Courrier des lecteurs

Elections professionnelles de l'Education: Une machine à casser le syndicalisme?

Vendredi 7 Octobre 2011 - 08:01

Elections professionnelles de l'Education: Une machine à casser le syndicalisme?
L'organisation des élections professionnelles par voie électronique n'en finit plus de dérouler ses dysfonctionnements en cascade.
A quelques jours du début du scrutin, le ministère vient encore de renvoyer une nouvelle liste d'électeurs après que nous ayons constaté que de très nombreux collègues avaient été purement et simplement oubliés et ne disposent donc toujours pas du fameux sésame (l'identifiant) leur permettant de voter.

Dans de nombreux cas, les réclamations restent toujours sans effet à ce jour.

Le vote par internet, présenté comme l'alpha et l'oméga de la modernité et de l'efficacité, s'avère particulièrement compliqué techniquement et exige une configuration informatique spécifique ; nous avons sur ce sujet de multiples messages d'alertes de collègues qui, équipés de Mac ou de linux ne passent pas le test de configuration qui est en ligne sur le site du ministère.
Le code électoral semble également méconnu puisqu'aucune liste nationale de candidats n'a été transmise pour affichage (pourtant obligatoire depuis le 22 septembre) dans les établissements scolaires.

Ces très nombreux accrocs qui risquent de décourager beaucoup d'électeurs, nous interrogent sur l'intention de saborder un processus démocratique afin de pouvoir discréditer les syndicats en mettant en cause leur représentativité.

Cerise sur le gateau, nous venons d'apprendre que le Ministère, pour l'organisation de ce scrutin, a payé généreusement 4.5 millions d'euros (!) à la société ATOS, dont le PDG n'est autre que Thierry Breton, ancien ministre de l'Economie de 2005 à 2007. Le même Thierry Breton qui acheva la privatisation des autoroutes, de GDF et concocta le bouclier fiscal.

Un prestataire neutre en somme!

Et nous attendons avec impatience de connaître le nom des “experts indépendants” chargés de surveiller les opérations!

Marie-Hélène DOR
Secrétaire départementale adjointe de la FSU
Marie-Hélène DOR
Lu 1347 fois



1.Posté par Caton2 le 07/10/2011 11:37

Ça serait bête que les syndicats perdent de leur pouvoir de nuisance, et que les fonctionnaire de l'EN puissent voter librement, hein Madame Dor? Le syndiqués ne sont qu'une minorité dans l'EN. Alors, quelle légitimité avez-vous à dicter votre loi au plus grand nombre?

2.Posté par nrj le 07/10/2011 18:17

Caton a raison ...
Les syndiqués ne sont qu'à peine 5 % des travailleurs , fonctionnaires compris ...
Quelques jeunes paient encore leur dü ...on ne sait pourquoi ?

Et les syndicats veulent dicter leurs lois avec 5 % de côtisés ????
Ils ne font pas le poids !!!!

3.Posté par Caton2 le 07/10/2011 20:06

2.nrj. Un lien à faire passer:
http://www.soseducation.com/greve27septembre/://

4.Posté par Matif le 08/10/2011 02:32

"Dans de nombreux cas, les réclamations restent toujours sans effet à ce jour. "
Pas étonnant, il n'y a même pas de procès-verbal pour y faire noter les incidents.
Le vote électronique par internet peut être corrompu par des virus sur les postes des électeurs, une fraude interne (comme un bourrage d'urnes dans les dernières secondes du vote par exemple) reste absolument indétectable.
Le critère le plus important des élections démocratiques , c'est la transparence. Or les élections par internet sont totalement opaques : aucun contrôle possible, y compris par les principaux intéressés que sont les électeurs.
Pour agir : http://www.ordinateurs-de-vote.org/Actions-Petition.html

5.Posté par noe le 08/10/2011 10:27

J'installerai un kiosque pour les électeurs avec un ordi ...

6.Posté par bertel le 09/10/2011 11:10

bertel
Les deux comiques ci-dessus, que je ne cite même pas, devraient aller vivre, au choix... en Corée du Nord, en Chine ou dans quelques pays islamiques ... il n'y a pas de syndicats... là-bas !

Bertel de Vacoa

7.Posté par Thomas le 14/10/2011 12:43

Bravo Bertel !
Le lien de Caton est un salmigondi de propagande réac, nauséeuse, poujadiste : en somme, à vomir !
Il existe des pays sans syndicats ; on y est bien. Hein Caton, c'est bien, ça, les pays sans syndicat ?

8.Posté par Caton2 le 14/10/2011 16:06

7. Pour encore vomir, ce qui a l'air de vous faire plaisir, voici encore un lien:
http://souffrancedesprofs.com/
Les syndicats de l'EN sont des syndicats ultra-minoritaires, dont le seul but est de conserver un pouvoir de nuisance le plus élevé possible afin de préserver les avantages de la nomenklatura des permanents. Ils ne sont nullement représentatif de l'opinion de la majorité des professeurs de l'EN.
Dans leur revendications, ils jouent sur l'inquiétude légitime des parents pour l'avenir de leurs enfants.
Depuis toujours, ça sert d'alibi à leurs grèves, qui n'ont jamais eu d'autre but que le maintien des avantages acquis et d'un maximum de fonctionnaires, afin de peser le même poids dans le budget de l'État (25%), ce qui les rend incontournables. Ça s'appelle de la malhonnêteté, voire du chantage.
NB: plus de 100 000 personnes ont déjà signé la pétition de SOS éducation soit deux fois plus de signatures, en 10 jours, que la Fondation Abbé Pierre, parrainée par Eric Cantona, n'en avait eu en un an au sujet de la crise du logement.
http://www.soseducation.com/greve27septembre

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Juin 2018 - 10:28 CAFECO 240 - Albatross

Lundi 25 Juin 2018 - 10:25 T’es où, Didier, t’es où ?