MENU ZINFOS
Faits-divers

Des auteurs de violences sur femmes enceintes devant la justice


Etre enceinte n’est certes pas une maladie mais confère à la femme en état de grossesse un statut particulier et une circonstance aggravante en cas de délit. Une disposition qui a été rappelée à plusieurs prévenus ce mardi par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre.

Par - Publié le Mardi 31 Août 2021 à 17:32

Ludovic s’en est pris à sa compagne alors qu’elle portait leur enfant. A ce moment-là, la situation est tendue dans le couple. La veille des faits, le 20 juin dernier, les futurs parents se sont disputés chez des amis. Madame décide donc d’aller chez sa mère le lendemain matin.

A son retour, les insultes fusent, à peine est-elle sortie de la voiture. Ludovic, ivre, veut absolument récupérer sa voiture alors qu’il ne peut conduire. Prise de peur, la victime s’enferme dans le véhicule. Cela n’arrête pas l’énervé qui va jusqu’à briser la vitre. A leur arrivée, les gendarmes constatent que le jeune papa présente un taux de 1,06mg d’alcool par litre d’air expiré et des traces rougeâtres sur le bras de la jeune maman. 

"Sur le coup j’ai mal agi. C'était un peu exagéré", a-t-il convenu à la barre du tribunal qui lui a rappelé les conséquences sur le développement de l'enfant. 

"La grossesse est juridiquement reconnue comme un état de vulnérabilité", a rappelé la substitute du procureur Coralie Sutra, qui a requis 4 mois de sursis simple et un stage de sensibilisation aux violences conjugales à réaliser dans les 6 mois. Pour sa défense, Me Bruno Raffi a reconnu les faits.  Son client a finalement écopé de 4 mois de sursis et est condamné à suivre à ses frais un stage de sensibilisation dans les 6 mois sous peine de s’alléger de 400 euros d’amende.

 Jean est lui accusé d’avoir violenté son ex-conjointe, mère de ses deux enfants, alors qu’il ramenait leur petit garçon suite à un droit de visite.  Ce 8 juin dernier, sur le parking, l’échange entre les deux parents a tourné au vinaigre, la mère reprochant au père ses mauvaises fréquentations. Trois jours d’ITT ont été délivrés à la victime enceinte de 8 mois de son nouveau compagnon. 

En retour, 6 mois de sursis probatoire durant 2 ans, l’obligation de travailler, de réaliser des soins et d’effectuer un stage de sensibilisation aux violences sexistes ont été demandés par le parquet. 

"Dans ce dossier, il y a une instrumentalisation de la justice pour empêcher mon client de voir ses enfants", a plaidé Me Georges André Hoareau. "La grossesse n’est pas une maladie et il ne faut pas trop en jouer", s’est épanchée la robe noire, prenant pour exemple Rachida Dati "qui a travaillé jusqu’à trois jours avant son accouchement et cinq après". Revenant au dossier, il a plaidé la relaxe, doutant de l’origine des bleus photographiés sur les bras de la victime et rappelant qu’elle avait craché au visage de son client. Le délibéré est attendu pour le 21 septembre prochain.


En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par cmoin le 01/09/2021 09:44

Du sursis et encore du sursis...
Justice complice!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes