Courrier des lecteurs

École Supérieure d’Art : Pour la FSU, le bilan est désastreux

Mercredi 11 Avril 2018 - 10:37

A quelques mois de la réélection de la direction de l’École Supérieure d’Art de la Réunion, la FSU aimerait dresser un bilan de fonctionnement de cette école qui depuis quelques années traverse des moments douloureux.

En effet, après l’échec de la gestion de l’ancien directeur, une directrice est élue sur proposition de la Région Réunion ; malheureusement aujourd’hui le bilan n’est pas meilleur, il est même humainement catastrophique. Il n’y a jamais eu autant d’arrêts maladie que ces deux dernières années. Un audit sur les Risques Psycho Sociaux était même prévu, un psychologue du Centre De Gestion est venu rencontrer le personnel plusieurs fois mais il n’a débouché sur rien.

De la même manière, les multiples cas de souffrance au travail ont été abordés au comité technique du CDG mais rien ne figure dans le compte rendu ! 

Nous avons été récemment très affectés par le décès d’une de nos collègues suite à un AVC à l’age de 40 ans ; elle était par ailleurs déléguée FSU et s’était confiée à plusieurs d’entre nous sur les nombreuses pressions qu’elle subissait de la part de la direction et qui ont sans aucun doute affecté sa santé. 

En décembre dernier, la Secrétaire Générale est partie en disponibilité pour s’extraire d’un climat de tensions permanentes et nous attendons toujours qu’elle soit remplacée.

L’ESA Réunion fonctionne avec des bouts de financement qui arrivent souvent au dernier moment, avec un budget en baisse de 15 % cette année, ce qui n’empêche pas la direction actuelle de continuer à recruter à tout-va, créant des doubles emplois, des postes inutiles, creusant toujours un peu plus le déficit. En outre, les dettes à l’URSSAF et aux fournisseurs se creusent, la trésorerie manque pour les achats de matériel. Très curieusement les comptes présentés apparaissent toujours en équilibre. 

Les recrutements à l’ESA Réunion sont présentés au conseil d’administration une fois qu’ils ont eu lieu et ses membres sont systématiquement mis devant le fait accompli. Et tout cela sans que le Président du CA n’y trouve à redire. La gabegie est patente, l’escroquerie intellectuelle aussi. A titre d’exemple, la direction de l’école a récemment décidé de recruter une enseignante en estampe avec des heures d’anglais à assurer en complément et ce au nom d’un pseudo « plan anglais » censé générer 100.000 euros de subvention, lequel plan n’existe pas !

Devant cette accumulation de dépenses injustifiées et de dettes non honorées, il nous paraît urgent que la Chambre Régionale des Comptes s’intéresse aux finances de notre école : cela nous permettrait peut-être de savoir enfin où nous en sommes réellement.
La direction précédente avait conduit à une crise tellement grave que l’école avait été paralysée plusieurs jours jusqu’à ce que les personnels obtiennent enfin le départ du directeur. Il avait pris en grippe les délégués du personnel, cela n’étonnera personne.
La directrice actuelle ne cache pas son admiration pour celui-ci. Sans surprise, les délégués du personnel subissent des pressions continues.

Nous avons parlé du personnel, mais nous n’avons pas abordé le principal : les élèves.

Un établissement d’enseignement Supérieur n’est-il pas là pour tout mettre en œuvre pour le bien des élèves, pour que le fonctionnement soit optimum, d’autant plus qu’ils payent des frais d’inscription de plus en plus chers. Or ce n’est pas le cas, des gros dysfonctionnements existent, des problèmes permanents d’emploi du temps, de salle, de matériel, de tables et chaises, d’informatique… Il nous arrive souvent de voir dans la cour des élèves désœuvrés suite à des cours déplacés voire annulés.
Nous n’avons pas cessé d’alerter sur la situation de notre école, tenté de très nombreuses négociations avec la direction sans que jamais la situation ne s’améliore, bien au contraire.

Il est temps que le conseil d’administration ouvre les yeux sur le fonctionnement de cet établissement et qu’il demande des comptes à la direction.

Le Port, le 10 avril 2018
Le SNUTER-FSU de l’ESA Réunion
Lu 467 fois



1.Posté par KKD le 11/04/2018 21:00 (depuis mobile)

Ecole supérieure dArts? Et pour quels emplois à la fin des études ? ... c''''est pas grave c''''est de l''''argent public! Ca coûte rien à personne....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?