Société

Eau: Un mois de septembre très sec, des déficits généralisés sur les rivières

Jeudi 20 Octobre 2016 - 17:27

Le mois de septembre 2016 a été très sec, ce qui a entraîné la diminution rapide des débits des rivières, relève l'Office de l'eau Réunion. Les débits médians mensuels sont en effet en baisse au cours de ce mois sur l’ensemble des cours d’eau, et 9 stations de mesure sur 11 font part de valeurs inférieures aux normales de saison. 

Alors que les secteurs Est, Sud et de la Plaine des Palmistes sont concernés par des déficits importants, l'office de l'eau relève les évolutions suivantes :  -109% sur la Rivière du Mât,  -89% sur la Rivière Sainte-Suzanne,  -66% sur la Rivière Saint-Jean et la Rivière des Marsouins,  -57% sur le Bras Panon,  -41% sur le Bras Noir et la Rivière Langevin et  -23% sur le Bras des Lianes. 

Le débit le plus faible connu pour un mois de septembre pour la Rivière du Mât

A noter que pour la Rivière du Mât, le débit atteint la plus faible valeur connue pour un mois de septembre depuis le démarrage des suivis en 1986, avec 1 585 L/s.

Dans le secteur du Tévelave, le débit médian mensuel de la Source Dussac passe de 6.8 L/s à 3.4 L/s, mais le cours d’eau reste excédentaire avec +28% par rapport à la normale de saison. Dans le Nord, une légère baisse du débit médian est relevée sur la Rivière Saint-Denis, mais l’état quantitatif reste là aussi excédentaire (+23%).

Pour ce qui est des ressources souterraines, l’inertie de fonctionnement des nappes implique un effet retardé sur les niveaux, indique l'office de l'eau. Les niveaux moyens mensuels augmentent en effet sur 12 des 20 stations de mesure, et une dizaine présentent des niveaux supérieurs aux normales de saison.

Lu 816 fois



1.Posté par verolia le 20/10/2016 17:57

Sec ou pas sec chez l'Office de l'Eau les pépettes coulent à flot...

2.Posté par DOGOUNET le 20/10/2016 18:42

AAAAAAHHHHLESKONS ! Ces valeurs négatives de pourcentage supérieures à 100 % d'une valeur naturelle qui ne peut être inférieure à 0 (un débit par exemple). Vite le prix margoze de la GRANDE KONNERIE à ces guignols !

3.Posté par max le 20/10/2016 20:38

2/3 des eaux de surface sont utilisées pour la consommation, et un tiers dans les nappes.
Cette politique de la facilité, comme les routes sur les fronts de mer, doit s arrêter (faune, environnement, tourisme subissent les conséquences) cette politique coûte chère, en réseaux, en station d épuration, en distribution.......
Le moment est venu de construire quelques grandes retenues dans nos grandes rivières, ( economique, production d énergie , environnement, développement faune et flore, touristique...) de mettre fin à ce qui se fait aujourd'hui.
Une volonté sociétale doit émerger.

4.Posté par youssef bouterfas le 20/10/2016 22:38

il faut faire très attention car l'eau part très vite. en Afrique du nords
l'eau a complètement disparue au bout seulement d'une décennie.
le tapie vegetale qui avant pompait l'eau souteraine vers l'atmosphére
n'existe plus. l'arbre est une pompe
la meilleurs solution serait de subventionner l'eau de bouteille a boire
et pénalisé l'eau de robinet destiné aux toilettes et lavage.
des fois on abuse avec un bidon de 20 litre on pourra prendre une bonne douche
mais si le robinet est a notre porté on s'oublie sous les vapeurs.
comme le suggère Max COME3 il faut créer un circuit fermé de l'eau de toilette
en installant des stations d'épurations.
pour éviter tout future monopole sur la production d'eau il faut réglementé les sociétés qui
investissent dans ce domaine de l'eau de consommation 49 pour le privé et 51 pour la commune comme ça la commune gardera son contrôle

5.Posté par titi974 le 21/10/2016 06:35

Plus tôt que de toujours pleurer il faudrait peu être prendre des mesures pour récupérer les eaux qui descendent des hauts et qui se jettent allègrement dans l'océan car il y a peut la Riviere des Marsouins coulait à flot , ils seraient bien que de temps en temps de l'argent soit bien dépenser pour capter ces eaux perdues ça changerait du gaspillage qui est trop souvent fait de l'argent public.....

6.Posté par polo974 le 21/10/2016 09:40

2.Posté par DOGOUNET le 20/10/2016 18:42
""" AAAAAAHHHHLESKONS ! Ces valeurs négatives de pourcentage supérieures à 100 % d'une valeur naturelle qui ne peut être inférieure à 0 (un débit par exemple). Vite le prix margoze de la GRANDE KONNERIE à ces guignols ! """

ah, mais si, c'est possible, il suffit que l'eau remonte la rivière....

le pire c'est les tableaux dans leur "document"...
http://www.eaureunion.fr/fileadmin/user_upload/Chroniques/2016/16.10.18_CHRONIQUES_de_L_EAU_75.pdf

le "plus pire", encore, c'est que des décisions politiques sont prises à partir d'analyses faites par ces gens ! ! !

7.Posté par Julien L. le 21/10/2016 11:05

Bonjour,

Il manque clairement des explications. Cependant, en lisant bien : "*+100% correspond au maximum de saison et -100% au minimum de saison." Ce qui signifie que la médiane du mois concernant est inférieur de 9% au minimum interannuel. On le voit un peu sur les graphiques.

J'espère qu'avant de vous étonner du manque de clarté du document, vous vous êtes aussi étonné que le débit minimum atteint est le premier depuis 1986. Et que vous avez eu une réaction du style "HO PUTAIN! C'est vraiment la déch'! ". Parce que c'est ça qui est le plus important à relever : le débit de nos rivière atteint des minima très faibles. Et ça va aller en s'empirant.

Cdlt,

8.Posté par polo974 le 21/10/2016 12:19

ok pour le petit "*+100% correspond au maximum de saison et -100% au minimum de saison." qui précise leur façon de présenter la chose.

sauf que ce n'est pas un "écart à la normale saisonnière" en %, c'est autre chose...

pour le débit si faible, ce n'est pas étonnant avec le basculement des eaux...

9.Posté par Veridik le 21/10/2016 18:39 (depuis mobile)

Bof, il y a toujours assez pour arroser le gazon des rond points...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter