MENU ZINFOS
Océan Indien

Deux bateaux en flagrant délit de pêche illégale pris dans les filets de la COI


Deux navires sri-lankais ont été surpris en flagrant délit de pêche illégale sur le banc de Nazareth, à 750 kilomètres au Nord de Maurice, au lever du jour, samedi 23 février 2013. C’est le patrouilleur malgache Atsantsa, engagé par le plan régional de surveillance des pêches (PRSP) de la COI, qui a réalisé cette opération. Voici le communiqué de la COI:

Par . - Publié le Lundi 25 Février 2013 à 17:01 | Lu 1633 fois

Deux bateaux en flagrant délit de pêche illégale pris dans les filets de la COI
Les deux navires ont été arraisonnés alors que des filets de plusieurs kilomètres de long étaient en train d’être relevés sur le banc de Nazareth. Dans cette zone mauricienne extrêmement riche en poissons, les pêcheurs ont illégalement prélevé des thons, des espadons, des poissons de fond, des dauphins mais aussi des requins dont ils ne conservent que les ailerons.

Cette opération témoigne de l’engagement de la COI dans la lutte contre la pêche illicite dans la région et de l’efficacité du dispositif régional qu’elle coordonne. Le PRSP est mis en œuvre depuis 2007 grâce à un partenariat financier signé entre la COI et l’Union européenne (Direction générale Direction générale des affaires maritimes et de la pêche).

Deux bateaux en flagrant délit de pêche illégale pris dans les filets de la COI
Il s’agit de la 33ème mission coordonnée par la COI. "Depuis le lancement du PRSP, plusieurs centaines de navires ont été contrôlés en pleine mer et plusieurs d’entre eux en infraction grave ont été arraisonnés à Madagascar, aux Seychelles et à Maurice. L’emploi de moyens performants tels que des satellites radar mais aussi l’expérience acquise par les équipes régionales de contrôle et les échanges permanents d’informations entre les Etats membres de la COI permettent au dispositif d’être aujourd’hui très efficace" explique Xavier Nicolas, coordonnateur du PRSP.

Le patrouilleur Atsantsa dépend du ministère des Pêches de Madagascar, il est basé à Mahajanga dans le Nord-Ouest du pays. Construit en 2007 au chantier naval de l’Océan Indien à Port-Louis, ce patrouilleur moderne est un prédateur de navires illégaux. Il a appareillé de son port de base le 15 février dernier pour une mission de plusieurs semaines. Il a déjà effectué des contrôles aux Comores et aux Seychelles avant d’entrer fin de semaine dernière dans les eaux mauriciennes, dans la région d’Agalega.


Deux bateaux en flagrant délit de pêche illégale pris dans les filets de la COI
A son bord se trouve une équipe d’inspecteurs des administrations des pêches des Comores, de la Réunion, de Madagascar, de Maurice et des Seychelles, des éléments de sécurité de la gendarmerie malgache et un garde côte mauricien. C’est sous son escorte que le convoi fait maintenant route vers Port-Louis où il est attendu jeudi après-midi. Les deux navires interceptés seront ensuite remis aux autorités mauriciennes compétentes.

Mis au courant du succès de ces opérations, Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI, en mission en Zambie, déclare "loin de leur pays, dans le silence ou dans les tempêtes de l’océan Indien, des équipages veillent et font un travail de surveillance des pêches stratégique pour l’économie des Etats membres. Plusieurs dizaines de milliers d’emplois dépendent de la pêche dans notre région et ce secteur d’activité, que l’on souhaite durable, contribue à la richesse de nos économies insulaires comme à la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population de nos pays.



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes