Faits-divers

Deux médecins du Tampon et St-André impliqués dans un trafic d'Artane

Le tribunal correctionnel de St-Pierre s’est, ce jeudi, penché sur une affaire peu banale de trafic d’Artane. 7 prévenus convoqués - des consommateurs de ce médicament utilisé pour le traitement de la maladie de Parkinson, détourné pour ses effets hallucinatoires et désinhibants - et plus surprenant, deux médecins.

Vendredi 21 Juin 2019 - 11:19

L’affaire débute en décembre 2015 lors d’une perquisition menée chez Nathalie en couple avec Mohammad, impliqué dans un trafic de drogue. Du zamal, de la cocaïne, quelques centaines d’euros, des plaquettes de médicament…et un certain nombre d’ordonnances pour de l’Artane, pour certaines antidatées, délivrées par des médecins de St-André et du Tampon. 

Mohammad est toxicomane, la seule drogue qu’il n’a pas essayée c’est l’héroïne. Sorti de prison en 2014, il décide de faire le tour des médecins traitants pour trouver "une solution légale", "éviter les trafics, de retomber dans la rue". Au début, seul le docteur Antoine C de St-André décide de l’aider à se sevrer et de lui prescrire l’Artane. Peu de temps après, sa compagne Nathalie décide de faire de même. Puis vient l’idée de monter une association fictive "Aid a nou en sort a nou" dont on ne saura pas au final qui en est le réel instigateur, Nathalie à la tête du trafic ou le docteur Antoine C.

Nathalie se chargeait de centraliser et de transmettre les cartes vitales rapportées par Mohammad. Il y avait également deux autres "rabatteurs" eux aussi consommateurs, Henri et Alexandre, tandis que Sabine, la compagne de ce dernier, aidait Nathalie, au moment au Mohammad est retourné en prison. La démarche a beaucoup de succès. Un deuxième médecin exerçant au Tampon, Jean C, entre dans le réseau. Au total des chiffres astronomiques à faire tourner la tête: 1053 ordonnances et 20 060 cachets sont prescrits à 50 clients entre avril 2015 et novembre 2016. Le bénéfice net au regard des éléments du dossier est estimé à 80 000 euros au prix de 7 euros le cachet qui peut atteindre les 10 euros sur le marché. 

À la barre, Nathalie s'est défendue de tout trafic, ne faisant que se procurer les cachets prescrits puis les récupérer en pharmacie pour ensuite les donner aux autres consommateurs sous couvert de la prétendue association. Elle ne vend pas, a-t-elle assuré, mais se sert au passage. Sur 5 boîtes, elle en récupère 3 par exemple pour l’association et 2 pour sa "consommation personnelle". La jeune mère de famille pouvait aller jusqu’à 15 comprimés par jour." J’étais sous l’emprise de la drogue", s’est-elle justifiée.

"Ils ont oublié les grands principes du serment qu’ils ont prêté"

Du côté des médecins, c’est leur naïveté affichée qui pose question. Les ordonnances étaient délivrées la plupart du temps sans même voir les patients. Les consultations auxquelles se rendait Nathalie à St-André ou au Tampon pour ses clients n’étaient pas toutes facturées.

Face au tribunal, le docteur Jean C avance des arguments difficilement soutenables et s’ "étonne d’être ici". Le patricien totalise 42 ans de carrière, a été président de l’Ordre des médecins et assure s’être fait "enfumer" par cette association peu crédible , tout comme le docteur Antoine C aujourd’hui à la retraite à Toulouse . Le troisième médecin, remplaçant du docteur Antoine C, Hans R, d’origine étrangère, a bénéficié d’un non-lieu au motif "qu’il ne maîtrisait pas toute la réglementation". Il faut également préciser que le docteur du Tampon voit en moyenne 100 patients par jour pour un salaire moyen de 50 000 euros par mois. L'enquête sur le patrimoine de chacun ne montre néanmoins pas d'enrichissement significatif. 

"Ce ne sont pas de simples négligences". Ces médecins "ont oublié les grands principes du serment qu’ils ont prêté", a souligné la vice-procureur. Ils ne se sont pas souciés d’éventuels surdosages ou d’interactions médicamenteuses. 2 ans de prison avec sursis, 30 000 euros d’amende, l’interdiction de gérer pendant 3 ans et la publication de la décision, ont été requis à l’encontre du docteur Antoine C. 1 an avec sursis, 10 000 euros d’amende et un an d’interdiction de gérer pour le docteur Jean C. 

L’Ordre des médecins ne s’est pas constitué partie civile dans cette affaire et n’a pour le moment diligenté aucune enquête interne. 

Le ministère public a demandé 4 ans de prison, dont une année avec sursis à l’encontre de la tête du trafic Nathalie. Pourtant désignées comme les "petites mains", Mohammad, au casier judiciaire déjà chargé, risque 3  ans ferme dont 6 mois de sursis, Henri 2 ans ferme, Alexandre 10 mois ferme dont 6 mois avec sursis et Sabine un an ferme aménageable. 

Leurs conseils ont pointé "une différence d’égalité de traitement" dans les réquisitions au regard des responsabilités et parcours de chacun dans ce trafic. Le verdict est attendu pour le 8 août prochain. 
PB
Lu 9172 fois




1.Posté par jean claude le 21/06/2019 11:50

il n y a pas a discuter car ils sont indignes de leur profession et doivent etre radie par l'odre des medecins mais je sais que rien ne sera fait
il appart ient a chacun d eviter ces énergumènes

2.Posté par MT CRISTO le 21/06/2019 12:01

Ces pourris de médecins empoisonneurs devraient être radiés de l'Ordre des médecins et bien sûr aller en prison pour un bout de temps.

3.Posté par Choupette le 21/06/2019 12:12

Et dire que les vrais malades donneraient tout pour ne plus l'être.

A moins que ça ne soit par charité d'âme, pour partager les symptômes, que ces drogués volaient ces médicaments.

4.Posté par JORI le 21/06/2019 12:24

Encore à St André???. Vite vira un communiqué!!.

5.Posté par TICOQ le 21/06/2019 12:39

Il me semble bien qu'un jour sur radio FreeMerd j'ai entendu quelqu'un appeler et faire la pub de cette assos Aid a nou...
Comme quoi les radios-poubelles savent se rendre utiles.

6.Posté par TICOQ le 21/06/2019 12:40

De nombreux médecins font le serment d'hypocrite qu'ils respectent durant toute leur carrière et même après.

7.Posté par Tite créole le 21/06/2019 13:09 (depuis mobile)

Pourquoi les médecins ont des peines moins lourdes que les autres? Je trouve que c’est une justice à deux vitesse.

8.Posté par miro le 21/06/2019 13:30

Ok pour le qualificatif de médecins pourris. Le conseil de l'ordre des médecins de la Réunion a une lourde tache qui l'attend : celle de radier ces pourris de la liste des médecins inscrits au dit ordre. Les cartes vitales ont du chauffer à blanc, pour répondre à l'avidité de ces médecins ..... Il faudrait que la CGSS récupère les sommes indues assorties d'un TRES grosse amende, histoire que ces médecins apprennent une fois pour toutes que le serment d' Hyppocrate n'est pas un formulaire idiot et inutile. Un séjour en prison de longue durée dissuaderait d'éventuels confrères de rééditer la même expérience . Mais ..... vous verrez ces pourris sont protégés par des hauts placés qui ont bénéficié de leur honteuse prescription..

9.Posté par yes or no le 21/06/2019 13:57

Honte à ces médecins à la gomme !!! Celui du Tampon qui "consulte" un patient environ toutes les 6 minutes en supposant qu'il travaille 10 h par jour...Sérieusement quel diagnostic peut-il poser dans ces conditions de course à l'argent ? La Sécu n'envisage t'-elle pas de faire des investigations chez ce praticien véreux ? Et l'ordre des médecins ? Ce toubib est aussi connu comme docteur des sportifs !

10.Posté par Dederun le 21/06/2019 14:30 (depuis mobile)

Comme si il y avait pas assez des élus corrompus voilà que les, médecins rentre dans la danse, pourtant tout c'est pourris gagné du fric

11.Posté par justedubonsens le 21/06/2019 14:35

Comment un toubib peut-il visiter 100 patients par jours sans que la SS n'y voit goutte. Aujourd'hui où tout est informatisé, la SS n'est pas capable de mettre des alertes en place pour ce genre de faits ? Le type doit bosser 8h30 à 5mn/patient si c'est possible. 5 mn par patient ! C'est inadmissible qu'un tel "abattage ne soit pas détecté !

12.Posté par balayedovant zot porteavan le 21/06/2019 16:15

à toulouse les kinés actionnaires dans des maisons retraites avec la complicité des médecins faisaient des massages sur des handicapés qui étaient alités et ils avaient le culot de dire qu'ils venaient tous les jours pour la marche quotidienne ils se sont fait attraper par la sécurité sociale trop gourmand l'argent rend fou et aveugle c'était trop fort même les défunts disparus depuis 2 ans se faisaient toujours masser , ils ont dus rembourser les sommes dues et interdiction de travailler pendant dix ans pour certains totoche à zot même .

13.Posté par un observateur le 21/06/2019 21:34

Ou quand le mur lé tord, c'est le manœuvre qu'on enferme...

14.Posté par Hardcore le 21/06/2019 23:02 (depuis mobile)

Je leur propose un pic nique avec les familles des jeunes détruits par leurs ordonnances.

15.Posté par Kiki le 22/06/2019 22:39 (depuis mobile)

"Aid à nou en sort à nou" - ki est pr l''addiction ? - A nou ! A nou ! (Association 😉) c''est une HONTE pr leurs confrères et consoeurs installés à la Run depuis les années 60 et ki ont tjrs exercé leur profession avec déontologie !

16.Posté par Kiki le 22/06/2019 22:53 (depuis mobile)

Après y dit y fo pas stigmatiser mais ça y wa tou d''suite ke c pas un ban'' créole ke la monte un n''affaire com sala. Fais honte une certaine communauté ke la tjrs viv'' trankil, perd'' confiance ban'' patient surtout ke médecins y cour pas les rues

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >