MENU ZINFOS
Société

Des députées de La Réunion alertent le gouvernement sur la situation des étudiants


En raison de la triste actualité sur de nombreuses tentatives de suicide chez les étudiants, Karine Lebon et Nadia Ramassamy ont interpellé le gouvernement à ce sujet.

Par - Publié le Jeudi 14 Janvier 2021 à 18:07

La question de Karine Lebon à la ministre de l’Enseignement supérieur :


La tentative de suicide d’un étudiant ce samedi à Lyon vient rappeler de façon dramatique la détresse et la souffrance de la jeunesse. Les étudiants sont en effet les grands oubliés de la crise sanitaire alors qu’ils doivent étudier dans une solitude inouïe, encore plus lorsqu’ils viennent des outre-mer, avec les cours à distance, qu’ils doivent vivre dans une précarité grandissante avec la disparition des « jobs étudiants » et que leur avenir devient un horizon d’inquiétudes.

Plus de 50 % des jeunes sont inquiets sur leur santé mentale et selon une étude de la FAGE menée avec IPSOS, 23 % des étudiants ont eu des pensées suicidaires. Ces chiffres sont encore plus inquiétants quand on les rapproche des conclusions, votées à l’unanimité, de la commission d’enquête parlementaire sur les conséquences du covid sur la jeunesse, laquelle montre que la santé mentale des étudiants est totalement délaissée depuis plusieurs années.

Oui, cette crise sanitaire exacerbe les difficultés structurelles de l’université et de la condition étudiante en même temps qu’elle souligne les inégalités de l’enseignement supérieur en France. En ces temps de partiels, les exemples se multiplient où les épreuves virent au chaos.

Le gouvernement doit entendre et répondre aux inquiétudes et à la colère des étudiants qui souhaitent suivre leur cursus dans des conditions moins pénalisantes et avec plus de visibilité. Ils veulent que cesse la baisse continue des taux d’encadrement. Ils vous demandent de freiner l’explosion de la pauvreté estudiantine en garantissant leur autonomie financière et a minima en versant les bourses sur 12 mois. Ils aspirent simplement que le repas à 1 euro leur soit servi deux fois par jour au lieu d’une aujourd’hui.

Madame la Ministre, le malaise est général et le mal-être est profond dans les universités qui attendent un discours politique fort et des mesures ambitieuses. Entendez-vous cet appel ? Répondrez-vous enfin aux alertes constantes que lancent les organisations de jeunesse depuis des mois ?


La question de Nadia Ramassamy au Premier ministre:

Monsieur le Premier ministre,

Je souhaite attirer votre attention sur la dégradation rapide de la situation des étudiants depuis maintenant presque un an, conséquence de la crise sanitaire et économique que nous traversons.

Ces derniers font en effet face à de très nombreux obstacles. Les cours à distance, en plus de réduire fortement les échanges entre professeurs et étudiants, creusent les inégalités entre ces derniers.

Certains manquent de matériel informatique, d’une connexion internet, d’un espace où travailler dans le calme. Ces situations sont beaucoup plus fréquentes qu’on ne le croit, et elles accroissent les disparités entre étudiants ainsi que les difficultés pour étudier dans de bonnes conditions.

La fermeture des universités accentue aussi l’isolement dont sont victimes ces jeunes : enfermés dans leurs appartements, en cité universitaire, de nombreux étudiants témoignent de la solitude qu’ils ressentent.

D’autres subissent la crise parce qu’ils ne peuvent plus travailler pour subvenir à leurs besoins : sans revenus, parfois sans pouvoir toucher de bourses, ils se retrouvent dans des situations de précarité extrêmes.

Le bilan qui est tiré des témoignages des étudiants est accablant et indigne des valeurs de la République Française. Les étudiants comme les professeurs le martèlent depuis maintenant plusieurs mois.

Aussi, il est urgent de permettre la réouverture des universités et la reprise des cours en présentiel, au minimum à 50%, en alternant une semaine de cours en présentiel et une semaine de cours à distance.

De même, les bibliothèques universitaires doivent rouvrir partout en France, dans le respect des règles sanitaires, afin de permettre leur de pouvoir étudier dans des conditions décentes.

Il convient de plus d’accroître les moyens dont disposent les universités en matière de soutien psychologique auprès des étudiants, afin de les informer et de les soutenir au mieux.

Enfin, au regard de la situation très précaire de certains étudiants, un soutien financier d’urgence doit être mis en place pour ceux qui en ont le plus besoin.

Ainsi, Monsieur le Premier ministre, je vous demande de bien vouloir considérer avec la plus grande attention les différentes propositions ci-dessus. L’avenir de nos jeunes en dépend, et la reprise rapide des cours en présentiel est primordiale, tant au niveau académique qu’au niveau psychologique, pour une immense majorité des étudiants Français.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez recevoir, Monsieur le Premier ministre, l’assurance de ma très haute considération.
 


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Kayam ✍️ le 14/01/2021 21:39

Je répète mon post ici
----
Je vous interpelle ici, Madame la Députée car ailleurs je n'ai pas de réponse de votre part. Peut-être que si vous passez par là, vous me lirez -?-
Pourtant, toutes les deux, nous sommes à quelques pages. Vous pour une histoire vraie et moi pour une imaginaire !

C'est bien de penser à nos enfants étudiants ! En tant que parents, nous nous décarcassons pour leur offrir opportunités, donner des motivations et les encourager dans leurs démarches afin qu'ils deviennent des femmes et des hommes qui porteront avec ambition leurs savoirs et projetteront leurs compétences vers un bel avenir professionnel ; pour également contribuer à être des citoyens payeurs d'impôts pour le développement de la France et/ou de leur île qui leur sont une part entière, franche et affective à leur cœur.

Nous parents du 974, pour satisfaire les besoins de savoirs de nos enfants, sommes confrontés à des difficultés financières parfois et qui sont accentuées par les demandes d'aide qu'ils nous réclament . Nous privilégions l'enfant qui est de l'autre côté pour oublier quelque peu ceux qui peuvent dormir dans le logement familial, lesquels peuvent ne pas trop s'inquiéter de ne pas avoir un loyer à payer ou encore à se soucier de savoir s'il y aura suffisamment de courses car ils sont encore et toujours chez Maman, Papa.
L'étudiant-te n'a pas les mêmes soucis mais leurs inquiétudes sont plus importantes : retard du loyer, l'argent suffisant pour finir le mois et en même temps s'acheter à manger.

Les difficultés pour avoir la bourse à date prévue peuvent chambouler leurs concentrations pour se focaliser sur leurs études avec toujours des questions et du comment je vais faire et même la gêne d'appeler les parents pour avoir une aide financière - je parle en connaissance de cause !

Madame Lebon :

Appuyez plus que ça vos demandes pour que nos enfants n'aient plus à se tordre les nœuds quant à savoir s'ils pourront continuer à étudier dans un état serein et pour qu'ils puissent réussir en reléguant au second plan ces problèmes financiers.

Demandez à ce que le dispositif Continuité Territoriale Métropole-Réunion leur soit remise. Ces enfants-là, nos enfants du 974, mon enfant a besoin de cette aide pour quand il voudra revenir bat'in karé dans le ventre de La Réunion. Un voyage est une source de bien-être, c'est aussi se ressourcer auprès de sa famille, ses amis et son environnement qu'il aime profondément.

Nous nous sommes privés de cadeaux, de bon mets à notre table pour offrir à un fils, à un frère le 21 décembre 2020 la possibilité de déménager, de louer une voiture, de payer le péage, de payer la première mensualité plus une caution d'un nouveau logement à des centaines de kilomètres du lieu où il habitait depuis son arrivée en Métropole pour près de 2000 euros.

Nous avons tous ensemble, serré les ceintures et là je parle pour "le fruit de mes entrailles". Dix jours déjà qu'il a fait son immersion dans plus grand organisme public Français de recherche scientifique.
Combien de familles, de parents Réunionnais se sacrifient de la sorte ?

Nous voudrions qu'une meilleure considération soit apportée à leur égard, à ces enfants qui ont l'ambition de viser haut.
Ne pas nous entraîner dans la page cagnotte leetchi pour aider nos enfants mais faire un maximum auprès des membres du gouvernement qui vous sont proches aujourd'hui pour nous donner, en tant que parents, des réelles envies d'y croire serait de ne pas avoir des espoirs vides.

Tendez-leur une main plus secourable, ils le méritent. Des Réunionnais qui travaillent pour mettre en l'air leurs savoirs, ces enfants qui feront rayonner leur île et/ou qui laisseront peut-être leur identité dans des revues de recherche du laboratoire de la génétique moléculaire... ne méritent-ils pas une mention complémentaire, une bourse spéciale pour leurs parcours ?

Certains parents se taisent de peur d'avoir le sentiment de quémander. Je dépasse ces lignes. Je n'ai pas honte.
Je suis parent, je suis mère et s'il y a la possibilité de m'entendre à travers mes cris et mes écrits pour mon enfant, je n'hésite pas. C'est la raison pour laquelle, j'espère, Madame La Députée, que vous serez présente ici à lire ces quelques lignes. Ou à défaut, que ce message vous parvienne par quelque moyen que-ce-soit.

Je vous remercie de votre attention.

2.Posté par furax666 le 15/01/2021 08:46

yo XD je suis dans le même cas... mais je n ai pas autant de mots à ma disposition pour l' exprimer.

3.Posté par Le Jacobin le 15/01/2021 09:12

S vous croisez Dame NB Dispurée sur la 3 ème Circos....dites lui de dire quelques chose pour son existence.

Il en va de même pour le Père Poudroux Jean-Luc Disputé aussi sur la 7 ème Circos...muet depuis son élection.

A croire que ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes