas le gout du travail,faire dentelle ,le paraitre,belles voitures,belles fringues et les poches vides!!!!! etc....Voila le résultat Je présente a la FAMILLE mes sinceres Condoléances

12.Posté par Jules Bénard le 01/02/2015 09:33

Très bel hommage, venu du fond de l'âme, sincère, émouvant et écrit d'une plume forte, précise... précieuse.
Je l'ai dit et écrit nombre de fois : sans nos frères chinois, La Réunion n'aurait pas le même visage.
Avant l'arrivée des premiers Extrême-Asiatiques, rares étaient les boutiques. Il fallait aller souvent loin pour trouver ses provisions. Les Chinois ont été les premiers à apporter les produits de base (et souvent les autres) au fin fond de nos campagnes et montagnes.
Il ont, en même temps, apporté à tous LE moyen de s'approvisionner à crédit grâce à cette institution unique, le carnet.
Ils n'ont jamais pesé sur le gosier des débiteurs insolvables, attendant patiemment que l'argent entre dans les foyers car sûrs d'être payés.
Cette conjonction fabuleuse entre la confiance côté commerçant et honneur de la dette côté familles, a créé des liens inouïs et une amitié réelle comme on rêverait encore d'en voir aujourd'hui.
Combien de familles auraient crié famine sans ce carnet ?
Je connais un petit vendeur de légumes, conserves et boissons, près de chez moi. Il n'est pas Chinois. Mais il permet à bien des famille nécessiteuses d'attraper le bout du mois grâce à ses carnets. C'est un héritage direct de nos vieux Chinois.
Votre hommage, monsieur, va bien plus loin que vos mots chaleureux ô combien. Il touche à une composante essentielle de notre société.

13.Posté par Pascal Maillot de la Réunion Bleu Marine le 01/02/2015 10:28

Famille, patrie, travail, oui, je suis pour! Et c'est du pétainisme que je fais! Ce triptyque sera toujours le mien, n'en déplaisent aux mauvaises langues de gauche des élites....
Trés beau papier , courage à toute votre famille! La rényon lé la ek zot!

14.Posté par citoyen le 01/02/2015 11:04

Post3: D'accord avec votre message. Sauf que vous avez oublié les principaux responsables de la déchéance de la France qui a mené à ce crime horrible: les hommes politiques, en premier lieu le président Mitterrand qui a transformé la valeur travail en une rente à vie, à ponctionner sur ceux qui travaillent, ce qui a eu pour effet de fabriquer des oisifs par millions rongés par l'inaction et les pensées négatives. Dans la bible, il est écrit que l'oisiveté est la mère de tous les vices. Malgré sa grande culture, il a dû ignorer cette maxime.
En deuxième lieu, tous les gauchistes de tous bords, engoncés dans leur logique du "grand soir", au détriment d'une majorité silencieuse qui n'a eu aucun moyen de changer les choses, vu que toutes les décisions sont prises par une petite poignée d'hommes aussitôt élus. C'est ce qu'on appelle la démocratie, un terme superbement galvaudé par les politiciens
la main sur le coeur.
Les hommes dits de droite sont aussi responsables, par leurs promesses démagogiques.





Il reste à inventer un nouveau concept qui donne vraiment la parole à la vraie majorité.

15.Posté par Petit électeur le 01/02/2015 11:08 (depuis mobile)

Monsieur, votre témoignage empli d''émotions nous interpelle à juste raison...
La dérive vers laquelle se dirige notre société me met en colère. Comment en est-on arrivé là ?
Mes condoléances

16.Posté par moin mi pense que…. le 01/02/2015 11:09

MERCi MONSIEUR pour cet hommage à la valeur Travail qui se perd de plus en plus malheureusement.
Hommage aussi à cette communauté qui a toujours porté ( en tous cas nos anciens ) haut et fort des valeurs fortes de tradition, respect, courage, abnégation, travail,….
Je profite pour rendre hommage à mon père décédé depuis plus de 20 ans qui m'a permis d'être ce que je suis aujourd'hui et de qui j'essaie de transmettre l'héritage culturel à mes enfants. Malgré le peu de moyens, mes parents se sont sacrifiés pour me financer mes études. Ils voulaient que leurs enfants aient une "vie meilleure".
C'est quelqu'un qui était très généreux, qui a beaucoup aider les gens dans le besoin, alors qu'il était un modeste commerçant, qui est mort deux ans avant qu'il projettait enfin de faire un premier voyage en metropole ( ce qu'il n'a jamais pu faire ) et se reposer enfin en prenant sa retraite… MERCI PAPA !

Aujourd'hui, je suis inquiet pour mes enfants. J'ai peur de la dérive que prend aujourd'hui notre société, réunionnaise en particulier !
Où sont les valeurs du bien vivre ensemble, du respect des uns et des autres, du goût de l'effort,….Quel héritage on est en train de laisser pour les générations futures ?
Illusion que l'on peut continuer à consommer à tout va sans être capable de mettre en oeuvre les conditions et les moyens de consommer ( en somme croire qu'on peut gagner ce que l'on veut sans travailler )
Qui sont le ou les fautifs ? on les connait en partie !
- parents irresponsables et démissionnaires qui font des enfants sans réfléchir, pour les allocations,… Je suis choqué de voir parfois des jeunes à peine sortis de l'enfance qui se promènent avec un bébé comme si c'était un jeu de poupée…avec Ken et Barbie.
Ces mêmes parents qui donnent le mauvais exemple permanent ( comment voulez vous qu'un enfant ait envie de travailler s'il n'a jamais vu ou si rarement ses parents se lever pour aller travailler ).
Ce sont tous des irresponsables qui espèrent que l'Etat providence va continuer toujours et toujours à les assister.
Ne faites pas d'enfants si vous ne pouvez les élever correctement.
- Le système educatif souvent mal adapté. Ex: au niveau de l'apprentissage des jeunes, on ne leur inculque pas des notions liés à l'entrepreunariat, de la productivité au travail, respect employeur, de ses collègues,…
Ca en fait des jeunes qui cherchent un salaire sans se poser la question de savoir s'ils sont simplement productifs dans ce qu'ils font…
- les politiques qui sont toujours prêt à faire de la surenchère permanente pour arriver à leur fin ( ce qui est décevant , c'est que même la nouvelle génération, n'est pas forcément meilleure ) . Et quand de plus ,c'est doubler d'incompétence, le mélange est détonant.
Résultat :
- on achète des voix avec des promesses ou emplois précaires; beaucoup rêvent d'un emploi en collectivités au chaud…
Si encore ils font le boulot pour lequel ils sont payés…
Sans mettre tout le monde dans le m^me sac, il y a malheureusement une bonne frange qui ne respectent même pas leur contrat de travail.
Exemple récent : dernière municipale pour une commune du sud. Au changement de maire, certains services ont vu venir au poste de travail des personnes qu'ils n'avaient jamais vu…
- on "entasse" des emplois fictifs . Combien de collecivités sont manifestement en sureffectif ?
- l'excuse utilisée par les politiques de la soupape de sécurité pour éviter l'explosion sociale est mauvaise car en créant des emplois et en faisant en sorte que ces salariés ne font pas ou n'ont pas les moyens d'exercer correctement leur travail font que cela est pire en terme de résultat… et entretient la paresse et l'oisiveté des gens.
Pauvre de nous !
Et mes sincères condoléances à la famille Aho Nienne !
Comme quelqu'un l'a dit il y a peu : je suis Aho Nienne !

17.Posté par colette le 01/02/2015 11:22

Que Dieu bénisse cette famille qui n'a rien demandé ,Oui la société forme des Zanimaux humains Manipulé qui sens prenne au honnête gens ,Rien n'est fait pour arrêté cette violence qui ne fait que se multiplié sur le regarde des élus député pas normal nous somme terrorisé d'un terrorisme économique et social inimaginable atroce qui se propage chaque jour a la Réunion

la loi ne fait plus peur , la loi n'a plus de sens , etc.....


mes sincères condoléances à la famille Aho Nienne ! je suis nous somme Aho Nienne !

18.Posté par Kawa le 01/02/2015 12:42

Malheureusement dans ce pays quand on dénonce les faignants et les malhonnêtes on est catalogué fasciste, c'est le monde à l'envers.

19.Posté par dionysien le 01/02/2015 13:57

Malheureusement les emplois seront de plus en plus rares ,l'Homme sera remplacé par les machines .La valeur du travail se perd car beaucoup à part les formations et les petits boulots de temps en temps n'ont pas de visibilité à long terme .Les tireurs au cul sont une minorité .L’instruction et l'éducation doivent continué à nous façonner du mieux possible , une société sans crime est une utopie vers laquelle nous devons malgré espérer atteindre .Se souvenir du passé nous permet d'éviter les erreurs et avancer vers un monde de liberté ,d'égalité et de fraternité.

20.Posté par Je pense donc je dis le 01/02/2015 15:04

Votre hommage est très touchant. Je vous présente mes sincères condoléances. Effectivement, ce sont bien ces valeurs liées au travail qu'ils ont piétiné, que le système-monde piétine. Quand nous élevons nos enfants en faisant d'eux des enfants rois? Est-ce bien? Quand ceux qui travaillent sont plus mal lotis que ceux qui ne travaillent pas. Est-ce légitime? Quand les marques, les belles choses font que nous ne sommes uniquement que dans une société de consommation et non de production, que les emplois sont très politisés. Est-ce la faute à l'Homme, ou est-ce plus profond, est-ce sociétal ? La société Réunionnaise a évolué mais trop rapidement, nos traditions ont laissé place à la modernisation, nous acculturant trop rapidement. Je ne dis pas que la modernisation n'est pas indispensable mais elle doit être contrôlée car en à peine 50 ans La Réunion a rattrapé un retard considérable de plus de 120ans. Quand nos valeurs familiales s'effondent, nos valeurs sur la solidarité se meurent. Le RSA est nécessaire pour ceux qui ne trouvent plus de travail , ceux qui ont un certain âge notamment les plus de 50 ans, mais il est nécessaire que les jeunes retrouvent ces valeurs: travail et formation. Le RSA est l'opium du peuple. On maintient les populations grâce à ces revenus minimas pour éviter les émeutes, les débordements. Jusqu'à quand pensez-vous que le contribuable voudra payer des impôts pour financer ces futures victimes de la société qui seront des tueurs, des agresseurs, car la société creuse davantage les inégalités sociales, il suffit de regarder toutes les publicités chaque jour dans nos boîtes aux lettres? Les classes moyennes deviennent de plus en plus pauvres et les classes modestes également. Il y a urgence à remettre le service militaire à l'ordre du jour et à créer un dispositif pour la jeunesse pour que ces personnes retrouvent leur légitimité et leur fierté face au travail. Aux Hommes politiques et aux PDG de travailler ensemble pour offrir un destin meilleur aux Français

21.Posté par Jeff le 01/02/2015 15:46

J'adhère à l'hommage de ce Monsieur.

Attention Monsieur Bénard, il ne faut écrire n'importe quoi, le carnet avait cours dans les petits commerces à travers le monde (très courant en France, en particulier à la campagne), comme par exemple le bâton à encoche en Vendée pour le pain, c'est une forme d'entraide qui a été respecté par cette famille et nous devons leur en être reconnaissant.

Mais fi de polémique, nous devons tous regretter la mort de ces personnes remarquables.

22.Posté par Jules Bénard le 01/02/2015 16:38

à Jeff : merci pour la précision, vous ajoutez à mes connaissances et j'apprécie toujours. Mais je n'ai pas dit que nos amis les Chinois avaient inventé le carnet. Seulement qu'ils l'avaient heureusement apporté au fin fond de nos campagnes, rendant ainsi d'inappréciables services à bien des familles nécessiteuses.

23.Posté par Nadine le 01/02/2015 16:48

C'est tellement bien dit, bien écrit, je te connais pas mais on voit que tu as le sens de la valeur des choses.......C'est ce que je dis au parents apprenez à nos enfants les valeurs de la vie................. expliquez leur qu'il faut travailler pour mériter son pain........ Félicitation à toi j'espère que beaucoup de réunionnais liront ce message et en en feront bonne usage....... SAVOIR SE REMETTRE EN QUESTION..........

24.Posté par Thierry le 01/02/2015 17:05

Le travail, la satisfaction de la récompense de ses efforts pour accéder au moyen permettant d'obtenir ce à quoi on désir... Cela fait qu'une fois la chose obtenu, la plus grande satisfaction tient dans l'intensité de l'effort fournis jusqu'à y parvenir... Et pouvoir dire Merci. Notre volonté fera naître notre capacité, notre force ... à aller chercher la chose... comme on le dit avec les dents.

Après, il y a les voleurs, les criminels... Deux personnes âgées affaiblies par les années à qui la vie a été prise de cette manière par des jeunes forts de leur jeunesse ayant occulté qu'ils seront vieux demain... mais avec quels poids de leurs souvenirs... comme le dit le post 6, "nomdedieu?"

25.Posté par Titang974 le 01/02/2015 17:12

bof!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

26.Posté par Mohammed Bellazrak le 01/02/2015 17:25 (depuis mobile)

Je renouvelles avant tout mes condoléances à tous les membres de cette famille endeuillée .
En ce qui me concerne, ce témoignage bouleversant représente deux pages d''un chapitre de l''un des ouvrages du grande bibliothèque appelée couple Aho-Nienne

27.Posté par L'Ardéchoise le 01/02/2015 21:35

25 , Titang974, si c'était juste pour écrire cela, vous pouviez vous abstenir !
Respect, admiration, compassion et sûrement des tas d'autres mots ne font pas partie de votre langage!
Cet hommage est trop bien écrit pour vous, sans doute.
......................................

28.Posté par Boomerang le 02/02/2015 00:42

C'est le cri de souffrance d'un homme qui cherche à comprendre l'innommable....et elle est bien triste la vérité discernée: que restera t-il de la "tranquille société créole" que j'ai connue...?

29.Posté par Paquerette974 le 02/02/2015 16:59

Qu'elle tristesse de voir cette Île se dégrader , ses habitants avec ! On a bien changés en quelques décennies ! Avant on travaillait et se contentait de ce qu'on avait, aujourd'hui on ne rêve que de loisirs, de copier l'autre et on compte sur ce qu'à son prochain.
On ne comprend pas que celui qui trime pour garder la tête hors de l'eau ne réponde pas aux nombreuses sollicitations dont il fait l'objet.
Pauvre Réunion !

30.Posté par Kreol le 02/02/2015 19:38

Bravo monsieur. Toutes mes condoléances!

31.Posté par marie le 03/02/2015 01:17 (depuis mobile)

Que dit de plus a part que c est une triste réalité condoleance

32.Posté par AHO-NIENNE le 27/01/2017 14:55

2 ans après, la souffrance est aussi grande. Les mots ne sont pas assez forts pour exprimer notre tristesse, notre incompréhension, notre sentiment d'injustice.
Serez-vous tous présents, à nos cotés face à ces barbares? Saurez-vous défendre nos valeurs, l'amour, la famille et le travail?
Les images d'une douce grand-mère et d'un grand-père aimant envahissent nos esprits.
Un petit sourire éclaire parfois nos visages, en souvenir de ces êtres si chers, avant de laisser place à une brume sombre dans nos yeux et dans nos cœurs.
Le procès qui se tiendra du 31 janvier au 3 février 2017 signera la fin de la procédure judiciaire et le début d'une énième phase d'acceptation.
Soyons unis face à la barbarie, protégeons nos proches, exigeons ensemble justice et une peine exemplaire.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes