MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Ecoutons Bachar


- Publié le Jeudi 7 Avril 2016 à 22:54 | Lu 673 fois

Ecoutons Bachar
Je sais bien que Bachar el Assad est un des pires dictateurs de la terre, quelqu’un qui, sur l’échelle de Richter de la dictature, se situe juste en dessous de Kim Jong-il, le Père Ubu coréen, très au dessus des frères Castro qui pourtant maintiennent le peuple cubain dans une étroite servitude depuis 1959, de Robert Mugabe, dictateur inamovible et calamiteux du Zimbabwe depuis 1987, d’Isaias Afwerki qui, depuis son accession au pouvoir en 1993, a transformé l’Erythrée en un vaste camp de concentration, de Denis Sassou N’Guesso qui, occupe sans interruption le pouvoir au Congo-Brazzaville depuis 1997 et vient juste d’être réélu président, dès le 1er tour, avec seulement 60, 39% des voix (sans que notre gouvernement semble particulièrement s’en émouvoir) ou de Mohammed ben Nayef, prince héritier de la très autocratique dynastie des Saoud, à qui le président Hollande n’a pas osé refusé la petite légion d’honneur qu’il lui réclamait.

Je sais tout cela mais j’ai cependant la faiblesse de penser qu’il ne serait pas sans intérêt de prêter un petit peu l’oreille à ce que ce vilain monsieur peut avoir à nous dire et qui, à première vue, ne semble pas dépourvu d’une certaine pertinence ni d’un certain bon sens. Les déclarations, dont j’extrais les propos qui vont suivre, ont été recueillies par le journaliste André Bercoff (au cours du long entretien accordé par Bachar à une délégation d’hommes politiques français menée par le député Mariani, laquelle vient tout juste de revenir de Damas) et publiées par lui dans Valeurs Actuelles n°4140.

Sur l’aide des Russes : « Les Russes ont fait en quelques mois cent fois plus que les Occidentaux en deux ans. Ceux-ci n’ont jamais bombardé l’essentiel, à savoir les puits de pétrole de Dae’ch et les camions citernes qui transportent l’or noir pour le vendre en Turquie ou ailleurs. En plus, la France et les autres considéraient Al-Nosra comme des islamistes modérés et pariaient sur ma disparition immédiate. Ils espéraient sans doute l’avènement d’une démocratie rythmée par Dae’ch et par Jaysh al-Islam. Belle perspective ! »

Sur les négociations de Genève : « J’ai bon espoir. Pour une fois, je pense que les Américains et les Russes sont décidés à parvenir à un accord. L’essentiel est que celui-ci se fasse avant l’échéance de l’élection présidentielle américaine, afin que le successeur d’Obama ne puisse pas modifier sensiblement ce qui aura été acquis. C’est une des raisons qui ont décidé Poutine à intervenir dans le conflit : il a compris que, s’il ne nous soutenait pas, l’Etat islamique allait non seulement s’emparer de la Syrie puis de l’Irak, mais se répandre au-delà avec, comme chacun sait, l’aide financière de l’Arabie Saoudite et opérationnelle de la Turquie, qui entraîne les djihadistes et assure leur libre circulation. »

Sur le rôle de l’Europe : « J’ai le regret de vous dire que, dans la présente négociation, l’Europe n’existe pas. En fait vous avez décrété l’embargo sur tout ce qui nous concerne, sauf sur les migrants. Comment ne pas comprendre que, pour des raisons de violence et de misère, des millions de gens veuillent fuir pour une vie meilleure ? Mais ne croyez-vous pas que, si vous nous aviez aidés beaucoup plus tôt à rétablir la paix et à réduire Dae’ch, ces gens seraient restés chez eux, dans leur pays ? Aujourd’hui, vous payez très cher cet accueil et encore plus cher ceux qui ont été formés en Syrie et retournent semer la terreur chez vous. Vous ne savez pas le nombre de djihadistes, barbus, en qamis, et enturbannés, que nous retrouvons dans les documents venus d’Europe, rasés de frais, en jean, intégrés, méconnaissables. La terreur est devenue un bon produit d’exportation. »

Sur l’avenir de la Syrie : « Nous commençons déjà à reconstruire dans les zones reconquises. Le travail est immense et nous avons de faibles moyens. […] Mais l’enjeu n’est pas qu’économique, tant s’en faut : laïcité et diversité sont les deux jambes sans lesquels la Syrie serait paralysée. Les chrétiens et notamment les Arméniens font partie intégrante de notre société et je souhaite ardemment que la Constitution permette qu’un chrétien devienne un jour président de la République. Même chose pour les Kurdes et toutes les autres minorités. C’est la seule alternative viable et je souhaite que l’Occident en prenne enfin conscience au lieu de soutenir l’Arabie Saoudite et le Qatar, ou ce fanatique borné d’Erdogan, en vérité tout juste bon à être imam dans une mosquée… »

Dommage que tout cela sorte de la bouche d’un monstre à qui l’on ne peut décemment pas se fier, car, au vu de l’évolution de la situation sur le terrain, on serait pourtant bien tenté d’y accorder quelque crédit…

André Pouchet, le 6 avril 2016




1.Posté par Alwatani (الوطني le 08/04/2016 18:12

La Syrie ba'assiste des Assad (le père comme le fils) est un pays où le concept de citoyenneté (mouwatana en arabe) a un sens concret.
En effet, un non musulman (arménien ou grec catholique) peut accéder aux plus hautes fonctions. Il y a d'ailleurs des non musulmans dans le gouvernement, dans la diplomatie et dans l'Armée, à de hauts postes. Ainsi, le chef des services techniques de l'arme blindée, le général Demirjibashian, est un Arménien dont les chars sont en première ligne contre le sinistre Etat islamique, soutenu par les Saoudiens, ces séides de l'Occident.
Quant à Bachar, ce "reître sanguinaire qui n'a pas le droit d'être sur terre", selon Laurent Fabius, il était ophtalmologue au Saint Mary's Hospital de Londres, avant que son père, sentant sa fin prochaine, ne lui demande de rentrer à Damas.
La Syrie était un pays arabe qui assumait sereinement sa modernisation et son développement.
Pour cela, il fallait le détruire, afin de replonger les Arabes dans l'obscurantisme d'un Moyen Age chaotique.
Avant la guerre, il n'y avait ni "réfugiés", ni "émigrés". La population syrienne bénéficiait d'un accès gratuit à l'éducation et à la santé publique et la misère avait été totalement éradiquée, selon la Banque Mondiale dans son rapport de 2008.
Aujourd'hui, la fin de la guerre est en vue. Les diasporas syriennes d'Afrique et d'Amérique latine; musulmane ou chrétienne, (avec une épargne évaluée à 140 milliards de dollars) seront associées à le reconstruction.
La Russie est dans le camps des alliés et des vainqueurs et, à cet égard, les forces progressistes du Monde arabe expriment leur reconnaissance aux soldats russes, notamment ceux des "forces spéciales" qui sont tombés au combat.
La France est objectivement du côté des vaincus, du fait de gouvernants irresponsables et sectaires.
Or, la France fut historiquement la puissance mandataire au Liban et en Syrie, deux pays où la francophonie demeure largement présente.
Néanmoins,les Syriens saluent les amis français qui ont lutté pour le maintien des liens entre les deux pays.
Les Syriens saluent notamment les enseignants français du Lycée Charles de Gaulle de Damas qui, malgré les mises en demeure de Paris et au péril de leurs vies, ont continué bénévolement à assumer avec courage et abnégation leur difficile mission.
L'amitié franco-syrienne renaîtra.

2.Posté par André Pouchet le 08/04/2016 19:53

Merci à Alwatani pour toutes ces informations qui nous apportent un éclairage très pertinent et très utile sur le contexte historico-politique dans lequel peut s'analyser la question syrienne.

Comme lui, j'espère que, avec ou sans Bachar, l'amitié franco-syrienne pourra, en effaçant le contentieux si négatif de la période Sarkozy-Hollande-Fabius, renaitre de ses cendres et qu'avec une diplomatie française mieux orientée (c'est-à-dire capable de prendre ses distances, tant avec la calamiteuse politique Israëlo-américaine qu'avec les agissements malfaisants des monarchies du Golfe) le Proche-Orient pourra espérer retrouver un jour la paix et un développement harmonieux.

3.Posté par PEC-PEC le 09/04/2016 10:27

Très inintéressante analyse...
Bachar est infréquentable, mais c'est lui le patron. de plus il est incontournable, ce que nos politiques n'ont pas compris depuis 4 ans en commençant par Fabius qui ne comprend rie à rien;
Juste un petit coup dans le rétroviseur pour se conforter dans cet avis.
Nos pays depuis 40 ans lâchent un à un des chefs d'état pas très fréquentables, ça à commencé avec Palavi en Iran, qui n'était pas le plus grand démocrate de la planète...Il a été remplacé (avec l'aide de Giscard et de Carter) par des fous furieux, qui ont installé le moyen-âge dans un pays moderne, ou la femme était respectée , où l'école était ouverte à tous, ou les cultes étaient libres. Khomeini a apporter l'arbitraire, l'obscurantisme, les assassinats, la dictature musulmane, la misère. Depuis il a fait école.
On a recommencé en Irak, en Libye, en Afghanistan, en Égypte, et Syrie.

4.Posté par polo974 le 09/04/2016 14:51

le problème là-bas, c'est que les états à peu près laïcs pour survivre devaient user de la force contre les islamistes (et les monarchies et compagnies pétrolières)... et puis il y a eu des dérives graves...

on a déstabilisé l'iran, (puis l'afghanistan,) puis l'irak, puis la lybie et maintenant la syrie essaie de survivre.

la turquie ne joue pas franc jeu du coté des kurdes (qui morflent continuellement) ni dans la lutte contre l'islamisme.

... et le cours du pétrole est au plus bas, bien fait pour la gueule des monarchies et compagnies pétrolières...

5.Posté par PATRICK CEVENNES le 10/04/2016 08:53

fukcd473
1.Posté par Alwatani (الوطني le 08/04/2016 18:12 | Alerter
Intéressante approche.

Centre Afrique, nous avons détrôné Bokassa 1er (il était chouette son trône au pied du stade de bangui). Regardons aujourd'hui le résultat. Un véritable massacre. Les USA ont fait la même chose en Irak avec Saddam Hussein, regardons l'état de ce grand pays. La France a fait la même chose en Libye, c'est le véritable chao là-bas. Et nos "grands" politiques qui n'ont aucune mémoire voudraient commettre la même erreur en Syrie?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes