Communiqué

Des Bahamas aux Outre-mer : Nadia Ramassamy demande la création d'un véritable Plan de prévention des risques

Mercredi 11 Septembre 2019 - 15:41

Paris, le 10 septembre 2019,

Monsieur le Premier ministre,

Après avoir réalisé peu de dégâts lors de son passage dans les Antilles (Martinique, Guadeloupe, Sainte-Lucie, Barbade), l’ouragan Dorian a causé aux Bahamas la mort de plus de quarante personnes, provoqué des dégâts matériels considérables et plus de 76 000 personnes sont actuellement dans le besoin d’une aide alimentaire selon l’Organisation des nations unies (ONU). Un détachement du génie l’armée française s’est d’ailleurs déployé aux Bahamas pour porter secours et assistance aux populations.

Avant même, la fin de son passage sur les Bahamas pour se diriger aux États-Unis et au Canada, il est d’ores et déjà enregistré comme le deuxième plus fort ouragan de l'histoire cyclonique de l'Atlantique nord.

Si, aujourd’hui l’ouragan Dorian n’a pas fait de victimes mais a provoqué quelques dégâts en Martinique, il y a près de deux ans, l’ouragan baptisé Irma dévastait les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Le passage de cet ouragan a causé onze morts dans les Antilles françaises et des milliards d'euros de dégâts. Il a provoqué plus de 25 000 sinistres pour un coût total de 2 milliards d'euros. Ce fut la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire dans les Outre-mer.

Cyclones, ouragans, tsunamis, séismes, inondations, pluies diluviennes, crues torrentielles, coulées de lave volcanique, submersions…Les territoires ultramarins doivent vivre face à de multiples risques tout en cumulant certaines vulnérabilités, comme l’insularité pour la plupart, la multi-insularité pour d’autres, l’exiguïté de leurs territoires, l’éloignement vis-à-vis de l’hexagone, la forte densité démographique, la concentration des populations sur les littoraux et la persistance d’un habitat précaire voire informel.

La France doit se préparer au dérèglement du climat causé par le réchauffement de la planète, en adoptant d’abord modes de transports, de consommation et de production plus écologiques et ensuite une résilience aux risques.

Or, deux ans après l’ouragan Irma, le retour d’expérience par l’État dans les territoires ultramarins demeure partiel et l’action des services de l’État contradictoire. Comment préparer ces territoires aux risques quand les Plans de prévention des risques, pourtant obligatoires, ne sont pas effectifs ou restent incomplets dans l’ensemble des Outre-mer. Comment préparer ces territoires quand le fonds de prévention des risques naturels majeurs, dit « fonds Barnier » est sous-utilisé par les collectivités territoriales ultramarines.

De même, l’action des Forces armées s’est révélée salutaire dans les dernières catastrophes naturelles auxquelles ces territoires ont dû faire face. Or, les dernières réformes portant sur les effectifs et la répartition ont réduit la présence des Armées.

Enfin, je constate que les populations de ces territoires ne sont pas assez sensibilisées sur les risques naturels. Pourquoi, ne pas instituer des simulations, des cours et des campagnes d’information dans les établissements scolaires et au sein des entreprises.

Ainsi, Monsieur le Premier ministre, je vous serais très reconnaissante de bien vouloir étudier avec la plus grande attention mon courrier.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, à l’assurance de ma très haute considération.
Nadia RAMASSAMY Présidente de l'Intergroupe parlementaire des Outre-mer Députée de La Réunion
Lu 521 fois



1.Posté par jamel le 11/09/2019 16:19

bonjour,

des typhons, des ouragans, des cyclones : les dom-tom sont impactés tous les ans

le souci est que la reconstruction ne fait pas de bâtiments "rond" pouvant résister aux vents, d'un étage car la mer monte de 2 à 3 mètres avec le vent, en béton armé, ferraillé : les bâtiments restent carrés, avec des toits débordants sur 1 mètre ou + comme la tradition le souhaite pour que tout soit arrché au prochain coup de vent

2.Posté par Mangata le 12/09/2019 05:57

C'est sûr que tant que vous aurez des cases en bambou et en taule ce qui fait l'exotisme des îles vous serez les premiers en ligne mais on ne peut pas tout avoir hein ...

3.Posté par faux ignorant le 12/09/2019 11:31

Post2
L'ignorance n'est pas une vertu, surtout quand elle s'exprime dans la presse.
On écrit "tôles" ou "en première ligne" et la pointe faussement ironique voudrait cacher en fait une jalousie parfaitement inconvenante.

Sachez cher ignorant que nos "cases" sont conçues pour résister aux vents cycloniques (250km/h).

Que deviennent les constructions "d'ailleurs" lors d'une simple tempête soufflant à 130km/h ? Je l'ai vu, elles s'écroulent. Des trois petits cochons vous semblez être le plus arrogant car vous ignorez également que, changement climatique oblige, il est plus que probable que les continents connaîtront bientôt nos conditions cycloniques. Et là, que ferez-vous ?

Faites bon usage d'Internet en vous informant davantage, ne serait-ce que pour paraître moins ridicule lorsque vous ouvrez la bouche. (Sévérité de circonstance).

De nos jours, ce qui fait l'exotisme des iles, ce sont les incultes.

Il m'a bien amusé celui-là...cool et provocateur, mais quelque chose me dit qu'il joue...n'est-ce pas ?

4.Posté par JORI le 12/09/2019 11:40

Doit on évoquer les permis de construire dans des zones inconstructibles acceptés, ou constructions illégales consenties, par les collectivités juste pour des raisons électoralistes??.

5.Posté par Briandoht le 12/09/2019 13:42

Enfin, un élu de la république qui s'intéresse aux dangers des catastrophes naturelles à la Réunion, d'autant plus qu'avec le réchauffement climatique, les cyclones seront de plus en plus intenses et les risques géologiques sont réels avec un volcan parmi les plus actif du monde . Bravo Mme la député de penser de nous prémunir par la mise en place d'un plan de prévention.

C est déjà bien de mettre en place ces dispositifs, mais avec simulation grandeur nature ,un peu comme à l'image de Paris avec les exercices sur le risque d'inondation, ce sera beaucoup mieux pour sensibiliser la population et tester les dispositifs de gestion de crise.

6.Posté par Romel le 13/09/2019 07:04

Qui se soucie des îles lointaines de tous temps il y a eu des changements climatiques étant donné que c'est cyclique donc à nouveau se reproduit ce cycle et on ne va pas pouvoir accueillir tous les réfugiés climatiques de la terre alors il faudra que vous fassiez avec .
Les îles il faut les accepter avec ses avantages et ses inconvénients...

7.Posté par JORI le 13/09/2019 10:14

5.Posté par Briandoht le 12/09/2019 13:42
Et quand a eu lieu le dernier cyclone intense ici??.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie