MENU ZINFOS
Société

Duel serré entre Frédéric Miranville et Brigitte Grondin Perez à l'élection de l'Université de La Réunion


Le collectif "Cap 2024" mené par Frédéric Miranville et le collectif "Nouvel élan" mené par Brigitte Grondin Perez font jeu égal ce vendredi soir à l'issue du scrutin très attendu des collèges de personnels de l'Université de La Réunion. Comme souvent dans cette élection déroutante, c'est le conseil d'administration d'installation qui figera les forces en présence pour les quatre ans à venir.

Par Ludovic Grondin - Publié le Samedi 26 Septembre 2020 à 00:56 | Lu 3856 fois

Etudiants et personnels de l’Université étaient appelés, ce jeudi et vendredi, à voter dans le cadre du renouvellement général des représentants des usagers et des personnels aux conseils centraux de l'université
Etudiants et personnels de l’Université étaient appelés, ce jeudi et vendredi, à voter dans le cadre du renouvellement général des représentants des usagers et des personnels aux conseils centraux de l'université
Les tractations continueront de plus belle dans les prochains jours dans l'optique d'offrir une majorité à l'un ou l'autre des collectifs qui candidatait pour gouverner les instances de l'Université de La Réunion. 

La liste de Frédéric Miranville et celle de Brigitte Grondin Perez seront réellement départagées lors du futur conseil d'administration de l'Université de La Réunion qui désignera son président. Un conseil d'administration qui doit se réunir avant la date butoir du 1er décembre.

Ce vendredi soir vers 23H30, les résultats provisoires de l'élection du conseil d'administration n'ont pas départagé les deux candidats sur le collège des "personnels collèges A" (professeurs et personnels assimilés) et des "personnels collèges B" (autres enseignants, chercheurs et assimilés) confondus. Le collectif Cap 2024 de Frédéric Miranville obtient 8 sièges tout comme celui de Brigitte Grondin Perez, même si cette répartition ne reflète pas l'écart en termes de voix (avec 40 voix en faveur du collectif Nouvel élan sur les deux scrutins des personnels A et B compris).

Sur le scrutin des personnels BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques et de santé), le président sortant se félicite de pouvoir compter, demain, sur ses "partenaires du SGEN-CFDT" qui obtiennent 2 sièges. De quoi déjà envisager une "majorité solide", affirme le collectif de Frédéric Miranville.

Enfin, sur le scrutin des usagers (c'est-à-dire les étudiants), l'Unef décroche 4 sièges face à la FER avec ses deux sièges. 

Reste à déterminer vers quelle liste se portera le choix des collectivités régionale et départementale qui ont également voix au chapitre dans cette élection à deux temps. Les tractations iront sans doute bon train d'ici la tenue du prochain conseil d'administration duquel sera donc désigné le futur président de l'Université. 

Rappelons que l’Université de La Réunion renouvelle ses instances de gouvernance à l’occasion de l’élection générale de 2020. Ce jeudi 24 et ce vendredi 25 septembre, le collège des électeurs des « usagers » (autrement dit les étudiants) et celui du « personnel », étaient invités à se rendre dans l’isoloir pour déterminer leur choix de gouvernance pour les quatre prochaines années.
 
Les étudiants et le personnel de l’Université avaient l’occasion de se présenter aux bureaux de vote de 9H à 18H sur les différents sites mis à disposition tant sur le campus nord (Moufia) et sud (le Tampon) que sur les sites décentralisés de l’Université comme le site de la Victoire, de Bellepierre ou celui de Terre Sainte.
 
Deux listes étaient sur la ligne de départ. Celle menée par le président sortant Frédéric Miranville (collectif Cap 2024) et celle de Brigitte Grondin Perez du collectif Nouvel élan.

Des signaux d'alerte qui se transformeront en recours ?
 
Ce vendredi aux environs de 18H45, le dépouillement avait commencé sous le contrôle du comité électoral consultatif (CEC). Les résultats du vote affichés ce vendredi soir ne sont pour l'heure que provisoires. La proclamation des résultats définitifs doit quant à elle intervenir au plus tard ce lundi 28 septembre.
 
En cas d’éventuelle contestation du résultat, le collectif s’estimant lésé aura un délai de recours devant la commission de contrôle des opérations électorales (CCOE) dans les 5 jours à compter de la date d'affichage des résultats. Les signaux d'alerte envoyés par des fédérations d'étudiants pourraient d'ailleurs se matérialiser par la formation de recours.
 
Si l’équipe ayant porté ce recours ne s’estime toujours pas satisfaite de la réponse obtenue, elle aura la possibilité de porter un recours devant le tribunal administratif de Saint-Denis. La liste pourra ainsi user de son "intérêt à agir" devant cette juridiction, comme le veut la formule consacrée de l’ordre administratif.
 
L’élection générale renouvelle tous les quatre ans les quatre instances de gouvernance que sont le conseil d’administration, le conseil académique, la commission de la recherche et la commission de la formation et de la vie universitaire.



La première réaction de Frédéric Miranville :






1.Posté par Haribo le 26/09/2020 08:28

La démocratie selon Miranville. Comment assurer une « majorité » aux élections universitaires ?

Miranville impose un calendrier restreint pour la campagne, après avoir fait les comptes des forces en présence pour adapter le système en fonction des besoins.
1- pour les étudiants de santé du sud (plus de 2000) opposés à l’UNEF, Miranville déplace les bureaux de vote la veille au soir : simple mail de sa colistière doyenne par intérim de la fac de santé, sans même qu’un nouvel arrêté soit pris.
Sa « majorité » : des étudiants de l’UNEF qui défendent l’excellence (rappelons : 10/20 d’office à tous les étudiants à cause du covid) avec 1800 voix sur plus de 15000 étudiants. C’est avec l’abstention forcée que Miranville compose une « majorité ».
2- pour les enseignants, Miranville impose d’abord le retrait sur place des procurations mais ouvre à la dernière minute un bureau de retrait des procurations uniquement pour des personnels assimilés (chercheurs) d’un organisme de recherche principalement basé à Montpellier.
Sa « majorité » : des personnels assimilés, uniquement chercheurs à distance qui n’ont aucune responsabilité dans la gestion quotidienne des formations et de l’université, et qui pour la plupart n’ont jamais mis les pieds à l’UR. Avec ceux-là, Miranville compte faire l’excellence pour la réussite des étudiants réunionnais.
3 - pour les personnels administratifs et techniques, Miranville recrute des contractuels avant les élections pour promouvoir un syndicat qui lui assure son soutien.
Sa « majorité » : des contractuels qui disparaîtront ensuite de l’UR pour cause de budget limité qui ne permettra plus leur renouvellement.
Et bien d’autres irrégularités que les juges pourront maintenant examiner...
Comme à son habitude, Miranville aime jouer dans l’illégalité pour pousser les opposants à la contestation et ensuite se faire passer pour la victime : sa ligne de communication bien inspirée de son cabinet politique, pour éloigner l’opinion de son bilan

2.Posté par Philippe le 26/09/2020 09:56

Merci à Ismael Oojeeraully pour voir obligé les contrats PEC, qui assurent le nettoyage et qui ne seront pas renouvelés, pour avoir signé des procurations ... en faveur de la CFDT.

3.Posté par Alio le 26/09/2020 11:49

@ Haribo : vous pouvez ajouter à la liste des irrégularités : F. Miranville donne à l'UNEF des milliers de masques et de gel HA pour qu'elle le distribue "gratuitement" aux étudiants pendant la campagne...

4.Posté par Evwlyn le 26/09/2020 11:52

Quand on a les 'forces" de l'UNEF avec soi, pas de doute, ça ne peut être qu'un bon Président.....

5.Posté par Titi974 le 26/09/2020 13:26

J’aimerai bien savoir pourquoi on nous gonfle régulièrement avec cette université, qui a des résultats catastrophiques...

6.Posté par Ulysse le 26/09/2020 13:28

En 2016, Miranville parti de 2 voix détourne 17 voix de Lajoie pour se faire élire avec une petite majorité (19/36).
En 2020, Miranville détourne les listes électorales avec des personnels extérieurs, réduit la participation des étudiants avec le déplacement des bureaux de vote, et engage des contractuels pour allonger la liste personnels administratifs et techniques pour son syndicat obligé SGEN-CFDT. Et il nous dira qu’il a une « majorité » qui a toute « légitimité » pour diriger l’université.
En campagne Miranville loue son duo de choc formé avec Lajoie qui ne se retrouve sur aucune liste de Miranville... la suite au prochain épisode !

7.Posté par BeDo le 26/09/2020 13:30

La doyenne par intérim de la fac de santé, intermittente du spectacle : ne répond pas à ses étudiants, oublie qu’il y avait les bureaux de vote pour les élections de sa fac maintenus au sud, se contente d’un mail la veille au soir pour annoncer que tout se passera au Nord.
Qu’elle démissionne donc de la fac de santé pour mettre ses compétences artistiques dans la story Miranville-UNEF. Elle viendra ensuite nous dire qu’elle travaille pour les étudiants de santé...

8.Posté par ROBOCOP le 26/09/2020 13:34

si l'UNEF a bien distribué des masques GRATUITS aux étudiants vous devriez voir sur sa fb que c'est plutôt l'UNEF qui a payé la facture (cf la facture ds l'article de ZINFAUX qui porte bien son nom d'ailleurs) !!!! on connait la rancoeur de certains journaleux à l'égard de ce syndicat étudiant!!!!!!!

9.Posté par Didier le 26/09/2020 13:40

En fait Miranville avait déjà perdu. Il fallait juste qu’il se maintienne dans le jeu comme en 2016... la fin justifie les moyens ! Sacré Fred... tu finiras Président de Région !

10.Posté par Vizir le 26/09/2020 17:24

Dire qu’ à deux voix près, j’aurais pu me réveiller ce matin, avec une nouvelle Présidente et peut-être même, qui sait, avec une nouvelle université ! Ce n’est pas le cas. Pas encore. La partie continue. Rien n’est joué nous n’en sommes qu’à la mi-temps On peut toujours débriefer sur la première période dans les vestiaires…
a) En déplorant que les organismes extérieurs (comme le CIRAD) ait fait basculer dans le collège A, d’un vote nettement majoritaire Pour madame Grondin en un Vote tout juste Majoritaire pour monsieur Miranville.

b) En soulignant que tout collèges confondus, les listes Grondin aient des dizaines de voies d’avance sans pour autant que cette majorité globale ne se traduise par une majorité de sièges et pester en comparant l’université avec ces trois collèges A, B et C à la première assemblée nationale de 1789 avec des ordres (« noblesse », « clerger » et « tiers état ») inégalement représentés.

c) En tenant pour autre responsable de l’échec des listes Grondin un petit groupe de PU abstentionnistes ayant préféré la politique du « Ni-ni » à celle du changement. On gagnerait d’ailleurs, au lieu de les pointer du doigt comme traites et bouc émissaires à comprendre pourquoi des personnes notoirement hostiles à la politique de Monsieur Miranville et engagées sans relâche sur le front de la défense de la liberté d’expression ont refusé de choisir entre les deux candidats comme s’ils s’équivalaient.

Mais il faut bien admettre que …
a) Le vote des organismes extérieurs est tout à fait légal et que de ce point de vue il convient d’acter le divorce entre la démocratie comme procédure (respectée dans ce cas) et la démocratie comme mode de vie. L’université s’organise aujourd’hui comme un ensemble de petits mondes clos centrés sur leurs propres intérêts, ici le CIRAD, là-bas les STAPS, ou encore La fac de Lettres ou la fac de sciences. L’idéal démocratique qui consiste à produire un monde commun s’est indéniablement délité voire effacé. La communauté universitaire à de plus en plus de mal à se mobiliser pour un intérêt collectif. Elle se diffracte et se fragmente en une myriade d’intérêts personnels. « On opprime telle ou telle composante ? qu’elle importance tant que moi je ne suis pas concerné » ai-je si souvent entendu. Au jeu de la satisfaction des attentes individuelles un Président « père-noel » qui a en main les rennes du traineau est objectivement mieux placé pour distribuer des cadeaux. Même si ces cadeaux ne structurent aucunement ou de manière incohérente l’université de demain.

b) L’incapacité à produire un bien commun se lit aussi au niveau du clivage géographique entre les électeurs de st Denis « Très favorables » aux listes Grondin, et ceux du Sud « Très favorables » aux listes Miranville. On retrouve à notre échelle ce qui se passe aujourd’hui dans 80% des comptés américains, où démocrates ou républicains l’emportent à plus de 70%. Dans ces mondes clos on peut allégrement détester ses adversaires politiques sans jamais les rencontrer et échanger avec eux. C’est un recul de la démocratie. C’est pour cela que la liste « expression libre » à l’université avait un rôle si important et que l’avoir supprimé est une grave responsabilité du Président sortant.

c) Les abstentions ont un sens. Les abstentionnistes n’agissent pas sans raison, il faut donc écouter leur raison (ce qui ne signifie pas leur donner raison). Mais on ne peut se satisfaire de les incriminer quelle que soit l’intensité de notre déception. Or L’abstention augmente.
Rien n’est joué, nous en sommes juste à la mi-temps juste le temps de grignoter un petit quelque chose avant de revenir suivre en direct la retransmission suer Zinfos974. Mais à partir d’aujourd’hui la partie nous échappe en tant qu’acteur car l’élection d’un ou d’une Président.e d’université n’est pas une élection directe.

11.Posté par Voyous le 26/09/2020 21:21

Drôle d'élection, de système électoral, avec ces votes indirects, ce "manger-cochon" où les politiques extérieurs reviennent par la petite porte des Administrateurs du Conseil d'Administration, et, en réalité, se désintéressent totalement ce l'université. Ils donnent très souvent leur procuration tant.... Bref, Ils n'ont rien à faire là.
Sans parler des "extérieurs" représentant de la vie civile qui "vendent" leur procuration dès qu'ils sont nommés.
Concernant les organismes de recherche.... Ce qui est vraiment scandaleux, c'est que leur voix comptent double. Une fois, lors du vote général, et une autre fois en étant nommés directement, eux aussi, Administrateurs du Conseil d'Administration.

On peut également s'indigner d'un nombre pair d'Administrateurs devant voter.

Cette loi organisant la representation universitaire, est totalement "hors sol".

Force est faire avec.....
Le perdant ne pourra qu'être tenté de faire un recours.... le prochain mandat ne sera pas "tranquille" quand même. Si l'opposition joue son rôle... (personnellement j'ai un doute en pensant que certains "opposants" iront vendre leur voix)

Entre 2 bandes de voyous.... Il n'est guerre étonnant qu'il y ait de l'abstention. Personnellement j'ai voté... (shut)

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes