MENU ZINFOS
Faits-divers

Disparition de Mathieu Caizergues : Les recherches pour le retrouver n'ont rien donné


L'affaire Caizergues ne connait toujours pas de dénouement. De nouvelles recherches pour retrouver sa trace, perdue depuis juin 2017, étaient en cours depuis plusieurs semaines dans la zone de l'éboulis au Maïdo. Les cordistes qui ont procédé aux fouilles n'ont rien trouvé.

Par Isabelle Serre - Publié le Mercredi 1 Septembre 2021 à 10:18

Mathieu Caizergues a disparu en juin 2017 dans le cirque de Mafate (DR)
Mathieu Caizergues a disparu en juin 2017 dans le cirque de Mafate (DR)
Disparu lors d'une marche à Mafate en juin 2017, Mathieu Caizergues, un gendarme en poste à La Réunion, n'a toujours pas été retrouvé. Les cordistes en charge de mener des fouilles dans le rempart du Maïdo, au niveau de l'éboulis, n'ont retrouvé aucune trace du militaire.

Il y a environ quatre ans, Mathieu Caizergues, en mission pour trois mois à la brigade de La Possession, disparaissait au cours d'une randonnée.

Ce 23 juin 2017, le gendarme mobile de 24 ans était parti découvrir le cirque de Mafate - entre le Maïdo et Roche Plate - avec un collègue, Pascal Q., et le mari d'une autre collège, Christophe J. Après une pause déjeuner dans un gîte, Mathieu était parti à la tête du trio mais, victime de crampes, il s'était bientôt retrouvé entre ses deux collègues de marche. Mais à 18 heures, Pascal et Christophe s'étaient rejoints au parking sans Mathieu. Celui qui était censé fermer la marche ne l'avait pas dépassé.

"Je suis au-dessus des nuages"

Mathieu se serait en effet écarté du sentier pour faire un crochet par le Belvédère afin d'admirer la vue. Il aurait d'ailleurs envoyé des messages par texto à ses proches indiquant qu'il était "au-dessus des nuages".

Les deux accompagnateurs, transis de froid, avaient quitté les lieux et tardé à lancer l'alerte, donnée vers 20h30 via un gendarme de la brigade de La Possession. Les militaires du peloton de gendarmerie de haute montagne n'étaient arrivés sur les lieux afin de procéder à des recherches qu'à 23 heures, laissant ainsi s'écouler des heures précieuses.

Le lendemain, le 24 juin, une quarantaine de militaires étaient dépêchés sur place et avaient quadrillé le secteur, dont l'hélicoptère de la section aérienne, le PGHM et la brigade cynophile.

Le 27 juin, la famille Caizergues débarquait sur l'île  et prenait part aux recherches qui s'étaient poursuivies de façon intensive   le 28 et le 29. Des descentes en rappel avaient été effectuées là où le disparu, vêtu d'un tee-shirt noir avec des inscriptions jaunes, d'un jean, et de chaussures de randonnée marrons, aurait pu faire une chute mortelle. Un chien pisteur arrivé spécialement de métropole  (avec du retard) avait refait le parcours des trois randonneurs.

La famille Caizergues n'a jamais baissé les bras (DR)
La famille Caizergues n'a jamais baissé les bras (DR)
Au cours des six mois qui avaient suivi, plusieurs pistes avaient été écartées, notamment celles où des témoins, plus ou moins illuminés,  affirmaient avoir croisé Mathieu.
Une information judiciaire fût ouverte en juillet 2017, à l'issue de la garde à vue  des deux randonneurs.

Un an plus tard, Pascal Q. et Christophe J. étaient mis en examen  pour "non assistance à personne en danger" à l'issue de leur audition devant un juge d'instruction. Entre-temps, le décès du gendarme était prononcé  par le procureur de la République de l'époque, Eric Tufféry. Le volet judiciaire de "l'affaire Caizergues" commençait.

Les deux accompagnateurs mis en examen

Les deux accompagnateurs avaient saisis, via leur conseil, la chambre de l'instruction afin de faire annuler leur mise en examen, sans succès.  Ils pourraient prochainement être traduits devant un tribunal.

De son côté, la famille Caizergues multipliait les recours  et exigeait que de nouveaux actes soient réalisés dans le cadre de l'instruction. Elle avait essuyé plusieurs revers.

Cependant, une éclaircie sur toutes ces zones d'ombre était apparue. Le dossier de Mathieu avait été envoyé au Service central de renseignements criminels (SCRC), à Paris, afin qu'il soit examiné par des regards neufs. Les conclusions des enquêteurs avaient préconisé de nouvelles recherches  au niveau du site de l'éboulis où Mathieu aurait pu mortellement chuter. "Soit il est là et c'est terminé, soit il n'y a rien et on continue", nous confiait Delphine Caizergues par téléphone.

Une nouvelle phase de recherches avait démarré  le lundi 7 juin dernier, les cordistes de la société dionysienne Acropro  ayant entamé les recherches sous l'autorité de la nouvelle juge d'instruction en charge du dossier. Le mystère Caizergues reste entier.




1.Posté par Titi984 le 01/09/2021 11:31

On ne le trouve pas car son corps n’est peut être pas là où l’on cherche. Deux mises en examen pourquoi? La vérité est ailleurs pas au maido .

2.Posté par emilien le 01/09/2021 11:48

Voilà une tragique et inquiétante disparition tout comme celle dernièrement, tout comme cette femme de Saint-Joseph mystérieusement disparue il y a près de trente ans. Comment expliquer cela ? Surtout comment comprendre ? Existe-t-il un lien entre ces disparitions ? Msytère. Les recherches ne donnent rien, pas même (pardonnez-moi) un fragment d'os. Quel est le degré de sécurité sur ces parcours de randonnées ? Que de questions sans réponses me direz-vous !

3.Posté par Damnatio memoriae le 01/09/2021 12:18

J'ai envie de dire à Emilien post 2 : "Que de questions sans réponse".

4.Posté par PIPO 🙈🙉🙊 le 01/09/2021 15:25

A mon avis c'est pas sur terre qu'il faut chercher, mais plutôt sous terre!!!

5.Posté par Abel le 01/09/2021 15:34

Pour chercher un corps il faut savoir où il a disparu

6.Posté par pipo le 01/09/2021 15:40

Post 1 tu as raison c'est trop bizarre cette affaire il est peut être pas a l'endroit où l'on cherche,il a été buté ailleurs et déclaré la randonnée après,il faut enquête au plus près de ses deux collègues.

7.Posté par St paul le 01/09/2021 15:41

@poste 1...Tte à fait d'accord avec toi !!!! Ont emmené le pif d'un chien de France, il doit être sacrément incroyable ce chien et rien...froid ou pas!un pote c'est perdu, je quitte les lieux puis je donne l'alerte, alors !!! C'est l'inverse normalement mais les gendarmes ne le savent pas....

8.Posté par Frigidaire le 01/09/2021 15:47

ENCORE !! Cela suffit.

9.Posté par Maïdo le 01/09/2021 16:55

Les cannibales du Maïdo sont dans le coup ???
Jeter un œil sur les disparitions inquiétantes à la Réunion depuis des lustres et vous comprendrez qu'il y a anguilles sous roche

10.Posté par guy le 01/09/2021 20:24

Tant que cette affaire n'est pas éclaircie, cette affaire restera une honte qui rejaillit sur la gendarmerie locale aux yeux de l'opinion publique.

11.Posté par DLT le 01/09/2021 20:39

Toutes ces disparitions mystérieuses, sorry, mais y aurait-il une « Auberge rouge »quelques part dans les hauts de l’île. Vraiment, pardonnez cette funeste pensée mais bon, c’est à se poser la question 🤔

12.Posté par Tanguy47 le 02/09/2021 00:45

Ce malheureux n'a peut être jamais participé à la randonnée,,,,,

13.Posté par CALOUNE le 02/09/2021 08:38

certainement que son corps n'est pas au Maido !
Trop bizarre cette affaire !

14.Posté par Berx le 02/09/2021 09:48

Du grand n'importe quoi.

15.Posté par Titi le 02/09/2021 12:17

Il en savait trop sur ses collègues, on l a tout simplement supprimé.
Un travail de pros. Pas de trace. Contrat rempli!

16.Posté par Mymy le 03/09/2021 15:31

Comme d'autres, Samuel potaya Erwan ça avait commencé dans le sud...y a 20 ans, puis Kohler, Caizergues, militaires, St Benoît , hôpital, ...on les drogué et après...? Et pourquoi ? Entre la crête et gens armes ou ancien on ne sait pas... De vrais enquêteurs , de terrain, eux savent ...tout ça pour couvrir des mafias

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes