MENU ZINFOS
Faits-divers

Elle simule un accouchement pour s’échapper : Détails de l'affaire


Plusieurs affaires de violences similaires ont été examinées ce lundi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Saint-Denis, dont celle concernant la femme qui a simulé un accouchement pour être conduite à la clinique du Port et ainsi échapper à son compagnon violent.

Par SH - Publié le Lundi 29 Mars 2021 à 17:49

Simuler des saignements et des contractions… C’était le seul moyen pour cette Portoise, enceinte de 7 mois, d’échapper à son conjoint violent. Direction l’hôpital à 22h mercredi dernier où le personnel appellera la police. Son conjoint, sur place, est interpellé et placé en garde à vue. 
 
L’affaire jugée en comparution immédiate ce lundi devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis a pu être détaillée. Si cela ne fait qu’un an qu’ils sont en couple et trois mois qu’ils habitent ensemble, J.M en est à sa deuxième condamnation pour violence contre madame, en présence du garçon de 6 ans de cette dernière. 
 
Le petit mêlé aux violences
 
C’est l’anniversaire du petit qu’ils fêtent d’ailleurs lorsqu’une dispute sur fond de jalousie éclate. Il accuse sa compagne d’entretenir des relations avec son ex, ce qu’elle nie. Il prend donc à partie l’enfant, qui répond "oui" à la question : "Est-ce que Maman couche avec un autre ?" Elle se prend donc une gifle devant son fils mais parvient à se rendre aux toilettes pour simuler des contractions. En route vers la clinique du Port, J.M la menace, selon elle, affirmant que ni le bébé ni le garçon n’auront de maman. 
 
Devant le tribunal, J.M qu’il a "du mal à (se) canaliser" et qu’il est jaloux. Les trois magistrates et la procureure l’écoutent. "Elle m’aime, c’est pour ça qu’elle est toujours avec moi, explique-t-il, elle a mon enfant dans son ventre, c’est normal qu’elle reste. C’est parti tellement vite, c’est oublié tout ça." "Le problème est que ça part souvent vite", répond la présidente. En effet, ce conjoint jaloux, ti père d’un garçon qui n’a pas le droit de parler de sa famille côté paternel, n’en est pas à son premier coup. En juin dernier, c’était plusieurs coups qu’elle avait reçu avant de se cacher, à l’aide de sa sœur, derrière une voiture. Lui était parti avec l’enfant. "Il est là quand il faut pas, des fois", affirme-t-il au sujet du petit. Deux mains courantes figurent également dans son dossier : une effraction chez une ex et des violences au sein de sa propre famille en 2018. 
 
Cette femme, fille de père violent, sœur d’un frère violent et ayant quitté son ex - père de son fils - à cause de violences, tente de s’en sortir. La justice l’aidera peut-être : J.M a été condamné à 18 mois de prison dont neuf avec sursis et une interdiction d’entrer en contact avec la victime. Quatre mois de sursis ont également été révoqués (à cause de la récidive), ramenant la peine de prison à 13 mois. 
 
Les affaires de violences conjugales, nombreuses ce lundi
 
J.M n’était malheureusement pas le seul homme violent à être présenté ce lundi en comparution immédiate. Un trentenaire comparaissait pour violences sur sa compagne enceinte de 5 mois, également devant un mineur, à Saint-Denis. Et ce en récidive, les derniers faits de violences ne remontant qu’à janvier. Il lui aurait tiré les cheveux et le bras car elle ne s’occuperait pas suffisamment de lui. Blessée à la lèvre, au bras et aux cervicales, la mère de famille devra attendre le 26 avril pour le voir jugé : il a demandé un délai pour préparer sa défense mais repart en détention en attendant son procès. 
 
Même récidive pour P.A à Bras-Panon. L’homme de 45 ans est accusé par sa compagne et mère de son enfant de l’avoir plaquée au sol, la main sur la bouche, après une soirée arrosée vendredi. Il a malgré tout été relaxé, faute de constance de la part de sa compagne. 




1.Posté par bill le 29/03/2021 20:22

parfois il y a des hommes qui si ils n avaient pas les cheveux court et des vetements hommes
on pourrait penser a cause de leur bas ventre proéminent qui ils simulent la gtossese et qu ils vfont semblant qu ils vont bientot accoucher

2.Posté par Lulu le 30/03/2021 08:26

juste une question ils font quoi dans la vie ces résidus???? travaillent??? ou attendent le RSA et les allocs ??? et en journée font les sportifs sur la route dans leur caisse question de passer le temps avec les dalons, boire et fumer un joint.....! beau profil de notre chère jeunesse.! les allocs ont pourri une catégorie de notre population qui se gavent d'aides , font des gamins dont ils n'assumeront pas l’éducation, c'est leur gagne pain qui remettra cela demain suivant l'exemple de leurs parents.....jusqu'à quand????? merci nos élus?????

3.Posté par Yab le 31/03/2021 08:31

Certaines sous-merdes ne méritent vraiment pas d'être aidées. Ces mêmes sous-merdes qui ne respectent personne et qui vivent uniquement des aides générées par ceux qui essaient de s'en sortir en travaillant dur tous les jours devraient être déposés sur une île déserte et qu'ils se démordent seuls pour survivre. Ras le bol de ces déchets non recyclables et inutiles pour la société.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes