MENU ZINFOS
National

Emmanuel Macron favorable à un assouplissement des 35h


Par S.I - Publié le Jeudi 28 Août 2014 à 09:05 | Lu 1628 fois

Capture d'écran BFMTV
Capture d'écran BFMTV
Le successeur d'Arnaud Montebourg au ministère de l'Économie, Emmanuel Macron, déjà décrié à gauche, s'est déclaré favorable à ce que "les entreprises puissent déroger" aux 35 heures, si accord il y a avec les organisations syndicales.

C'est en tout cas ce qu'il a déclaré au magazine Le Point juste avant sa nomination à Bercy. "Nous pourrions autoriser, les entreprises et les branches, dans le cadre d'accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunération. C'est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises, à conditions qu'il y ait un accord majoritaire avec les salariés ?" indique Emmanuel Macron.

Même s'il reconnaît qu'aborder cette question à gauche est "difficile à expliquer et à porter", il affirme qu'une telle mesure permettrait de "sortir de ce piège où l'accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas".

Emmanuel Macron a également abordé au cours de cette interview le thème de la fiscalité en affirmant que les impôts avait "trop augmenté" entre 2010 et 2013. "Au moment où la zone euro était en danger extrême, il fallait augmenter les impôts. Simplement, cela a été fait alors que nos prédécesseurs avaient eux-même décidé plus de 30 milliards d'euros de hausses d'impôts en fin de mandat", a expliqué le ministre. Il ajoute : "Au total, entre 2010 et 2013, les impôts ont augmenté de plus de 60 milliards d'euros. L'exécutif n'avait pas beaucoup d'options en 2012 mais c'était trop".

Sur la question des dépenses publiques, le patron de l'ex-banquier d'affaires a jugé qu'il n'était "pas nécessaire d'aller plus loin qu'une baisse de 50 milliards en trois ans, parce que cela poserait un problème d'exécution et alimenterait le risque déflationniste".




1.Posté par Dimitri ALAIN le 28/08/2014 10:43

de toute façon les syndicats sont a la solde de l'état et au lieu d'assouplir les heures se sont nos finances qu'il faut assouplir bande d'incapable et incompétent 2017 sera votre tombeau ....

2.Posté par Arkham le 28/08/2014 11:12

Pour ceux qui avaient un doute sur le fait que ce soit les banquier qui dirige notre économie, cet article est pour vous ;)

3.Posté par chikun le 28/08/2014 11:59

@2
Un banquier pour diriger l'économie me semble une évidence.
Je ne vois pas un syndicaliss, un someur ou un nécologique pour faire cela. Par contre tous ces incapables sont forts engueule et en règlementd de comptes. ! (rires)

4.Posté par SYNDIQUER le 28/08/2014 13:39

Pour une vraie politique de droite votons à gauche ha ha ha...

5.Posté par KLOD le 28/08/2014 14:26

Anticipons : Le Taz va nous faire par de ses superbes analyses éco / D'un coté les affreux gauchistes et socialo, interventionnistes , et de l' autre , heu ..., les pro le taz . Un crédo en économie : le manichéisme § Et si on est pas d'accord : t'es un ... . Je ne fais pas une fixette sur cette personne (pas le temps ) , mais comme , en plus de ses analyses économiques digne de HEC ( au moins ) il est coutumier de l'injure pour faire monter le niveau , je m'amuse un peu !!!t

6.Posté par jpleterrien le 28/08/2014 14:38

Et c'est parti !
Comment peut-on être banquier, socialiste et ministre de l'économie ?
Les incohérents qui nous gouvernent (que nous avons élus, hein, les 281 500 Réunionnais....) s'occupent de nous....ne vous inquiétez pas !

7.Posté par jpleterrien le 28/08/2014 15:23

En réponse au post 2, ça date de Pompidou, ancien directeur de la banque Rothschild et qui a autorisé l'Etat français à se refinancer auprès des banques privées (quelle surprise....mais à l'époque on n'a rien vu venir...) et non plus auprès de la Banque de France !
C'est pas d'hier (...) !!!

8.Posté par dédé le 28/08/2014 15:40

Emmanuel Macron est un homme de main de Rothschild ! Rothschild de la loi Rothschild, qui étrangle la France avec l’arnaque de la "dette" !
Rothschild dirige donc maintenant directement l’économie de la France et veillera, soyons-en bien certain, au "remboursement" de la "dette". Dette totalement artificielle et due uniquement à la loi Rothschild !
En complément, il est bon de savoir qu’Emmanuel Macron, la marionnette à Rothschild, était le "conseiller" économique secret de François Hollande depuis deux ans ! C’est-à-dire qu’il était le donneur d’ordre de Rothschild auprès de Hollande.

9.Posté par noe le 28/08/2014 16:03

J'approuve !
Il faut travailler plus pour gagner plus !
Il faut instaurer le travail obligatoire au moins 52 h par semaine ! il y aura moins de gratteurs qui créent des bouchons en longueur de journée !
Ne pas oublier les retraités-chômeurs qui plombent les chiffres !

10.Posté par La France va être macronisée... le 28/08/2014 16:31

Préparez-vous !

11.Posté par posez-vous la question le 28/08/2014 17:19

Macron ça fait 48 h que tu à le poste tu viens de faire ta première boulette , Valls vient de démentir il est hors de question de toucher au 35 H ça commence bien je sais pas pourquoi il à pris le poste il ferait mieux de rester à conter les billets , tu pourras rien faire avec des mecs comme eux peine perdue de toutes façon la messe est dite la France est en faillite

12.Posté par Jeff le 28/08/2014 17:38

Ne tirons pas sur la banque Rothschild, elle a formé des hommes politique. Georges Pompidou n'était-il pas Directeur Général de cette banque?

Dans un de ses discours, il a déclaré qu'il voulait soutenir l'industrie pour enrayer le chômage. je crains fort qu'il se trompe car c'est une arme à double tranchant. En effet, le soutien financier va permettre probablement la modernisation des outils donc l'accélération de la robotisation des outils, ce qui est le cas dans la plupart des cas a permis de dégraisser les effectifs. Wait and see

13.Posté par dédé le 28/08/2014 20:00

La prétendue "dette" de la France est une gigantesque arnaque,
et il n’est pas question de la "rembourser" !

Extraits d’une biographie de Georges Pompidou :
Georges Pompidou fit parti du cercle restreint des proches du général de Gaulle, et cette proximité lui valut d’être nommé chef de son cabinet d’avril 1948 à 1953.

En 1953, il entra à la banque Rothschild, où il occupa rapidement les fonctions de directeur général et d’administrateur de nombreuses sociétés. Ce fut pour lui l’occasion de participer à la vie économique du pays, d’accroître le champs de ses compétences et d’établir un éventail plus large de relations.

Il rédigea néanmoins, durant cette période d’intense activité, trois présentations de classiques illustrés sur Racine, Taine et Malraux.


Le général de Gaulle élu à la présidence, Georges Pompidou retourna pendant quelques temps vers le monde de l’entreprise en réintégrant la banque Rothschild.

Membre du conseil constitutionnel en 1959, il profita également de cette période pour rédiger une anthologie de la poésie française.

Georges Pompidou s’installa à l’Élysée le 15 juin 1969. Son mandat fut écourté par son décès le 2 avril 1974 à Paris.

3 janvier 1973, réforme de la Banque de France

Dans la loi portant sur la réforme des statuts de la banque de France, nous trouvons en particulier cet article 25 très court, qui bloque toute possibilité d’avance au trésor :

« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France. »
Ce qui signifie que l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts ; alors qu’avant cette loi, quand l’État empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt.

Autrement dit : auparavant, l’État français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées, qui en profitent pour s’enrichir aux dépends de l’État en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin.

Cette décision correspond à une privatisation de l’argent et ramène la nation au même rang que n’importe lequel de ses citoyens.

L’accroissement sans fond de la dette publique trouve son origine précisément là.

La dette à fin 1979 était de 239 milliards d’euros (*), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s’établit à 1327 milliards d’euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts.

1327 - 1306 = 21 Milliards d’Euros ! : Si nous avions pu créer notre monnaie — faire exactement ce qu’ont le droit de faire les banques privées —, la dette publique serait quasiment inexistante aujourd’hui.

Georges Pompidou a été le directeur général de la banque Rothschild ; il en était le valet, il n’est par conséquent pas étonnant qu’il ait fait cette loi du 3 janvier 1973 qui interdit à l’État français de battre monnaie et qui a endetté la France d’une façon structurelle et incommensurable auprès de banques privées comme la banque Rothschild.
C’est pourquoi, cette loi, je propose de l’appeler désormais la loi Rothschild.

NOTE (*) : La dette à la fin 1979 était en réalité de 82,8 milliards d’Euros, soit 21% du PIB ; mais en tenant compte de l’inflation, cela fait aujourd’hui 239 milliards d’Euros.

14.Posté par areteksa le 29/08/2014 09:04

13 merci de ce rappel

la dette de l'Espagne dépasse les 1000 milliards, le peuple espagnol subit aussi l'esclavage des banquiers, ça craint ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes