Société

Déscolarisation d'une enfant handicapée: "C'est une honte", s'insurge la maman

Lundi 20 Février 2017 - 16:06

Un parcours du combattant. C'est ce qu'a l'impression d'affronter Nadège Nativel, alors que sa fille, Michèle, 5 ans, a été déscolarisée à cause de son handicap.

Atteinte d’une amyotrophie spinale de type 2, la petite fille n’avait jamais eu de problème pour être inscrite à l'école, malgré son fauteuil roulant. Jusqu'à ce qu’elle rencontre des problèmes respiratoires l’obligeant à subir une trachéotomie (ouverture chirurgicale de la trachée, dans laquelle est placée une canule, pour faciliter le cheminement de l'air).

"Elle a fait sa rentrée en grande section normalement, à l'école Les Badamiers, à Petite-Ile. Et au bout d’un mois, l’infirmière scolaire a signalé que l’AVSI (auxiliaire de vie scolaire individuelle) qui s’occupait d’elle n’avait pas la formation adéquate. Suite à cela, elle a été déscolarisée. On avait montré à l'AVSI comment faire, mais sans formation, elle ne pouvait pas continuer", explique-t-elle.

Ainsi, depuis septembre, elle tente de résoudre le problème pour que son enfant regagne au plus vite l'établissement scolaire. "On a demandé à tous les intervenants (hôpitaux, rectorat, Arar...) à qui il fallait s'adresser pour faire cette demande de formation, mais tout le monde s'est rejeté la balle. Personne n'a pris ses responsabilités", regrette-t-elle.  

"Elle est démotivée"

"On a su en janvier que c'était à l'AVSI de faire la demande de formation auprès de son employeur, qui est le principal d'un collège du Tampon. Alors que celui-ci devait faire la demande auprès de l’IFSI du Nord, cette démarche a été faite ce vendredi", poursuit-elle, déplorant cette "perte de temps". 
 
Cinq mois se sont en effet écoulés depuis la déscolarisation de Michèle. "Tous les jours elle me demande quand elle va retourner à l'école". Face à cette situation, la fillette, qui se sent rejetée selon sa maman, a perdu la motivation. "Avant, elle faisait les devoirs transmis par la directrice, qui se bat aussi pour que les choses avances. Mais maintenant, elle n'a plus envie. Et puis, c’est aussi important pour sa vie sociale d’aller à l’école", s'inquiète-t-elle

Aujourd'hui, elle est remontée et veut le faire savoir. "C'est une honte pour l'éducation nationale de refuser une enfant porteuse de handicap à l'école sous prétexte qu'elle n'a pas 6 ans. Je suis très en colère car tous les jours on me dit que les choses vont changer et cela fait 5 mois qu'on attend et rien ne bouge", conclut celle qui explique se sentir "laissée à l'abandon".
Lu 33116 fois



1.Posté par Hugues Neau le 20/02/2017 17:06

Quelle injustice...

2.Posté par Thomas GILBERT le 20/02/2017 18:49

La principale cause de maltraitance est l'administration. L'incompétence ordinaire du rectorat est affligeante en ce qui concerne le handicap.

3.Posté par Mya le 20/02/2017 19:22 (depuis mobile)

Moi aussi je vie sa avec mon fils descolarisé

4.Posté par Beatrice le 21/02/2017 01:10

Courage, je suis avec vous... j'ai la formation aspiration endos-trachéale depuis 2010. j'ai accompagné et j'accompagne encore aujourd'hui des enfants en milieu scolaire... je suis fière d'avoir cette formation afin qu'ils puissent continuer leur scolarité......
Courage, et persistez...

5.Posté par Celine le 21/02/2017 05:49

C'est plus qu'une honte , c'est un crime! L'éducation n'est pas si "nationale" ! Elle est discriminatoire!!!! Un vrai combat pour scolariser un enfant différent , qui ne rentre pas dans le moule !!!! Le comble c'est que certaines personnes qui soit disant sont au service de cette éducation nationale font tout ce qu'.elles peuvent pour démotiver et culpabiliser ces enfants ! Et ielles sont payées pour faire l'inverse !!!!!
Courage et battez vous , madame , votre fille a droit à cette "éducation nationale " : loi de février 2005!

6.Posté par @ Thomas GILBERT le 21/02/2017 06:14

Facile de taper sur l'administration mais vous, vous faites quoi dans votre vie pour aider les personnes porteuses de handicap ?

7.Posté par 1portois le 21/02/2017 06:40

Voilà des choses qui prisent en main par un élu auraient pu avancer très vite.
Ils sont où?

8.Posté par Nattes le 21/02/2017 08:29 (depuis mobile)

Comme d''habitude le Rectorat est discriminatoire et ne vous inquiétez pas même les enfants sans fauteuil sont maltraités et subissent l''ignorance de leur handicap (c''est un combat aussi pour les autistes) je pense que le mieux c''est la justice !

9.Posté par Jules Bénard le 21/02/2017 11:20

Après ça, quand je dis que l'administration, les élus et le préfet se foutent de nous et "nous méprisent souverainement", on dira encore que j'attige.
Le cas de cette enfant se juge pourtant DANS L'URGENCE et la solution ne devrait pas nécessiter plus d'un quart-d'heure de transpiration d'un élu, d'un préfet, d'un minable employé...
MAIS NON !

PREFET, SECU, CAF, NASSIMAH, DIDIER ET AUTRES CLAMPINS S'EN FOUTENT. LE PUBLIC NE LES CONCERNE PAS !
Leur paye mensuelle si !!!

10.Posté par helene le 21/02/2017 11:32

Bonjour,
Dans toutes les entreprises c'est aussi un soucis. nous avons en qualité d'employeur l'obligation de respecter les normes d'accessibilité aux établissements et pour le public et pour le personnel ; nous avons aussi l'obligation sous peine de payer une "amende" d'employer un pourcentage de personnel handicapé ; or ce qui est compliqué c'est que bien souvent l'AAH est soumise à une restriction substentielle de l'accès à l'emploi . Ce sont donc des organismes publics pas toujours respectueux du bien être de la personne handicapée tant en terme de salaire que de valorisation de leur emploi bénéficient . J'ai au sein de mon entreprise un poste qui pourrait parfaitement convenir à une personne handicapée mais laheureusement je ne reçois jamais de CV de cap emploi .
Bon courage Madame et de tout coeur avec vous et Michèle.

11.Posté par dany le 21/02/2017 11:42

malheureux cette histoire quand je voit que notre députe se bat avec le président pour déplacer Roland Garros au panthéon et que la on l entend pas sur cette affaire sa me dégoûte de ses politiciens qui est la juste pour se faire du pognon et faire parler deux mais pas pour aider leurs citoyens qui les on élu
peut on nous faire croire qu on pourrai pas organiser une formation de se type a la réunion Thierry robert qui aime ouvrir sa gueule pour rien il est ou la mais comme il a rien a gagner dans cette affaire on l entend pas
Mr Didier robert la région qui distribue l argent pourrai pas prendre en charge cette formation pour les gens qui accompagne ses enfants en difficulté non franchement après on nous dit faut surtout pas voter marine Lepen mais vous êtes pire qu eux quand je voit tous sa je me dit pourquoi pas un changement radical mais de toute façon que l on veuille ou non sa va arriver et le conseil général pareil on l entend pas franchement vous êtes des incapables des ignorants des cancres y a plus de nom pour vous la y aurai une campagne électoral municipal ils auraient etait tous a la petit île j en suis sur Band de sang sue

12.Posté par jean le 21/02/2017 18:14

Si t zenfant gros zozo n'auré point maillage koma......

13.Posté par Marie le 21/02/2017 20:39

Et pourtant c'est sur le secteur d'aide à la personne qui est et sera porteuse d'emploi dans les années à venir.

14.Posté par Macote le 21/02/2017 22:03

portez plainte contre l'Etat et ses services !

15.Posté par Philippe le 21/02/2017 23:52

qu'est-ce qu'elle en pense notre ministre des outre mers ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Septembre 2018 - 09:44 Super promo dans un supermarché de St-Pierre