Faits-divers

Elle refuse de revenir avec lui, il la frappe devant la crèche

Lundi 10 Septembre 2018 - 17:01

Les faits se sont déroulés le 6 septembre dernier dans la commune de Saint-André. Un homme de 32 ans, Joan, déjà condamné à 9 reprises dont 6 pour des violences, répondait ce matin pour des faits de violences avec armes entraînant une ITT supérieure à 8 jours, en l'occurence 10 jours. 

Cela fait un mois que le couple est séparé. Ils ont deux enfants en bas âge et Élodie accepte avec gentillesse de laisser son ex-concubin rendre visite à ses enfants. D'autant que si elle reconnaît qu'il est un bon papa, il n'a jamais reconnu ses enfants. Elle est partie car elle ne supportait plus son agressivité permanente.

En souffrance depuis un mois, Joan est désespéré. Après plusieurs mains courantes à la police parce qu'il ne ramenait pas les enfants à l'heure, leurs relations se sont un peu plus dégradées. Le jeudi 6 septembre à 16h, alors qu'Élodie est devant la crèche avec les enfants et une amie, il l'attend, caché derrière un arbre. Il finit par s'approcher d'elle et la supplie une nouvelle fois de revenir. Ses enfants viennent lui faire un câlin, content de voir leur papa.

Joan se déchaîne soudainement sur la mère de ses enfants

Alors qu'elle lui réaffirme son intention de ne pas se remettre avec lui, Joan se déchaîne soudainement sur la mère de ses enfants. Il lui assène de nombreux coups de poing, la blesse avec un couteau et l'insulte devant leurs enfants. Il finit par prendre la fuite quand l'amie de son ex-conjointe intervient. Il est appréhendé quelque temps plus tard en possession du couteau mais également d'un hachoir. 

Présente à l'audience, Élodie est très marquée physiquement. Invitée à s'exprimer, elle peine à garder son sang-froid et ses nerfs devant son bourreau. "Jamais je te pardonnerai pour ce que tu m'as fait, je ne suis pas ta propriété et je ne t'appartiens pas. Mes enfants sont terrorisés", dit-elle à la barre. 

La partie civile rappelle que la jeune femme a eu énormément de chance, que la cour d'assises n'était pas loin. Elle évoque une agression effroyable, saluant le courage d'Élodie d'être présente ce matin devant lui. Elle lit un SMS venant du prévenu envoyé à 15h10 le jour des faits : "Laisse à moin voir marmailles une dernière fois, au moins 5 minutes", montrant bien la préméditation de l'acte.

Ils témoignent d'une perversité ainsi que d'une volonté de faire mal

Pour le ministère public, les faits sont graves. Ils témoignent d'une perversité ainsi que d'une volonté de faire mal. "La personnalité de Monsieur est inquiétante et dangereuse" conclut-il. La procureure requiert 5 ans de prison dont 1 avec sursis, des interdictions de contact avec la jeune femme et les enfants ainsi qu'une obligation de soins assortis d'un maintien en détention.

Alors que Joan a choisi de ne pas s'exprimer durant le procès, son avocate évoque son désespoir à cause de la rupture qu'il ne comprend toujours pas. "C'est un acte désespéré qu'il assume", dit-elle pour finir. Le prévenu finira par exprimer ses regrets et dira qu'il est désolé. 

Pas suffisant aux yeux de la cour qui prononce une peine de 7 ans de prison avec maintien en détention. 
Pascal Robert
Lu 7366 fois



1.Posté par Hugh le 10/09/2018 20:17

Inadmissible que l'âne et le boeuf ne soient pas intervenus.

2.Posté par St André le 10/09/2018 22:21 (depuis mobile)

St André encore une fois.

3.Posté par anonyme_mouse le 12/09/2018 01:02

un pur produit noulafé

4.Posté par Serpent têtu le 12/09/2018 01:26 (depuis mobile)

"nou la fé" 🎼🎵🎶 "nou la fé

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Novembre 2018 - 11:07 2 ans de prison pour un casseur du Promocash