Faits-divers

Découverte d’un corps dans l’enceinte de l’EPSMR

Jeudi 4 Janvier 2018 - 13:30

Le corps sans vie d’un patient porté disparu depuis le 26 décembre dernier a été retrouvé dimanche 31 dans l’enceinte de l’EPSMR de Saint-Paul. L’autopsie pratiquée ce jeudi a confirmé qu’il s’agissait de Mr Cassam-Chenaï, hospitalisé depuis un mois au sein de l’unité Jasmin de l’établissement public. Inquiète de sa disparition, sa fille avait lancé un appel à témoins. 

La découverte macabre a été faite par une patiente à l’arrière du parking, dans une zone périphérique végétalisée, peu fréquentée, indique la direction de l’EPSMR. 

Dans un communiqué, Eric Chartier, directeur des soins, tient à assurer que la totalité des procédures réglementaires ont été respectées et que les équipes de l’EPSMR "ont déployé tous les efforts possibles pour tenter d’éviter une telle issue".

"Le médecin légiste a informé le Procureur de la République et les équipes de l’EPSMR ont communiqué toutes les informations nécessaires à ce stade des recherches. L’Agence Régionale de Santé Océan Indien a été également informée dans les plus brefs délais", précise-t-il. 

"La direction de l’établissement fera preuve de la plus totale transparence et coopèrera au mieux dans le cadre d’éventuelles enquêtes judiciaires ou administratives", assure Eric Chartier qui témoigne également du "bouleversement" des équipes suite à "cet événement dramatique".
N.P
Lu 15395 fois



1.Posté par Marie le 04/01/2018 13:52

....je cite "La direction de l’établissement fera preuve de la plus totale transparence et coopèrera au mieux dans le cadre d’éventuelles enquêtes judiciaires ou administratives", .....ah bon ils craignent quoi pour déjà réagir ..
.sur clicanoo il était dit que "Ce n'est que le 31 décembre, cinq jours plus tard, que le corps du patient est retrouvé, par une autre patiente, au sein de l'hôpital. Le décès remonterait à plusieurs jours.

Une autopsie a été réalisée, ne révélant rien de suspect, l'homme étant décédé de causes naturelles. On ignore si le patient a pu sortir de l'enceinte de l'établissement et est revenu par la suite ou s'il y est resté, échappant aux recherches du personnel hospitalier. Par ailleurs, aucune enquête judiciaire n'a été ouverte à ce jour.

En revanche, le syndicat des Psychiatres des hôpitaux a de son côté pointé du doigt cet "événement indésirable grave", et a sollicité auprès du directeur de l'ARS "une mission d'inspection de l'ARS avec l'audit de l'ensemble de la chaîne de management impliquée", afin de faire toute la lumière sur cette affaire..... car il est quand même incroyable qu'un patient puisse entrer et sortir sans qu'il y ait contrôle.....!

2.Posté par Pierre Vergereau le 04/01/2018 14:02 (depuis mobile)

Inquiétant, on peut se demander si ce n'est pas une histoire de fou...

3.Posté par napilapo le 04/01/2018 14:06

RIP

4.Posté par condor le 04/01/2018 14:08

condoléances à la famille
c'était un type bien

5.Posté par Samwinsa le 04/01/2018 14:41 (depuis mobile)

La plus grande transparence? Nou pe en douté?
Son discours i sent la peur.

6.Posté par Requindrole le 04/01/2018 15:33

Mes plus sincères condoléances pour ce compagnon .

7.Posté par fredo974 le 04/01/2018 16:59

POST 2

Excellent ...

8.Posté par Gratel le 04/01/2018 17:24

"... la totalité des procédures réglementaires ont été respectées."

ça reste à prouver mon p'tit bonhomme... qui fait déjà dans son froc.

Mais bon admettons, mais alors c'est qui le kador qui a rédigé ces procédures règles menteurs ?

Vous imaginez un peu les failles d'une telle procédure : un patient qui se barre est retrouvé mort plusieurs jours après par hasard sans que l'établissement ne s'en rende compte ?

C'est plus une faille, c'est un gouffre ! Que dis-je ? Un grand canyon !!

9.Posté par Fredo974 le 04/01/2018 17:30

C'est fou comme histoire ..

10.Posté par Jean-Marie Rubira le 04/01/2018 17:45

J'ai très bien connu Jacques, c'était un ami. Gentil, dynamique, sympathique, ouvert aux autres, il a toujours fait partie de mouvements altruistes (en tous cas dans ces mouvements, lui il l'était, altruiste !). Je suis très triste d'apprendre son décès et je prie sa fille et les autres Cassam Chenaï de ma profonde sympathie.

11.Posté par L''''INSOUMIS le 04/01/2018 18:41

"La direction de l’établissement fera preuve de la plus totale transparence et coopèrera au mieux dans le cadre d’éventuelles enquêtes judiciaires ou administratives"

Eventuelles....???? Ben voyons, on croit rêver !


1.Posté par Marie le 04/01/2018 13:52
"Aucune enquête judiciaire n'a été ouverte à ce jour" .....?????


Mais qu'attend le procureur....?
Ou alors, une fois de plus... "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cours vous rendront Blancs ou Noirs"


(la) Fontaine avait raison et chaque jour, il nous le confirme ...

12.Posté par canard le 04/01/2018 19:05

RIP Monsieur, et condoléances à la famille et aux proches. Pour les vautours tellement bien informés de la démarche du syndicat des psychiatres et d'autres vous n'avez donc aucune décence... on vous a reconnu!
Profiteurs de la douleur des autres pour vous venger de l'institution taisez vous à jamais!

13.Posté par seb le 04/01/2018 19:19 (depuis mobile)

encore un tas de beaus parleurs quine conaissent rien a rien mais qui savent tout sur tout.


14.Posté par Jose le 04/01/2018 19:44

Triste, un bien gentil Monsieur !

15.Posté par O.M le 04/01/2018 21:40

Les clés des deux portes sont avec les soignants et autres normalement.Si sortie, elle était probablement programmée même pour "aérer le service". Après c'est pas si grand que çà là bas quand même.

16.Posté par Marie le 05/01/2018 01:01 (depuis mobile)

Faut travailler dans le millieu pour comprendre.
Vous croyez que c est aussi simple que ca .
Moi je peux vous dire que quelques fois , malgré les surveillances, un incident peut arriver

17.Posté par Savate 2 doigts le 05/01/2018 06:39

Toute la procédure respectée ??? Tous les jours des malades disparaissent de cet établissement et on les retrouve sur la 4 voies ! du vécu, la direction a indiqué une fois à une famille "on est pas une structure fermée, si les malades s'en vont d'eux même, on n'y peut rien " !!!! Pour précision, ce sont des malades atteint de troubles mentaux donc dangereux pour eux même et pour autrui. La responsabilité de l'hôpital est donc engagé car ces patients sont sous leur responsabilité. Plusieurs enquêtes ont été menées et classées par le Procureur de la République qui ne veut pas s'encombrer de ce type de dossier... Les familles concernées ne connaissent rien à leurs droits et n'ont pas les moyens d'attaquer l'établissement au civil.... les affaires roulent ! Concernant cette énième disparition, si les responsables et personnels se seraient donner la peine, le porté disparu aurait été retrouvé très rapidement et peut être en vie ! On fouille toujours les abords proches et alentours avant de déclencher le 17. A la place, on ne fait aucune recherche sérieuse, on prévient les gendarmes comme de quoi, il est parti et c'est tout !!!!! c'est là leur procédure .... Il y a clairement un manque grave... Condoléance à la famille

18.Posté par Marie le 05/01/2018 06:54

à post 12 je n'ai fait que recopier sans plus ce qui était écrit sur le site de clicanoo et que tout le monde peut lire.....alors faites en autant!

19.Posté par marie le 05/01/2018 08:05

- 1e c'est un hopital public, donc il est forcement ouvert et "tout le monde" peut entrer/sortir a sa convenance.
- 2e lorsque c'est ecrit que "touts les procédures ont était suivie" c'est que lorsque c'est ecrit "rechercher dans l'enceinte de l'hopital" il ne disent pas qu'avec le manque d'effectif, le personnel a 4min pour parcourir les hectars de la cours car l'absence du personnel dans le pavillon est un danger pour le reste des patients du pavillon ou du dernier personnel présent dans le pavillon. Donc courir vite fait dans tous les sens pour essayer de trouver le patient = "rechercher dans l'enceinte de l'établissement" = "la direction c'est couvert"
La qualité de la recherche n'est pas la priorité de la direction tant qu'il n'y a pas de souci dans l'enceinte.
- 3e Tous les syndicats signalent depuis des années la sur occupation des pavillons.

RIP monsieur

20.Posté par AS le 05/01/2018 08:38 (depuis mobile)

Le soucis est plus profond n’incriminez pas les soignants mais le système ,suroccupation,manque de personnel ,les droits du patient,je vous le répète ils ne sont pas en prison !

21.Posté par Prudence le 05/01/2018 11:12

16.Posté par Marie le 05/01/2018 01:01 (depuis mobile)

Et oui, malgré votre post 1, il faut relativiser et rester prudent. Même si on peut s'étonner qu'apparemment, cet homme soit décédé peu après le 25 et ne soit retrouvé, dans la zone végétalisée de l'établissement, seulement que 6 jours plus tard. N'oublions pas non plus les fêtes où une partie du personnel a dû être en congé...

Donc, c'est facile de critiquer, et de fustiger,! Mais il faut raison garder...

Précision: je n'ai aucun lien de près ou de loin avec cet établissement, l'ARS OI, etc.... Donc rien à gagner ou à protéger...

RIP

22.Posté par cyanure le 05/01/2018 11:15

"Inquiète de sa disparition, sa fille lance un appel à témoin"
Et à aucun moment l'équipe médicale ne s'est, elle, interrogé sur l'absence d'un de ses patients?
Et puis on nous dit ensuite que " la totalité des procédures réglementaires ont été respectées"....

23.Posté par Hoarau le 05/01/2018 14:37 (depuis mobile)

Post 20 sur occupation ou cose sérieux là? Alors poquoé y enfermé un moun la ba po rien y serait un miracle si procureur y rouv in l''enquête car dans les parages traîne le protecteur du gourou lol

24.Posté par gepatord le 06/01/2018 06:58


Jacques, un ami, compatriote, dentiste, je le voyais souvent au TASS ,n, car la CGSS lui devait beaucoup d'argent, qui comme a son habitude l'organisme ne voulait payer, il a dijonster , interner!!! la cgss , le procureur devrait ouvrir le dossier au TASS contre la secu ,n et de foutre quelques cadres administratifs et medecins en prison, condoleances à la famille , veloma namako !!

25.Posté par canard le 06/01/2018 13:11

POST 17 vous êtes lamentable et diffamatoire dans vos propos. Les personnels EPSMR tous métiers confondus sont irréprochables, ils sont empathiques et s'inquiètent dès lors qu'un patient n'est plus dans le "radar de leur surveillance". Vos propos sont nuisibles c'est pour cela que je réponds au cas où certains lecteurs vous croiraient.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Septembre 2018 - 07:41 Saïd Larifou jugé en appel pour travail dissimulé

Vendredi 21 Septembre 2018 - 07:26 Il grimpe à un poteau pour insulter les passants