MENU ZINFOS
Faits-divers

Deux gendarmes accusés de violences défendus par... le parquet


Deux gendarmes accusés de violences sur deux jeunes de Saint-Benoît en 2013 ont été jugés devant la cour d'appel ce jeudi. Ils nient avoir utilisé une force excessive tandis que les jeunes évoquent de violents coups.

Par - Publié le Jeudi 25 Mars 2021 à 23:31 | Lu 4802 fois

Si les faits remontent à 2013, la problématique refait surface de temps en temps au niveau national. Deux gendarmes étaient accusés à l’époque de violences sur deux jeunes à Saint-Benoît. Jugés coupables cinq ans plus tard, ils avaient été condamnés à 2000 euros d’amende et leur condamnation n’avait pas été inscrite à leur casier judiciaire.

Le jugement date maintenant d’il y a près de 3 ans mais les prévenus ont tenu à faire appel. "Par honneur", précise leur avocat, Me Laurent Patrick Lienard, ce jeudi devant la cour d’appel. Car leur version diffère bien de celles des jeunes qu’ils ont interpellés. 
 
Selon ces derniers, ils marchaient tranquillement dans la rue lorsqu’une dizaine de gendarmes ont couru en leur direction. Placés de force dans un seul fourgon – ce qui n’est pas réglementaire mais le deuxième fourgon se trouvait 100 mètres plus loin - ils se seraient allongés sur les banquettes alors que trois gendarmes étaient assis sur eux. De petite taille, l’un des jeunes aurait déclaré ne pas pouvoir respirer et aurait reçu des coups de poing. Une fois arrivés à la gendarmerie, ils auraient été projetés au sol et auraient reçu d’autres coups. "On n'a jamais résisté et jamais injurié", assuraient-ils. Relâchés le soir-même, ils ont par la suite porté plainte pour violences. 
 
Ce soir-là, une cinquantaine de gendarmes fêtait le départ d’un collègue dans un restaurant. La rue étant éclairée par les lumières d’un parking, certains affirment avoir vu deux jeunes jeter des cannettes contre le véhicule de la gendarmerie.

Selon un témoin dans la rue, ils n’étaient pas une dizaine mais trois à interpeller les jeunes et ces derniers résistaient. D’où l’impossibilité de placer l’un des interpellés dans le deuxième fourgon "trop loin et surtout sur la voie publique", explique l’un des prévenus. Etant en tenue de cérémonie et sans menottes évidemment, ils ont dû procéder à une technique de maîtrise en "les maintenant avec le poids du corps". Ce malgré le poids des gendarmes deux fois supérieur à ceux des jeunes hommes, comme le rappellent les avocats de la partie civile.

Arrivés à la brigade territoriale, les gendarmes les auraient plaqués au sol à cause de la "tension" et parce que "c’est plus confortable pour les surveiller". "Moins confortable pour eux", remarque le président d’audience. Concernant les coups portés, les certificats médicaux révèlent des blessures pouvant provenir de violences des gendarmes mais pas exclusivement. 
 
Deux versions différentes donc, mais l'avocat général – et cela est rarissime – n’accuse pas les prévenus. Le ministère public défend les gendarmes et met en cause les parties civiles, évoquant les "exagérations" des jeunes qui disent avoir été "tabassés". Il se base sur le témoignage "objectif" de celui qui a vu la scène se dérouler sur la voie publique et juge les moyens de contrainte des militaires "adaptés", avant de demander la relaxe des militaires. 
 
Le délibéré de la cour d’appel est prévu le 22 avril. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Inconu 974 le 26/03/2021 04:02

Nena gemdarme i en profite trop

2.Posté par Fredb le 26/03/2021 05:08

Bonjour et merci le procureur général!
Enfin la loi s’applique !
Je ne suis ni gendarme ni policier ni cousins des prévenus 😉!

3.Posté par Ti coq le 26/03/2021 14:14

Ils font la main sur les jeunes. Lol

4.Posté par Loki le 26/03/2021 14:15

Donc en fait ils ont balancé des canettes sur des gendarmes et ces derniers leur ont donné une bonne leçon?
Les Gendarmes ont peut être été un peu loin, mais quand on cherche les problèmes il faut assumer quand ils te tombent dessus.

5.Posté par Koklespes le 26/03/2021 18:54

Depuis que ben alla a eu l autorisation de sévir, et d humilier en gaule ...la loi a changer ,les victimes ne sont ni jaunes ,ni noirs mais assermentés !

6.Posté par ROBOCOP le 27/03/2021 07:14

quand vi "rode boubou po vot corps " vi trouve !!!!! bien fait po zot gueule !!!! la prochaine fois zot i voit néna un diner et zotte lé pas invité et ben passe zot chemin !!!! ce qui est pas souvent le cas !la zot la tombé su un zo

7.Posté par Cloclo le 27/03/2021 07:50

Bravo . Les gendarmes font leur travail, il faut continuer ainsi. Devant cette délinquance grandissante, il faut que les gendarmes se fassent respecter pour mieux nous protéger.

8.Posté par LadiLafé le 27/03/2021 13:31

J'ai lu à peine le tiers de l'article, j'ai de la peine de croire à la version des racailles..
Zendarm la trapazot pou lo plaisir de totochazot.
Hi, hi, hi! Ze kroizan dieu

9.Posté par #lareunionnite le 27/03/2021 14:50


Force de l'ordre qui se la raconte ?
Impossible, que des hommes d'honneur...
Sauf quand i trape a zot...
Que devient le flic trafiquant de St André ?

10.Posté par Dimitile le 27/03/2021 15:12

Les gendarmes ont-ils subi un alcootest?

11.Posté par Freedom le 27/03/2021 16:17

2013 a 2021 tout ce temp et bin

12.Posté par ANTHECHRIST le 30/03/2021 00:00

Dimitile pose une question intéressante puisqu'il sont intervenu à la fin dun pot de départ mais aucun n'a été testé je présumes. Kes forces du désordre se prennent trop pour des cowboys parce qu'il ont les armes et le pouvoir avec eux mais ça pourrait ne pas durer et il n'y aura pas d amnistie comme en 1945...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes