Société

Douzième jour de grève de la faim pour une petite-iloise

Jacqueline Grondin est en grève de la faim depuis douze jours. Educatrice technique spécialisée depuis 2005 à l’association Biotope, cette dernière dit être victime de harcèlement pour avoir dénoncé des faits qui portent atteinte à la qualité de la prise en charge des personnes handicapées.

Vendredi 13 Février 2009 - 18:10

Douzième jour de grève de la faim pour une petite-iloise
Jacqueline Grondin a décidé d’entamer une grève de la faim depuis le lundi 2 février, à proximité de l’association Biotope. Mise en quarantaine et faisant l’objet d’une quatrième tentative de licenciement, la jeune femme maintient toutefois ses dénonciations sur les méthodes qui relèvent, selon elle, d’une maltraitance envers les personnes handicapées au sein de l’institution.
"J’ai fait part lors d’une réunion éducative d’une observation concernant le fonctionnement des ateliers : pénibilité au travail, absence d’hygiène, organisation des ateliers non adaptés…Des dysfonctionnement confirmés dans un rapport de la Drass (…) J’ai agit en tant que professionnelle, à ma plus grande surprise le directeur a considéré mon positionnement et mes observations éducatives comme une dénonciation et un refus de travailler", a expliqué dans une lettre adressée au sous-préfet de Saint-Pierre,  Jacqueline Grondin.
Aujourd’hui, elle passait son douzième jour de grève de la faim. Le maire de la commune de Petite île n’a été mis au courant que très tard de son action et est venu voir la jeune femme il y a quatre jours.
Les autorités semblent peu présentes dans ce conflit qui s’enlise et met en danger la santé d’une femme.
A ses côtés, des proches et des personnes qui soutiennent sa cause tel que des parents de personnes handicapées, des associations comme "les femmes du sud en action" ou encore la militante Josette Brosse.
Hier soir, ils étaient réunis au rond-point de Grand-Anse pour soutenir Jacqueline Grondin rappelant que "cette dame, à son 12ème jour de grève, n’inquiète personne. Une solution doit être trouvée car celle-ci s'affaiblit."
Le comité de soutien a souhaité rencontrer le président de l’association pour trouver un terrain d’entente mais cette initiative s'est conclue par un échec. Il est, semble-t-il, difficile de négocier quand, selon des sources proches, "le président de l’association passe en voiture et tend un doigt d’honneur à la jeune femme".
Melanie Roddier
Lu 1296 fois




1.Posté par Josette Brosse le 13/02/2009 22:27

Ce n'est pas le président de l'association qui fait le doigt d'honneur, mais le directeur.
Avec Sabrina et Franceline de l'association "les femmes du sud en action", nous sommes toutes les fins d'après-midi sur le site.
Ce qui se passe est très grave, c'est l'indifférence générale. Chacun se cachant derrière son petit doigt.
Finalement, dans notre pays, pays des droits de l'homme, pays toujours prompt à venir en aide partout et pour tous, et bien, notre pays, n'est même pas capable de protéger une femme, victime de harcèlement, qui a dénoncé la maltraitance sur des handicapés, qui fait son travail, une personne qui a payé sur ses deniers personnels ses formations, qui a réussi tous ses examens, (master 1 et 2), alors que certains personnels qui ont eu la formation payée par l'association ont été recalés aux fameux examens.
Comment peut-on traiter un personnel encadrant de cette façon ?
Est-ce que ces "associations" ne seraient que des pompes à fric ? Le contribuable ne peut cautionner ces faits sans se rebeller également. Les parents d'handicapés doivent monter au créneau et demander comment se passent les journées de leurs enfants, fussent-ils adultes.
Depuis deux jours, la jeune classe politique en la personne du député-maire du Tampon et du conseiller général de St-Louis, va essayer de faire avancer ce dossier brûlant pour certaines administrations.
Nous ne lâcherons pas, tant que cette situation ne sera pas éclaircie.

2.Posté par papapio le 14/02/2009 07:35

Le silence du Monde Politique est très révélateur de ce à quoi nous leur servons... Ils n'en ont tout simplement "Rien à Foutre"... Ce chacun pour soit finira très mal... Bravo à vous mme jacqueline, de prendre en main ceux qui sont utilisé aussi (comme nos enfants) pour débloquer des fonds publics à nos "Colloquistes Professionnels"... Réveillez Vous Non de D....
Dites nous comment vous venir en aide...

3.Posté par KHEOPS le 15/02/2009 10:27

Une assos qui gère des handicapés, une éducatrice qui essaie d'y mettre un peu de probité ou tout du moins qui tente de dénoncer les magouilles dans le médico-social : cela me fait penser à une grande assos de St Denis qui gèrait des handicapés " Assos Saint Jean de Dieu" : elle n'existe plus d'ailleurs car certains se sont ocupés de bien vivre sur la bête ( payes illégalle, resto à outrance, voyages en veux tu en voilà, création d'une union d'assos Saint Jean de Dieu qui pompent l'assos St Jean de DIeu et les autres St Jean de DIeu au National, des comptes administratifs qui ne reflètent en rien l'acitivté de ou des établissements médico-sociaux, aucun rapprochement bancaire entre les comptes et la double compta etc... un contrôle innopérant de la DDRASS et des autres financeurs etc...

bref cette éducatrice a compris et on va la laisser périr dans sa démarche et peut être mettre en route un licenciement abusif et personne ne réagira : il faut maintenant déposer plainte au Parquet de Saint Pierre pour Harcèlement moral : les faits sont qualifiés et surtout les documents dont elle dispose doivent réfleter un bel abus des fonds publics sur l'établissement médico-social il faut déposer plainte également pour ces faits également.
Il n'y a pas de faute professionnelle quand on dénonce une infraction au parquet en donnant des documents retracant des abus dans le cadre d'une infraction au contraire la loi oblige tout citoyen de le faire, cette éduc spéc mérite le Respect mais au pays des abus et du manque de moralité, elle fait tache d'huile. On ne peut que lui souchaiter que du courage et si elle trouve des amis qui veulent lui rapporter le contenu de ce message ce serait bien.

4.Posté par Blek le Roc le 15/02/2009 10:45

Si les syndicats, associations de "défense des femmes" et autres organismes fortement subventionnés ne réagissent pas et ne soutiennent pas cette femme, est-ce parce que l'association qui l'a virée est proche du Parti communiste?

5.Posté par Josette Brosse le 15/02/2009 11:11

L'association "femmes du sud en action", ne perçoit aucune subvention. Quant à la plainte déposée auprès du procureur pour harcèlement, elle a été tout bonnement classée.
Parfois, j'ai honte d'être française.
Il est exact également, que cette association a été mise en route par le PC et c'est pour cette raison qu'il n'intervient pas. Huguette Bello, présidente de l'UFR, "union des femmes réunionnaises" est aux abonnés absents, malgré des appels répétés du comité de défense.
Il faut savoir pour mémoire, que le directeur de cette association était également à la tête du CCAS à la mairie de St-Pierre, sous la mandature d'Elie Hoareau, que le trésorier de cette asso est également président du marché de gros de St-Pierre, qui a été crée également sous la mandature d'Elie Hoareau.
Il y a un tel maillage qu'un cochon n'y retrouverai pas ses petits.
Il est temps que toutes ces associations recevant des subsides des contribuables soient contrôlées très sérieusement et efficacement.
Comme disait quelqu'un, "les copains et les coquins", c'est bien ça.
Maintenant, nous attendons la décisions de l'inspection du travail, mais d'après les indiscrétions, celle-ci serait plus que favorable à l'association, car d'après le président de l'asso, par ailleurs, président d'un syndicat de fonctionnaires territoriaux, le dossier est vide et pour cause, personne n'a donné le compte-rendu de la drass qui est défavorable, les concernant.
Tous maillés et imbriqués pour mettre à terre cette femme courageuse.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie