Société

Délinquance au Port: "C'est en voie d'amélioration mais ça reste fragile"

Jeudi 31 Août 2017 - 17:14

Ce matin s'est tenue la cellule de veille du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance du Port
Ce matin s'est tenue la cellule de veille du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance du Port
"Sur l’année 2017,  les tendances sont encourageantes, avec une baisse de la délinquance au dans tous les domaines au premier semestre".  C’est le constat que dresse le commissaire Alexis Durand à l’issue de la cellule de veille du CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) qui s'est tenue ce jeudi matin. Si les chiffres ne sont pour l'instant pas communiqués, le fonctionnaire affirme que les données rejoignent celles d'avant 2016, année particulièrement difficile pour la commune.
 
Une amélioration liée selon le procureur Eric Tuffery à "un gros travail de présence sur le terrain" et un "gros travail envers les jeunes". Travail qui doit être poursuivi, souligne-t-il aussitôt. "C’est en voie d’amélioration mais c’est toujours fragile. Il faut aller plus vite et plus fort pour que cela perdure".
 
Deux points problématiques ont particulièrement retenu l'attention des acteurs de cette cellule de veille. D’un côté, les débits de boisson, l'alcoolisation étant un facteur de délinquance, qu'il s'agisse de violences ou de délits routiers. Trois fermetures administratives et quatre avertissements ont d'ailleurs été prononcés.

Second enjeu phare : les violences faites aux policiers, en inquiétante augmentation. "On note un doublement des violences envers les policiers par rapport à la période 2011-2014. Ce sont 15% des effectifs qui sont blessés au cours de leur service, la plupart du temps dans le cadre de résistance lors d'interpellations", déplore le commissaire.

Des moyens supplémentaires

En termes de réponses, au-delà de l'accompagnement personnalisé mis en place pour les agents victimes de ces actes, six agents supplémentaires seront affectés au commissariat dès le mois de septembre. La ville devrait également pouvoir disposer d'un section de nuit. Pour ce qui est des équipements, Alexis Durand évoque "la construction d’un modulaire" ainsi que "le projet du nouveau commissariat qui fera l’objet d’un arbitrage dans les prochaines semaines". La police municipale devrait quant à elle se doter d’un quatrième élément prochainement. 
 
En parallèle, des actions sont menées afin d’influer sur la perception que les Portois ont du métier de policier, avec des nouveaux moyens de communication et la signature avec pole emploi d’une convention pour orienter les habitants vers le concours de gardien de la paix.
 
Bien que le Port soit le théâtre de faits-divers largement relayés, l’équipe municipale tient à rassurer. "Le Port est une ville où il fait bon vivre", commente Armand Mouniata, adjoint au maire en charge de la cohésion citoyenne, pour qui il ne faut pas "stigmatiser" cette ville qui a ses propres caractéristiques, notamment une population très dense. "Au plan national, la délinquance n’est pas plus élevée que la moyenne nationale", assure d'ailleurs le commissaire Alexis Durand.

MA - marine.abat@zinfos974.com
Lu 2066 fois



1.Posté par krillin le 31/08/2017 18:28 (depuis mobile)

Oh oui une ville oú il fait bon vivre hmm.. je vais démmenagé labas . NON J'RIGOLE je veux gardé mes affaires et c'est mieux pour l'education de mes enfants

2.Posté par max cilaosa le 31/08/2017 18:51

Le conseiller départemental devrait lire l arrêt d une cours administrative d appel qui confirme la competence du département sur la prise en charge de la preventiln spécialisée de rue, cela résoudrait pas mal de problèmes a la reunion

3.Posté par TICOQ le 31/08/2017 19:27

les 6 agents supplémentaires c'est quoi.... des ADS ???? AHAHAHAHA

4.Posté par Pamphlétaire le 31/08/2017 20:10

Délinquance au Port: "C'est en voie d'amélioration mais ça reste fragile"

Est-ce bien la réalité objective et non la réalité officielle? Alors pourquoi autant de policiers en arrêt de maladie sinon par le travail dû à la délinquance?

5.Posté par Volaille le 31/08/2017 20:43 (depuis mobile)

ON VA CONSTRUIRE UN NOUVEAU COMMISARIAT A LA PLACE DE L ANCIENNE GENDARMERIE VOUS RIGOLER ..SA FAIT 15 ANS Q UON NOUS RACONTE SA....NON MR LA DELINQUANCE EST PAS EN BAISSE A LA REUNION ET ENCOR MOINS AU PORT ..LES GENS NE VEULENT PAS PORTER PLAINTE

6.Posté par GIRONDIN le 31/08/2017 21:09

..... Le Port est une ville où il fait bon vivre...

C'est vrai comme Sinlui et St André !

7.Posté par Anne PAILLETTE le 31/08/2017 21:30

TICOQ Non ce sont 6 titulaires ! et pour le post 1 de Krillin juste envie de dire : Le Port est en effet une ville où il fait bon vivre, arrêtez avec vos préjugés ! La ville du Port est propre, entretenue , commerçante..... Elle connaît de la délinquance comme toute autrte ville ...Y avez vous seulement mis un de vos orteils manucurés ? et pour finir avec Mr TICOQ : et même s'il s'agissait de 6 ADS celà en fait il des "sous-flics? "

8.Posté par Dazibao le 31/08/2017 23:36

"Sur l’année 2017, les tendances sont encourageantes, avec une baisse de la délinquance au dans tous les domaines au premier semestre".
....................................

blablablablablablablabla officiel.......


@ 7
Arrêtez de véhiculer l'idée que les ADS sont des flics à part entière.......


Je cite le site du ministère de l'intérieur:


"Il est nécessaire pour tout futur ou actuel policier de tous grades de connaître les différences entre les adjoints de sécurité et les gardiens de la paix, car si sur le terrain, " en inter ", la frontière est mince, il en est tout autre en ce qui concerne le statut de ces policiers.

La différence commence dès le recrutement, un adjoint de sécurité doit déposer un dossier de candidature dans un commissariat du département (ou en CRS) où il souhaite être affecté, ensuite la sélection se fait au niveau départemental et repose sur des tests écrits, un oral devant une commission de recrutement, puis une visite médicale visant à déterminer l'aptitude du candidat au métier de policier.
controleroutier

Pour les gardiens de la paix, le recrutement se fait par voie de concours, ce qui implique une inscription au concours au niveau national (ou Ile-de-France), des épreuves écrites, orales et sportives notées et surtout un classement (la visite médicale intervient également par la suite).

Ensuite, la scolarité est également très différente, celle des adjoints de sécurité dure 3 mois dont 2 semaines de stage alors que celle des gardiens de la paix s'étale sur une année dont 2 mois et demi de stage. Durant la scolarité, les ADS sont soumis à quelques contrôles afin de déterminer leurs connaissances au fil des semaines. Il en est tout autre pour les gardiens de la paix qui ont plusieurs examens dans chaque domaine, les notes de ces examens forment la note finale qui détermine le classement de l'élève à la fin de la scolarité et donc son choix de poste (nous ne rentrerons pas dans les détails de la scolarité des gardiens de la paix ce n'est pas le sujet).

Les Adjoints de sécurité se distinguent en grande partie par leur statut. En effet, ils sont contractuels, c'est à dire qu'un ADS signe un contrat avec l'Etat par le biais de la préfecture, d'une durée de trois ans, renouvelable une fois par reconduction expresse, il n'est donc pas fonctionnaire de l'Etat. Un gardien de la paix est un fonctionnaire, le contrat qui le lie avec l'Etat ne comporte pas de durée.

N'étant pas fonctionnaire et n'ayant pas la même formation un ADS n'a donc pas exactement les mêmes droits qu'un gardien de la paix.

Deux points importants sur les missions et droits des ADS : ils ne peuvent pas saisir de procès-verbaux suite à une intervention ou un acte judiciaire (interpellation, audition, etc.) et ils n'ont pas de pouvoir décisionnel quant au déroulement d'une intervention, leur rôle est d'assister les gardiens de la paix dans les missions de police.

Un adjoint de sécurité porte la même tenue qu'un gardien de la paix, seul les chevrons sur ses épaules changent. En revanche, il y a une différence au niveau de l'équipement, les ADS n'ont pas le droit de porter et d'utiliser le bâton de défense à poignée latérale (plus communément appelé Tonfa) ni le bâton télescopique, seuls les gardiens de la paix peuvent être habilités à l'utilisation de ces équipements. L'arme administrative est la même pour tous policiers, néanmoins au contraire des gardiens de la paix, les ADS n'ont pas le droit d'avoir leur arme en dehors des heures de service, elle doit obligatoirement être rangée dans un coffre-fort du commissariat à chaque fin de service.

Il est important de savoir, pour ceux qui souhaitent devenir adjoint de sécurité, qu'il n'y a que deux types de missions auxquelles les ADS ne peuvent pas participer : les missions d'arrestations programmées et les missions de maintien de l'ordre".

9.Posté par Acab le 01/09/2017 06:57 (depuis mobile)

La haine grandit. Rassurés vous avec des chiffres. Ici on apprend aux jeunes que la police c'est de la merde. Bon courage.

10.Posté par Grangaga le 01/09/2017 13:07

Zot' nana ankorr' la plass' po fé in santr' vil' dign' de so nom..........
Bé fé a li...otourr' in vré garr'....èk' in poss' poliss' dan lo.....ron................
O lié d'fann' in magazin, in bank', in santt' médikal', in...... Britania, parr' ci, parr' là..........
Lo pli souvan dann' fénwarr' konm' po alé déssi la.......Darss'..............
Mèm' an plin zourr' on diré y fé nwarr'.......
Si marmay' y vé warr' in bato, vo mié pran in byié..... l'avyion é alé dan lo .....radd' Toulon ou o Havre............
Lé pli pré..................

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Décembre 2017 - 11:51 Un radar pédagogique à Saint-Benoît