Alertes infos :

Océan Indien

Didier Ratsiraka tenterait de revenir à Madagascar

Lundi 28 Février 2011 - 07:29

L'ancien président, Didier Ratsiraka, aurait tenté de revenir à Madagascar mais, comme pour Marc Ravalomanana, les autorités du pays s'y seraient opposées à travers des instructions très fermes auprès des compagnies aériennes pour leur interdire de les embarquer.


Didier Ratsiraka tenterait de revenir à Madagascar
Les autorités malgaches craignent des troubles si Didier Ratsiraka rentrait à Madagascar. Ce qui est probable, selon RFI (Radio France Internationale), c'est que son retour modifie le paysage politique malgache car il garderait "une certaine influence," d'autant qu'il prétendrait avoir "deux à trois solutions pour régler les problèmes du pays".

La Haute autorité de transition (HAT) ne verrait pas les choses du même œil et, considérant que l'ancien président est "dépassé", elle préférerait qu'il reste à Neuilly-sur-Seine plutôt que de le voir revenir à Madagascar.

Pour s'assurer qu'il ne puisse remettre les pieds à Madagascar, la HAT aurait demandé, comme pour Marc Ravalomanana quelques jours plus tôt, l'émission d'un NOTAM, c'est-à-dire dans ce cas précis, d'un message d'instruction des autorités malgaches aux compagnies aériennes pour leur interdire d'embarquer une personne définie. Les deux anciens présidents sont donc indésirables à Madagascar.

Didier Ratsiraka avait déjà annoncé son retour en novembre 2010, il avait alors prévenu qu'il attendait simplement la guérison de son fils pour revenir dans la grande île. Une autre préoccupation du camp "Ratsiraka" concerne ses résidences. Il exigeait qu'on les lui restitue et qu'elles soient remises en état. Il ne semble avoir obtenu de réponses favorables à ses requêtes.

Ce n'est pas la première fois que Didier Ratsiraka tente de rentrer à Madagascar. Il est exilé en France depuis 2002 suite à la prise du pouvoir par Marc Ravalomanana.

Source : RFI & Madagascar Tribune
Lilian Cornu
Lu 3285 fois



1.Posté par Gajik le 28/02/2011 21:12

Il est évident et simple à comprendre qu'au moment où la feuille de route de sortie de crise va être signée par 90% des représentants des partis, y compris des dissidents du TIM et de l'AREMA, Madagascar va entrer dans une transition activement centrée sur des élections crédibles et libres.

Zafy, Ravalo et Ratsi ne peuvent pas signer cette feuille de route qui précise qu'une fois signée, les élections vont être programmées et qu'il sera absolument interdit de fomenter des troubles et de s'écarter des spécifications signées par la majorité des partis. Les trois coquins voulaient encore retarder les élections afin de s'emparer de la Transition pour pouvoir s'en servir pour leur propagande électorale, constituer des magots (déjà quelques hommes politiques pourris infiltrés dans la HAT, dans le CT et le CST ont commencé à lancer la magouille électorale habituelle), placer leurs hommes partout à coups de millions.

De plus, faire durer les palabres enfonçait un peu plus le petit peuple dans la vie chère et augmentait les chances des 3 monstres égocentriques de reprendre le pouvoir.

C'en est donc fini de l'approche " 4 mouvances" qui a été l'option folle choisie il y a deux ans par le Groupe International de Contact pour désigner les représentants du Peuple (les 3 ex présidents virés par la rue + la mouvance réformatrice de Rajoelina) dans l'espoir de remettre sur le trône l'ultra libéral Ravalomanana. Chissano a été grassement payé pour çà, çà a arrondi ses revenus de la drogue, mais dans la SADC et dans l'UA il y a des contradictions et ce ne sont pas des organismes monolithiques. L'aile "progressiste" de l'UA a donc pesé de tout son poids pour bloquer les manoeuvres criminelles de Ravalomanana et de ses deux ralliés sans foi ni morale. L'action de certains députés Européens de poids, d'hommes politiques divers, de journalistes honnêtes et incorruptibles (il en reste) ainsi que du Ministre des Affaires étrangères a été aussi efficace pour donner une chance à l'entrée de Madagascar dans la sphère des démocraties souveraines.

Vous pensez bien que grande est la colère et l'angoisse des trois clans autrefois ennemis mortels et aujourd'hui ralliés, de voir le pays leur échapper. Adieu veaux vaches cochons couvées pour ces magouilleurs de première classe !

La HAT a raison de bloquer ces factieux hors du processus de démocratisation en cours, puisque tout le monde, sauf les aveugles, çà va de soi, voit bien que ces trois hommes sont mus par leurs seuls intérêts personnels et claniques.

Laissons les Malgaches voter librement pour les nouveaux démocrates et APRES, ces truands pourront revenir. Mais croyez en mon expérience, si une vraie démocratie voit le jour à Madagascar, Ravalo ne rentrera jamais, car la prison l'attendra de pied ferme. L'amnistie n'est pas pour les crimes et les détournements de fonds publics. ne pas confondre amnistie et IMPUNITE.

En fin d'année, Ratisraka pourra rentrer en vieux malgache avec son statut d'ex président, mais il lui sera interdit de semer les troubles dans la PREMIERE DEMOCRATIE MALGACHE dans sa IV° REPUBLIQUE. Quant à Zafy, il finira sa vie bientôt avec ses certitudes séniles et ses contradictions lourdes de conséquences sur sa crédibilité.

Oui, la HAT a eu raison d'interdire à ces deux comploteurs de venir tenter de semer la zizanie dans le processus démocratique admis par TOUS les partis sans exception.

LAISSONS AVANT TOUT RETOUR DE LA PERSONNE DE RATSIRAKA, LES MALGACHES VOTER DANS LA PAIX POUR LA PREMIERE FOIS DE LEUR VIE, SUR UN BULLETIN UNIQUE ET SOUS LE CONTRÔLE D' UNE CENI IRREPROCHABLE.

Ratsiraka et Ravalomanana ont leurs représentants sur place qui ont tout le loisir de se présenter aux élections. Ils ont les fonds aussi. Ils auront le statut reconnu de partis d'opposition.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter