MENU ZINFOS
Société

Des parents racontent la situation intenable lorsqu'un enfant est accompagné d'une AESH à temps partiel


Une famille dont l’enfant est atteint de trisomie vit sa scolarisation comme un véritable cauchemar. L’accompagnante des élèves en situation de handicap (AESH) qui suit leur enfant ne couvre pas l’ensemble des horaires de l'école et c’est leur propre vie qui s’en trouve bouleversée.

Par NP - Publié le Lundi 26 Octobre 2020 à 15:06 | Lu 21438 fois

Photo d'illustration
Photo d'illustration
"L’AESH travaille 21h alors qu’il y a 24h d’école par semaine. À 15h15, elle finit sa journée et laisse mon fils en classe. Je dois venir récupérer mon enfant, car l’institutrice n’a pas d’ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles)" indique Jean-Luc*, père d’un enfant de 5 ans atteint de trisomie et scolarisé dans un établissement de Sainte-Marie. 

Après avoir tenté l’expérience de laisser son enfant en classe sans cet accompagnement, le résultat est catastrophique. "Une fois, nous avons récupéré notre enfant plein de caca", affirme-t-il avant d’ajouter qu’ensuite "il fallait veiller le téléphone constamment pour savoir si nous devions aller changer notre fils". Conclusion, il a décidé de récupérer son marmaille tous les jours à l’heure de départ de l’AESH qui ne bénéficie que d'un temps partiel.

Car en plus de ces heures d’accompagnement qui ne couvrent déjà pas l’ensemble des cours, il y a les heures de la pause méridienne à prendre en compte. "Nous ne mettons plus notre enfant à la cantine, car il n’est pas en sécurité. On a fait l’essai avant les vacances et il s’est blessé deux fois", s’emporte-t-il. 

En novembre de l’année dernière, la famille a monté un dossier pour une inclusion totale. Depuis, ils n’ont plus aucune nouvelle du rectorat. Ils ont donc tenté de solliciter les députés, la mairie de Sainte-Marie, le CCAS et les services scolaires, mais toutes ces tentatives sont restées lettre morte pour le moment. "L’égalité, je ne la vois pas", enrage le père de famille.

Contacté il y a un peu moins de deux semaines, le Rectorat n’a toujours pas donné suite à nos demandes. Nous aurions aimé comprendre, en relais de ces parents désarmés, pourquoi l'accompagnatrice qui suit leur enfant en classe ne peut bénéficier d'un contrat de 24 heures par semaine au lieu des 21 heures actuelles.

*Prénom d'emprunt




1.Posté par Alain le 26/10/2020 14:43

Effectivement c est incroyable de prendre connaissance de cette absurdite

pourquoi cette personne ou ces personnes font si peu d'heures,,

on marche sur la tete

2.Posté par Aster le 26/10/2020 14:46

L'attribution des heures d'AESH dépend de la MDPH, pas du Rectorat ! Vous pourrez toujours attendre leur réponse!

3.Posté par Aster le 26/10/2020 14:57

Erreur : demande à effectuer auprès de la MDPH mais décision prise par la CDAPH.

4.Posté par Pognon le 26/10/2020 15:09

Eh oui ici lheure c'est lheure!on arrive on boit le café on discute et apres lheure de mangé et après quoiqu'il en coûte la pause syndicale.....deja pour bosser c'est déjà extraordinaire alors pour ce qui de donner un de son temps c'est mort.....

5.Posté par nouveau dispositif pour "mieux" accompagner les élèves porteurs de handicap le 26/10/2020 15:25

La réponse à la question posée par l'article est simple. Et lorsque les professeurs et les parents d'élèves handicapés ont protesté, leurs voix ont comme d'habitude été ignorées.
Le dispositif PIAL prévoit que "pour mieux accompagner les élèves handicapés, les moyens soient mutualisés." Donc pas plus, voire moins d'accompagnateurs, qui interviennent chacun sur plusieurs élèves. En moyenne, une journée et demi par semaine par élève. (Ces parents sont chanceux avec 21h d'accompagnement !) Le reste du temps, faudra que le prof et l'élève handicapé se débrouillent au milieu de la classe de 28 gamins...

6.Posté par PATRIOT le 26/10/2020 15:48

Y'a pas à dire çà se casse la gueule de tous les côtés, ce pays n'est plus que l'ombre de lui même ........

Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon coeur d’une langueur monotone...
Je répète...
Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon coeur d’une langueur monotone...

7.Posté par C’est simple le 26/10/2020 16:29

La MDPH attribue une AESH et transmet au rectorat pour la mise en œuvre. Plusieurs mois après et suite à de multiples relances une AESH est recrutée mais à temps partiel et avec souvent plusieurs enfants à suivre dans la semaine. Ensuite la MDPH s’en lave les mains parce que pas responsable et le rectorat ne réponds plus parce que pas de moyens pour répondre à la demande. Il paraît que sur 6000 enfants porteurs de handicap sur l’ile et nécessitant une AESH le rectorat n’en a que 2000 en service. Cherchez l’erreur ! Et pour être passé par là, bon courage aux parents de cet enfant !!

8.Posté par nicolas le 26/10/2020 16:36

L'autre gros problème c'est que bien souvent, c'est le cas de ma mère qui est aesh, ils/elles ont plusieurs enfants attribué pour toujours du temps partiel, alors que chacun de ses enfants mériteraient une aesh qui peut l'aider continuellement toute la journée. Du coup les enfants en plus de finir l'école aprés l'aesh se retrouve souvent dans la journée seule parce que l'aesh doit aider un ou 2 autres enfants ...
Mais y a l'argent parait il pour embaucher a temps plein ou embauché plus d'aesh ... bravo le rectorat et bravo blanquer/macron encore du super boulot ;)

9.Posté par JOJO le 26/10/2020 17:36

Bien que comprenant votre désarroi, dites-vous que vous avez déjà de la chance d'avoir obtenu une AESH à 21h sachant que la très grande majorité des contrats stagnent à 12h et plus rarement à 18h. Sans parler des 1500 élèves sans AESH alors qu'ils en auraient grandement besoin.

Parent d'un enfant handicapé, je vous confirme que la vie s'en voit bouleversée et que le "système éducatif" n'est pas adapté pour l'inclusion scolaire puisque peu de moyens, de formations et de personnels qualifiés sont assignés à cet effet.

Lesdits personnels sont les premiers à déplorer cette situation dans laquelle ils sont bien impuissants, même si il persiste quelques rares cas de malotrus pour qui la différence bouscule de trop leurs habitudes ou met en lumière leur insuffisance, voire leur incompétence.

Sinon, dans leur grande majorité, le personnel éducatif et accompagnant est bienveillant et fait au mieux avec peu, voire très peu.

N'attendez pas que les portes s'ouvrent ou que la magie opère, les portes se poussent plus ou moins avec force et les décisions administratives sont arrachées avec persévérance et volonté.

Bon courage, ne baissez pas les bras car le combat est quotidien !

10.Posté par Melusine le 26/10/2020 18:45

Bonjour,
Si vous voulez dénoncer la mise en place des PIAL qui menace la qualité d'accompagnement des enfants en situation de handicap et les conditions de travail des AESH, je vous invite à signer cette pétition :

Merci pour votre soutien :)

http://chng.it/PzBYmBkfp2

11.Posté par Ma sonnerie le 26/10/2020 19:06

La honte complète pour l'Etat et la mairie.

12.Posté par Devieuxsouvenirs le 26/10/2020 19:19

Je confirme les propos de Jojo.
Et que la différence peut ´déranger’ certains,voire susciter de l’agressivité chez d’autres,à gérer immédiatement.
Mais il y a aussi,parfois, des situations plus heureuses avec une forme de solidarité entre tous.

13.Posté par Manuella le 26/10/2020 20:18

C'est effectivement un problème l'insuffisance d'heures de prise en charge d'un enfant spécialisé en milieu scolaire et surtout un manque cruel d'AESH. Etant moi-même AESH, j'ai postulé auprès du rectorat afin de proposer mes services car je suis actuellement à la recherche d'un emploi, mais je n'ai eu aucune réponse. Et pourtant je connais des parents qui ont des enfants atteints de handicap qui ont déjà fait une demande d'AESH pour leur enfant mais sans succès.
Ça devient de plus en plus compliqué cette situation. Ces enfants en ont vraiment besoin.

14.Posté par Annie le 26/10/2020 21:32

Pour répondre au poste 4.
Je suis moi même aesh.
Je l'ai vécu cette situation.
Arriver, prendre un café, discuter, essayer de tuer le temps comme je pouvais, en donnant un coup de main par-ci par-là...
Pourquoi???, parce que l'élève venait moins d'heure que prévu, donc pas de possibilité d'avoir un autre élève pour travailler correctement. Et pourtant combien d'élèves auraient besoins d'être accompagné, combien????
La critique c'est facile, mais sachez que c'était en traînant des pieds que j'allais travailler, se lever le matin en me disant que je vais passer encore une journée à ne rien faire mis à part deux ou trois heures avec l'élève, n'a rien de motivant. Je me sentais complètement inutile. J'en suis tombée malade.
Quand j'ai commencé à travailler en tant qu'aesh (a.v.i.s) il y 10 ans de cela, j'étais fière de mon investissement, de ma patience, pérceverence, ma contribution auprès des enfants porteur d'handicap. Je les apportai beaucoup comme eux me le rendaient autant.
Les choses ont changés depuis, on a été complétement à l'abandon pour une période, d'où la pause café !! Mais là avec le pial c'est complètement autre choses, et surtout pas une bonne chose pour les enfants qui ont vraiment besoin d'une seule personne pour les accompagner. Le système est injuste, nous en tant qu'adulte on essaie de gérer mais le plus difficile c'est pour les enfants et les parents. Courage!

15.Posté par Cocok le 26/10/2020 23:32

En réponse au post 4: donc selon vous, cette aesh devrait offrir 3h/semaine, soit 12h par mois sans être rémunérer. Faites vous ce cadeau à votre employeur ? Votre commentaire est scandaleux. Le commentaire de celui qui fait ses courses le dimanches ou vient chez le coiffeur le samedi juste avant la fermeture

16.Posté par Laure le 27/10/2020 11:49

Les AESH font du mieux qu'elles peuvent dans leur accompagnement. Elles ont malheureusement des heures imposées et il arrive que l'enfant se retrouve seul dans la classe avec l'enseignant mais aussi le reste de la classe à gérer... Il ne faut pas oublier qu'il s'agit aussi d'une situation difficile à vivre pour l'enfant qui n'a plus sa personne "repère" avec lui. C'est triste mais beaucoup d'enfants sont dans ce cas malheureusement et malgré les remontées nous n'avons rien de fait en retour pour améliorer cette situation.

17.Posté par Bounedjoum le 27/10/2020 13:44

Bonjour,

C’etait tres intéressant de lire l’ensemble des commentaires.
Mais savez-vous quel est le salaire d’une AESH ?? Savez-vous que les AESH sont obligés de faire des métiers à cote’ tels que l’animation et ne pas avoir de pause de la journée pour pouvoir avoir un salaire correct.

Avant de dire c’est la faute de l’autre mettez vous à sa place . Aucun parent ne se mobilise avec les AESH .
Pour finir ce n’est pas l’AESH qui décide de ses horaires, elle ne fait qu’appliquel son contrat et l’attribution des horaires se base sur la notification de la MDPH.

18.Posté par Rabas le 27/10/2020 18:40

On peut toujours se plaindre, critiquer et crier "au scandale" ,mais avant la loi de 2005 sur le handicap... il n'y avait tout simplement aucun dispositif pour accueillir à l'école les enfants handicapés. Ils restaient dans leur famille ou étaient dirigés dans des instituts spécialisés." C'était bien mieux avant" ?

19.Posté par lydia loiseleur le 27/10/2020 20:55

Je suis moi même AESH depuis 3 ans et je n'ai jamais dans une situation aussi ubuesque que cette année. J'ai reçu mon affectation le 24 juillet, jusqu'à là tout allait. Cependant, le vendredi avant la rentrée je n'avais toujours pas reçu le mail de mon chef d'établissement (qui n'a pas changé depuis 3 ans). Lorsqu'à18h, je reçois un message d'une de mes collègues qui me demande si j'ai reçu le fameux mail de convocation pour la pré-rentrée. là, je m'inquiète et appelle dans l'urgence mon établissement payeur pour savoir ce qu'il en était. Par chance je réussi à avoir encore quelqu'un, qui me dit de me présenter le lundi de pré-rentrée à l'établissement de mon affectation. Ce que je fis et à la grande surprise de mon chef d'établissement qui me dit n'avoir reçu aucune notification me concernant. Toute la journée, j'essaie de joindre l'école inclusive pour savoir le fin mot de l'histoire. A part me faire envoyer bouler par la standardiste exécrée et au final n'avoir eu personne d'autre, j'ai décidé d'appeler mon référent. Celui-ci me demande si je suis au courant que l'on m'a changé d'affectation. Bien sûre que non. J'ai attendu jusqu'au jeudi pour recevoir un SMS de sa part me disant que quelqu'un de la ESI devait me contacter. A ce jour, toujours rien.
Je continue donc à me présenter dans mon établissement et clou du clou, je m'occupe d'enfants qui sont notifiés et qui n'ont à ce jour toujours pas d'AESH.
Alors, je ne comprends pas pourquoi, on dit qu'on manque d'AESH et quand est-ce que l'on va arrêter de prendre les AESH pour des pantins pour un salaire de misère ?
J'aime énormément mon métier mais le manque de moyen et de reconnaissance (tant financier que par l'intégration des professeurs dans l'équipe pédagogique) dont souffrent les certains(es) AESH, je me demande combien de temps nous allons tenir.
Il faut que les parents se mobilisent, pour crier haut et fort qu'il faut plus de moyen pour leurs enfants, pour une meilleure intégration et suivi pédagogique avec des aménagements en cohérence avec leur handicap...

20.Posté par Duclut le 27/10/2020 23:15

Je suis moi même Aesh ayant eu un contrat de février 2016 et qui s'est terminé le 31 août 2019. Je suis titulaire de 3 diplômes me permettant de travailler auprès de ces enfants en situation de handicap, le DEAVS, DEAMP, DEAES. Et à l'heure actuelle malgré ma demande d'un poste d'AESH auprès de L'IEN de Marseille, je n'ai reçu aucune réponse et je suis au chômage. Et pourtant beaucoup d'enfants sont sans accompagnant et se voyent refuser une place à l'école, c'est inadmissible !!! Et après l'état parle d'inclusion, ce n'est que des mensonges !!!
Parents ! ils faut absolument vous "révolter contre le Pial" qui n'apportera rien de bon à vos enfants !! Et demander que l'éducation Nationale embauche davantage d'AESH pour permettre à vos enfants de profiter des mêmes avantages que les autres enfants !! Bon courage pour la suite de ce que nous réserve notre cher ministre de l'éducation nationale. 😡😢

21.Posté par Mangue Piment le 28/10/2020 10:55

@ 18.Posté par Rabas le 27/10/2020 18:40

C'est certain. D'ailleurs, au Moyen-Âge, on les brulait. Je n'ose savoir ce qui devait se passer dans les grottes de Sapiens.

Saviez-vous qu'il y a encore quelques décennies, vous n'auriez pas pu vous plaindre des plaintes sur un groupe de discussion virtuel.

Et franchement si les protestataires sociaux avaient su comment travaillaient les ouvriers sous les règne des Pharaons, ils n'auraient jamais osé se plaindre de leurs conditions actuelles.

C'est quoi le but de votre commentaire, concrètement ?

Parce que le raisonnement par l'absurde, c'est vu et revu.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes