MENU ZINFOS
Santé

Doliprane et Advil sans ordonnance ne seront plus en libre accès en pharmacie


Par Qi Gao - Publié le Mardi 17 Décembre 2019 à 17:51 | Lu 4543 fois

À partir du 15 janvier prochain, des médicaments disponibles sans ordonnance, comme le Doliprane ou l'Advil, seront placés derrière le comptoir des pharmaciens afin de "favoriser le bon usage", a annoncé mardi l'Agence du médicament (ANSM). Cette mesure sera effectuée dans la continuité des actions.

Cette mesure va renforcer "le rôle de conseil du pharmacien auprès des patients qui souhaitent en disposer sans ordonnance", a déclaré l'ANSM, dont la décision intervient après un avis en ce sens émis début octobre.

Souvent utilisés en automédication comme antidouleur ou antifièvre chez les adultes et les enfants, ces médicaments contenant du paracétamol présentent un risque pour le foie en cas de surdosage selon l'ANSM. 

Pris à des doses trop élevées, le paracétamol peut provoquer de graves lésions du foie, qui peuvent nécessiter une greffe, voire être mortelles. Fin 2017, "une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours" a causé le décès de Naomi Musenga. La jeune femme est morte après avoir eu au téléphone une opératrice du Samu de Strasbourg, ce qui avait provoqué une vague d'émotion en France. 

Conseil pour la prise de médicament:

Pour un adulte sain de plus de 50 kilos, la dose maximale de paracétamol est de 3 grammes par 24 heures, c'est-à-dire 1 gramme par prise avec un espace d'au moins 6 heures entre chaque prise. En outre, la durée maximale de traitement recommandée est de "3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l'absence d'ordonnance", selon l'ANSM.





1.Posté par Thierrymassicot le 17/12/2019 21:18

Idem pour l'efferalgan, bref pour tout ce qui comporte ce super toxique hépatique qu'est le paracétamol.....pour ma part c'est aspirine, depuis longtemps(gaffe quand même à la dengue qui aurait des "vertus" hémorragiques ces derniers temps à la Run..

2.Posté par GIRONDIN le 17/12/2019 22:11

Primordial comme information, surtout qu'ici ces médicaments ne sont pas derrière le comptoir... Lol relol

Et sinon un vrai sujet:
"" ". Un quart des Français ont été confrontés à des retards de délivrance de leurs médicaments liés à des tensions d’approvisionnement, selon un récent sondage de l’union d’associations France Assos Santé. Et la grogne monte, chez les malades comme chez les professionnels.

Cet été, un pharmacien parisien nous interpellait : « Les problèmes se multiplient, on ne sait même pas comment répondre aux patients qui veulent savoir pourquoi leur médicament n’est pas disponible, et on ne s’avance plus sur des dates de retour à la normale ! »"" "
60 millions de consommateurs

3.Posté par IXE le 18/12/2019 09:19

Faut chercher où on les fabrique...

Et quand les génériques coûtent plus cher que l'original, on fait quoi ?

4.Posté par spartacus974 le 18/12/2019 09:31

En tant que client,je paie des frais de dispensation énormes (1,02 euros) pour une boite de DOLIPRANE 1000 qui coute 1,16 euros .....Le pharmacien mettait dans sa poche 1,02 euros par boite que je prenais en libre service.Maintenant,mon pharmacien devra un peu justifier ces frais de dispensation en me donnant ma boite et en s'assurant que je respecte bien les conditions d'utilisation.Ces frais de dispensation sont un scandale absolu .La plupart des médicaments ont presque doublés .Ils sont remboursés en cas de prescription et ne sont pas visibles pour les assurés.En auto médication,c'est le client qui les paie de sa poche et il est en droit d'attendre de son pharmacien un service qu'il paie grassement.Imaginez sur une journée de fonctionnement d'une pharmacie le montant de ces frais......Après certains viennent nous parler du trou de la Sécu!!!!!L'argent n'est pas perdu pour tout le monde.

5.Posté par Marc le 18/12/2019 12:27

Ca fait surtout faire des économies à la sécu, faut pas nous prendre pour des guignols non plus...

6.Posté par Fredo974 le 18/12/2019 16:38 (depuis mobile)

Le Professeur Massicot a parlé..

7.Posté par Joel le 18/12/2019 16:57

Cela revient à dire qu’il faudra aller chez le médecin pour un simple mal de tête, qui gagne,le médecin bien, mais part contre on nous dit de faire des économies pour la CQ, la boite de doliprane coûtera désormais 30€ à la CQ... de plus les urgences se plaignent d’avoir trop de clients le soir et le week-end juste pour de simple bobos ou mal de tête, maintenant se sera pire, ou est le bon sens, encore une fois on nous raconte une sordide histoire d’empoisonnement pour que nos chers Médecins gagnent un peu plus sur notre dos, vraiment nous sommes cernés de voyous ou escrocs qui ne pensent qu’a leurs porte-feuilles. Écœurant à l’heure des économies

8.Posté par GIRONDIN le 18/12/2019 17:25

Pas besoin d'ordonnance pour ces produits ou je n'ai rien compris ???

9.Posté par Thierrymassicot le 18/12/2019 18:11

8.Posté par GIRONDIN le 18/12/2019 17:25

Pas besoin d'ordonnance, mais:

L’objectif de l’ANSM est ainsi de renforcer le rôle de conseil du pharmacien et de débanaliser l’accès aux boîtes de médicaments. “Cette mesure s'inscrit dans la continuité des actions menées pour sécuriser l'utilisation de ces médicaments, notamment l'arrivée dans les prochains mois d'un message sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol afin d'alerter sur le risque pour le foie en cas de surdosage”, poursuit-elle.

Le paracétamol peut en effet causer de graves lésions du foie dans certains cas de surdosage, pouvant conduire à des greffes. Plus largement, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), sont, en cas d’usage abusif, susceptibles d’être à l’origine de complications rénales, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus en cas d’exposition à partir du début du sixième mois de grossesse.
“Poser les bonnes questions”

L’ANSM compte, au-delà du passage derrière le comptoir des boîtes de Doliprane et autres, sur “le professionnalisme des pharmaciens” pour poser “les bonnes questions”. “Si le patient explique ses symptômes, le dialogue est différent et le pharmacien peut lui conseiller de prendre tel médicament plutôt qu’un autre”, précise Philippe Vella, docteur à l’Agence du médicament.

“Cette décision est accueillie favorablement” par les pharmaciens, répond Carine Wolf-Tahl, présidente du Conseil national de l’Ordre de sa profession, à France Inter. “Sans aucune forme d’inquisition, on peut, par quelques questions, en même temps que l’on scanne le produit, demander pour qui il est, pour quel usage, quels sont les médicaments équivalents ou incompatibles afin d’orienter le patient. On voit tout de suite s’il connaît ou s’il n’est pas”, poursuit-elle.

Il n’y a même pas forcément besoin d’être alarmiste, estime la pharmacienne en officine, et de détailler tous les dangers du surdosage. “En évoquant les noms d’équivalents ou d’autres médicaments qui contiennent du paracétamol, le patient se rend vite compte que c’est la même chose, qu’il en prend déjà où qu’il possède une boîte d’une autre marque”, ajoute Carine Wolf Tahl.

Estimant que cette mesure n’allait pas bouleverser “l’aspect économique” des pharmacies, elle explique que déjà aujourd’hui, de nombreuses pharmacies avaient déjà placé les médicaments contenant ces molécules proches de comptoirs et surtout pas au milieu des articles de parapharmacie, par exemple.
Plusieurs accidents

La mesure semble d’autant plus nécessaire car, en l’espace de 18 ans, rappelle l’ANSM, 337 cas de complications infectieuses ont été relevées, dont 32 décès attribués à l’ibuprofène.

Fin 2017, une jeune femme, Naomi Musenga, était morte après avoir été raillée au téléphone par une opératrice du Samu de Strasbourg. Selon l'enquête, cette mort était “la conséquence d'une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours”. Si l'annonce de l'ANSM n'a pas de rapport direct avec le décès de la Strasbourgeoise, le drame a compté dans la prise de décision précise l'agence.

Pour un adulte sain de plus de 50 kilos, la dose maximale de paracétamol est de trois grammes par 24 heures, en ne dépassant pas un gramme par prise avec un espace d'au moins six heures entre chaque prise. La durée maximale de traitement recommandée est de “trois jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l'absence d'ordonnance”, rappelle l'ANSM.

10.Posté par GIRONDIN le 18/12/2019 21:23 (depuis mobile)

9. Thierrymassicot
Merci l'ami.
Donc j'avais bien compris.
Toi t'as déjà vu sur l'île ces boîtes ailleurs que dans le dos de ton pharmacien, '' 'derrière' '' le comptoir?

11.Posté par Thierrymassicot le 19/12/2019 00:10

10.Posté par GIRONDIN le 18/12/2019 21:23 (depuis mobile)

Ben justement non, never!!! On sait jamais dans les Leclerc de métropole (https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/180629-medicaments-en-grande-surface-l-uspo-fustige-leclerc.html)

Blague à part, le fait de dire que c'est derrière, de le rappeler fera je l'espère prendre conscience que le paracétamol, l'ibuprofène ne sont pas des bonbecs....d'ailleurs je ne comprends pas que le paracétamol quelque soit la marque Doliprane, efferalgan puissent être en vente libre...Et si en plus tu prends d'autre médoc, tu picoles, ben les doses à ne pas dépasser pour les plus de 50Kg sont carrément sous évaluées....Quand penses Fredo974 (réellement, sérieusement) ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes