MENU ZINFOS
Faits-divers

Du virtuel au tribunal : L'influenceuse "La Patronne" condamnée pour chantage


L’influenceuse de 34 ans surnommée "La Patronne" a menacé une femme faisant partie, comme elle, d’un groupe Facebook dédié aux communautés mahoraises, comoriennes et malgaches, de diffuser au grand jour des photos d'elle dénudée si elle ne présentait pas des excuses en direct.

Par - Publié le Jeudi 10 Février 2022 à 20:18

Nadia* est une de ces influenceuses qui fleurissent sur les réseaux sociaux se posant en leader d’opinion. La jeune femme s’exprime régulièrement en direct sur différents types de sujets. Cette mère de famille de 6 enfants a connu la victime, Raya*, en 2015 sur un groupe Facebook dédié aux communautés mahoraises, comoriennes et malgaches.

Un an plus tard, rien ne va plus entre les deux femmes pour des raisons qui restent floues. Raya aurait notamment insulté la sœur de Nadia. Des photos truquées de la prévenue auraient également été relayées sur le groupe. En message privé, l’influenceuse aurait alors intimé à Raya de lui présenter des excuses en live sur Facebook, la menaçant de diffuser des photos d’elle dénudée. Des photos que Raya a faites durant sa jeunesse et qu’elle avait envoyées à une amie avec qui aujourd’hui elle n’a plus de contact. Selon Nadia, surnommée "la Patronne", les photos "tournent depuis 2012 sur les réseaux". 
 
"On s’envoyait des piques sur Messenger. J’ai écrit au procureur pour dénoncer le lynchage dont j’étais victime sur le groupe", explique ce jeudi Nadia à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Pierre. "Elle m’affichait sur le groupe et elle se moquait de moi en privé", poursuit la mère de famille qui travaille en intérim.
 
Des ennemies qui ne sont jamais vues
 
Raya finit par porter plainte en août 2021 au commissariat de Vaulx-en-Velin alors qu’elle réside à ce moment-là dans cette commune de la métropole de Lyon. Constituée partie civile, Raya réfute les propos tenus par son ennemie devant le prétoire. "Tout ce qu’elle dit est faux. Je ne suis pas sa seule victime", confie-t-elle, beaucoup moins loquace que l’accusée.
 
"Il y a cette haine envers moi sachant que je ne la connais pas. Aujourd’hui c’est la première fois que je la vois", reprend Nadia. "Je ne la connais pas et je n’ai pas envie de la connaitre", lance-t-elle. Dans cet imbroglio d’insultes sur la moralité de chacune, de menaces et de chantage, Nadia reconnait le caractère improbable et sordide de cette affaire. "Du virtuel à la réalité, on en est arrivé là". 
 
"C’est ça le chic et le choc d’internet. Même à distance, on atteint la fierté et l’intégrité d’une personne", résume Me Bruno Raffi, conseil de Raya, qui demande une interdiction de contact et 1000 euros de préjudice moral. 
 
Manque d’outils législatifs 
 
Le parquet rejoint l’analyse de la robe noire : "C’est immatériel et c’est facile d’insulter et de menacer sur internet". Au-delà des dires de l’une et de l’autre, le chantage est caractérisé, pour la représentante de la société. La justice manque pour le moment d’outils législatifs qui auraient permis de restreinte l’accès aux réseaux sociaux, note le parquet. 

Outre le contexte communautaire établi par un groupe Facebook qui réunit des milliers de personnes, Me Stéphanie Saint-Bertin plaide la bonne foi de Nadia. "En envoyant un message privé pour ne pas justement la jeter en pâture, ma cliente ne pensait pas agir sous le coup de la loi".
 
"La Patronne" écope finalement de 500 euros d’amende. Elle devra verser 300 euros pour le préjudice moral de la victime. Une décision de la justice accueillie sous les cris de joie à l’extérieur du tribunal. Chacune des parties est en effet venue avec un comité de soutien constitué d’une quinzaine de personnes au total. 


* prénoms d'emprunt


En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par boul le 10/02/2022 22:55

les plus belles communautés de notre île réunies pour se faire de beaux coups !! quel bonheur

2.Posté par Zaine976 le 10/02/2022 23:21

Encore Saint Louis, le gol exactement.

3.Posté par HULK le 11/02/2022 00:50

Le pire des "réseaux sociaux".

4.Posté par Marie le 11/02/2022 05:52

Mon di## c'est pour ça qu'elles viennent en France ?? Moi qui pensais que c'était pour bosser, éduquer leurs gosses et avoir une vie meilleure...

5.Posté par .. le 11/02/2022 08:07

Vos commentaires rasent le sol.
Le harcèlement par internet n’est pas l’apanage d’une communauté.
Il peut toucher tout le monde.
C’est bien que la justice se positionne.
Enfin je dirais pour avoir moi même porter plainte qui n’a même pas été transmise au tribunal par la police

6.Posté par Patoche le 11/02/2022 09:35

C’est marrant comme la justice intervient souvent pour des affaires ridicules mais a nettement plus de mal à agir pour des affaires gravissimes avec mort d’homme!!!
Enfin si le principal pour la justice française c’est de s’occuper de gens qui veulent diffuser des photos dénudés de personne ahaha
Ps: un conseil simple et efficace pour toutes les femmes qui ne veulent pas finir a poil sur internet = n’accepte pas de poser nue tout simplement ahah

7.Posté par Lina le 11/02/2022 09:40

Toujours Saint-Louis et bientôt pareil à l'Etang-Salé qui deviendra Gol les Bains grâce au projet de Matthieu H...Alé wéééé.

8.Posté par Lucide le 11/02/2022 10:09

6 enfants, elle est bien lancée.

Merci la caf.

9.Posté par Ouais... le 11/02/2022 17:19

Au nom de la liberté d expression tout est permis. La il s agit d adultes, la faiblesse du contrôle des réseaux à déjà eut des conséquences mirobolantes. Faut pas faire comme la Chine, mais il faut resserrer tout ça. Les hebergeur de propos, raciste, menaçant, insultant sont responsables devant la loi,mais la réponse est trop souvent absente...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes