Faits-divers

Drame de Ste-Marie: l’Unafam demande une meilleure prise en charge des schizophrènes

Dimanche 6 Mai 2018 - 15:07

Drame de Ste-Marie: l’Unafam demande une meilleure prise en charge des schizophrènes
Suite au terrible meurtre de Sainte-Marie, l’Unafam (Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) tient à témoigner son soutien à la famille de la victime. Face à un tel drame, nous, parents –dont certains ont perdu un enfant à cause de la schizophrénie-, sommes de tout cœur avec la famille de Vanina.

Ce crime révèle malheureusement les insuffisances de prise en charge des maladies psychiques, particulièrement dans l’océan Indien où n’existe aucune UMD (unité pour malades difficiles). S’ils sont repérés comme "difficiles", les patients réunionnais et mahorais sont obligés de s’exiler à 9000 km de leur famille pour recevoir des soins adaptés, à supposer que leur maladie ait été diagnostiquée, ce qui n’est que trop rarement le cas.

L’Unafam attire l’attention du public sur une confusion trop fréquente : un schizophrène (malade psychique) n’est pas forcément psychopathe (personne qui commet de manière récurrente des actes interdits par la loi). Chez les personnes schizophrènes, le taux de psychopathie est le même que dans la population générale. Un malade schizophrène a plus de risque statistique de se suicider que de tuer une autre personne. Les personnes souffrant de schizophrénie sont beaucoup plus victimes d’agressions que n’importe qui dans la population générale.

La schizophrénie touche statistiquement 1% de la population. Dans un collège ou un lycée de 600 élèves, il y a en moyenne 6 jeunes garçons et filles qui peuvent souffrir de schizophrénie. L’Unafam appelle donc les pouvoirs publics à amplifier l’information et la formation sur les maladies psychiques, afin de dépister et traiter au plus tôt ces pathologies graves. L’Unafam demande également des moyens conséquents pour améliorer la prise en charge des malades (réinsertion, création de structures d’accueil après l’hospitalisation...). Ce qui permettra d’éviter d’autres drames.
La délégation régionale de l’Unafam Réunion
Lu 8013 fois



1.Posté par JCC le 06/05/2018 18:38

Nous ne pouvons être que d'accord qu'il manque des structures pour accueillir ces personnes malades et en souffrances. Un syndicat, la CFDT s'est positionnée pour la création d'une UMAP (Unité pour Malades Agités et Difficiles) ou une USIP (Unité de Soins Intensifs Psychiatriques) voire même une Unité pour Malades Difficiles (UMD) avec des moyens correspondant. A noter que ces structures relèvent des projets médicaux.
JCC.

2.Posté par FG le 06/05/2018 20:38

Apparaît généralement au début de l'âge adulte environ entre 15 et 30 ans

3.Posté par Schizo le 06/05/2018 20:42 (depuis mobile)

Sans vous faire peur. Il y a beaucoup de schizo en liberté. Soyrz prudents.

4.Posté par En mer PARLAMER le 07/05/2018 07:20

il y a beaucoup de malades d'une certaine secte permettant la mise en œuvre des écrits servants d'exemple et de justifications à leurs horreurs.

5.Posté par Macro le 07/05/2018 07:29 (depuis mobile)

Schizophrène a koz léfé chimique... Donc l'I la rodé son maladie au trou plutôt qu'à l'hôpital

6.Posté par Boa Bill le 07/05/2018 10:47

1.Posté par JCC le 06/05/2018 18:38
Nous ne pouvons être que d'accord qu'il manque des structures pour accueillir ces personnes malades et en souffrances.


Il faut arrêter de délirer ! Un malade et en souffrance ? .... qui a su avoir un appartement à La Convenance aux portes de Saint-Denis, là où le coût des loyers explose ? ... Un malade et en souffrance ... qui vit de quoi ? Un malade et en souffrance... qui peut se payer des allers retours Réunion-Mayotte plus souvent que d'honnêtes travailleurs ?

Il faut arrêter de délirer !

7.Posté par Choupette le 07/05/2018 12:03

Les requins qui se baladent en ce moment sont tout-à-fait d'accord sur ce point de vue ... .

8.Posté par JCC le 07/05/2018 17:02

A poste 6 Boa Bill

Les préjugés entourant la maladie mentale incitent près de 2/3 des personnes atteintes à ne pas chercher l'aide dont elles ont tant besoin....
Mais, je souhaite à vous et à votre famille la meilleure santé possible et de ne jamais souffrir de la maladie mentale !

9.Posté par Marie le 08/05/2018 08:14

à JCC, et là vous avez tout à fait raison, malheureusement personne n'est à l'abri! sur que devant les faits on a du mal à retenir cette option mais c'est une maladie sournoise et dans notre société beaucoup y sont confrontés quoiqu'on puisse y penser!

10.Posté par Aurélien le 08/05/2018 13:04

IL y en a un à Saint-André, qui terrorise de temps en temps la population, les autorités sont au courant et pourtant il déambule encore, sans prise en charge.

11.Posté par Aurélien le 08/05/2018 13:05

PS. Il revendique une vie normale et pourtant ils sont déclarés irresponsables dès la première bourde. Allez comprendre.

12.Posté par Dr Anonyme le 08/05/2018 16:55

Si dans un collège ou un lycée de 600 élèves, il y a en moyenne 6 jeunes garçons et filles qui peuvent souffrir de schizophrénie, que fait donc le médecin scolaire pour les dépister sachant que l'affection se manifeste à la puberté, même si elle n'est bien visible qu'à l'âge de 20 ans ?

Un schizo dépisté, c'est un malade traité. Ou alors quoi ?

Si son traitement est bien dosé, il ne commet pas de violences.

Nous ne sommes plus dans la période d'avant le LARGACTIL (avant 1950) où ils étaient hospitalisés. Les schizos peuvent être traités et suivis hors de hôpitaux.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter