MENU ZINFOS
Faits-divers

Deux coups de couteau mortels pour quelque euros


Jean Bertil Fanovana comparaît aujourd’hui et demain devant la Cour d’assises pour le meurtre de son jeune frère. Son profil psychologique inquiétant perturbe l’audience.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 19 Avril 2021 à 17:43

Difficile d’y voir clair dans les explications contradictoires que donne Jean Bertil Fanovana dit "Fano" à la barre de la cour d’assises chargée de le juger pour le meurtre d’Alvaro, son frère cadet. 
 
"Peut-être que vous comprenez pas bien", lance-t-il de façon insolente au président de la cour, Michel Carrue.  L’accusé prend la parole à tort et travers, interrompt sans cesse les témoins et interpelle son propre avocat qui semble déboussolé. 
 
Fano n’a cessé, lors de ce premier jour d’audience, de se contredire. "C’est mon frère, ma famille, mon sang", explique-t-il pour justifier ses dénégations face aux charges qui pèsent contre lui. 

"C’était un voleur, il me piquait mes médicaments, mon argent", raconte t-il quelques minutes plus tard. 
 
Une bombe à retardement 
 
Fano avait reconnu immédiatement avoir tué Alvaro à coups de couteau après une dispute, le 22 mai 2019 vers midi, sous la varangue de leur maison de la rue des Pétunias. Un différend entre les deux frères pour quelques euros. 
 
C’est sous cette varangue après avoir donné deux coups mortels dans le dos du vingtenaire que le meurtrier présumé avait été placé en garde à vue. Juste avant l’arrivée des gendarmes, Fano s’était rendu chez sa tante pour lui avouer qu’il "avait piqué son frère et qu’il était mort". 
 
Mais à la barre, rien à faire : "Si j’avais voulu le tuer, j’aurai pris le sabre", se justifie le quadragénaire se désignant comme la victime blessée à la main "dont tout le monde se fout".
 
Poignardé avec force
 
Pourtant, les circonstances du décès d’Alvaro sont sans appel. Le malheureux a été atteint profondément au niveau de l’aorte et du cœur. Sa mort est intervenue une à deux minutes après les deux coups provoquant des plaies profondes de 13 centimètres.
 
"Ce qui est arrivé était prévisible. Il ne dormait plus et avait changé de traitement. C’était une bombe à retardement", a décrit un expert. 
 
Jean Bertil présenté comme "ingérable et ambivalent dans ses attitudes" a été hospitalisé de nombreuses fois en psychiatrie. L’homme entend en effet des voix depuis l’âge de 17 ans et souffre de schizophrénie. Sur "fond délirant persistant", il est poly-toxicomane. 
 
"Les schizophrènes sont plutôt des victimes", pose un autre expert. Mais Fano est une exception. Sa consommation de stupéfiants augmente ses délires et le risque de passage à l’acte. Ensuite, il tente de se responsabiliser comme il l’a fait tout au long de cette première journée d’audience. 

Cependant, les experts n’ont pas retenu l’abolition du discernement au moment des coups : "sa responsabilité est totale". 

Demain, les réquisitions sont attendues en début de matinée et le verdict dans la journée. Jean Bertil encourt 30 ans de réclusion.




1.Posté par Choupette le 19/04/2021 21:51

D'après la rédactrice, "Sa mort est intervenue ... provoquant des plaies profondes de 13 centimètres".

De nos jours, il faut faire attention à ne pas mourir ... .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes