MENU ZINFOS
National

Des parlementaires français critiqués pour une entrevue avec Bachar al-Assad


Par SI - Publié le Jeudi 26 Février 2015 à 16:00 | Lu 995 fois

La polémique enfle après la rencontre entre des parlementaires français et le dirigeant syrien Bachar al-Assad.

Le président de la République, François Hollande, a condamné l'initiative de Jacques Myard (UMP) et Gérard Bapt (PS), François Zocchetto (UDI) et Jean-Pierre Vial (UMP), pour leur rencontre avec le "dictateur" Bachar al-Assad. "Cette initiative, je la condamne. Je la condamne parce qu'il s'agit d'une rencontre entre des parlementaires français qui n'ont été mandatés que par eux-mêmes avec un dictateur qui est à l'origine d'une des plus graves guerres civiles de ces dernières années, qui a fait 200.000 morts. 200.000 !" a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à Manille aux Philippines.

Le chef de l'État n'a pas été le seul a être irrité de cette rencontre. Invité de la matinale de -, Manuel Valls a condamné "une faute morale"."Les parlementaires peuvent se déplacer, mais je veux condamner avec la plus grande vigueur cette initiative", a-t-il insisté. "Que des parlementaires aient ainsi, sans crier gare, rencontré un boucher, je crois que c'est une faute morale".

La décision des quatre parlementaires va à l'encontre de la ligne du Quai d'Orsay, qui refuse de dialoguer avec un homme qu'il considère comme un dictateur.

Mais pour Gérard Bapt, qui a répondu ce matin aux critiques sur France Inter, "il y a pour la société syrienne, qui était si proche de la France (...), urgence à trouver les voies d'un cessez-le-feu, pouvant précéder une solution pacifique". Il ajoute que "pour retrouver le chemin de la compréhension et de la paix, il faut bien, à un moment ou un autre, trouver les moyens de se parler".




1.Posté par noe le 26/02/2015 16:06

Bachar est un élu démocratique ... il a été élu par son peuple à plus de 98 % des voix ...
Il faut l'aider ...il n'a pas la peste mais du pétrole ...
J'aime le pétrole comme le champagne rosé !
Le gazole me permet de me déplacer sans me fatiguer au volant de mes viotures !

2.Posté par L'INSOUMIS le 26/02/2015 18:07


Un dictateur laïque est il vraiment pire qu'un islamiste intégriste ?

3.Posté par Dani le 26/02/2015 20:17

un dictateur qui est à l'origine d'une des plus graves guerres civiles de ces dernières années, qui a fait 200.000 morts.LA FAUTE A QUI ! c'est une guerre civile de clan normal qu'il ne lâche pas, surement pas un dictateur , On veux prendre sont pays riche


C’est le même scenario Sadame, Kahdafi etc....

4.Posté par KLD le 26/02/2015 21:02

Pour une fois d'accord avec sarko qui a déclaré " on ne peut empêcher deux trois comiques d'aller bat carré voir un dictateur" ............ou quelque chose du meme tonneau !

5.Posté par Tristan le 26/02/2015 21:16 (depuis mobile)

Hollande est un menteur, al hassad n'est pas un dictateur élu à 98%. Noé est un menteur. L'un se bat contre des fous de dieux, l'autre les a armé. Les rafales bombarderont qui ? Quels intérêts servent ce groupe ei ?

6.Posté par Katon Darabi le 26/02/2015 23:27

@4

"Aujourd’hui Nicolas Sarkozy – dont Assad était encore l’hôte en décembre 2010 – n’a pas de mots assez durs pour condamner la répression sanglante en Syrie. Après avoir été le premier à réhabiliter son régime criminel, le président est devenu l’un de ses plus grands pourfendeurs. Comme si cette fermeté affichée servait à masquer ses compromissions et ses naïvetés passées. Comme s’il voulait faire oublier à quel point, pendant trois ans, son ami Bachar l’avait roulé. Il croyait pourtant dur comme fer avoir tout compris de la Syrie.

Tourisme avec Cécilia

En 1997, redevenu simple député pour cause d’alternance, il reçoit une invitation du parti Baas, au pouvoir depuis un demi-siècle. Trois jours d’entretiens avec des apparatchiks, notamment Farouk al-Chareh, alors ministre des Affaires étrangères. Cinq jours de tourisme avec Cécilia aux frais de ses hôtes. A l’issue de son périple, il se croit autorisé à écrire dans son livre "Libre" : "Après trois ans, [l’ambassadeur de France, ndlr] n’en connaissait pas beaucoup plus que nous en huit jours."

Sarkozy repart de l’Orient compliqué avec des idées très simples sur la "tolérance religieuse" et la "fierté syrienne". "Il est revenu avec le syndrome de Lawrence d’Arabie", plaisante l’un de ses anciens collaborateurs.

Coopération sulfureuse sans état d’âme

Quand il redevient ministre de l’Intérieur, en 2005, la France est en guerre diplomatique avec Damas, après l’assassinat attribué aux services syriens de l’ami du président Jacques Chirac, l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri. La Syrie se retrouve au ban de la communauté internationale, à coups de sanctions et d’embargos. L’Elysée veut faire mal au régime d’Al-Assad. Mais sans dépasser certaines limites. La France entend maintenir à tout prix au moins un lien : les échanges entre services dans la lutte antiterroriste.

La DST vient alors d’installer dans la plus grande discrétion son bureau régional à Damas. "Les Syriens nous ont menacés de suspendre la collaboration sécuritaire si nous les mettions à genoux, raconte un bon connaisseur du dossier. Or ils arrêtaient des présumés jihadistes français en route vers l’Irak et nous les renvoyaient après les avoir interrogés à leur manière... On en a récupéré des dizaines comme ça. Il fallait que ça continue."

A l’Intérieur, Nicolas Sarkozy poursuit cette coopération sulfureuse sans état d’âme. Son directeur de cabinet, Claude Guéant, reçoit le tortionnaire en chef du régime, soupçonné d’être l’organisateur du meurtre de Hariri, tout-puissant patron des renseignements militaires, Asef Chaoukat. Une relation particulière s’installe.

CLAUDE GUÉANT PORTE PLAINTE CONTRE L'EXPRESS.FR

Claude Guéant, les Syriens l'adorent. Cet ancien dircteur de la police parle leur langage, celui des moukharat (les services secrets). A Damas, c'est le visiteur du dimanche, l'interlocuteur préféré. Coincidence ? La rupture avec Al-Assad intervient juste après le départ de Guéant de l'Elysée. (c) Reuters

C’est donc tout naturellement en Syrie que, devenu président, Sarkozy veut marquer sa rupture la plus brutale avec l’ère Chirac. Depuis la mort de Hariri, le vieux président est devenu l’ennemi juré de Bachar al-Assad. Cette haine – et la politique d’isolement qui va avec –, Jacques Chirac entend la transmettre à son successeur.

En mai 2007, durant la passation de pouvoir, il organise une rencontre entre Nicolas Sarkozy et le fils de son ami assassiné, Saad Hariri. Le nouvel élu se prête à l’exercice mais, au même moment, charge Claude Guéant de reprendre langue en catimini avec le régime syrien. L’espion Chaoukat étant en disgrâce, le secrétaire général de l’Elysée recourt aux services d’un personnage tout aussi controversé, aujourd’hui mis en examen dans l’enquête sur l’attentat de Karachi, l’homme d’affaires libanais Ziad Takieddine. "C’est lui qui nous a fait passer le message que la Syrie aimerait reprendre contact avec nous", racontera-t-il plus tard à "Libération".

Nicolas Sarkozy espère tirer des gains mirobolants...

De cette volte-face, Nicolas Sarkozy espère tirer des gains mirobolants. Un soutien crucial à son projet phare Union pour la Méditerranée, un rôle dans le processus dit de paix avec Israël, un éloignement de la Syrie du parrain iranien, la reconnaissance de l’indépendance du Liban et, aussi, bien sûr, quelques gros contrats. En échange, il va accueillir Bachar à bras ouverts. Mieux, le réintroduire dans le concert des nations. Pour le Syrien, c’est inespéré.

Quand la France déroule le tapis rouge devant Kadhafi, en décembre 2007, elle reçoit un homme déjà courtisé par la Terre entière. Assad en revanche est toujours un paria. Pis. Il poursuit en secret un programme nucléaire militaire, à la différence de l’Ubu de Tripoli, qui a renoncé à la bombe. Circonstance aggravante, la France, si sourcilleuse sur ce point à l’égard de l’Iran, ferme les yeux en toute connaissance de cause.

"Dès le début, nous connaissions l’existence de la centrale atomique d’Al-Khibar, avant même qu’elle ne soit, en septembre 2007, bombardée par les Israéliens. La preuve ? Nous avons même donné des photos à l’Agence internationale à l’Energie atomique", confie un haut responsable français. "Malgré tout, ce n’était pas forcément idiot de sortir de la guéguerre de Chirac, qui ne conduisait nulle part. Mais on est allé trop vite, trop loin. On s’est fait avoir", souligne l’un des acteurs de ce rapprochement. "Nous étions très fermes, se défend-on à l’Elysée. Nous savions que la tentation permanente de Bachar, c’était d’empocher et de donner le moins possible. La règle était?: pas de résultat, pas de dialogue." [...]



(Retrouver l'intégralité de l'enquête dans "le Nouvel Observateur" du 27 octobre 2011)

Christophe Boltanski et Vincent Jauvert - Le Nouvel Observateur





Nicolas Sarkozy Embargo Premier ministre Ziad Takieddine
Monde
A coups de masse, les djihadistes de l'EI détruisent des reliques archéologiques Cette photo qui fait honte à David Cameron Le bourreau anglais de Daech identifié ? Comment Hulot a "verdi" le voyage de Hollande aux Philippines
Réactions (66)
Marco Nour
Marco Nour a posté le 26 septembre 2014 à 16h28

Il y a quantité de témoignages, mais avec du "liquide" dans une valise diplomatique, il n'est pas évident d'avoir des preuves solides...

02 14 50 millions pour Sarkozy : l'accusation de l'ancien chef de l'Etat libyen
http://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/notre-dossier-largent-libyen-de-sarkozy
"« Oui, Kadhafi a financé la campagne électorale de Nicolas Sarkozy et a continué à le financer encore après 2007 », écrit le premier chef de l’État libyen après la chute de Kadhafi, Mohamed el-Megarief, ......

01 14 Quand Kadhafi affirmait financer la campagne de Sarkozy
http://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/video-pieces-a-conviction-quand-kadhafi-affirmait-financer-la-campagne-de-sarkozy_513051.html
"tant que Libyen, si le président [Sarkozy] gagne les élections grâce à nos fonds, c'est vraiment un gain pour nous."

03 14 Un ambassadeur évoque les financements libyens de Sarkozy
http://www.mediapart.fr/journal/international/170314/un-ambassadeur-evoque-les-financements-libyens-de-sarkozy
L’ex-ambassadeur de France en Libye François Gouyette,..., a déclaré qu’un de ses contacts libyens lui avait confirmé, en 2011, « qu’il y avait eu effectivement un financement de la campagne présidentielle de M. Sarkozy ».

09 14 "Des dizaines de millions d'euros en plusieurs versements"
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/financement-libyen-de-sarkozy-des-dizaines-de-millions-d-euros-en-plusieurs-versements_1576316.html
Je réponds J'alerte
Roger Foubert
Roger Foubert a posté le 30 octobre 2011 à 11h47

La premiere question que nous devrions nous poser c'est comment se fait-il que Nicolas Sarkozy puisse se tromper aussi souvent dans ses relations! C'est avant tout le marqueur de sa politique et de son opinion personnelle et je crois que trop imbu de lui même, il ne tient pas compte des avis du Quai d'Orsay et que le tandem Gueant Sarkozy porte une tres lourde responsabilité dans nos analyses, nos engagements et notre politique étrangére,mettant en avant trop d'interets particuliers (politique africaine avec Bolloré) au détriment de l'interet de la nation. Chirac était semble t-il beaucoup plus circonspect et prudent et n'a jamais au niveau de la politique etrangére engagé notre pays aussi loin! faisant preuve de modération. Nicolas Sarkozy nous a entrainé toujours plus avant dans le bourbier Afghan pour faire plaisir à son ami Bush, notre politique extérieure est en général desastreuse particulierement au Moyen orient, en Afrique, qui se souvient de nos erreurs avec la Chine au moment des jeux olympiques. Aujourd'hui à l'exterieur l'image de la France est desastreuse.
Je réponds J'alerte
sangfroid engénéral
sangfroid engénéral a posté le 30 octobre 2011 à 16h47

Jugement sans appel et sans aucun doutes ? L'histoire retiendra quoi ? C'est bien facile d'être commentateur après coup. La prudence de Chirac ?, l’Afghanistan on y était avant l'arrivée au pouvoir de Sarko,. C'est la France qui a décidé des jeux en Chine ? L'image de la France à l'étranger est désastreuse ? comment vous l'avez mesurée ? Vos arguments, que des mots avec rien derrière
Je réponds J'alerte
diabolodenfer méphisto
diabolodenfer méphisto a posté le 31 octobre 2011 à 00h13

Il faudra voyager un peu pour vous apercevoir que tous les exemples que vous citez ne signifient rien hors de nos frontières, le nombrilisme bobo me rappelle un peu les touristes francais à l'étranger parlant fort persuadés que la terre entière est en admiration devant eux.........
Un seul exemple: allez un peu en Océanie demander aux gens ce qu'ils pensent de Chirac le "prudent circonspect"....
Quand au Moyen-Orient, je vous suggère d'aller en parler avec les lybiens......
En somme, on peu se persuader de ce qu'on veux en privé mais si on l'écris en public ca peut devenir franchement ridicule.........
Je réponds J'alerte
Marco Nour
Marco Nour a posté le 26 septembre 2014 à 16h57

"La prudence de Chirac ?"
Pas seulement, intervenir en Irak était insensé.
Grâce soit rendu à Chirac qui, lui, avait fait la guerre d'Algérie et savait de quoi il était question.

"l’Afghanistan on y était avant l'arrivée au pouvoir de Sarko"
Chirac/Jospin avait envoyé 600 hommes avec du matériel léger en solidarité avec les États-Unis après l'attentat du 11 septembre.
Mais Sarkozy porta les effectifs à près de 4.000, avec du matériel lourd, nuance...

En Libye il a trompé tout le monde (les Russes et les Chinois aussi).
L'engagement pour Benghazi pouvait être beaucoup plus limité.
Et c'est à se demander si tout cela n'était pas une façon de se défausser après avoir honteusement soutenu Ben Ali jusqu'au bout en Tunisie.
Voire même avoir poursuivi un but très personnel...

- 23 09 14 Les dégâts d'une diplomatie désinvolte
La pire politique étrangère de la Vè République
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/09/23/les-degats-d-une-diplomatie-desinvolte_4492773_3232.html
"Nicolas Sarkozy sortit Barchar Al-Assad de l'isolement dans lequel l'avait confiné l'assassinat en 2005, du premier ministre libanais Rafiq Hariri.
Il a même invité le président syrien en 2008 au défilé du 14 juillet et lui a fourni du matériel d'écoute."
Je réponds J'alerte
mr dede
mr dede a posté le 30 octobre 2011 à 10h27

Il y a deux façons d'amener les dictateurs à plus de souplesse
1 -la guerre et le peuple souffre
2- le dialogue avec tout ce que ça comporte comme relations équivoques
En Syrie le deux n'a pas marché ,il reste le 1 mais qui osera quand on sait que la Syrie a des allies puissants comme la Chine, la Russie et quelques autres et que le dictateur à l'instar de Kadafi martyrisera son peuple.
L'imposition de la démocratie vaut elle des dizaines de milliers de morts? et la chute d'un dictateur est elle une garantie de démocratie? voire la Tunisie, l'Egypte et la Lybie.
Je réponds J'alerte
diabolodenfer méphisto
diabolodenfer méphisto a posté le 30 octobre 2011 à 09h40

Julien Séjourné,
Pro-sarkozyste, je le suis peut-être sur le Nobs ou je n'étais pas du tout arrive avec cette attention, seulement voila, dès mes premières interventions dans lequel j'osais émettre quelques doute, je fut immediatement fiché parmi les sarko-UMP-FN, alors je joue le jeu, ca vous fait d'ailleurs un bien fou car si vous étiez la à vous passer de la pommade entre vous, vous n'avanceriez pas d'un pouce....déja que....
On vos rappelle les amitiés entre quelques tyrans notoires et les GVT precédents parce qu'à l'époque la presse ne leur a rien reproché, comme elle n'a pas passé son temps non plus à eplucher les comptes...
Ca remet simplement les pendules à l'heure pour ceux qui tombent dans le piège des Jauvert, Boltanski and Co qui passent leur temps à tenter de nous faire croire que certaines pratiques qui ont cours depuis des décennies sont des exclusivités sarkozystes, ce qui n'est pas du journalisme mais du degommage militant et doit donc être lu comme tel...
Et c'est surtout pour rappeler que les électeurs ne sont pas amnésiques et aussi faciles à berner...
Les même journalistes ne vont d'ailleurs pas hésiter à hurler à l'ingérence si la France à le malheur de contribuer à la neutralisation d'un de ces tyrans....lisez Jauvert sur la Lybie et comparez avec cet article et vous aurez une idée du sens de l'éthique du monsieur.............
Je réponds J'alerte
Ciao Bye
Ciao Bye a posté le 30 octobre 2011 à 09h08

Sarkozy ce dictateur de la droite ultra-libérale, cela nous le savions depuis toujours, ce type est infâme, c'est une honte faite à la République Française !
Je réponds J'alerte
sangfroid engénéral
sangfroid engénéral a posté le 30 octobre 2011 à 10h56

Le choix des mots pour décrire les maux, un dictateur élu , qui dirige un pays ou son camp est à la tête d' une seule région et ou le sénat est aux mains de son opposition est effectivement un bon exemple. Le manque de culture républicaine me semble plus honteux.
Je réponds J'alerte
papy claude
papy claude a posté le 30 octobre 2011 à 08h56

SYRIE. Sarkozy et son ami Bachar al-Assad
Pourquoi un tel titre ?pourquoi une telle hypocrisie ?
Il y a bien longtemps que plus personne n'est dupe ( sauf peut être les journalistes) la politique ne fonctionne que par intérêt réciproques. Le meilleur ami devient assez vite le pire ennemi dès qu'il ne présente plus d'intérêt.
Il en est de même dans le monde des affaires, et même quelquefois dans la vie .
Plus vous montez dans les sphères des partis politique ( toutes tendances confondues) ou des gouvernements et plus ce système est le maitre mot.
L'intérêt partisan a depuis bien logtemps mis aux oubliettes l'intérêt d'un pays.
Je réponds J'alerte
falibade escapade
falibade escapade a posté le 30 octobre 2011 à 08h51

"

7.Posté par matthieu le 26/02/2015 23:50

C e sont les sionistes qui veulent l'assassinat de Bachar et de sa famille; Bachar est le président légal et légitime de la Syrie qui fait face aidé par notamment Poutine à l'agression des USA et de la France;les crimes de guerre et contre l'humanité ne sont pas son fait.
Il ne faudrait pas prendre les Français pour des abrutis ou des ignorants.

8.Posté par Machin chose le 27/02/2015 04:01

Un dictateur laïque est il vraiment pire qu'un islamiste intégriste ?


Dictateurs, ces leaders arabes laïques gauchisant qui appartiennent tous à l'internationale socialiste, organisation vice présidée par Ségoléne Royal ? Pas possible, la gauche des lumières incarnée par notre PS ne pourrait jamais se compromettre ainsi....

9.Posté par Zarin le 27/02/2015 07:29

Trop d'information tue l'information

La société dans laquelle nous vivons se caractérise entre autre par un accès à l’information sans précédent dans l’histoire humaine. Après les livres, et les journaux sont apparus la radio, la télévision puis, dernièrement l’Internet. Tous ces outils nous mettent en contact avec une masse gigantesque d’informations et nous donnent l’illusion que nous pouvons tous savoir.

10.Posté par Antipode le 27/02/2015 08:49

MacCarthysm ! En France, être contre la guerre est très mal vu !

11.Posté par JD974 le 27/02/2015 10:15

Tout d’abord, nous avons des devoirs historiques envers le SYRIE et ceci depuis saint-Louis.

Dans la guerre civile qui oppose les alaouites au pouvoir alliés aux chrétiens de Syrie, jusque-là protégés par ces chiites assez particuliers que sont les alaouites des sunnites majoritaires parfois djihadistes : « le sang n’a pas coulé tout seul et les morts sont bien morts de leur belle mort », mais ceci est tout aussi valable de part et d’autre de ce conflit qui est interne, quoique soutenu de l’extérieur.

A ceux qui, parlant de lui, ont en tête le : « bon Docteur Mengele qui tellement fait avancer la science à Auschwitz », vous remportez le point GODWIN, bravo!

Mais, cela dit, ils ne convainquent personne. J’ai vécu six mois avec Bachar, par les hasards de la vie, et je le sais tout à fait incapable d’être sanguinaire comme ce que l’on vous décrit.

Je n’en dirais pas autant de toute sa famille. Souvenez-vous, s’il succède à son père, je me souviens de son étonnement et de son refus premier de succéder et de quitter son métier d’ophtalmologiste, parce que son frère aîné était mort dans un accident d’avion assez semblable à un attentat.

Constatons, sans plus, que la désinformation des hexagonaux à ce sujet est telle que l’ancien factotum du Quai d’Orsay, Juppé peut falsifier les faits sans vergogne et en toute impunité.

M. Juppé a eu un aplomb phénoménal quand il a déclaré en 2012 que : « l’embargo est déséquilibré puisque l’on sait que le régime syrien reçoit des armes, y compris, vraisemblablement, de la Russie, alors que l’armée de libération nationale n’en reçoit pas. Il faut corriger ce déséquilibre. Il faut qu’aux Nations unies, là aussi, on pose clairement la question de l’embargo sur les armes », alors que nul n’ignore, n’est-ce pas de notoriété publique sur place, que les armes affluent vers les poches de “résistance” de son opposition, depuis la Jordanie, le Liban et la Turquie, financées ou fournies par l’Arabie Saoudite et le Qatar.

On aura compris que M. Juppé, obéissant à l’on ne sait quelle consigne souterraine, veut, en fait, priver Damas du soutien matériel de la Russie qui, elle, on la comprend, ne veut pas des troupes de l’OTAN trop près de ses frontières.

Juppé ajoute, sans penser au moindre reproche de falsification, que : « Bachar el Assad ne restera pas au pouvoir. C’est désormais impossible. C’est un criminel, il sera d’ailleurs, je le souhaite, poursuivi devant la Cour pénale internationale. Nous sommes en train de rassembler des éléments en ce sens ».

M. Juppé joue là sur du velours ; il peut chanter impunément le grand air de la calomnie. Pourtant il n’ignore pas que toute fonction présidentielle, fût-elle celle d’un pays étranger, est, en France, protégée par la loi. Il a payé de sa personne, lui, à la place de J. Chirac !

M. Juppé est, à ce titre, d’ailleurs, lui aussi un “délinquant” auprès de la CPI auquel personne, hélas, ne demandera jamais de rendre des comptes, pas même pour un autre bain de sang, je veux parler du bain de sang libyen, avec ses 160 000 morts, dont il s’est pourtant rendu co-responsable, au bout de six mois de guerre d’agression sous couvert de protéger les tribus de la Cyrénaïque contre le pouvoir tripolitain. Sarkozy, on se demande bien pourquoi, avait invité les deux personnages : et Bachar le 14 juillet et Kadhafi avec sa tente de bédouin à l’Elysée.

12.Posté par A mon avis le 27/02/2015 13:28

@ 6 Katon Darabi : je ne sais pas si ce que vous écrivez est intéressant. Mais un conseil, si vous voulez être lu : faites court !

idem pour @ 11 JD974

13.Posté par JD974 le 27/02/2015 15:56

Ce n'est pas facile de faire court et vrai.

Short is wrong, disent les journalistes et voilà ce qui dérange.

14.Posté par môvélang le 27/02/2015 23:33

ils ont raison de condamner cette visite, il ne faut pas que le peuple apprenne qu'on leur a menti sur El Assad, il faut qu'il continue de croire que nos bombes hyper sélectives ne tuent que des islamistes, et puis, c'est grâce aux guerres que nos rafales seront bientôt vendu hors de france, et les contrats d'armements, çà nous rapportent beaucoup de milliards de zeuros à nos gros capitalistes

15.Posté par matthieu le 28/02/2015 00:27

Quand Valls qualifie Bachar de boucher,c'est un mensonge;les bouchers sont à rechercher chez les dirigeants américains et français qui sont les agresseurs de la Syrie,c'est ça la vérité et rien d'autre!

16.Posté par A mon avis le 28/02/2015 22:01

@ 13 : parce que vous vous prenez pour un journaliste ?

17.Posté par A mon avis le 28/02/2015 22:02

@ 15 : vous avez des sources d'informations assez spéciales !
Il faudrait sans doute en trouver de moins farfelues !

18.Posté par matthieu le 01/03/2015 00:04

Comme Sarkozy qui a envoyé l'aviation française détruire Syrte causant la mort de centaines de femmes et d'enfants,encore un boucher les mains pleines du sang des innocents.
Comment ces gens-là peuvent-ils se regarder encore dans une glace!
Traîtres à la patrie,inféodés au sionisme et aux USA,que la France soit une colonie qui sera encore plus dépendante avec le traité transatlantique ne leur fait ni chaud ni froid;ce qui les intéresse,ce sont leurs histoires d'alcôve et cette nomenklatura mondialiste dans laquelle ils évoluent,ayant renié leur peuple,leur langue!Quant on sait que les études supérieures sont peu à peu menés obligatoirement en anglais alors que le français est une langue internationale,quelle trahison!
La France subit une occupation avec une monnaie d'occupation l'euro qui est bien plus grave que l'occupation militaire allemande en 40;c'est notre âme française,réunionnaise qu'ils veulent détruire.
Tout cela se soldera au final par un mouvement de libération nationale contre ces occupants,regardez notre premier ministre Valls,sans pudeur ,qui crie son amour pour Sion,quelle honte pour notre République!Quelle honte pour tous nos dirigeants de répondre chaque année à la convocation du crif,quelle soumission ,du jamais vu,vive la Russie,vive la Chine!

19.Posté par Katon Darabi le 01/03/2015 00:39

@12
Parfois il faut faire long mais en ce cas d'espèce, il y a eu un loupé lors du copié-collé.

20.Posté par Antipode le 01/03/2015 09:08

Matthieu, parce que nous laissons le pouvoir à ceux qui le veulent ; ils sont des psychopathes reconnus (par étude scientifique et le bon sens vous m'accorderez) comme plus déviants que ceux que l'on trouve en prison, tels les serials-killers !
http://www.slideshare.net/UnitB166ER/the-corporate-psychopaths-theory-of-the-global-financial-crisis-by-clive-r-boddy

21.Posté par Antipode le 01/03/2015 09:10

Pour ceux qui veulent le résumé de l'étude en français c'est ici Des psychopathes au pouvoir ?! par Gérard Foucher http://www.youtube.com/watch?v=ZyqVwrmugKI
Prendre connaissance de ses mini-shows est un devoir-civique !

22.Posté par JD974 le 02/03/2015 08:51

Pour Rachida Dati, "il faut réfléchir" à rétablir le contact avec Assad

Le Point - Publié le 01/03/2015

L'ex-garde des Sceaux juge qu'"il faut réfléchir" à un rétablissement des contacts avec le président syrien, vu l'impasse dans laquelle est son pays.

L'ex-ministre Rachida Dati (UMP) estime qu'"il faut réfléchir" à un rétablissement des contacts avec le président syrien Bachar el-Assad, vu l'impasse dans laquelle se trouve la Syrie, ravagée par une guerre civile sanglante.

Dans Le Parisien-Dimanche, l'eurodéputée juge que la visite très contestée de quatre parlementaires français à Damas "aura eu au moins le mérite de poser cette question sensible" d'un dialogue renoué avec Assad, "sans accepter une quelconque complaisance vis-à-vis de lui".

"Le résultat est là", poursuit celle qui fut garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy. "Quatre ans après le début du conflit, Daesh [le groupe État islamique] s'est installé et progresse de jour en jour."

N'a t-elle pas raison ?

Pour ma part, je rappelle que j’ai vécu six mois avec Bachar, par les hasards de la vie, et je le sais tout à fait incapable d’être sanguinaire comme ce que l’on vous décrit.

Je n’en dirais pas autant de toute sa famille. Ils sont fort différents de lui.

ouvenez-vous, s’il succède à son père, je me souviens de son étonnement et de son refus premier de succéder et de quitter son métier d’ophtalmologiste, parce que son frère aîné était mort dans un accident d’avion assez semblable à un attentat.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes