MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Emmanuel Macron à New-York : et en même temps, du blabla


Par Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID - Publié le Dimanche 29 Septembre 2019 à 09:00 | Lu 631 fois

Emmanuel Macron à New-York : et en même temps, du blabla
La réponse d’Emmanuel Macron à la mobilisation internationale de la jeunesse pour le climat est mépris et arrogance : "Qu’ils aillent manifester en Pologne et ramasser des détritus sur des plages en Corse et dans les rivières". Quand on constate le niveau d’engagement et de détermination d’une jeunesse soucieuse de son avenir, désireuse de voir des politiques arrêter de prendre des décisions contraires avec la lutte contre le dérèglement climatique, un président ne devrait pas dire ça. Ces petites phrases ne sont pas des erreurs : Emmanuel Macron n’apprécie pas de voir un mouvement dresser un bilan à charge de sa politique climatique faite de petits pas et de grands renoncements. Le recours juridique formé par 16 jeunes du monde entier devant le comité des droits de l’enfant de l’ONU contre 5 pays (France, Allemagne, Argentine, Brésil et Turquie) est étayé par des centaines d’études scientifiques, radicales selon les propos utilisés par Emmanuel Macron envers Greta Thunberg.
Que dit ce recours ?

- La France est au 8ème rang des pays ayant le plus relâché de carbone depuis 1850, ayant à ce titre une responsabilité majeure dans le réchauffement actuel. 
- Les émissions françaises actuelles nourrissent un réchauffement de 3°C à 4°C

- La France émettra en 2030 10 fois plus que sa juste part dans un scénario où le réchauffement global serait inférieur à 1,5°C. 

- Enfin, le recours, données à l’appui, secteur par secteur, précise que le retard de la France dans la décarbonation de l’économie est incompatible avec l’objectif de 1,5°C annoncé à Paris. Des faits, rien que des faits, auxquels Emmanuel Macron ne répond pas. Emmanuel Macron a consenti à soutenir un objectif européen de 55 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2030 par rapport à 1990, au lieu des 40% actuels. C’était pourtant le minimum exigible alors qu’Angela Merkel et la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, ont appuyé cette exigence de cohérence avec l’Accord de Paris. Nombre de scientifiques et d’ONG expliquent qu’il faut aller plus loin (-65%). Emmanuel Macron s’est bien gardé d’annoncer comment mettre en œuvre cet objectif : la Loi énergie-climat, votée ce 26 septembre au Sénat, limite l’ambition à 40%. Pourquoi ne pas faire à Paris ce qu’on annonce à New-York ?
Emmanuel Macron a de plus déclaré qu’il n’était plus possible d’avoir "un agenda commercial contraire à notre agenda climatique". Un engagement qu’il avait déjà énoncé à l’ONU en 2018. Pourquoi alors avoir fait voter le CETA par ses godillots pendant l’été ? En septembre 2017, la commission d’experts qu’il avait lui-même établie a jugé cet accord commercial incompatible avec la lutte contre le dérèglement climatique. Il suffit donc qu’Emmanuel Macron retire le projet de loi portant ratification du CETA à l’ordre du jour du Sénat. Ainsi s’ouvrirait à l’échelle européenne une possibilité de renégociation du mandat commercial européen. Si le Parlement français venait à ratifier le CETA, il refermerait cette opportunité et ferait à Paris l’inverse de ce que Macron énonce à New-York. Quant à l’idée selon laquelle la compensation pourrait résoudre le dilemme climat-commerce, c’est une illusion : des études récentes sur la compensation carbone viennent de la balayer.
A New-York, Emmanuel Macron fait la promotion d’une nouvelle alliance internationale pour protéger les forêts tropicales, aux contours flous et à la réalité non déterminée. Cette alliance octroie 100 millions de dollars par la France tout en omettant de s’attaquer aux vecteurs de déforestation dont les pays riches, UE et France comprises, sont responsables. A l’émotion suscitée par les feux de forêts en Amazonie et ailleurs, devrait répondre une action résolue des pouvoirs publics, plutôt que la mise en place d’une nouvelle alliance internationale, pour s’attaquer aux racines de la déforestation.

Qu’Emmanuel Macron commence par sanctuariser les forêts de Guyane plutôt qu’étendre l’emprise des permis d’exploration minière et, en même temps (sic !), qu’il revienne sur l’autorisation délivrée à Total d’importer des quantités d’huile de palme issues de la déforestation en Indonésie.
Que la France ait doublé sa contribution au Fonds Vert et garantisse que 80% du total sera délivré sous forme de dons au bénéfice des pays les plus vulnérables est une bonne nouvelle. Cela doit se traduire concrètement au sein de l’Agence Française de Développement qui procède par des prêts, plutôt que par dons. Plus largement, il serait temps que les banques publiques françaises deviennent "zéro-fossiles" et débloquent les financements nécessaires. A l’échelle internationale, quand un $ est investi dans les énergies renouvelables, 3 $ le sont dans les énergies fossiles. Le ratio est encore plus dégradé au sein des banques françaises : 1 à 3,5.
Pour "nous mettre en cohérence avec nos actions", Emmanuel Macron a même annoncé vouloir "arrêter de financer les projets d’infrastructure qui augmentent les émissions de CO2". "En France ou à l’étranger". "Si elles polluent, nous ne les financerons pas". En France, il convient de stopper la construction des autoroutes, de ne plus soutenir le projet destructeur de terres agricoles Europa city, ou la construction du Terminal 4 de Roissy.
Du "dire" au "faire" il y a un pas qu’Emmanuel Macron ne franchit pas, restant aux discours et promesses. Il en va pourtant de sa crédibilité et, plus important, de l’efficacité de la lutte contre le réchauffement climatique. Les jeunes l’affirment clairement : il n’y aura pas de politique climatique à hauteur des enjeux sans remise en cause des logiques néolibérales, productivistes et consuméristes. A chaque fois, Emmanuel Macron a préféré préserver ses dernières. Le mouvement climat a annoncé rester mobilisé pour cette remise en cause. Voilà un engagement sain qu’il faut soutenir. Qu’Emmanuel Macron le veuille ou non. 
http://aid97400.re. D’après Gilles Lemaire, pour Attac France




1.Posté par Veridik le 29/09/2019 09:06 (depuis mobile)

La planète s'en ait toujours remis de tous les grands cataclysmes qu'elle a connu. Ce réchauffement climatique n'est qu'une vaste fumisterie actée pour toujours faire payer les gens sur tout et nimporte quoi

2.Posté par JORI le 29/09/2019 10:38 (depuis mobile)

Il est vrai que ce recours aura une très grande incidence sur le dérèglement climatique en Inde, en Chine ou encore aux États-Unis !!. Défiler des les rues aussi, d'autant plus un jour de cours. Vous avez le bonjour de bandcochon

3.Posté par JORI le 29/09/2019 11:18 (depuis mobile)

Dans le cadre de la protection de l''environnement, j''espère que didix robertix va arrêter de financer la continuité territoriale et que le nombre de rotations aériennes va être être réduit des 2/3 au départ et à l''arrivée de gillot.

4.Posté par GIRONDIN le 29/09/2019 14:57

....... "Qu’ils aillent manifester en Pologne et ramasser des détritus sur des plage......

Macron a pété un câble, une fois de plus !

Quand dans une tête on cumule le pire de Sarko et d'Hollande......


5.Posté par A mon avis le 29/09/2019 20:53

@ 1.Posté par Veridik
Oui, la planète a subi de nombreux cataclysmes. Cela fait partie de l'histoire même de sa formation. Ceux qui ne s'en remettent pas de ces cataclysmes, ce sont les êtres vivants !

6.Posté par A mon avis le 29/09/2019 21:01

Il faut peut-être préciser que le recours juridique est fait dans le cadre de la Convention internationale de droits de l'enfant. Ce recours n'est pas fait contre les USA, ni contre la Chine, ni contre l'Inde, parce que ces 3 pays n'ont pas ratifié cette Convention internationale des droits de l'enfant !

7.Posté par JORI le 30/09/2019 00:43 (depuis mobile)

6. Ama. Un prétexte pour ne pas aller se frotter à ces 3 pays qui sauf erreur de ma part ont pourtant bien plus d'enfants que nous à protéger. Mais peut-être que là bas les enfants sont épargnés par le réchauffement climatique !!.

8.Posté par JORI le 30/09/2019 11:23

6.Posté par A mon avis le 29/09/2019 21:01
Il faut peut être préciser que la non signature d'une convention internationale ne protège pas pour autant des effets du réchauffement climatique, que ce soit les adultes ou les enfants.Peut être va t on un jour inventer l'ingérence climatique!!. Pour le moment personne n'ose se frotter aux réels pollueurs.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes