Faits-divers

Deux graves agressions sexuelles en un mois au service de psychiatrie du CHU Sud

Le Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Pierre est régulièrement la scène de violences, verbales, physiques, mais aussi sexuelles. Nous avons interrogé le directeur général du CHU Lionel Calenge à ce propos.

Vendredi 24 Janvier 2020 - 17:40

Cette semaine, les urgences de Saint-Pierre ont fait couler de l'encre, un patient s'étant suicidé dans les toilettes, et un second ayant violemment décompensé, détruisant une porte automatique. Dans ces deux cas, les patients relevaient de la psychiatrie, parent pauvre de la médecine française, particulièrement à La Réunion, qui est sous-dotée de 50% par rapport à la France hexagonale.

Les violences à l'hôpital sont courantes, le personnel soignant est régulièrement agressé par des patients ou membres de la famille rendus nerveux par la longue attente, par des patients souffrant de maladies psychiatriques, ou bien encore alcoolisés. Les urgences sont le réceptacle de la violence de la société, et les soignants la prennent en pleine figure. Parfois même au sens propre du terme, tel cet infirmier du service de psychiatrie saint-pierroise qui s'est  vu frapper par un patient en fin d'année dernière, et qui a porté plainte.

La violence existe aussi entre patients: en un peu plus d'un mois, entre décembre et janvier, pas moins de deux affaires d'agressions sexuelles se sont déroulées au sein du service de psychiatrie de Saint-Pierre. Les familles des victimes présumées ont porté plainte pour viol, des enquêtes sont en cours. Interrogé sur ces "relations non consenties" et la réaction de l'hôpital, le directeur général Lionel Calenge nous a expliqué que, désormais, les patients "fragiles" seront isolés des patients potentiellement dangereux.
 

Interrogé sur l'action de l'hôpital pour lutter contre les violences aux urgences, Lionel Calenge explique que des vigiles sont présents 24/24h, que 11 postes de para-médicaux ont été créés et que les soignants des urgences perçoivent une prime de risque de 100 euros par mois. Cela n'a pas empêché la suite d'évènements malheureux des derniers jours ni la colère du personnel soignant face au manque de moyens. Rappelons qu'un vaste mouvement social des urgentistes est en cours depuis près d'un an, et que les urgences de Saint-Pierre sont en grève depuis juin 2019.

Les urgences du Sud sont sous-dimensionnées, reconnait Lionel Calenge, aussi font-elles l'objet d'un plan d'amélioration des locaux, pour 800 000 euros de travaux. Les urgences pédiatriques sont dorénavant séparées, une nouvelle zone d'accueil des familles a vu le jour, ainsi que de nouveaux box et un poste de soins médico-soignants. En 2022, 850 m2 supplémentaires seront construits pour les agrandir.

Les urgences accueillent aussi les urgences psychiatriques à ce jour, source potentielle de violences, aussi celles-ci seront-elles prochainement transférées à la place de la neurologie, pour une meilleure prise en charge des patients.

La psychiatrie manque cruellement de moyens en France, et particulièrement sur notre île, aussi 11 millions d'euros ont-ils été alloués par le ministère de la Santé pour La Réunion et Mayotte. Une unité de soins intensifs (pour patients dangereux) verra le jour sous l'égide de l'EPSMR, qui soigne deux tiers des malades psychiatriques. La pédopsychiatrie verra sa capacité d'accueil augmenter, et l'unité psychiatrique du CHU Sud pourra enfin recruter du personnel, pour une enveloppe de deux millions d'euros.

Lionel Calenge assure la solidarité de l'hôpital aux soignants choqués par les violences, et rappelle qu'une cellule de soutien psychologique existe et fut activée suite au suicide survenu en début de semaine. Le directeur général se félicite par ailleurs du partenariat mis en place entre l'hôpital, la justice et la police. Ce partenariat a facilité la comparution immédiate du patient ayant cassé une porte mardi.

Le cas de ce malade illustre parfaitement la misère de la psychiatrie en France et à La Réunion: l'homme est  schizophrène et toxicomane, mais faute de soins, il est SDF. 
Lu 10079 fois
Bérénice Alaterre
Passionnée de littérature et de cinéma d'auteur, intolérante à l'injustice, dévoreuse de journaux... En savoir plus sur cet auteur




1.Posté par Franck le 24/01/2020 23:09 (depuis mobile)

Que des bla bla ,ceux qui sont sur le trône n ont rien a faire de ses pacotilles

2.Posté par Réunionnaise le 25/01/2020 06:56 (depuis mobile)

Les infirmiers ne voulant pas faire le travail et maltraitant avec les patients, se plaint de l’agressivité des familles!! On est seul avec nos malades et sa vient se plaindre! Apprenez à faire votre travail ah ouii vous vouliez juste être fonctionna

3.Posté par Reese le 25/01/2020 11:05 (depuis mobile)

Relisez vous ! Et le titre car là c’est grave... en quelle circonstance une agression sexuelle peut-être qualifiée de grave ou pas grave ?

4.Posté par balayedovantzotportavant le 25/01/2020 18:33

une prime de risque de 100 euros par mois je hurle de joie le mec il se fait plus de 10000 euros par mois logement de fonction + voiture il ose et si le ridicule était une arme, l'hôpital se fout de la charité un métier pénible avec des patients de plus en plus agressifs!

5.Posté par PIERRE le 25/01/2020 19:55 (depuis mobile)

C’est le problème de la psychiatrie.... ces fameuses drogues psychiatriques et traitements inhumains qui poussent à de tels violences. Les patients sous camisoles chimiques avec des médicaments à foison qui les rendent marteaux ,complètement dingues

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie